Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Thomas Deswarte, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (viiie-xie siècles)

Collection “Cultural Encounters in Late Antiquity and the Middle Ages”, Brepols, Turnhout, 2003, 411 p.
Adeline Rucquoi
p. 242-245
Référence(s) :

Thomas Deswarte, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (viiie-xie siècles), Collection “Cultural Encounters in Late Antiquity and the Middle Ages”, Brepols, Turnhout, 2003, 411 p.

Texte intégral

1Version abrégée d’une thèse de doctorat soutenue à Paris en 2000, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (viiie-xie siècles) s’attache à la période de création d’une idéologie spécifique au sein du royaume d’Oviedo, né de la disparition de l’Espagne wisigothique et de la conquête musulmane entreprise en 711. Les chrétiens qui se réorganisèrent autour d’Oviedo dès le viiie siècle, puis à León au xe, n’eurent-ils pour seule pensée politique que la « reconquête », la récupération militaire de leur territoire ? Doit-on dater la naissance de ce concept du viiie, de la fin du ixe ou du xie siècle ? La reconquête hispanique est-elle une croisade, une guerre sainte ou un phénomène unique ? Faut-il d’ailleurs parler de « reconquête », alors que le mot n’est adopté qu’au xixe siècle après avoir servi à désigner la guerre menée contre l’envahisseur napoléonien ?

2Thomas Deswarte se penche sur ces problèmes à partir d’un corpus de sources relativement réduit mais qui couvre des domaines aussi divers que l’historiographie, la liturgie, l’hagiographie, l’épigraphie, la numismatique ou encore l’art. Cette documentation est passée au crible de l’analyse diplomatique et sémantique et est étudiée en tenant compte de l’imposante bibliographie, surtout étrangère, que le thème a suscitée. À la suite des travaux de Mgr Louis Duchesne et de Louis Barrau-Dihigo, notons ici que la critique à laquelle l’auteur soumet les diplômes qui nous sont parvenus l’amène souvent à ne pas accepter comme authentiques des actes qui ont pourtant été depuis reconnus comme tels par d’autres historiens. L’ouvrage est divisé en trois parties, dont les deux premières sont chronologiques, et dont la troisième revient sur une série de concepts tels que « peupler », « régénérer » et « restaurer », qui structurèrent l’idéologie du royaume d’Oviedo puis de León au cours de cette période.

3Dans une première partie intitulée « Le choc de 711 et la réaction néogothique du royaume asturien », l’auteur s’attache à la création d’un pouvoir qui, entre les viiie et ixe siècles, se veut l’héritier direct du pouvoir romano-wisigothique disparu en 711. L’adoption de la titulature royale en vigueur à Tolède au viie siècle, ainsi que des cérémonies, qualificatifs, emblèmes militaires et cultes spécifiques aux rois wisigoths, s’accompagne en effet de la fondation d’une capitale, Oviedo, siège de la royauté et ville active, que le roi dote de palais et d’églises. Mais Oviedo est aussi la nouvelle capitale ecclésiastique et Thomas Deswarte analyse la querelle adoptianiste et le rôle joué par la découverte du tombeau de l’apôtre Jacques en Galice comme des éléments fondamentaux dans l’affirmation d’une orthodoxie religieuse et d’un patriotisme quasi mystique. Dès la fin du ixe siècle, la notion de patria, propre à l’Espagne wisigothique, redevient d’un usage courant, et les chroniques élaborées alors offrent une synthèse de l’histoire du royaume dans laquelle la royauté et l’Église assurent la continuité avec le passé romano-wisigothique, niant ainsi toute légitimité aux chrétiens vivant sous la domination arabe et aux convertis à l’islam. Le dynamisme du royaume devient optimisme et l’annonce de la libération de l’Espagne en 884 suscite un immense espoir. La déception qui suit l’échec de la prophétie ne met cependant pas fin au processus amorcé.

4Les xe et xie siècles voient en effet la poursuite de la politique entamée dès la fin du viiie siècle, et Thomas Deswarte intitule cette seconde partie « Vers la restauration de l’empire en Espagne ». Le transfert de la capitale à León en 914 fournit à des rois qui invoquent toujours leur ascendance wisigothique l’occasion d’édifier et de doter à nouveau églises et palais. La guerre, menée contre les nobles rebelles ou « pour délivrer l’Église de la captivité musulmane », s’impose comme l’une des fonctions royales primordiales tandis que l’origine divine du pouvoir est rappelée lors des cérémonies d’onction d’Ordoño II (914), Ramire II (930) et Alphonse V (999) – il nous semble cependant difficile de traduire, à la suite de l’auteur, le mot ordinatus, qui caractérise l’accession au pouvoir de Bermudo II et de Ferdinand Ier, par « oint » (unctus). La loi, la frappe monétaire, l’utilisation de termes comme imperium et imperator, l’adoption du diadème, du sceptre et du trône sont autant d’éléments qui manifestent la souveraineté de rois qui, avec le transfert des restes de saint Isidore à León en 1063, le développement du culte à saint Jacques, puis la prise de Tolède en 1085, parviendront à se réapproprier l’ensemble d’Hispania.

