Navigation – Plan du site
Articles

Mary Ward et sa Compagnie de Jésus au féminin dans l’Angleterre de la Contre-Réforme

A Society of Jesus for Women? The Controversy about Mary Ward’s Project in Early Modern England
Laurence Lux-Sterritt
p. 393-414

Résumés

Insolite reflet de la querelle des femmes qui occupe les érudits, la polé­mique cléricale autour de l’Institut catholique fondé en 1611 par Mary Ward (1585-1645) tente de déterminer si ces étranges religieuses, qui se veulent missionnaires, sont les émissaires de Dieu ou les agents du mal. Tandis que leurs amis louent leur vertu, leurs nombreux ennemis contestent la probité de ces femmes qu’ils pensent corrompues. Leur vocation ne leur semble pas divine, mais maléfique, et l’innovation d’une Compagnie de Jésus au féminin, usurpant l’autorité cléricale, est la preuve de leur déviance. Convaincu, Urbain VIII éradique l’Institut en 1631 et le déclare nuisible à l’Église.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En 1533, l’acte dit « in Restraint of Appeals to Rome » déclare que le royaume d’Angleterre est un (...)
  • 2 1581, 23 : Elis. I, c.1, Act to Retain the Queen’s Majesty’s Subjects in their Due Obedience ; et 1 (...)

1Le 5 novembre est jour de fête nationale en Angleterre : les feux de joie que l’on allume, et sur lesquels on brûle des effigies du catholique Guy Fawkes, sont l’occasion de commémorer le fameux complot des poudres découvert le 5 novembre 1605. Ainsi, l’histoire du pays ne peut faire l’économie d’une histoire de l’anticatholicisme profond qui le façonne. Depuis le schisme du roi Henri VIII, qui déclare l’Angleterre indépendante de l’Église de Rome en 1533 et se fait proclamer unique chef de l’Église d’Angleterre en 1534, le royaume construit son identité nationale en utilisant le catholicisme comme puissant repoussoir1. Dans l’Angleterre protestante du dix-septième siècle les catholiques, que l’on appelle aussi « récusants » quand ils refusent de se conformer à l’église établie, sont soumis à des lois très sévères. Dès 1581, le parlement d’Elisabeth I (1558­1603) déclare que c’est trahison de reconnaître l’autorité spirituelle du Pape, d’entendre la messe et d’aider les catholiques sur le sol anglais. En 1585, le Parlement concentre ses efforts sur les organi­sateurs de réseaux résistants et surtout sur les missionnaires formés sur le continent et qui, revenus clandestinement au pays, travaillent chaque jour à la reconversion du royaume2.

  • 3 Voir la biographie de M.C.E. Chambers, The Life of Mary Ward, 1585­1645, 2 vols, Londres, 1882-1885 (...)
  • 4 Archives du Bar Convent, York (ABC), B5, lettre 4 à Mgr Albergati, 1620. Le Bar Convent, couvent fo (...)

2Dans ce contexte répressif se développe pourtant une tentative de survie, et même de renouveau, au sein de la minorité catholi­que ; inspiré par l’esprit de la Contre-réforme, un nombre croissant de familles envoie ses fils aux séminaires de Douai, de Reims ou de Rome. Au péril de leur vie, ces jeunes missionnaires reviendront ensuite sur leur sol natal pour y porter assistance à leurs coreligion­naires et tenter de convertir les autres. C’est dans cette atmosphère que Mary Ward (1585-1645) grandit dans le Yorkshire avant de partir pour Saint-Omer, où elle devient Clarisse en 16063. Or, le cloître ne lui procure pas la sérénité qu’elle espérait y trouver ; plus tard, tandis qu’elle écrit quelques bribes d’autobiographie, elle se souvient des années 1607 à 1611 comme d’une période difficile. En 1609, elle obtient la permission d’ouvrir un nouvel établissement de clarisses, pour y regrouper toutes les postulantes anglaises. Mais son mal-être demeure, et c’est seulement en 1611 qu’elle trouve enfin sa vocation. Dans sa correspondance, elle décrira plus tard avoir reçu l’ordre divin, « Take the Same of the Society » ; elle pense donc comprendre que Dieu souhaite qu’elle se consacre à un apostolat comparable à celui de la Compagnie de Jésus4. En 1612, elle quitte son Ordre pour fonder à Saint-Omer une maison de « Dames anglaises » qui, dès l’abord, se considèrent comme religieuses bien que n’étant pas reconnues par le Pape.

