Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Géraldine Chatelard, Briser la mosaïque. Les tribus chrétiennes de Madaba, Jordanie (xixe-xxe siècle)

Paris, CNRS-Éditions, 2004, 400 p.
Dominique Trimbur
p. 387-389
Référence(s) :

Géraldine Chatelard, Briser la mosaïque. Les tribus chrétiennes de Madaba, Jordanie (xixe-xxe siècle), Paris, CNRS-Éditions, 2004, 400 p.

Texte intégral

  • 1 Géraldine Chatelard et Mohammed Tarawneh (Dir.), Antonin Jaussen -Sciences sociales occidentales e (...)

1Il y a quelques années, Géraldine Chatelard avait rappelé aux mémoires la personne et l’activité d’un dominicain français établi au Proche-Orient, le P. Antonin Jaussen de l’École biblique de Jérusalem1. Relevant la multiplicité des facettes de la personnalité et des travaux du religieux, elle avait établi son statut, entre autres, de pionnier de l’anthropologie et de l’ethnologie (ethnographie) de vastes zones des rives orientales de la Méditerranée : il avait été possible grâce à ce tableau de revenir sur un scientifique et un religieux de son temps, avide de replacer les Écritures saintes dans leur contexte et de décrire des populations dont on pensait alors qu’elles étaient les fidèles représentations et descendants des contemporains du Christ.

2En quelque sorte, dans ce nouvel ouvrage issu de sa thèse de doctorat, Géraldine Chatelard s’aligne sur ce personnage tout en s’en distinguant. Elle s’aligne sur lui en prenant pour objet certaines des populations qu’il avait lui-même observées : les Bédouins chrétiens de la ville de Madaba. Elle s’en distingue en les analysant sur le temps long et en en réalisant une étude pleinement scientifique, dénuée des visées d’« authenticité » qui avaient guidé le religieux.

  • 2 Voir notamment Géraldine Chatelard (dir.), Jordanie, le royaume frontière, Paris, Autrement, 2001.

3Bonne connaisseuse de la rive orientale du Jourdain pour y avoir longtemps séjourné2, elle se penche sur une population très caractéristique. Son regard l’amène ainsi à décrire un groupe de population spécifique, à l’origine peu représentatif de son environnement : des Bédouins chrétiens, isolés dans un contexte profondément musulman. Elle procède à son analyse en s’extrayant de la vision par trop idéalisée qu’est celle des Occidentaux considérant leurs coreligionnaires chrétiens orientaux.

4Madaba, une communauté urbaine récente, issue de la sédentarisation de Bédouins convertis (créée en 1880), connaît très rapidement la célébrité par ses spécificités, bédouine citadine et chrétienne : c’est là qu’est révélée par hasard en 1884 une mosaïque byzantine offrant la représentation la plus ancienne de la ville terrestre de Jérusalem (découverte effectuée par des Franciscains de la Custodie de Terre Sainte, mais l’interprétation de la trouvaille n’est réalisée que plus tard par le P. Lagrange, alors directeur de l’École biblique). Cette découverte attire l’attention sur une communauté qui rapidement sera particulièrement soignée, sinon instrumentalisée, par les religieux orthodoxes et latins (au point de devenir plus tard, du point de vue de la préservation de ses âmes, un objet de concurrence entre le Patriarche latin de Jérusalem et le Custode franciscain).

  • 3 L’ouvrage comprend un cahier illustré reprenant quelques-uns de ces clichés. Voir aussi le catalog (...)

5Communauté chrétienne, elle est toutefois représentative des millet, les communautés « nationales » qui composent l’Empire ottoman, avec à leur tête des chefs religieux et claniques (certains chefs de famille ont été immortalisés « en majesté » par les dominicains de l’École biblique3). Cette structure, décrite par Géraldine Chatelard, a duré plus longtemps que l’Empire turc : comme dans le mandat de Palestine, notamment, le statut particulier de la communauté de Madaba a été en grande partie préservé par l’autorité britannique d’abord, par le royaume de Transjordanie ensuite. Les élites chrétiennes, maintenues en place, ont par la suite subi la même évolution que les autres responsables, notamment musulmanes, avec une laïcisation poussée dans ce qui devient en 1949 la Jordanie. Mais l’imprégnation religieuse ne peut que se maintenir dans une société dont les fondements subsistent en dépit des évolutions de façade ; en l’occurrence, cette persistance s’opère pour ainsi dire aux dépens de la communauté chrétienne de Madaba. C’est ainsi que « Septembre noir », sanglante répression jordanienne exercée en 1970 à l’encontre d’une population palestinienne par trop présente et menaçante, a pour corollaire une islamisation du royaume, et ainsi une opposition larvée ou ouverte entre chrétiens et musulmans. C’est cette situation qui demeure aujourd’hui, lorsque les chrétiens de Madaba ne choisissent pas l’exil.

6Par cette étude locale, Géraldine Chatelard présente une analyse fine qui outrepasse la définition purement religieuse d’une communauté ; de même son travail surmonte les limites de son propre cadre. De même que, nonobstant les frontières politiques et le conflit du Moyen-Orient, la communauté de Madaba dépend encore et toujours des Patriarcats, latin et grec orthodoxes, de Jérusalem, elle présente des caractéristiques qui valent pour les groupes minoritaires dans la région, et au-delà. Se posent en effet là des questions, pas toujours résolues, d’intégration dans une société plus large, avec une communauté qui n’en est ou qui n’en reste pas forcément une ; celle des tentatives de définition par soi-même, alors que cette même définition est souvent imposée par l’extérieur (de tout temps, par exemple, les Occidentaux y voient avant tout des chrétiens, et non des Arabes ou des pleins ressortissants de leur pays).

7Par cette étude historico-sociologique de lecture agréable, analytique et engagée, fidèle aux observations de son lointain prédécesseur Antonin Jaussen mais rompant également avec la subjectivité qui affectait cet homme de son temps, Géraldine Chatelard offre au lecteur le portrait de l’édification d’une mémoire collective qui reprend ces antagonismes et ces particularismes locaux.

Haut de page

Notes

1 Géraldine Chatelard et Mohammed Tarawneh (Dir.), Antonin Jaussen -Sciences sociales occidentales et patrimoine arabe, Actes du colloque de mars 1997 « Antonin Jaussen : genèse des sciences sociales occidentales, constitution d’un patrimoine arabe », Amman-Beyrouth, Centre d’Études et de Recherches sur le Moyen-Orient Contemporain, 1999.

2 Voir notamment Géraldine Chatelard (dir.), Jordanie, le royaume frontière, Paris, Autrement, 2001.

3 L’ouvrage comprend un cahier illustré reprenant quelques-uns de ces clichés. Voir aussi le catalogue de l’exposition de photographies anciennes de l’École biblique de Jérusalem : Itinéraires bibliques, Paris, Institut du Monde arabe, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Trimbur, « Géraldine Chatelard, Briser la mosaïque. Les tribus chrétiennes de Madaba, Jordanie (xixe-xxe siècle) », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2007, 387-389.

Référence électronique

Dominique Trimbur, « Géraldine Chatelard, Briser la mosaïque. Les tribus chrétiennes de Madaba, Jordanie (xixe-xxe siècle) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 22 janvier 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rhr.revues.org/5299

Haut de page

Auteur

Dominique Trimbur

Centre de Recherche français de Jérusalem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org