5La troisième partie, « Améliorer le passé. Un aspect déterminant de l’idéologie asturo-léonaise », s’attache à l’étude de quelques termes fondamentaux pour la compréhension de l’idéologie du royaume chrétien dans le haut Moyen Âge. Le premier chapitre – curieusement numéroté chapitre V – est consacré au problème du « peuplement » ou « repeuplement » des terres reprises aux musulmans. Partant d’une étude de la notion de « désert » qu’il faut mettre en rapport avec un habitat instable, Thomas Deswarte interprète le terme populare comme « fixer une population dans un habitat groupé » et étudie les modalités d’occupation du sol : défrichement et peuplement. Il montre que peupler et dépeupler sont en fait le fruit de la politique royale, le dépeuplement accompagnant la conquête et précédant le peuplement. Notons cependant que le glossaire achevé en 964 à San Millán de la Cogolla et publié en 1997 par Claudio et Javier García Turza donne comme définition du mot populatus ceux de vastatus, expoliatus, devellatus, et assimile également depopulatus à vastatus et depredatus.

6Sous le titre « Régénérer » sont analysés le concept de la punition divine (l’invasion de 711) et la nécessité de régénération, de progrès spirituel qui doit accompagner la lutte pour la récupération du territoire. La vertu des rois, l’ascétisme et l’érémitisme, les victoires reçues comme des dons de Dieu sont les caractéristiques d’une Espagne chrétienne qui, selon Thomas Deswarte, radicalise progressivement son vocabulaire et ses attitudes face aux musulmans du sud, faisant de ceux-ci au xie siècle les instruments du diable.

7L’œuvre de « restauration » n’est plus alors un simple rétablissement des institutions de l’époque wisigothique ou des édifices religieux détruits par les guerres, et ne permet pas seulement de renouer avec un passé légitimateur. Elle implique une amélioration, matérielle et spirituelle, de ce qui est restauré, et s’inscrit donc dans une « logique de progrès spirituel » de l’ensemble du royaume. Thomas Deswarte termine ainsi son étude en soulignant que l’idéologie créée dans le royaume d’Oviedo puis de León est infiniment plus complexe qu’une approche superficielle aurait pu le laisser soupçonner.

8L’ouvrage, qu’agrémentent une carte, une généalogie, un tableau, des photos et un index, remplit indiscutablement un vide historiographique. L’analyse fine du vocabulaire et le croisement de multiples sources s’avèrent en outre être une méthode appropriée pour l’analyse que Thomas Deswarte s’était proposé de faire, à laquelle il apporte la clarté et l’élégance de son style.

9Comme tous les ouvrages riches et originaux, celui-ci peut évidemment prêter à discussion. En dehors de quelques mentions à l’Empire carolingien dans la première partie, on peut s’étonner par exemple du parti pris « local » ou « national » qui élimine toute référence à des influences venues de Cordoue, de Byzance, d’Italie ou de France. Ne peut-on voir là une trace du postulat dû à Marcelin Defourneaux qui affirmait – sans preuves – que l’Espagne avait vécu dans l’isolement jusqu’au xie siècle ? La date de 711, par ailleurs, emblématique pour tous les Espagnols, est ici prise comme le point de départ de l’analyse, puisqu’elle est vue à la fois comme celle de la « destruction de l’Espagne » et celle du début de la restauration. N’y a-t-il pas là aussi une concession à une certaine historiographie qui, considérant que la véritable Espagne est celle des trois religions, a choisi comme point de départ l’arrivée des musulmans ? Les travaux de Céline Martin sur La géographie du pouvoir dans l’Espagne wisigothique (Presses Universitaires du Septentrion, 2003) s’inscrivent dans la même perspective que ceux de Thomas Deswarte, et la lecture des deux ouvrages peut faire douter du bien-fondé de la notion même de rupture en 711. L’on pourrait aussi contester la présentation de la querelle entre le métropolitain Élipand de Tolède et Beatus de Liébana dans les années 790 comme une querelle « adoptianiste », dans laquelle se jouait l’indépendance du royaume d’Oviedo. Ou regretter le traitement accordé aux chrétiens vivant sous la domination musulmane, qui devinrent progressivement arabophones, mais dont le rôle culturel fut important en raison des multiples relations qui existèrent entre le nord et le sud de la péninsule. On peut également discuter l’affirmation selon laquelle l’onction royale aurait été couramment pratiquée tout au long des xe et xie siècles, puisqu’en fait trois rois seulement sur les quinze qui accédèrent au trône entre 910 et 1065 furent réellement uncti, les autres « acceptant » le royaume ou étant « ordonnés » dans le royaume.

10Mais seuls les ouvrages qui défendent des thèses inspirent une réflexion et donnent lieu à des échanges d’idées fructueux, comme c’est le cas de celui de Thomas Deswarte. Il faut donc espérer que De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (viiie-xie siècles) suscitera un débat qui confirmera, infirmera ou nuancera certaines des analyses présentées par l’auteur. Outre la grande quantité d’informations qu’il transmet sur une période encore trop méconnue de l’histoire de l’Espagne, ce livre mérite en effet d’être lu attentivement, apprécié et discuté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adeline Rucquoi, « Thomas Deswarte, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (viiie-xie siècles) », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2005, 242-245.

Référence électronique

Adeline Rucquoi, « Thomas Deswarte, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (viiie-xie siècles) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2005, mis en ligne le 25 janvier 2010, consulté le 21 mai 2017. URL : http://rhr.revues.org/4460

Haut de page

Auteur

Adeline Rucquoi

Centre national de la Recherche scientifique

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org