Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laurent Bricault, Atlas de la diffusion des cultes isiaques (ive av. J.-C. – ive s. apr. J.-C.), préface de Jean Leclant

Paris, Institut de France, diffusion : De Boccard, 2001, 28 cm, XXIV-192 p., ill. en noir et en couleur (« Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, nouvelle série » XXIII), 69 €.
Anna Van Den Kerchove
p. 376-379
Référence(s) :

Laurent Bricault, Atlas de la diffusion des cultes isiaques (ive av. J.-C. – ive s. apr. J.-C.), préface de Jean Leclant, Paris, Institut de France, diffusion : De Boccard, 2001, 28 cm, XXIV-192 p., ill. en noir et en couleur (« Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, nouvelle série » XXIII), 69 €.

Texte intégral

1Avec cet atlas attendu depuis longtemps, Laurent Bricault nous soumet un bel ouvrage qu’il dédie à Jean Leclant, l’initiateur en quelque sorte d’une telle entreprise avec sa publication de deux cartes sur ce même thème. J. Leclant retourne cette dédicace, puisqu’il préface le livre. L’auteur introduit l’atlas en exposant ses principes heuristiques et méthodologiques ; il justifie en particulier les choix géographiques auxquels il a procédé (comme l’exclusion de l’Égypte, pays d’origine des cultes isiaques) et les choix concernant la documentation utilisée. Cette introduction est suivie d’une bibliographie qui, si elle ne prétend pas à l’exhaustivité, se veut la plus complète possible, avec les ouvrages permettant au mieux d’accéder à une bibliographie secondaire. Ensuite, l’auteur suit la même organisation pour chaque zone géographique. Dans un premier temps, une brève notice rappelle la chronologie de l’introduction et de la diffusion des cultes isiaques dans la zone géographique concernée, l’ampleur de cette diffusion et la nature des documents isiaques découverts. Une courte bibliographie, non exhaustive et qui doit être complétée par la bibliographie introductive, conclut cette notice. Dans un deuxième temps, la carte ou l’ensemble cartographique de la zone concernée. Enfin, ces cartes sont accompagnées d’un index qui catalogue, pour chaque lieu mentionné sur la carte, les documents isiaques avec leur datation et une référence bibliographique. Pour certains documents, le lieu d’origine est incertain ; l’auteur a donc pris le parti de les mentionner aussi bien en relation avec le site où il a été découvert qu’avec le lieu d’origine supposé.

2Il n’était pas évident de cartographier cette diffusion en tenant compte de la chronologie et de la nature de la documentation. L. Bricault est parvenu à relever le défi, en réussissant à associer une information la plus complète possible (reconnaissant prudemment ne pas prétendre à l’exhaustivité) et la lisibilité des cartes, grâce à un choix judicieux des couleurs (pour la chronologie) et des symboles (pour la nature des documents cartographiés). L’ensemble est facilement maniable avec l’insertion, appréciable, d’une légende mobile, sous forme de marque-page. Le tout est chapeauté par une carte générale qui présente selon deux critères, chronologique et numérique, les sites ayant livré de la documentation isiaque. À la fin, une série de cartes récapitule la localisation des sanctuaires isiaques, cartes précédées d’un index de ces sanctuaires. Deux autres index clôturent cet atlas, l’un des noms anciens, l’autre des noms modernes (écrits en italique sur les cartes et dans les index particuliers).

3Nous voudrions faire à présent quelques remarques critiques sur l’organisation et la présentation. L. Bricault a classé les cartes selon un ordre géographique, à partir de la Grèce, ordre qu’il n’est pas toujours commode de suivre. Ceci l’amène à insérer la carte de la Bretagne entre celle sur la Germanie inférieure et celle sur les Germanies : peut-être aurait-il mieux valu la placer avant la série cartographique sur les Gaules et les Germanies, quitte à rompre la continuité continentale entre les Gaules et l’Ibérie. De même aurait-il été préférable de parler de la Campanie et du Latium avant l’Italie méridionale. En effet, l’auteur mentionne, p. 142, Puteoli, Pompéi et Herculanum, dans la notice de la carte XXX sur l’Italie méridionale, alors que ces sites sont cartographiés sur la carte XXXIII, Campanie et Latium, et mentionnés dans l’index correspondant. Ceci montre que le classement n’est pas évident. Il en va de même pour le découpage entre les cartes, une même région pouvant être représentée en partie sur deux cartes. Ainsi, l’Aquitaine est-elle cartographiée sur trois cartes, ce qui ne facilite pas la consultation des informations concernant cette région. Ces difficultés entraînent des doublons : un même site peut apparaître sur deux cartes ou dans deux index. Cela ne pose en soi aucun problème, sauf si les indications données dans les deux cas ne sont pas identiques ; ainsi pour le site de Tomis sur les cartes VIII et XII où il manque deux données, ou pour le site de Chios sur les cartes IX et XIII où les données chronologiques ne sont pas identiques. Pour ce dernier site, p. 41 dans l’index de la carte IX, l’auteur ne donne aucune indication chronologique pour la pièce de monnaie, alors qu’il en indique une page 57, dans l’index de la carte XIII. Il en va de même pour Cadyando entre les cartes XIII et XIV ou Almadovar, entre les cartes XIX et XX.

