Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ægyptus christiana. Mélanges d’hagiographie égyptienne et orientale dédiés à la mémoire du P. Paul Devos, Bollandiste, édités par Enzo Lucchesi et Ugo Zanetti

Genève, Patrick Cramer, 2004, XXIV + 333 p. (« Cahiers d’Orientalisme », 25), 145 €.
Anne Boud’hors
p. 120-126
Référence(s) :

Ægyptus christiana. Mélanges d’hagiographie égyptienne et orientale dédiés à la mémoire du P. Paul Devos, Bollandiste, édités par Enzo Lucchesi et Ugo Zanetti, Genève, Patrick Cramer, 2004, XXIV + 333 p. (« Cahiers d’Orientalisme », 25), 145 €.

Texte intégral

1Saints martyrs et saints moines de l’Égypte chrétienne furent les objets d’étude favoris du père Paul Devos, savant bollandiste décédé en 1995. Le recueil dédié à sa mémoire est donc consacré à l’hagiographie égyptienne. Il constitue un hommage dont la délité et la richesse sont à souligner d’emblée. Les éditeurs, Enzo Lucchesi et Ugo Zanetti, tous deux collaborateurs et amis du P. Devos, tous deux connaisseurs des quatre domaines linguistiques concernés (grec, copte, arabe, éthiopien), ont pu rassembler d’éminents spécialistes et composer un volume qui illustre au mieux, que ce soit par de brèves notes ou des articles plus longs, des éditions de textes ou des compléments à un dossier – souvent ouvert par le dédicataire lui-même –, les enjeux de cet immense domaine, la complexité des questions à résoudre, les pistes à explorer. Si certaines contributions ont un caractère très technique (édition critique, mise au point codicologique, précieux fondements à des études futures), si les époques traitées sont très diverses (du ive au xve siècle environ) et les points de vue variés, c’est bien l’homogénéité qui ressort de l’ensemble, tant il y a de fils d’Ariane qui courent d’un dossier à l’autre. Ajoutons que la typographie de l’ouvrage est d’une exceptionnelle qualité.

2« La première église de la Vierge bâtie par les apôtres », de M. van Esbroeck (avec des Addenda sur la version copte), ouvre le volume. L’auteur était un des derniers savants à maîtriser quasiment toutes les langues de l’Orient chrétien. La traduction d’un texte arabe et sa comparaison avec la version copte sous-jacente s’accompagnent d’un vertigineux aperçu de ce qu’on peut tirer d’un texte à première vue mineur, à condition d’en scruter les détails, pour l’histoire de l’anti-chalcédonisme. La consécration d’une église et les textes qui en traitent reflètent en effet presque toujours des enjeux de pouvoir. Encore faut-il identifier correctement les personnages mentionnés quand il y a plusieurs homonymes possibles (c’est ici le cas pour sainte Sophie), distinguer ce qui est originel dans la rédaction de ce qui appartient à des développements secondaires, s’orienter dans le labyrinthe des versions anciennes et celui de différents dossiers liés entre eux, notamment ici ceux qui se rattachent à la Dormition, avoir à l’esprit l’importance de la symbolique et déchiffrer le sens de la pseudépigraphie. D’après van E., le texte grec sous-jacent au copte serait à dater entre 451 et 600.

3M. Starowieyski, « Alcune osservazioni sulla struttura letteraria degli Atti degli Apostoli apocri », insiste sur l’importance d’un examen littéraire de ces textes : rapports des Actes apocryphes avec la Bible ; simplicité de la composition, en contraste avec celle du roman grec ; importance du voyage qui relève à la fois d’un exotisme de surface et d’un topos du roman, qui rythme l’action tout en étant conforme au message évangélique ; miracles ; figure stéréotypée de l’apôtre comme un « homme divin », héritée d’un modèle grec christianisé. Pour l’auteur, l’anti-érotisme joue un rôle de moteur de l’action analogue à celui de l’érotisme dans le roman grec : y a-t-il eu aussi une volonté de concurrencer l’un par l’autre ? Il est certain que l’étude littéraire de ces textes pourrait donner, comme pour les textes gnostiques, d’intéressants résultats et aider à comprendre les raisons de leur succès.

4L’importance du domaine syriaque, certes secondaire dans la perspective du volume, est bien mise en lumière par S. Brock, « The earliest syriac manuscript of the Martyrdom of Philemon and companions », qui publie le plus ancien témoin du texte, toutes langues confondues (le manuscrit est attribuable au ve s.) et fait le point sur le dossier, connu en grec (BHG 1514), latin (BHL 6803), copte (BHO 80), éthiopien, arménien (BHO 973) et araméen christo-palestinien.

