Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Andreas Merkt, Das Fegefeuer. Enstehung und Funktion einer Idee

Charlotte Touati
p. 419-423
Référence(s) :

Andreas Merkt,Das Fegefeuer. Enstehung und Funktion einer Idee, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2005, 21,5 cm, 131 p., 29,90 €.

Texte intégral

1A. Merkt donne le ton dès l’introduction et expose buts et motivations avec une clarté réjouissante. Ainsi, le nom de Jacques Le Goff apparaît à la première ligne, en-tête programmatique. Un historien ne peut, même un quart de siècle après sa parution, aborder la question du purgatoire sans se prononcer sur La Naissance du Purgatoire (Paris, 1981). Il peut en revan­che s’appuyer sur l’autorité de J. Le Goff pour ensuite se positionner et organiser sa matière. Selon A. Merkt, J. Le Goff raisonne en médiéviste.

2Un purgatoire localisé, le troisième espace de l’au-delà, est une pure réalité médiévale. Ce purgatoire-là n’émergeant qu’au douzième siècle, toutes les manifestations antérieures n’appartiendraient qu’à sa préhistoire.

3Le dossier est alors rouvert avec un regard d’antiquisant porté sur l’Afrique du Nord entre 180 et 250 après J.-C. De surcroît, l’objet demande à être redéfini, sa localisation n’étant plus un élément constitutif. L’historien de l’Antiquité est également en droit de soulever des questions subsidiaires. Les liens unissant purgatoire et suffrages des vivants sont-ils indissolubles et fondamentaux ? Le purgatoire est-il si intimement chrétien, occidental et latin qu’on ne puisse documenter des parallèles et même des emprunts aux religions non-chrétiennes, ou simplement non-catholiques ? Si la naissance du purgatoire s’accompagne de mutations dans les champs du savoir et de l’histoire, les transformations de l’Empire autour des règnes sévériens n’ont-elles pas vu également leur lot d’innovations ? Autant de questions stimulantes qui charpentent l’étude d’A. Merkt.

4L’auteur explique le choix de son corpus en constatant que depuis le Moyen Âge, l’existence du purgatoire fait débat et oppose les tenants de la foi catholique latine aux chrétiens orientaux, puis aux protestants. Ce contexte polémique a largement modelé l’approche des textes patristiques et ce, jusqu’à nos jours. Sur cette base méthodologique, l’auteur entame une série d’études textuelles. Après une brève mise en contexte de la Passion de Perpétue et de Félicité, le champ est restreint à deux visions où la future martyre voit son défunt frère, souffrant de sa situation au-delà. Perpétue s’abîme alors dans la prière et parvient à le tirer de ses tourments. En détaillant les nombreuses interprétations suscitées par les visions de Perpétue, A. Merkt signale à nouveau son souci de s’inscrire dans la recherche, de dialoguer avec elle et de compléter ce qui fut négligé jusqu’alors. Les différentes analyses sont classées selon le point de vue adopté et chaque groupe donne l’occasion d’un résumé discursif, clair et essentiel des problématiques. La chronologie des contributions (toutes les références sont bien entendu reportées en notes) est gommée, évitant ainsi la séche­resse d’un catalogue. Chaque perspective connaît ses limites qu’A. Merkt pointe pour mieux relativiser la portée d’une explication unique du texte. Sa position personnelle est énoncée dans un second temps, pas de la manière attendue, mais selon une démonstration par l’absurde : si aucune hypothèse n’a donné le fin mot des visions de Perpétue, c’est qu’on a voulu leur faire dire davantage qu’elles ne peuvent signifier.

5Avec Tertullien, le sort des défunts est abordé dans et par un esprit différent de celui de Perpétue. Ses textes sont beaucoup plus explicites. A. Merkt expose alors de manière synthétique le traitement de trois problèmes par Tertullien : la situation des âmes entre mort et résurrection, le délai de la résurrection et l’exégèse de Mt 5,25. Les conceptions éthiques et eschatologiques du maître ont évolué au cours de sa vie et de son œuvre, mais l’ Adversus Marcionem, le De anima et le De resurrectione permettent d’apprécier l’essentiel de ses représentations de l’après-vie, marquées par un souci pénitentiel qui travaillera également son compatriote Cyprien. Ce dernier n’a certainement pas lu les ouvrages de son prédécesseur frappé d’une véritable damnatio memoriae pour cause de montanisme. Le traite­ment de problèmes similaires par l’évêque et par le quasi hérétique mérite que l’on s’y attarde. Concernant la situation de l’âme entre mort et résur­rection, Cyprien ne professe pas l’extrême rigorisme de Tertullien et semble ouvrir le repos éternel à d’autres qu’aux martyrs. Un jugement personna­lisé à la fin des temps est exclu, ce qui laisse supposer l’existence d’une période perfective entre la mort individuelle et le jugement collectif. Mais le propos de Cyprien est beaucoup moins explicite que ne le fut celui de Tertullien. Peut-être est-ce la prolixité de ce dernier et l’association de son nom à l’interim qui incitent Cyprien à une certaine discrétion. On pourrait dès lors s’interroger sur l’existence même de cet interim dans son système.

