Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yvette Duval, Les chrétientés d’Occident et leur évêque au IIIe siècle. Plebs in ecclesia constituta (Cyprien, Ep. 63)

Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2005, 24,5 cm., 347 p. (« Collection des Études Augustiniennes – Série Antiquité », 176), 43 €.
Claire Sotinel
p. 505-508
Référence(s) :

Yvette Duval, Les chrétientés d’Occident et leur évêque au IIIe siècle. Plebs in ecclesia constituta (Cyprien, Ep. 63), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2005, 24,5 cm., 347 p. (« Collection des Études Augustiniennes – Série Antiquité », 176), 43 €.

Texte intégral

1Le dernier livre d’Yvette Duval rassemble diverses études réalisées au cours des vingt dernières années (la plus ancienne remonte à 1984). L’historienne de l’Afrique chrétienne met ainsi à la disposition du lecteur une série d’enquêtes dans lesquelles elle s’attache à définir au plus près les communautés chrétiennes de l’Afrique pré-constantinienne. Beaucoup de ces essais sont inspirés par la lecture d’autres spécialistes de la période : Victor Saxer et Serge Lancel, récemment disparus ; G. W. Clarke, auteur d’une magistrale édition commentée des lettres de Cyprien parue dans les années 1980 (The letters of St-Cyprian of Carthage (Ancient Christian Writers 43-46), New York, Newman Press, 1984) ; R. Selinger, dont l’enquête sur la persécution de Dèce a profondément modifié notre vision de cet épisode (The mid-third Century Persecution of Decius and Valerian, Frankfurt am Main : Peter Lang, 2002), etc. L’ensemble du livre est fondé sur l’analyse des lettres de Cyprien de Carthage. Par sa nature même, l’ouvrage est d’une construction parfois un peu obscure : si les études sont rassemblées par thème, les répétitions sont nombreuses et la cohérence des différentes parties n’est pas toujours immédiatement perceptible au lecteur.

2La première partie, intitulée « évêchés et conciles », consiste pour l’essentiel en une série de mises au point prosopographiques et topographiques. Tenant compte des recherches récentes, l’édition des lettres de Cyprien déjà mentionnées, des découvertes archéologiques et épigraphiques, l’auteur revient sur le nombre des évêchés africains et sur la nature et la fréquence des réunions africaines. Nombre de ces mises au point sont utiles et rendront de grands services aux historiens travaillant sur l’Afrique ; au demeurant, la carte incluse hors-texte dans le volume, carte des évêchés du IIIe siècle identifiés en Afrique proconsulaire et en Numidie, se recommande par sa clarté et sa commodité : la liste des évêchés, avec leur nom latin et les équivalences modernes, est très utile.

3La deuxième partie, intitulée : « la communauté chrétienne sous l’autorité de l’évêque », aborde un thème qui s’avère récurrent dans tout le reste de l’ouvrage : le rôle de la plebs, définie dans le chapitre 4 comme la communauté dans son entier, laïcs compris, dans la vie des églises d’Afrique au iiie siècle. Les deux autres chapitres de cette partie traitent de dossiers particuliers, le dossier prosopographique de l’affaire Geminius de Furnos (chapitre 5) et une série de points relevant de la persécution de Dèce, analysés dans la perspective ouverte par Selinger, qui a démontré que l’édit de 249 ne visait pas particulièrement les chrétiens, mais s’inscrivait dans une tradition impériale de célébrations générales visant à exprimer l’unité de l’Empire.