5Le dossier copte et arabe d’un grand saint peu connu hors d’Égypte, auquel s’était intéressé le P. Devos, est mis à jour et enrichi par U. Zanetti, « Les miracles arabes de saint Kolouthos (MS. St-Macaire, Hagiog. 35) ». On voit bien dans la traduction comment le copte et l’arabe s’éclairent souvent l’un par l’autre. Et parmi les apports de ce genre de textes à l’archéologie ou à la lexicographie, je relève l’emploi en copte du mot hierateion, emprunté au grec, pour désigner le sanctuaire d’une église, c’est-à-dire la partie séparée de la nef par une paroi (p. 51, n. 46) : van Esbroeck (p. 18) notait deux autres occurrences de ce mot, peu attesté en grec dans les textes littéraires (et une seule attestation dans les textes documentaires coptes d’après H. Förster, Wörterbuch der griechischen Wörter in den koptischen dokumentarischen Texten, Berlin, 2002).

6Deux articles d’E. Lucchesi illustrent à merveille les liens qui se tissent entre différentes recherches. Le premier signale deux nouveaux fragments coptes - dont un déjà repéré par le P. Devos - du Martyre de Kolouthos. Le second, « Les Quarante martyrs de Sébaste. Un témoin copte inédit », fait le point sur le dossier de ces saints et donne l’édition d’un feuillet copte qui appartient à un codex contenant aussi une version du Martyre de Kolouthos. [N.B. Un détail de la note 3, p. 111, est erroné : ce n’est pas le feuillet 121 du volume Paris BnF Copte 1305 qu’A. Shisha-Halevy attribue à Chenouté, mais le feuillet 21, et cette attribution est juste]. Suivent deux appendices (p. 116), dont l’un soulève une fort intéressante question : la coloration peut-être « syrienne » du recueil hagiographique dont témoigne ce codex. Les principes de composition de ce genre de manuscrits n’ont en effet pas encore été suffisamment étudiés pour le domaine copte. Le second appendice porte sur le rattachement codicologique de feuillets concernant Claude d’Antioche.

7Cette remarque introduit tout naturellement à la contribution de G. Godron, « Un nouveau feuillet du Martyre de saint Claude d’Antioche attribué à son serviteur Anastase ». Décédé en 1999, G. Godron avait consacré une très grande part de son activité de coptisant aux textes relatifs à ce saint et y a ajouté ici un ultime complément.

8I. Shahîd, « The martyresses of Najrān », livre une étude sur l’onomastique des femmes martyres de Najran, particulièrement intéressante parce qu’elle relève de l’onomastique arabe préislamique (cette persécution a eu lieu au vie siècle en Arabie du Sud). Or les noms sont souvent déformés par le passage en syriaque qui est la langue du récit.

9Une brève note d’A. Wadi, « Anbā Maksī o Massimo, un antico martire » rétablit la véritable identité d’un prétendu néo-martyr.

10Dans les textes hagiographiques, spécialement dans les vies des moines, il est souvent difficile de faire le départ entre réalité, géographique ou sociale, et fiction littéraire. E. Wipszycka, « La Vita Antonii confrontée avec la réalité géographique », reprend et élargit une hypothèse du P. M. Martin – également contributeur à ces Mélanges et initiateur de la méthode de « reconnaissance sur le terrain » – sur la localisation du site monastique fondé par Antoine et appelé Pispir dans les textes littéraires, ainsi que du premier ermitage d’Antoine (avant son départ pour la Mer Rouge). Cette hypothèse est séduisante et conforme à l’opinion de l’auteur, désormais bien répandue, que l’histoire du monachisme, de quelque type qu’il soit, commence près des terres cultivées.

11Retrouver la présence de la réalité égyptienne est également l’objet de l’article de Th. Baumeister, « Ägyptisches Lokalkolorit in der Historia Monachorum in Aegypto », qui revient sur un point souvent discuté, à savoir la part d’observation réelle dans l’HM. À considérer la façon dont sont traités certains sujets typiquement égyptiens et dont sont données des explications concernant l’ancien paganisme (momification et soins apportés aux morts, crue du Nil, polythéisme), on peut, d’après lui, supposer que l’auteur de l’HM a bien obtenu ses renseignements directement auprès de moines égyptiens.

12Le dossier des Apophthegmata Patrum ne cesse de s’enrichir, comme le montrent les contributions de L. Regnault, qui regroupe et traduit quelques apophtegmes arabes et éthiopiens publiés récemment de façon éparse, tandis qu’E. Lucchesi signale un fragment de feuillet – édité mais non identifié – provenant de l’unique codex copte conservé des Apophthegmata.