6Une purification post-mortem est attestée dans une lettre à Antoninianus, fruit de la querelle contre Novatien, « anti-pape » refusant de réintégrer les lapsi au sein de l’Église. Interrogé sur la question par son confrère Antoninianus, Cyprien démontre qu’il n’y a pas danger pour la communauté à accueillir ceux qui ont chuté, moyennant pénitence. C’est alors qu’il oppose le sort de ces pénitents, qui paieront encore dans l’au-delà pour s’être dérobés à la prison et à la mort, à celui des martyrs qui ont affronté la violence terrestre, mais sont ensuite libérés des tourments dans la mort. L’affirmation d’une pénitence post-mortem a parfois concouru à ériger Cyprien en père du purgatoire. À partir d’une étude lexicale, A. Merkt démontre la portée ecclésiologique de cette missive, souvent occultée au profit d’une lecture eschatologique. En effet, l’ancrage historique du débat implique de s’inter­roger sur l’Église, les fins dernières, le pardon humain et divin, autant de questions vitales situées à des registres différents, mais fortement inter­dépendantes. Une synthèse intermédiaire reprend les caractéristiques essentielles d’un purgatoire qui semble poindre à Carthage au début du troisième siècle. A. Merkt relève que Cyprien double la métaphore de la prison par celle du feu et qu’il est le premier auteur à user du verbe purgare.

7Dans la première partie de l’étude, le corpus était présenté de manière chronologique, en soulignant les points communs ou les spécificités des textes, ainsi que le contexte historique qui les a vu naître. Dans la seconde partie, les mêmes œuvres sont traitées de manière transversale, par une série d’études thématiques. Les prières ou offrandes des vivants en faveur des défunts ouvrent la danse. Rituel d’apaisement ou rite propitiatoire, la prière païenne aux morts a pour bénéficiaire celui qui la prononce et non l’âme invoquée. La prière d’intercession destinée au défunt lui-même serait donc caractéristique du christianisme. Autre conclusion majeure de la seconde partie : intervenir dans le sort des défunts implique un stade intermédiaire entre enfer et paradis, un purgatoire qui brise l’image d’un au-delà bipartite et inamovible.

8Après avoir examiné la relation des vivants aux morts dans sa dimension individuelle (l’épouse prie pour l’époux, la sœur, pour le frère), A. Merkt s’intéresse à la partie collective ou ecclésiale du dossier. Au troisième siècle, le christianisme est en passe de devenir une religion populaire, mais la composition des communautés laisse parfois à désirer. Lucide, Cyprien admet que nul ne peut se reconnaître la capacité de séparer le bon grain de l’ivraie sans une exorbitante présomption. Seul dieu sonde les âmes ; il lui revient donc de passer l’ecclesia au crible, ou, selon les dires de l’évêque, de la passer au feu. Aussi importante que la mention du purgatoire comme lieu, la prise de conscience que tous les baptisés ne sont pas du métal le plus pur et que l’Église terrestre n’est pas la Jérusalem céleste pourrait marquer l’acte de naissance du purgatoire.

9Carthage voit l’affirmation d’un autre phénomène d’importance : un légalisme de tendance montaniste, dont Tertullien est le plus fameux porte-parole. L’âme doit s’acquitter de toute dette dans l’au-delà, jusqu’au dernier denier ; jusqu’au dernier péché qu’elle soit purgée par le feu. À ce légalisme, A. Merkt oppose les conceptions intériorisées des deux Alexan­drins Clément et Origène. Marqués par le platonisme, ils décrivent un feu plus purificateur que punitif, au cœur d’une dynamique positive d’éducation de l’âme.

10Dernier volet, A. Merkt met en équation purgatoire et histoire, selon deux conceptions : apocalyptique et gnostique. La doctrine du purgatoire semble incompatible avec la croyance en une fin des temps imminente qui aurait le feu du jugement en ligne de mire. Mais au troisième siècle l’urgence apocalyptique s’est refroidie. La fin du monde n’est plus pour demain, ce qui laisse quelque délai pour développer une eschatologie individuelle. En envisageant le temps des tribulations (celui du feu purgatoire) comme un emprisonnement, Tertullien se distingue de la conception gnostique de l’histoire, qui considère que la prison n’est pas l’Hadès, mais le monde lui-même dans toutes les dimensions qui le régissent, temps et espace.

11A. Merkt considère ensuite la piste du judaïsme rabbinique. À plus d’un titre intéressante, elle présente l’avantage de croiser l’itinéraire afri­cain tracé auparavant. Perpétue, Tertullien ou Cyprien ont pu entrer en contact avec le judaïsme, attesté dans la province d’Afrique. Au nombre des représentations communes avec le christianisme, on pourra citer l’existence d’un au-delà temporaire, la division du séjour souterrain en deux étages, le plan supérieur accueillant les défunts en attente de la miséricorde divine. L’interconnexion des cultures et des religions dans la koiné est une des clés du problème, réservant quelques surprises : même le néo-platonisme présente des traits que l’on croirait propres à la tradition judéo-chrétienne.

12La discrétion des prises de position personnelles d’A. Merkt pourrait surprendre, mais c’est oublier sa méthode. En retraçant l’histoire de la recherche, il fait coup double. Une hypothèse n’est jamais discutée pour elle-même, mais seulement dans les aspects utiles au plan d’ensemble. En d’autres termes, il annonce les problématiques en citant des travaux anté­rieurs, dont il valide ou non les conclusions, jusqu’à ce que le champ soit balisé. C’est l’intelligence des hypothèses retenues, de leur nombre, de leur extension et des interactions possibles qui laisse affleurer l’originalité de l’étude d’A. Merkt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Touati, « Andreas Merkt, Das Fegefeuer. Enstehung und Funktion einer Idee », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2008, 419-423.

Référence électronique

Charlotte Touati, « Andreas Merkt, Das Fegefeuer. Enstehung und Funktion einer Idee », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 14 janvier 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rhr.revues.org/6703

Haut de page

Auteur

Charlotte Touati

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org