3La formule est un succès et Mary Ward ouvre d’autres établisse­ments à Liège (1616), à Cologne et à Trier (1620-1621), à Rome (1622), à Naples et à Pérouse (1623), à Munich et à Vienne (1627) et enfin à Presbourg et à Prague (1628). Ces maisons accomplissent des tâches diverses. Dans leurs internats, de jeunes Anglaises issues de familles aisées achèvent leur éducation catholique loin des dangers de leur terre natale. Leurs externats, eux, accueillent des élèves de condition humble, souvent issues de la population locale. Enfin, les instituts fonctionnent aussi comme des séminaires où les Dames anglaises sont formées aux devoirs de leur mission apostolique.

4Pour secourir les récusants et convertir les protestants d’Angleterre, Mary Ward crée également des centres clandestins dans le royaume et développe un réseau qui s’étend bientôt de Londres jusqu’aux régions du nord du Yorkshire.

  • 5 Voir Frances Dolan, Whores of Babylon. Catholicism, Gender and Seven­teenth Century Print Culture, (...)
  • 6 Voir Immolata Wetter, Mary Ward. Under the Shadow of the Inquisition, Oxford, 2006 et Laurence Lux- (...)

5Depuis une dizaine d’années, des auteurs comme Frances Dolan, Arthur Marotti, Michael Questier et Peter Lake, Alison Shell, Raymond Tumbleson ou Alexandra Walsham ont publié d’excellentes études sur la représentation du catholique dans l’imaginaire collectif anglican5. Ces études se penchent naturellement sur les traités des défenseurs de l’anglicité, protestants convaincus qui dénoncent les « papistes » et particulièrement les jésuites, comme source de tous les maux. Or, les fils spirituels d’Ignace de Loyola sont l’objet d’une violente dispute au sein même de l’Église catholique et la voix du clergé séculier rejoint parfois étrangement celle des protestants pour formuler les mêmes reproches à l’encontre de la Compagnie de Jésus. Dans un contexte religieux si agité, la communauté de Mary Ward, calquée sur le modèle jésuite, se retrouve attaquée de toutes parts, par les polémistes anticatholiques, bien sûr, mais aussi par le clergé séculier et même par les jésuites eux-mêmes. La controverse qui fait rage dans les années 1620 se conclut en 1631 quand le pape Urbain VIII condamne l’Institut à l’abolition perpé­tuelle dans sa bulle Pastoralis Romani Pontificis6.

  • 33 James Thomas, The Jesuits Downefall, Threatened against them by the Secular Priests, for their Wick (...)

J’admets que nous devons craindre les prêtres aussi bien que les jésui­tes car ce sont là, à des degrés différents, de dangereux ennemis de sa Majesté et de l’État : mais les pires sont les jésuites, car ils réduisent leurs disciples à une servitude, voire à un esclavage tel que tout ce qu’ils disent a force de loi33.

  • 34 Parmi les publications mentionnées plus haut (note 5), voir par exem­ple Peter Lake, « Anti-Popery  (...)

6En Angleterre, l’anti-papisme qui règne depuis l’excommunica­tion de la reine Elisabeth par le pape Pie V en 1570 atteint son paradoxisme au début du dix-septième siècle, et particulièrement après le complot des poudres visant à détruire le Parlement du royaume le 5 novembre 1605. La dimension politique de la diatribe se cristallise autour de la figure du jésuite, agent du pape et ennemi naturel du royaume d’Angleterre et de son Église34. Cependant, dans le contexte agité du dix-septième siècle, l’anti-jésuitisme est loin d’être l’apanage des protestants, et on le retrouve au sein même des communautés catholiques : ainsi voit-on se développer en France, depuis la publication des textes monarchomaques du jésuite Juan de Mariana, une controverse dont les motifs sont en tous points similaires. Un mouvement hostile à la Compagnie de Jésus se déve­loppe donc à cette époque dans l’Église catholique elle-même, surtout sous le pontificat d’Urbain VIII (1623-44), pape sensible aux plaintes des prêtres en lutte contre les ignaciens pour obtenir la direction des familles catholiques de la minorité récusante en Angleterre.

