Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Guy Bedouelle, Jean-Louis Bruguès, Philippe Becquart, L'Église et la sexualité. Repères historiques et regards actuels

Camille de Villeneuve
p. 431-434
Référence(s) :

Guy Bedouelle, Jean-Louis Bruguès, Philippe Becquart, L'Église et la sexualité. Repères historiques et regards actuels, Paris , Éditions du Cerf, 2006, 19,5 cm, 271 p., (« Histoire du Christianisme »), 18 €.

Texte intégral

1Il n'est sans doute pas de points de doctrine de l'Eglise catholique plus critiqués et incompris que ceux portant sur la sexualité. Le livre de Guy Bedouelle, Jean-Louis Bruguès et Philippe Becquart, L'Église et la sexualité, repères historiques et regards actuels, donne des clés de compréhension de la doctrine chrétienne sur la sexualité. Malgré sa sympathie en faveur du discours catholique, il ne fait aucune part à l'apologie. Ce travail, fruit de la réflexion des étudiants d'un séminaire de l'université de Fribourg dirigé par les auteurs, tend à expliquer la position de l'Eglise sur les ques­tions morales et sociales relatives au sexe dans une perspective historique et théologique. Le livre se partage en sept chapitres qui portent chacun sur un aspect de la sexualité. Le mariage, clé de voûte de la doctrine chrétienne, en est le premier et le fondement ; de la doctrine du mariage, seul lieu possible de pratique de la sexualité, découlent les positions de l'Église sur les autres sujets abordés. Suivent ainsi des chapitres sur les fiançailles et les relations préconjugales, la contraception, l'avortement, la masturbation, l'homosexualité et la différence sexuelle, enfin sur la chasteté et la pudeur. On peut regretter que la sodomie, uniquement abordée dans le chapitre sur l'homosexualité, n'ait pas fait l'objet d'un traitement à part. Elle fut pourtant une construction médiévale fondamentale dans le discours chrétien sur la sexualité, comme le rappelle le livre récent de Mark Jordan, L'Invention de la sodomie dans la théologie médiévale (Epel, trad. de l'anglais par Guy Le Gaufey, 2007).

2Chaque chapitre est traité en deux temps. Les auteurs abordent le sujet d'un point de vue historique et culturel : ils en rappellent les conceptions antiques et sémitiques avant d'en retracer l'histoire proprement chrétienne des Pères de l'Eglise jusqu'au xxe siècle. L'évocation du contexte social et historique a le mérite de rappeler la rupture qu'a constitué le discours chrétien sur la sexualité, et rappelle l'étonnante modernité de certains textes patristiques, comme celui de Tertullien évoquant la relation d'intimité d'une femme enceinte et de son enfant dans le Traité de l'âme : « j'en appelle à toi, mère, qui es enceinte maintenant ou qui as déjà des enfants (...). Dis-nous : est-ce que tu ne ressens aucun mouvement de vie dans le fœtus ? Es-ce que tes entrailles ne tremblent pas, tes côtes ne bougent pas, ton ventre ne palpite pas, lorsque la masse que tu portes change de position ? » (cité p. 139). L'originalité de la doctrine chrétienne, principalement nourrie de la Bible et des épîtres pauliniennes et dont l'on trouve des anticipations stoïciennes notamment au sujet de la condamnation de l'avortement, fut de rompre avec l'antique union du sexe et du mythe et la ritualisation de la sexualité. Le caractère sacramentel que l'Église a donné au mariage, sur le fondement des épîtres de Paul, a protégé le consentement des femmes.

3En rappelant dans l'esprit de l'Ancien Testament la nature sacrée de toute vie humaine et de toute personne, elle a mis fin à la pratique de l'infanticide et à la banalisation de l'avortement propre au monde romain. Cela n'empêche pas les auteurs de rappeler sans complaisance les excès de l'Eglise dans la condamnation de la chair et du sexe, la valorisation dans les premiers temps de l'Eglise de la virginité et ses propos outrés notamment sur l'homosexualité, dont la pratique est considérée encore comme un crime abominable méritant le châtiment divin par le pape Pie X en 1890 et fut puni tout au long de l'histoire d'abord par la mort jusqu'au xiiie siècle, puis par l'exil et l'excommunication. L'intérêt de cette approche histori­que est également de montrer comment la doctrine catholique actuelle s'est élaborée progressivement et demeure relativement récente. Certains de ses principes le sont depuis seulement un siècle et demie ; l'embryon, considéré comme inanimé dans ses quarante premiers jours, selon la théo­rie aristotélicienne de l'animation médiate, fut considéré comme une personne humaine dès sa conception par Pie XI en 1869. L'histoire montre enfin que l'Église fut parfois plus tolérante que la société à l'égard des mœurs sexuelles. La masturbation fut victime d'une véritable cabale médicale aux xviiie et xixe siècles, à la suite de la parution du livre Onania ou l'odieux péché de la masturbation et toutes ses conséquences affreuses pour les deux sexes (1715), à laquelle l'Église ne participa pas.