4La troisième partie, « Le clergé », est en fait, plus encore que la précédente, centrée sur la question du rôle de la plèbe dans la vie de l’église, à travers l’analyse minutieuse des procédures de la désignation des évêques (chapitre 7), et des clercs (chapitre 8). En ce qui concerne les évêques, l’auteur insiste sur le rôle de du peuple dans l’élection, qui ne se réduit pas à une simple approbation, mais peut jouer un rôle de poids dans les situations potentiellement conflictuelles. Il est frappant que ces conclusions rejoignent exactement celles de C. Lepelley sur les suffrages populaires dans les élections municipales des cités d’Afrique à la même époque. Ainsi, les remarques d’Y. Duval s’inscrivent dans une tradition maintenant bien établie de réévaluation de la vitalité de la vie des communautés civiques dans l’Afrique romaine. En revanche, elle conclut de façon moins convaincante à la non-participation de la plèbe dans la désignation des autres clercs. La démonstration qui vise à éliminer le témoignage de la lettre 67 dans laquelle Cyprien mentionne la participation « garantie par le suffrage et le jugement de tous », « le peuple étant présent », précisant « et ce n’est pas seulement pour les ordinations des évêques et des prêtres, mais aussi pour les ordinations des diacres que nous voyons les apôtres observer cette conduite. », laisse sur la réserve.

5Dans le chapitre sur les élections épiscopales, particulièrement intéressantes sont les observations sur l’approbation à distance donnée à l’ordination soit par des évêques qui n’ont pu se déplacer (p. 210-211), soit dans des cas particuliers où les évêques sont en danger de voir leur légitimité contestée (213-218). Il s’agit en effet d’une tentative de manifester de manière concrète l’idéal de l’église universelle, exprimée dans la formule : les « évêques du monde entier ». Un troisième chapitre propose une mise au point prosopographique sur quelques personnages mêlés aux persécutions : le lecteur Celerinus, confesseur à Rome sous Dèce, ses deux oncles et sa grand-mère, victimes de persécutions antérieures qu’il ne faut pas rapporter nécessairement au règne de Septime Sévère, les deux chrétiennes Numeria et Candida, qui ont failli sous la persécution de Dèce.

6La quatrième partie, intitulée « Juridictions chrétiennes » aborde différents aspects du rôle de la plèbe dans les procédures de la juridiction ecclésiastique, en ce qui concerne les laïcs ou les clercs (chapitre 10) ou les évêques (chapitre 11). Le chapitre 12 passe en revue tous les types d’assemblées qui peuvent être amenées à prendre des décisions juridiques : évêque et ses conseillers, réunion informelle de plusieurs évêques, conciles faisant fonction de tribunaux, pour conclure que la « justice ecclésiastique en Afrique, et aussi en Occident, (…) prend des formes modulées et nuancées – selon l’incidence des fautes dans la vie des églises, et surtout selon le statut des coupables –, mais toujours sous l’autorité de l’évêque ».

7L’ouvrage d’Yvette Duval offre bien des éléments utiles, qu’il s’agisse de ses mises au point prosopographiques, topographiques ou chronologiques, dont on ne discutera pas le détail ici, ou de ses développements institutionnels. En ce qui concerne ces derniers, on est frappé par le parti pris juridique de l’auteur, qui semble en permanence rechercher à travers le témoignage de Cyprien les règles qui régiraient de façon normative les églises d’Afrique au IIIe siècle. Malgré toutes les nuances qu’elle apporte, et la prudence de ses conclusions, il me semble qu’elle mésestime à quel point les églises, en Afrique comme ailleurs, sont encore à l’époque des institutions en train de se construire, dans lesquelles la question de la norme ne se posait qu’à titre exceptionnel ; nombre des décisions prises par les évêques, celui de Carthage compris, étaient sans doute encore des réponses pragmatiques à des situations déroutantes. À force de rechercher la règle, on finit par estomper la réalité de la communauté vivante dans son époque.

8Yvette Duval nous a quittés l’été dernier ; elle laisse avec ce livre un dernier témoignage de sa curiosité toujours active d’historienne et de l’importante de sa contribution au renouveau des études sur le christianisme africain qui a marqué l’historiographie française et anglaise de la seconde moitié du xxe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Sotinel, « Yvette Duval, Les chrétientés d’Occident et leur évêque au IIIe siècle. Plebs in ecclesia constituta (Cyprien, Ep. 63) », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2007, 505-508.

Référence électronique

Claire Sotinel, « Yvette Duval, Les chrétientés d’Occident et leur évêque au IIIe siècle. Plebs in ecclesia constituta (Cyprien, Ep. 63) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rhr.revues.org/5431

Haut de page

Auteur

Claire Sotinel

Université François Rabelais Tours.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org