  • 35 John Baxter, A Toile for Two-Legged Foxes, Londres, 1600, p. 37.
  • 36 William Fennor, Pluto his Travailes, or the Devils Pilgrimage to the Colledge of Jesuits, Londres, (...)
  • 37 Anonyme, The Black Box of Roome Opened. From Whence are Revealed the Damnable Bloody Plots, practic (...)

7Ainsi, les polémistes protestants trouvent-ils un soutien inespéré quand le clergé séculier produit lui aussi des libelles anti-jésuites. Mary Ward se trouve prise sous les feux croisés de ce conflit. Si les prêtres rejettent une Compagnie de Jésus au féminin comme une absurdité, c’est pourtant bien en tant que « jésuitesses » qu’ils atta­quent les Dames anglaises. Dans leur combat contre les jésuites et leurs imitatrices, les séculiers reprennent ainsi à leur compte les arguments typiques et codifiés des libellistes protestants. La diatribe aime se nourrir de détails qui font sensation, se plaisant à accuser les jésuites de graves débordements sexuels. John Baxter, anti-jésuite de renom, tonne contre les missionnaires : « ne font-ils pas tout pour séduire les pauvres femmes35 ? ». Un autre pamphlet rapporte l’anecdote d’une jeune femme dont on découvre la grossesse quel­ques jours avant le mariage ; elle finira par avouer que le père de l’enfant est un jésuite36. On va jusqu’à prétendre que les jésuites distribuent généreusement des dispenses à celles qui, enceintes, consentent à subir un avortement37.

  • 38 ABC, C1, Francesco Ingoli, Compendium of the Process made by the Nuncio of Cologne against the Jesu (...)

8Le clergé séculier attaque donc l’Ordre de Mary Ward par le même biais du scandale sexuel, s’appropriant ainsi l’une des armes de prédilection des polémistes protestants qui associent l’activité missionnaire à la débauche et dénoncent les jésuites comme les plus perfides des séducteurs, corrompant à l’envi les femmes qu’ils côtoient. C’est ainsi que dans les années 1620, les Dames anglaises sont accusées de relations charnelles avec leurs confesseurs jésuites ; l’une d’entre elles est même soupçonnée d’en attendre un enfant. On accuse Mary Ward d’inciter ses consœurs à user de leurs charmes pour parvenir à leurs fins, et d’avoir un jour déclaré que « [les Dames anglaises] feraient bien plaisir à Sa Sainteté et aux autres Cardinaux si elles s’exhibaient, la poitrine découverte, à la mode des courti­sanes »38. Dans son Informatio, l’archiprêtre William Harrison note que plusieurs de ces femmes sont réputées frivoles, et que leur mode de vie représente à lui seul un scandale pour l’Église. Le pamphlet du bénédictin Robert Sherwood accuse également les Dames anglaises de petite vertu et d’immoralité.

  • 39 ADW, vol. 17 (1623-24), ff.59-62, Godfather’s Information about the Jesuitesses. Voir f.60, item 12 (...)

9À ces accusations formulées par des clercs extérieurs à l’Institut, vient enfin s’ajouter un libelle anonyme paru en mars 1623 et connu sous l’intitulé Godfather’s Information. Une section de ce pamphlet contient les dix-neuf déclarations de l’une des premières consœurs de Mary Ward, Mary Alcock, qui avait quitté l’Institut quelques années plus tôt et qui s’attache à le discréditer en attaquant person­nellement sa fondatrice. Ce document outrancier et souvent invrai­semblable n’offre guère de crédibilité. Néanmoins, par ses excès, il témoigne du climat particulier à cette période, tant il semble moins préoccupé de véracité que de sensationnel. Selon Mary Alcock, la population locale prendrait les établissements clandestins des Dames anglaises en mission à Londres pour des maisons closes39, et serait confortée dans cette idée par la conduite dissolue des Dames anglaises, qu’elle croirait être des prostituées. Ce témoignage suggère les mœurs des salons libertins plus que celles du couvent, évoquant des gorges découvertes et des robes aussi splendides qu’extravagantes, rehaussées de collerettes jaune vif pour lesquelles la fondatrice semble avoir une prédilection toute particulière. Et le rapport de s’insurger :

  • 40 Ibid., item 14, f.61.

Une fois, [Mary Ward] habilla sa propre sœur Barbara Ward, d’une robe de taffetas de couleur vive taillée selon la dernière mode ; ainsi affublée d’une collerette d’un jaune profond, la poitrine dénudée jusqu’au corset, elle l’envoya avec une seule compagne habillée de la même façon, passer la nuit dans une auberge pour y convertir des âmes (selon ses dires) ; mais on n’a jamais entendu parler jusqu’ici de conversion des âmes par de tels moyens40.

