Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Pierre Moisset, Histoire du catholicisme

François Laplanche
p. 437-439
Référence(s) :

Jean-Pierre Moisset, Histoire du catholicisme, Paris, Flammarion, 2006, 24 cm, 529 p., 24 €.

Texte intégral

1Dans la collection de synthèse historique où paraît cet ouvrage, il se distingue par l’étendue exceptionnelle du sujet traité. Et l’on peut considérer que l’auteur a gagné son pari en fournissant en cinq cents pages une vision claire et informée de l’histoire du catholicisme. Malgré cette densité, l’écriture du livre est agréable et il se lit facilement. Il pourrait éventuelle­ment servir de guide à qui veut s’initier à ces vingt siècles d’histoire, même si certains passages méritent discussion. Tout ce qui concerne l’histoire interne du catholicisme est généralement très bien venu : formes de la piété, fondations ou réformes des ordres religieux, rôle entraînant des saints. L’auteur dessine aussi d’un trait ferme le rôle historique de la papauté, défenseur obstiné, en ses meilleurs moments, de l’indépendance du spiri­tuel. Il ne cache pas certaines erreurs ou fautes de l’Église catholique : l’Inquisition, la traite des noirs, les silences de Pie XII non seulement sur la « solution finale » choisie par les nazis pour le peuple juif, mais même sur la persécution du clergé polonais durant la seconde guerre mondiale. Enfin l’ouvrage ouvre d’intéressantes perspectives sur les rapports entre le catholicisme et les sociétés contemporaines. On peut donc considérer que, tout en gardant son style personnel et ses options, cette Histoire du catho­licisme recueille les meilleurs résultats de l’historiographie religieuse contemporaine, tels qu’ils s’exposent plus longuement, par exemple, dans les quatorze volumes de l’Histoire du christianisme, publiés chez Desclée de 1990 à 2000.

2Pour autant l’auteur n’a pas oublié les leçons de l’histoire ecclésiastique traditionnelle, qui privilégiait les règnes des papes, leurs démêlés avec les princes, l’importance des conciles et, dans cette perspective, il souligne l’apport, à ne pas négliger, de l’Histoire de l’Église de Fliche et Martin (en 24 vol. , parus de 1934 à 1964, chez Bloud et Gay). De cette vision du catholicisme par lui-même, l’auteur retient qu’elle a bien perçu la place centrale de la papauté dans une évolution séculaire où elle se dessine de plus en plus. Selon la représentation que le catholicisme se fait de ses origines, ce rôle de l’évêque de Rome est dit être en continuité avec celui qu’il tenait dans l’Église des apôtres. Mais J.P.M., sans ignorer les critiques adressées à cette position, prend, ici et ailleurs, le parti de décrire le catho­licisme tel qu’il se comprend, sans agressivité et sans complaisance. Ceci pourrait expliquer qu’il s’attache au conflit entre les Lumières françaises et l’Église catholique, en laissant explicitement en marge le rapport entre le christianisme en général et la culture européenne. Le conflit philosophi­que ayant tourné à l’affrontement violent, même sanglant, qui enténèbre l’histoire religieuse de la Révolution française, le catholicisme du xixe siècle vit de ces souvenirs et ne perçoit pas en profondeur les transformations de la culture qui sont en train de s’effectuer. Au final, le procès catholique des Lumières, selon le récit de J.P.M., emprunte à la représentation que se sont forgée d’elles la majorité des évêques et des théologiens de cette époque, avant comme après la Révolution française (par exemple l’essentielle nocivité des philosophies de Descartes et de Kant). Procès sanctionné par le Proemium de la constitution Dei Filius du concile Vatican I, dû à la plume de Pie IX et largement diffusé par la presse intransigeante. Le résultat de ce refus et de cette condamnation a été d’obstruer le chemin (familier pourtant au catholicisme) de l’adaptation aux cultures environnantes. Tout se passe à partir du xviiie siècle comme si le catholicisme s’était de lui-même arraché à son « génie ». En tout cas, l’affirmation est claire à la fin de la préface, sans doute plus que dans le chapitre intitulé « le choc des Lumières ».

3Il faut d’ailleurs aller plus loin : non seulement le christianisme ne forme plus le moule culturel de l’Occident, mais ses croyances et son histoire sont devenues un simple objet pour les sciences sociales. L’affrontement symbolisé en France par les noms de Renan et de Loisy a commencé à l’abri de la science historique, et, sur ce point, le lecteur français aurait aimé en savoir un peu plus long. Nous touchons là un point névralgique de l’historiographie du catholicisme en France : le cloisonnement des disci­plines autant que l’amaigrissement de la corporation des prêtres-historiens rend plus difficile l’élaboration d’une histoire culturelle ou « intellectuelle » de l’objet « religion » et certains « blancs » de la collection Histoire du christianisme en témoignent ouvertement. À cette situation sont apportés des remèdes sous formes d’écoles ou d’universités d’été. Mais la brièveté des sessions et la variété des sujets inviteraient à des initiatives plus amples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Laplanche, « Jean-Pierre Moisset, Histoire du catholicisme », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2008, 437-439.

Référence électronique

François Laplanche, « Jean-Pierre Moisset, Histoire du catholicisme », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 14 janvier 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rhr.revues.org/6823

Haut de page

Auteur

François Laplanche

Centre national de la Recherche scientifique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org