Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre Riché, Henri-Irénée Marrou, historien engagé

Préface par René Rémond, Les Éditions du Cerf, Paris, 2003, 23,5 cm, 418 p. (« Histoire Biographie »), 35 €.
François Laplanche
p. 124-126
Référence(s) :

Pierre Riché, Henri-Irénée Marrou, historien engagé, préface par René Rémond, Les Éditions du Cerf, Paris, 2003, 23,5 cm, 418 p. (« Histoire Biographie »), 35 €.

Texte intégral

1Voici un quart de siècle que Marrou a quitté les siens, à la fois sa famille, ses amis et ses disciples, après avoir marqué de sa forte personnalité l’étude de l’antiquité chrétienne en France. Son étudiant et ami Pierre Riché, professeur émérite à l’Université de Paris-X Nanterre, lui consacre un volume biographique respectueux et fervent. Après avoir gravi les premières marches de la carrière (ENS, agrégation, École française de Rome, les charges d’enseignement pendant la guerre à Montpellier puis à Lyon), Marrou est élu en 1945 à la chaire d’Histoire ancienne du christianisme tenue par Charles Guignebert de 1906 à 1937. En 1973, il obtiendra une affectation au CNRS qui lui permet de préparer sa succession. Pendant une trentaine d’années, Marrou déploie une inlassable activité d’enseignant, de chercheur, de conférencier. Son passage à la Sorbonne instaure une véritable école d’études patristiques. En effet, quoique parfaitement au fait de l’histoire sociale du christianisme antique, Marrou se tourne avec prédilection vers les grands témoins de la pensée chrétienne aux premiers siècles et sa thèse a eu pour objet les relations de saint Augustin avec la culture antique. Soutenue en 1938, elle est plusieurs fois rééditée avec un long texte de mise au point intitulé Retractatio (il date de 1949). Marrou s’interroge en effet sur le concept de décadence, qu’il a utilisé dans la thèse et qu’il juge inadéquat : de nouvelles formes de culture ne peuvent s’imposer qu’à travers des dépérissements et des remaniements, mais faut-il parler de « décadence » ? Le problème est plus amplement repris dans Décadence romaine ou Antiquité tardive ? (posthume, 1977). Une autre publication célèbre de Marrou fut l’Histoire de l’éducation dans l’Antiquité (1948) qui condensait les intérêts de l’historien et du citoyen en une synthèse qui demeura longtemps, sur ce sujet, l’ouvrage de référence. Enfin, par-delà ces réussites remarquables, Marrou réfléchissait sur la science historique en prenant position contre la restriction du travail de l’historien à l’établissement minutieux des faits. Au récit exact, mais sans vie, de l’histoire à la Seignobos, Marrou, dans la lignée herméneutique qui va du romantisme à Dilthey, oppose la connaissance par sympathie avec le sujet traité, qui rend l’historien intelligent. Esquissée dans plusieurs articles, cette théorie de l’histoire s’exprime de façon complète dans De la connaissance historique (1954), ouvrage plusieurs fois réédité.

2À côté des travaux de l’historien, Pierre Riché présente aussi les combats de l’homme et du chrétien : l’engagement dans la Résistance et l’assistance apportée aux Juifs, la participation à la fondation du SGEN et au comité de la rédaction d’Esprit, l’opposition à la guerre d’Algérie et à l’emploi de la torture, les prises de position sur la réforme de l’enseignement et sur la question scolaire, les appréciations sur la répression romaine de la « nouvelle théologie » française. À travers ces récits qui présentent une chronique alerte du catholicisme français de 1935 à 1975, la figure de Marrou apparaît comme celle d’un homme libre, jamais partisan, toujours capable de retourner la critique contre son propre camp quand il le juge nécessaire. Trop catholique pour certains laïques, qui voient mal la chaire de Guignebert occupée par un catholique, il est trop laïque pour beaucoup de catholiques, qui comprennent mal les positions du SGEN ou d’Esprit sur le problème scolaire. Malgré ses liens avec Esprit, qui sont de proximité à la fois matérielle et morale (il habite à Châtenay-Malabry près de la famille Mounier et de Paul Ricœur), Marrou s’inquiète dans les années 1955 de l’orientation de certains rédacteurs vers les thèses des chrétiens « progressistes » (séduits par la philosophie marxiste et philo-communistes). En dépit de sa participation à l’amitié judéo-chrétienne et de sa position très claire dans l’affaire Finaly, il critique le livre de Jules Isaac Jésus et Israël, qu’il juge peu exact dans sa relation du procès de Jésus. Vers la fin de sa vie, un peu inquiet des événements qui secouent l’Église et l’Université, il prête l’oreille à la plainte de certains groupes désorientés, mais cherche à les éclairer sans s’y inféoder. Sa docilité sans aveuglement ni bassesse par rapport à la hiérarchie catholique a toutefois étonné ses amis d’Esprit. Elle exprime l’esprit d’une génération d’intellectuels catholiques, souvent plus déférents que les clercs, qui connaissent la maison.

3Ce portrait de Marrou campe une haute figure d’intellectuel catholique qui appartient à une époque maintenant révolue et qui peut, de ce fait, être objet d’histoire. Les conditions de la vie universitaire et la situation du catholicisme au sein de la société française ont profondément changé. La contribution de Marrou à l’épistémologie de l’histoire, déjà discutée de son temps, en particulier aux Annales, comme le signale Pierre Riché, est elle aussi datée. De plus, l’approche humaniste de Marrou ne se sépare pas de la vision théologique de l’histoire qu’il a acquise dans son incessante fréquentation d’Augustin. Mais, en dépit des déplacements de notre société et de notre culture, les interrogations profondes de Marrou sur l’histoire et sur son propre temps ouvrent des questions toujours vives : quelle éducation face à une scolarisation de masse ? Quel rapport du travail de l’historien et de la décision politique ? Faut-il maudire les Américains ? Comment transmettre la foi catholique à notre époque ? Le dialogue entre juifs et chrétiens est-il possible ? etc. Sous-jacentes à la narration de Pierre Riché, ces questions, et d’autres, ne perdent rien de leur vivacité à être abordées sous le regard lucide de Marrou.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Laplanche, « Pierre Riché, Henri-Irénée Marrou, historien engagé », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2005, 124-126.

Référence électronique

François Laplanche, « Pierre Riché, Henri-Irénée Marrou, historien engagé », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 28 janvier 2010, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rhr.revues.org/2817

Haut de page

Auteur

François Laplanche

Centre national de la Recherche scientifique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org