4Dans un deuxième temps, les auteurs exposent la doctrine actuelle de l'Église sur le sujet abordé, largement inspirée de la théologie du corps développée par le pape Jean-Paul II tout au long de son pontificat, notam­ment dans ses ouvrages Amour et responsabilité. Etude de morale sexuelle, qu'il écrivit alors qu'il n'était encore que cardinal, et Homme et femme il les créa. Une spiritualité du corps, ouvrages abondamment cités par les auteurs. Ils en démontrent ainsi la cohérence et l'intelligence, qu'assure la considération du mariage comme l'union mystique du Christ et de son Eglise : la sexualité est appelée à être vécue au sein du mariage, ouvert à la procréation, signifiant ainsi la bonté de l'acte créateur divin. De ce fonde­ment théologique découle l'approche catholique de la sexualité, qui ne dissocie pas l'amour charnel de l'amour spirituel et donne sa pleine valeur au plaisir. Les auteurs n'hésitent pas à signaler le manque de clarté et d'adresse qu'eut l'Eglise dans la promotion de son discours, notamment sur la contraception, rappelant l'effet désastreux qu'eut l'encyclique Humanae vitae sur les catholiques, ni à évoquer un manque d'attention liturgique à la période des fiançailles dont le caractère institutionnel sous l'empire romain jusqu'au xviiie siècle faisait un engagement en soi. Une réflexion théologique sur les fiançailles permettrait de rénover l'approche des rela­tions pré-conjugales qui font pour l'instant l'objet d'une pure et simple condamnation. Les auteurs regrettent ainsi que l'on oublie la valeur spiri­tuelle propre au concubinage, en évoquant la promesse sur laquelle il se fonde, semblable à celle des fiançailles : « S'il y a promesse, c'est qu'il y a échange de paroles, partage de valeurs humaines et spirituelles, d'où découlent un certain nombre d'obligations et de devoirs auxquels les formes les plus sérieuses de concubinage n'échappent pas » (p. 82). La sympathie des auteurs en faveur de la doctrine catholique leur interdit cependant de réfléchir plus avant à certaines formulations et les amène ainsi, parfois, à user de formules rapides pour caractériser la sexualité de nos contemporains, qui mériterait en elle-même un ouvrage. Ils dénoncent ainsi rapidement « individualisme et subjectivisme, rationalisme scientifique et idée de progrès, éthique du plaisir et utilitarisme » (p. 76) comme des ferments de dissolution de la relation conjugale, sans prendre la peine de les différencier. Cette même sympathie amène également les auteurs à noircir le tableau des relations affectives aujourd'hui sous prétexte de la perte du sens chrétien du mariage, avec des formules expéditives : ainsi de l'idéal amoureux moderne dans lequel « la survalorisation du sexuel se fait au détriment d'autres critères éthiques (confiance, fidélité, responsabi­lité, vérité) » (p. 78). Le langage de l'Eglise sur la sexualité ne fait pas l'objet d'une analyse critique : le terme de « péché grave » pour désigner les relations pré- conjugales (p. 81) reste admis, les expressions de « grave dépravation » (p. 228) ou encore d'« immaturité affective » pour désigner l'homosexualité également. La position de l'Eglise sur l'homosexualité, dont la radicalité s'explique par sa conception du mariage orienté vers la procréation, se satisfait de jugements que les auteurs parviennent difficile­ment à justifier : selon le Catéchisme de l'Eglise catholique, les actes d'homosexualité « ne procèdent pas d'une complémentarité affective et sexuelle véritable » (p. 234). Mais comment déterminer l'authenticité de cette complémentarité ? Au sein de l'Église, des théologiens s'attellent à la tâche de mieux définir et comprendre l'homosexualité, à l'abri des juge­ments généraux, comme la théologienne Véronique Margron. Le manque d'analyse critique des auteurs les amène encore à justifier la doctrine de l'Eglise sur la contraception, qui distingue les méthodes naturelles des métho­des anti-naturelles (dont l'usage est considéré comme signe de « désordre objectif de l'amour ») par des subtilités qui ne prennent pas toujours en compte la relation amoureuse dans sa globalité. Ainsi il demeure difficile de comprendre que le « désordre » engagé par l'utilisation d'une méthode anti-naturelle « peut ne pas être ressenti subjectivement, si la perception psychologique de cette rupture du don n'est pas pleinement consciente. Il n'en demeure pas moins qu'il existe objectivement dans la réalité » (p. 119). Comment la relation amoureuse, rencontre de deux subjectivités, est-elle évaluable objectivement ? La contraception dite naturelle, c'est-à-dire le fait de faire l'amour en dehors des périodes de fécondité, n'est-elle pas dans cette perspective aussi désordonnée que la contraception dite anti-naturelle, car elle est aussi « une rupture du don » ? L'usage des méthodes contraceptives ne relève-t-il pas en définitive du choix intime du couple ? Une critique plus conceptuelle des termes de nature, de vérité, d'objectivité, de don, aurait été bienvenue. On appréciera que les auteurs concluent ce chapitre en rappelant que « la condamnation magistérielle de la contraception ne saurait être celle de tous ceux qui s'y trouvent enga­gés » et que la sexualité n'est pas tant un domaine à légiférer qu'un « espace à évangéliser, le lieu d'une possible croissance, où rien n'est donné à l'avance » (p. 121). L'ouverture des auteurs à la réflexion met ainsi parfois leur discours raisonné et prudent, soucieux du respect à garder envers les personnes concernées, en porte à faux avec les formules abruptes du magistère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille de Villeneuve, « Guy Bedouelle, Jean-Louis Bruguès, Philippe Becquart, L'Église et la sexualité. Repères historiques et regards actuels », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2008, 431-434.

Référence électronique

Camille de Villeneuve, « Guy Bedouelle, Jean-Louis Bruguès, Philippe Becquart, L'Église et la sexualité. Repères historiques et regards actuels », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://rhr.revues.org/6783

Haut de page

Auteur

Camille de Villeneuve

École Pratique des Hautes Études, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org