Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Mazoyer, Télipinu, le dieu au marécage. Essai sur les mythes fondateurs du Royaume hittite

L’Harmattan, Paris, 2003, 22 cm, 393 p. (« Kubaba – Série Antiquité », n° 2), 30 €.
Bernard Sergent
p. 119-120
Référence(s) :

Michel Mazoyer, Télipinu, le dieu au marécage. Essai sur les mythes fondateurs du Royaume hittite, L’Harmattan, Paris, 2003, 22 cm, 393 p. (« Kubaba – Série Antiquité », n° 2), 30 €.

Texte intégral

1Telipinu est l’un des principaux dieux hittites, l’un de ceux pour lequel on dispose du plus de textes. Le premier mérite de M. Mazoyer est de les rassembler dans cet ouvrage. On a donc ici la transcription des textes hittites, leur traduction et un index des mots hittites, qui rendra évidemment les plus grands services au spécialiste.

2Les Hittites écrivaient en cunéiformes, de sorte que la hittitologie s’est naturellement développée en relation avec l’orientalisme, dont elle formait en fait une branche. Selon le mythe, Telipinu disparaît, fait l’objet d’une quête, réapparaît. Dans l’ambiance scientifique que je viens d’indiquer, on comprend que les auteurs aient rapproché ce dieu de figures familières, de dieux proche-orientaux qui meurent et ressuscitent, tels les Attys et Adônis. Cette conception a dominé l’étude de la religion hittite de son origine, dans les années 1920, jusqu’à aujourd’hui. Avec elle, le livre de M. Mazoyer forme une véritable « rupture épistémologique ». Telipinu ne meurt pas, souligne l’A. : sa colère le pousse à partir et à se cacher (dans un marécage) ; il ne ressuscite pas, il revient quand on l’a retrouvé. Dès lors, la ressemblance avec Adônis et ses semblables ne tient pas. C’est un dieu d’un type différent, et tout le commentaire de l’A. consiste à déterminer le rôle et la fonction de ce dieu dans le panthéon hittite.

3Protecteur du trône, Telipinu amène des bienfaits nombreux au pays hittite ; ses attributs, les pouvoirs qui lui sont attribués le rapprochent de son propre père, le Dieu de l’Orage. LA. insiste sur la promotion qu’il paraît avoir eue lorsque le royaume hittite, après une période de désordres, au xve siècle avant notre ère, fut réorganisé. Il est possible, dit-il, que ç’ait été antérieurement un dieu principalement agraire de la population non indo-européenne qui a précédé les Hittites, appelée les Hatti.

4Surtout, plus étonnant, M. Mazoyer note que ce Telipinu a de nombreux points communs avec Apollon : il est en effet jeune, fort, bâtisseur, en particulier d’un autel, disparaissant (Apollon a été exilé), proche de son père le grand dieu céleste, ayant pouvoir sur l’agriculture et sur le temps, sur la démographie, sur le royaume, redoutable parfois aux autres dieux mais toujours protégé par son père : il rappelle par tous ces traits ceux de l’Apollon grec.

5Grave problème : Apollon a des traits communs nombreux et précis avec Rudra, en Inde (comme le soulignaient Henri Grégoire, Roger Goos-sens et Marguerite Mathieu en 1949, Asklèpios, Apollon Smintheus et Rudra. Études sur le dieu à la taupe et le dieu au rat dans la Grèce et dans l’Inde, Mémoires de l’Académie Royale de Belgique, Bruxelles, Classe des lettres 45), de plus nombreux encore et d’aussi précis avec le dieu celtique Lug (comme je l’ai montré en 1995, « Celto-Hellenica VII : Lug et Apollon », Mémoires de la Société Belge d’Études Celtique 3). Rudra et Lug sont solidement indo-européens ! Comment, si Telipinu est un dieu des Hatti, pré- et non indo-européen, la parenté de tous ces dieux s’organise-t-elle ?

6La question dépasse le sujet de livre de M. Mazoyer : il lui suffit d’avoir étudié, du point de vue du hittitologue, un dieu qu’il fallait réorienter, et d’avoir mené ce travail à bien, dans une enquête passionnante.

7Je note aussi la richesse de la bibliographie : c’est une des plus fournies que je connaisse, citant en particulier les travaux les plus récents, au sujet de la religion et de la mythologie hittites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Sergent, « Michel Mazoyer, Télipinu, le dieu au marécage. Essai sur les mythes fondateurs du Royaume hittite », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2005, 119-120.

Référence électronique

Bernard Sergent, « Michel Mazoyer, Télipinu, le dieu au marécage. Essai sur les mythes fondateurs du Royaume hittite », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 28 janvier 2010, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rhr.revues.org/2813

Haut de page

Auteur

Bernard Sergent

Centre national de la Recherche scientifique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org