13Le P. Devos poursuivit pendant près de vingt ans des recherches sur la Vie copte de Jean de Lycopolis, célèbre reclus du ive siècle. Ph. Luisier, « Jean de Lycopolis. Derniers fragments parisiens réunis par le père Devos », met à jour la reconstruction des témoins manuscrits de cette œuvre, en regroupant les informations dispersées dans plusieurs publications et les éléments d’un dossier laissé par le défunt. Il publie également les fragments encore inédits. Le matériel ainsi rassemblé est prêt pour des travaux futurs, notamment une étude comparée des différentes recensions attestées (cf. note 26 p. 181). Cet article illustre de façon éclatante la nécessité, en copte peut-être plus encore que pour les autres langues, des travaux préliminaires à toute étude littéraire ou historique. Un détail repéré par le P. Devos dans ce dossier, à savoir la personnification du concile de Chalcédoine, trouve un appui dans une source arménienne signalée par van Esbroeck (« Chalcédoine personnifié en arménien »).

14Autre figure marquante du monachisme égyptien au ive siècle : Paul de Tamma. A. Wadi donne l’édition de « La recensione breve della Vita araba di Paolo di Tamma ». Un bon résumé des événements compense l’absence de traduction pour les non arabisants. L’intérêt de cette version est qu’elle détaille la cérémonie de la vêture d’Ézéchiel, disciple de Paul. C’est ce que fait aussi, de manière beaucoup plus développée, la version copte, comme le montre E. Lucchesi en éditant « Trois nouveaux fragments coptes de la Vie de Paul de Tamma par Ézéchiel ». Cet article dense contient également un grand nombre de mises au point et de corrections touchant à divers dossiers. Je mentionnerai juste au passage la note 2 (p. 220) où est relevé un indice de mauvaise traduction du grec par le copte (participe aoriste rendu par une relative substantivée - mais n’est-ce pas plutôt une tournure typiquement copte ?), avec le commentaire suivant : « Rien qu’un petit indice comme celui-ci suffirait à prouver que le copte n’est pas la langue originale ». E. Lucchesi est de ceux qui pensent que toute la littérature copte est traduite du grec. Il me semble que cette thèse exigerait une argumentation un peu étoffée, qui lui rallierait peut-être une majorité de coptisants, souvent perplexes devant ce problème.

15La question du christianisme éthiopien, de ses origines et de ses caractéristiques, est encore sujette à discussion et donne lieu ici à deux importants articles : sur la base de dix-sept manuscrits, A. Bausi livre l’édition critique de « La versione etiopica della Didascalia dei 318 Niceni sulla retta fede e la vita monastica ». Il s’agit d’une source majeure et très mal connue pour l’étude du monachisme éthiopien. Cette édition s’intègre dans un projet plus global portant sur toutes les versions du texte, qui n’existe cependant pas en syriaque ni en latin. Quant à la christianisation de l’Érythrée, elle s’est faite nettement plus tard (xiiie-xive siècles) et elle est liée à l’histoire du mouvement « eustathien », histoire dont les sources sont à chercher dans les manuscrits, notamment dans les généalogies éditées et traduites par G. Lusini, « Per una storia delle tradizione monastiche eritree : le genealogie spirituali dell’ordine di Ēwostāṭēwos di Dabra Ṣarābi ». Deux articles situés à la fin de l’ouvrage complètent ces morceaux d’hagiographie éthiopienne : G. Hailé publie « Two hymns for Emperor Ǝskandɜr of Ethiopia. EMML 20063, ff. 116a-119b », morceaux composés encore du vivant ou juste après la mort à 22 ans, en 1494, d’un jeune empereur qui fut un fervent défenseur du christianisme ; avec « L’hagiographie éthiopienne dans son iconographie », J. Doresse évoque les relations, encore trop peu étudiées, entre Coptes et Éthiopiens, mais aussi celles qui existaient depuis le Moyen Âge entre Éthiopie et Occident.

16Le domaine géorgien est représenté par l’article de B. Outtier, « Un fragment d’index géorgien des lectures évangéliques selon l’ancien rite de Jérusalem ».

