Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Handbook of Early Christianity: Social Science Approaches, edited by Anthony J. Blasi, Jean Duhaime and Paul-André Turcotte

Walnut Creek CA, AltaMira Press, 2002, 24 cm., XXVII-802 p., 100 $.
Marie-Françoise Baslez
p. 119-120
Référence(s) :

Handbook of Early Christianity: Social Science Approaches, edited by Anthony J. Blasi, Jean Duhaime and Paul-André Turcotte, Walnut Creek CA, AltaMira Press, 2002, 24 cm., XXVII-802 p., 100 $.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 22 décembre 2006.

1Cet important ouvrage, très documenté, comporte 641 pages de texte, avec une abondante bibliographie, pratiquement exhaustive pour les trente dernières années dans le domaine anglo-saxon, suivie d’un index thématique lui aussi très abondant et très utile. La bibliographie est classée à la fois par sources et par thèmes. Le livre rassemble les contributions d’une trentaine d’auteurs, pour la plupart exégètes issus de Facultés de théologie et enseignant le Nouveau Testament. S’y ajoutent quelques sociologues, des historiens des religions, dont les techniques sont évidemment différentes et les perspectives comparatistes plus larges, ainsi que des universitaires titulaires d’un double cursus, en exégèse et sciences humaines.

2L’objectif de cet ouvrage est de renouveler l’approche de l’histoire des débuts du christianisme, pour lesquels les sources restent presque exclusivement textuelles, encore que l’apport récent de l’archéologie pour étudier la première visibilité des Églises au iiie siècle, à travers le réaménagement de maisons privées en « maisons chrétiennes », ait été pris en compte comme il se devait. L’étude du succès chrétien selon des approches empruntant à l’anthropologie religieuse incite évidemment à la formulation d’hypothèses, faute de témoignages explicites nombreux, et il n’est pas beaucoup plus facile d’analyser le phénomène selon son acception sociologique, puisqu’il s’agit dans tous les cas de recourir à une sorte de modélisation, avec les risques d’anachronisme que cela comporte, et de procéder à des reconstitutions pour compenser les lacunes de la documentation et son caractère spécifique. Pourtant, une telle démarche s’avère indispensable.

3Dans cette perspective nouvelle, ce livre collectif remplit toutes les conditions d’un manuel, au sens où les différentes approches, leurs méthodes et leurs concepts sont, chaque fois, parfaitement explicités. Le plan met en valeur le postulat méthodologique. Il ne s’agit pas, pour les éditeurs, de partir des textes néo-testamentaires pour en rendre compte systématiquement et exhaustivement, en suivant la structure textuelle, ainsi qu’on le fait dans les commentaires exégétiques, mais d’inverser la démarche conventionnelle et de partir de l’acquis actuel des sciences sociales pour isoler dans les textes des données passées inaperçues ou y retrouver d’autres structures de pensée et d’autres systèmes de représentation. Ainsi pour l’archéologie, où l’objectif est d’utiliser les découvertes pour relire le récit biblique, plutôt que d’utiliser ce récit pour interpréter les vestiges mis à jour.

4Après une introduction développée sur les sciences humaines et trois chapitres de méthodologie, destinés à mettre en valeur les approches spécifiques et novatrices que constituent l’archéologie, la statistique, le structuralisme et les nouvelles méthodes de critique textuelle, une troisième partie est consacrée à la contextualisation sociologique des textes du Nouveau Testament. Les thèmes étaient attendus : Jésus et le mouvement social de son temps en Galilée ; l’identité chrétienne comme produit d’interactions entre traditions juives, influences grecques et différence chrétienne ; l’universalisme chrétien, analysé comme un mouvement œcuménique, qui récupère la mondialisation de l’empire romain, mais qui reste inorganisé ; l’articulation entre communautés et leadership. On peut seulement regretter que cette partie n’utilise pas l’histoire des réseaux, telle qu’elle se pratique actuellement, pour étudier le mode de pénétration de la religion nouvelle dans le tissu social de la cité. La quatrième partie, qui étudie différents aspects de la société et de l’État, à travers les catégories très actuelles d’« élites » ou d’« ethnicité », ou celle, plus conventionnelle, de « persécutions » est moins novatrice et beaucoup moins ambitieuse que les cinquième et sixième parties, qui utilisent un questionnement des textes construits sur des postulats de l’histoire économique et de la psychologie.

5Le processus de conversion est analysé non plus de l’extérieur, par la mise en évidence d’un contexte favorable, mais comme la construction d’un modèle classique en sociologie religieuse, autour des quatre « » (Régularité, Rituel, Rhétorique, Rôle charismatique) Certains chapitres tiennent de l’inventaire, comme celui des professions exercées par les chrétiens, inventaire qui est nécessairement étendu jusqu’au ive siècle. D’autres se limitent à une synthèse générale, comme celui sur les persécutions, qui aurait pu s’enrichir de considérations anthropologiques sur la représentations de la mort ou du corps dans les récits de martyres, ou d’analyses sociologiques sur les conditions de conversion et d’arrestation. Mais un ouvrage qui est aussi ambitieux et qui fait appel à autant de collaborateurs est forcément inégal. On ne peut pas toujours éviter de répéter des généralités ou des opinions convenues en les « rhabillant » autrement, par des formules modernes. En tout état de cause, c’est un ouvrage très utile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Françoise Baslez, « Handbook of Early Christianity: Social Science Approaches, edited by Anthony J. Blasi, Jean Duhaime and Paul-André Turcotte », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2007, 119-120.

Référence électronique

Marie-Françoise Baslez, « Handbook of Early Christianity: Social Science Approaches, edited by Anthony J. Blasi, Jean Duhaime and Paul-André Turcotte », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 22 décembre 2006, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://rhr.revues.org/5241

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise Baslez

Université de Paris XII – Val-de-Marne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org