4Du fait de ces doublons, et comme cet atlas est un véritable instrument de travail, la consultation doit être facilitée pour l’utilisateur amené à naviguer d’une carte à l’autre. Or, il n’y a pas toujours une correspondance exacte entre les sites cartographiés et ceux qui apparaissent dans l’index correspondant à la carte. L’auteur fait parfois des renvois d’une carte à une autre (ou d’un index à l’autre), mais cela n’est pas systématique. Par exemple, les sites d’Ambracia et de Nicopolis sont cartographiés sur la carte V ; cependant, ils sont mentionnés non dans l’index correspondant à cette carte, mais dans celui de la carte VI, et il n’y a aucun renvoi à cette carte. Il en va de même pour Telesia, cartographié sur la carte XXX et mentionné seulement dans l’index de la carte XXIX.

5Terminons par quelques oublis et erreurs. Sur la carte XXIII, pour Lugdunum, des shaouabtis ne sont pas cartographiés, alors qu’ils sont mentionnés dans l’index de la carte. De même, il est question d’une statuette de Fortuna à Lauriacum, p. 120, mais elle n’est pas cartographiée sur la carte XXVI. Mentionnons également le site d’Arelate pour lequel plusieurs documents isiaques ne sont pas cartographiés, comme une stèle funéraire, alors qu’ils apparaissent dans l’index de la carte XXVIII. De plus, certains objets n’ont pas été cartographiés, comme des lamelles ou des tessères. Des sites n’ont pas été cartographiés, comme Mediolanum-Santonum, Lions et Tronoën sur la carte XXI. De plus, quelques erreurs se sont glissées dans les noms : sur la carte XX, il est mention du site moderne de Badajoz, qui n’apparaît ni dans l’index de la carte ni dans l’index général des noms modernes ; en revanche, dans les deux index, il est question de Padrâo, absent de la carte XX. Sur la carte XXII, Aardenburg est situé dans la Gaule Belgique, alors que dans l’index de la carte c’est dans la Germanie inférieure septentrionale ; en revanche, Advataca Tongrorum est situé dans cette Germanie tandis que dans l’index, c’est dans la Gaule Belgique.

6Terminons en regrettant l’absence d’une certaine homogénéisation dans l’orthographe des noms, dans le sens où on ne voit pas pourquoi la terminaison, grecque ou latine, de certains noms change entre l’index ou la notice et la carte ou d’une carte à l’autre : Lemnos (carte VIII) et Lemnus (p. 34), Abydos (p. 48) et Abydus (carte XII), Chius sur la carte XIII et Chios sur la carte IX.

7Toutes ces remarques n’enlèvent en rien au fait qu’il s’agit d’un ouvrage de belle qualité, véritable outil de travail qui permet de visualiser l’état de la documentation isiaque actuelle (hors Égypte) par région et par époque et de situer l’étude d’un lieu dans un contexte géographique et chronologique plus large. La consultation des cartes soulève un certain nombre de questions concernant notamment la chronologie de l’expansion et le type de documentation différents selon les régions et les raisons de ces différences.

8Cet atlas est fait selon une méthode et des principes qui pourraient être adoptés pour d’autres atlas du même genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Van Den Kerchove, « Laurent Bricault, Atlas de la diffusion des cultes isiaques (ive av. J.-C. – ive s. apr. J.-C.), préface de Jean Leclant », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2007, 376-379.

Référence électronique

Anna Van Den Kerchove, « Laurent Bricault, Atlas de la diffusion des cultes isiaques (ive av. J.-C. – ive s. apr. J.-C.), préface de Jean Leclant », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 22 janvier 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rhr.revues.org/5291

Haut de page

Auteur

Anna Van Den Kerchove

Laboratoire d’études sur les monothéismes
(CNRS / EPHE Sciences religieuses)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org