Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christelle Jullien, Florence Jullien, Apôtres des confins. Processus missionnaires chrétiens dans l’empire iranien

Groupe Pour L’Étude de la Civilisation du Moyen-Orient, Bures-sur-Yvette, 2002, 28 cm, 318 p. (« Res Orientales », n° 15), 59 €.
Philippe Gignoux
p. 120-121
Référence(s) :

Christelle Jullien, Florence Jullien, Apôtres des confins. Processus missionnaires chrétiens dans l’empire iranien, Groupe Pour L’Étude de la Civilisation du Moyen-Orient, Bures-sur-Yvette, 2002, 28 cm, 318 p. (« Res Orientales », n° 15), 59 €.

Texte intégral

1Ce volume, le quinzième des « Res Orientales », collection dirigée par Mme Rika Gyselen, est intitulé Apôtres des Confins. Processus missionnaires chrétiens dans l’empire iranien. Il est l’œuvre de Mlles Christelle et Florence Jullien, dont le talent d’historiennes, animé d’un sens critique aigu et d’une aptitude remarquable à maîtriser les documentations les plus prolixes, a été relevé lors de la soutenance de leur thèse en 2000. Ce livre, qui en reproduit la majeure partie, en 318 pages, à partir de l’exploitation de la littérature hagiographique syriaque jusqu’ici trop méconnue, notamment des Actes de Mar Mari, et des données historiques relatives à l’évangélisation de la Mésopotamie et de la Perse, se propose de déterminer l’origine de la christianisation dans ces régions, puis le développement des traditions propres à l’Église d’Orient et la conquête de son autonomie à partir du ve siècle.

2L’ouvrage est divisé en deux grandes parties : la première est consacrée aux trajets des apôtres et aux traditions topologiques relatives à l’évangélisation de l’Iran. Une longue introduction définit la figure de l’apôtre, homme de pouvoir et médiateur de par sa configuration au Christ. Le tirage au sort des territoires à évangéliser et la division du monde en quatre parties déterminent symboliquement l’attribution d’une région à tel ou tel apôtre. Celle-ci fait l’objet des six chapitres de la première partie : ainsi, Barthélemy reçoit l’Inde « heureuse », c’est-à-dire l’Arabie, mais il mourra en Arménie ; à Matthieu est dévolue l’Éthiopie ; Simon et Jude, Thaddée et Addaï iront à Edesse et en Osrhoène, dans les régions du Bosphore et du Pont ; Aggaï de la Mésopotamie à la Médie, la Susiane et les limites de l’Inde ; Mari dont l’apostolat se situe en Babylonie, en Mésène et en Perse, enfin Thomas (cf. les travaux de P.-H. Poirier sur le fameux Hymne de la Perle). Un septième chapitre complète ces parcours apostoliques avec la tradition syriaque sur les rois mages qui est toutefois assez tardive chez les Syriens orientaux.

3La seconde partie concerne les dynamiques de christianisation dans l’empire iranien. Les auteurs mettent en évidence les premières traces de l’implantation du christianisme en Iran, puis, ce qui apparaît comme une recherche pionnière, l’influence du mouvement baptiste en Iran, y compris sous la forme du manichéisme dont la méthode missionnaire a pu faire école. Michel Tardieu, dans la Préface, souligne la fiction d’homonymes chrétiens, Mari et Addaï, luttant contre l’hérésie de Mani et d’Adda. Un troisième chapitre étudie in extenso les déportations de Shabuhr Ier et leurs conséquences sur la christianisation : les campagnes du roi des rois, les implantations des déportés, leurs conditions de vie, les différentes catégories professionnelles et les processus d’intégration font l’objet d’une recherche minutieuse et exhaustive. Le chapitre quatre concerne la christianisation amorcée bien avant les déportations, ce qui conduit les auteurs de l’identification des Nazaréens à la réceptivité du milieu juif à la mission chrétienne, du mouvement des itinérants au courant de la paideia s’avérant féconde pour l’introduction du christianisme, enfin de l’importance des marchands devenant eux-mêmes missionnaires à la dissimulation comme méthode missionnaire utilisée d’ailleurs par Mani. Le dernier chapitre, cinq, élabore une histoire de l’Église de Perse, sa chronologie, son rattachement à Antioche puis son indépendance par rapport à celle-ci et à Edesse, à partir d’une évolution vers le patriarcat.

4Dépassant de loin les travaux antérieurs comme ceux de Christensen, de Melle Chaumont ou du Père Fiey, par l’ampleur et la maîtrise des sources mises en œuvre, syriaques, gréco-latines, arméniennes, ou sémitiques, l’étendue de cette recherche impressionnera le lecteur par son originalité et par ses conclusions nuancées et prudentes. Une très longue bibliographie de 34 pages (en double colonne, comme tout le volume) et des Indices bien fournis confirment la qualité exceptionnelle de ce beau volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Gignoux, « Christelle Jullien, Florence Jullien, Apôtres des confins. Processus missionnaires chrétiens dans l’empire iranien », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2005, 120-121.

Référence électronique

Philippe Gignoux, « Christelle Jullien, Florence Jullien, Apôtres des confins. Processus missionnaires chrétiens dans l’empire iranien », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 28 janvier 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rhr.revues.org/2814

Haut de page

Auteur

Philippe Gignoux

EPHE (Sciences religieuses), Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org