Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Klaus Mylius, Das Altindische Opfer. Ausgewählte Aufsätze und Rezensionen. Mit einem Nachtrag zum Wörterbuch des altindischen Rituals

Institut für Indologie, Wichtrach, 2000, 588 p., 23 cm, 1 ill., 64 €.
Jean-Marie Verpoorten
p. 122-123
Référence(s) :

Klaus Mylius, Das Altindische Opfer. Ausgewählte Aufsätze und Rezensionen. Mit einem Nachtrag zum Wörterbuch des altindischen Rituals, Institut für Indologie, Wichtrach, 2000, 588 p., 23 cm, 1 ill., 64 €.

Texte intégral

1Ce recueil publié à l’occasion du soixante-dixième anniversaire du dédicataire rassemble vingt-quatre de ses articles et douze de ses comptes rendus ayant tous trait au Veda et à sa littérature rituelle. Les articles sont classés dans l’ordre chronologique de leur parution, depuis 1965 jusqu’en 1997. Ils sont de longueur variée ; le plus étendu compte cinquante pages, la moyenne se situant aux alentours de dix-sept pages.

2On y trouve, à propos du sacrifice védique, une foule de renseignements de tous ordres, à commencer par des informations sur les œuvres qui le décrivent, soit les sahitā du Yajurveda noir, les brāhmapa et les āraņyaka. Mylius cherche à préciser leur chronologie (de 800 à 540 av. n. è. selon l’article 5, p. 141) et à décrire l’environnement naturel où ils furent composés (géographie, météorologie et botanique, art. 2 et 7). Suivent des études sur certains rites ; ce ne sont pas les plus connus, mais plus d’un peuvent intéresser l’historien des religions. Ainsi le samsava (art. 4) où l’on fait pression sur un dieu fort sollicité, par exemple Indra, pour qu’il se rende à votre sacrifice plutôt qu’à celui du voisin. La sadyaskrī comme charme de fertilité est imprégnée de magie et de contre-magie (art. 8). Lors de l’upahavya (art. 15), on s’ingénie, en vertu d’un tabou linguistique, à ne pas invoquer les dédicataires divins sous leur vrai nom ; lors du gosava (art. 11), on imite le comportement du bétail pour en acquérir ; lors du janyabhayāpanodana « élimination du danger qui vient des hommes » (art. 22), on expulse de l’autel une motte de terre qui tient lieu de bouc émissaire. D’autres recherches portent sur l’avabhŗtha ou « bain de purification » après l’activité liturgique (art. 12), le sarvamedha (art. 5) ou « sacrifice qui tout obtient » et sur l’ āgrayaņa (art. 9) qui assure une bonne moisson. Parmi les officiants, Mylius sattarde au « [prêtre] purificateur » (potar) et à son collègue l’ acchāvāka (art. 14 et 18) ; parmi les dieux enfin, il sélectionne un groupe d’importance secondaire, les Viśvasŗk, les « Tous créateurs » (art. 20).

3Un trait majeur du mysticisme rituel védique réside dans ce que Mylius appelle des Identifikationen, c’est-à-dire des correspondances entre plans de la réalité. Et d’abord celles qui relient les mètres des hymnes psalmodiés lors des cérémonies, les dieux dédicataires et certains éléments du monde et du rite sont répertoriées au nombre de 442 à partir les textes des Kauītaki- et Aitareya-brāhmaņa. Une seconde liste de 522 « homologies mystiques » établies entre dieux, mètres, parties du corps, plantes et animaux est rassemblée à l’art. 13, sur base du seul Kauītaki. Enfin sont étudiées des formules contenues en Taittirīya-āraņyaka (III 1, 4 à 7) où le prêtre oblateur (hotar) et ses commensaux sont assimilés une fois de plus à des divinités ou des éléments cosmiques et rituels (art. 21).

4Une autre pièce essentielle de la mécanique sacrificielle est l’octroi d’« honoraires rituels » ou dakiņā aux prêtres. Mylius en traite à l’art. 16, le plus long de tous car il comporte 27 pages de tableaux reprenant les divers honoraires classés par rites, êtres vivants ou non offerts en cadeaux et officiants ou divinités bénéficiaires. Il va de soi que ces décomptes comme d’ailleurs ceux relatifs aux Identifikationen sont inédits et très précieux.

5À propos des dakiņā, Mylius s’en tient à la vue traditionnelle mais relativement matérialiste qui voit en elles un salaire aux prêtres pour leur travail (p. 275-76), et il se démarque d’autres spécialistes comme Heesterman, plus idéologues, qui y voient un moyen de faire circuler les richesses. C’est par ailleurs une optique discrètement marxiste-léniniste qui pousse Mylius à voir dans le rituel védique une échappatoire aux tensions qui opposaient sûrement les nantis, c’est-à-dire les brâhmanes et les katriyas, aux exploités : paysans et hors-caste. Face au risque de « triomphe des mauvais » (pāpavasyasa, p. 154), c’est-à-dire de « révolution prolétarienne », le sacrifice représente une zone protégée, accessible seulement à l’élite de la hiérarchie sociale.

6Le livre renferme encore deux traductions : le cinquième chapitre du Kātyāyana-śrautasūtra qui expose les sacrifices aux saisons et l’« offrande pour trouver des amis » (mitravindeţi) et le début du Taittirīya-brāhmaņa consacré au pressurage matinal du soma, ainsi qu’une série de comptes rendus assez fouillés que Mylius a écrits à propos d’ouvrages parus entre 1968 et 1989 et portant sur des thèmes connexes de ceux investigués par lui.

7Par-delà la bibliographie, l’index général, celui des passages cités et la liste des publications de l’auteur, nous trouvons, comme signalé dans le titre même de l’ouvrage, des addendas à 150 rubriques de son Wörterbuch des altindischen Rituals, paru en 1995 à la même maison d’édition que le présent volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Verpoorten, « Klaus Mylius, Das Altindische Opfer. Ausgewählte Aufsätze und Rezensionen. Mit einem Nachtrag zum Wörterbuch des altindischen Rituals », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2005, 122-123.

Référence électronique

Jean-Marie Verpoorten, « Klaus Mylius, Das Altindische Opfer. Ausgewählte Aufsätze und Rezensionen. Mit einem Nachtrag zum Wörterbuch des altindischen Rituals », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 28 janvier 2010, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://rhr.revues.org/2815

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Verpoorten

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org