17H. Brakmann, « Hagiographie im Dienst hierarchischer Ambitionen. Eine ägyptische Wundererzählung im Umfeld der Vita BHO 1062 des Severos von Antiochien », étudie les luttes d’in uence qui transparaissent dans le récit d’un miracle dont le personnage central est Sévère d’Antioche. La version ancienne (milieu viie-début viiie siècle) pourrait re éter les conflits qui di visaient les anti-chalcédoniens au sein même des couvents de Scété, tandis qu’une recension arabe plus tardive, qui transporte les événements au Caire, est à mettre en rapport avec les rivalités entre le patriarcat d’Alexandrie et l’évêque du Caire et à situer peut-être au moment où le siège du patriarcat fut définitivement transféré au Caire (milieu du xie siècle).

18Le sujet maintes fois abordé et discuté de l’héritage pharaonique dans le christianisme copte, est repris par M. Rassart-Debergh, « Sacralité continue ou exorcisme chez les Coptes », avec une sorte de catalogue des lieux païens réoccupés par les chrétiens (tombes et temples) et des motifs artistiques qui survivent.

19Enfin M. Martin, « Dévotions populaires au Caire à la fin du xiie siècle », analyse les données de l’ouvrage intitulé Histoire des églises et monastères d’Abū al-Makārim en s’intéressant au nombre d’églises et aux saints auxquels elles sont dédiées. Cette période de la fin du xiie siècle est connue comme difficile pour les chrétiens, avec l’arrivée de la dynastie ayyoubide. Mais c’est aussi une période de restauration, et on y voit déjà paraître, me semble-t-il, les principales caractéristiques de la dévotion des Coptes d’aujourd’hui.

20Note finale : savant aux compétences multiples - la bibliographie placée en tête du volume en est la meilleure démonstration -, le P. Devos était en particulier un remarquable coptisant. Comme doit le faire tout amateur de littérature copte, il recherchait pour chaque dossier les feuillets et fragments dispersés de la fameuse bibliothèque du couvent Blanc de Haute Égypte - recherches qui peuvent prendre des années. C’est à la Bibliothèque nationale de France, riche de plus de 4 000 fragments, que sa moisson fut la plus abondante. E. Lucchesi, à qui l’on doit le si précieux Répertoire des manuscrits coptes (sahidiques) publiés de la Bibliothèque nationale de Paris (Genève 1981), évoque leurs séances de travail commun dans la salle des Manuscrits orientaux. Je donne pour terminer une liste des fragments coptes qui sont, dans ce recueil d’hommages, nouvellement identifiés et/ou édités. Cela permettra une mise à jour rapide du Répertoire et donnera une idée de l’apport de ces Mélanges aux futurs catalogues des collections françaises de manuscrits coptes.

Haut de page

Bibliographie

Paris, BnF Copte 129 (13), f 56 : Vie de Paul de Tamma (éd.) Paris, BnF Copte 129 (13), f. 93 : Vie de Jean de Lycopolis (éd.) Paris, BnF Copte 129 (16), f. 77 : Martyre des Quarante de Sébaste (éd.)

Paris, BnF Copte 129 (16), f. 102 : Martyre de Victor (id.) Paris, BnF Copte 130 (5), f. 121 : Encomion des Quarante Martyrs de Sébaste (id.)

Paris, BnF Copte 131 (3), f. 2 : Vie de Jean de Lycopolis (éd.) Paris, BnF Copte 131 (5), f. 5 et 6 : Panégyrique de Grégoire le Thaumaturge par Grégoire de Nysse (id.)

Paris, BnF Copte 132 (1), f. 52 : Vie de Jean de Lycopolis (éd.) Paris, BnF Copte 132 (2), f. 105 : Vie de Jean de Lycopolis (éd.) Paris, BnF Copte 132 (3) f. 242 : Martyre de Kollouthos (id.) Paris, Louvre E 9968 : Martyre de Claude d’Antioche (éd.) Paris, Louvre E 10032 : Vie de Jean de Lycopolis (éd.)

Le Caire, Ifao Copte 80 : Encomion des Quarante Martyrs de Sébaste (id.)

University of Michigan Library, MS. 158, 44a, b, c, d : Vie de Paul de Tamma (éd.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Boud’hors, « Ægyptus christiana. Mélanges d’hagiographie égyptienne et orientale dédiés à la mémoire du P. Paul Devos, Bollandiste, édités par Enzo Lucchesi et Ugo Zanetti », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2007, 120-126.

Référence électronique

Anne Boud’hors, « Ægyptus christiana. Mélanges d’hagiographie égyptienne et orientale dédiés à la mémoire du P. Paul Devos, Bollandiste, édités par Enzo Lucchesi et Ugo Zanetti », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 18 janvier 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rhr.revues.org/5243

Haut de page

Auteur

Anne Boud’hors

Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Section grecque Centre national de la Recherche scientifique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org