  • 41 Victor MacLure, She Stands Accused, Being a Series of Accounts of the Lives and Deeds of Notorious (...)

10Ornements évocateurs des mœurs sulfureuses de celles qui les portent, ces collerettes de couleur jaune avaient été lancées dans les milieux précieux de la société londonienne par une certaine Mrs Turner, criminelle, alchimiste et magicienne notoire, dont les filtres, onguents et autres potions réputées diaboliques lui vaudront la pendaison41. Mary Alcock souligne là les implications latentes de toute association, ne serait-ce que par le vêtement et la couleur, à Satan. La symbolique compare les Dames anglaises à des débauchées, séduites d’abord par la malice de la fondatrice elle-même et s’apprêtant à corrompre leurs victimes à leur tour.

  • 42 Henry Compton, The Jésuites’Intrigues, with the Private Instructions of that Society to their Emiss (...)

11Bien entendu, la luxure n’est pas le seul vice reproché aux Dames anglaises, que l’on accuse des sept péchés capitaux. Le témoignage de Mary Alcock insiste particulièrement sur la gourmandise de Mary Ward pour qui le moindre événement serait prétexte à de somptueux banquets ; elle taxe aussi ses anciennes consœurs de paresse, leur indolence n’ayant rien de l’industrie nécessaire à l’apostolat. Enfin, dans huit de ses dix-neuf accusations, Mary Alcock souligne l’amour démesuré des Dames anglaises pour le luxe et l’argent. Or, ces reproches constituent eux aussi les bases de la diatribe contre les jésuites décrits comme sensuels, alliant la luxure à la paresse et à la gourmandise. L’accent est mis sur leur cupidité : citons par exemple le libelle d’Henry Compton, censé reproduire les instructions données aux jeunes jésuites en mission en Angle­terre et mettant en exergue leur soif de pouvoir et de richesses. L’auteur assure qu’on enseigne aux postulants « comment se procurer la confiance de riches veuves », ou « comment monopoliser le contrôle des veuves et disposer librement de leurs richesses », chacune des instructions visant à accroître la fortune de la Compagnie, aux dépens même de la morale42.

  • 43 Voir entre autres John Gee, The Foot out of the Snare. With a Detec­tion of Sundry Late Practices a (...)
  • 44 ABC, C1, Letters against the Jesuitesses, 1630, f. 312.
  • 45 ABC, C1, Francesco Ingoli, Compendium of the Process made by the Nuncio of Cologne against the Jesu (...)
  • 46 Laurence Lux-Sterritt, « La séduction au service de la perfidie : repré­sentations des missionnaire (...)
  • 47 ADW, vol. 17 (1623-24), ff.59-62, Godfather’s Information about the Jesuitesses, f.59, item 1.

12Selon les pamphlétaires anti-jésuites, les ignaciens ne reculent devant aucun stratagème pour piéger leurs victimes : le champ lexical du prédateur et de sa proie est décliné dans de nombreux ouvrages, tels ceux de John Gee ou de Samuel Harsnett, où les auteurs décrivent les spectaculaires mises en scènes auxquelles les missionnaires auraient recours pour amener les crédules à se convertir43. On y trouve de fausses possessions démoniaques, donnant lieux à des simulacres d’exorcisme tendant à prouver le pouvoir des clercs, ainsi que des apparitions de spectres terrifiants, selon des procédés scéniques utilisés au théâtre. Or, on dit aussi des Dames anglaises qu’elles « feignent des révélations pour confirmer leur Institut [...] ». Selon Francesco Ingoli, le secrétaire de Propaganda Fide, ce sont des manipulatrices, des séductrices menant tant leurs adeptes que l’Église à la destruction. À maintes reprises, il les accuse : « [Les Dames anglaises] séduisent les jeunes filles en les attirant dans leur Compagnie »44 ; « par la séduction, elles ont convaincu diverses jeunes femmes d’entrer dans leur congrégation en leur faisant croire qu’elle était officiellement approuvée »45. Le thème de la séduction, que l’on retrouve si souvent sous la plume des auteurs anti-jésuites46, est repris ici par le clergé séculier pour condamner les « jésuitesses » comme autant d’ensorceleuses qui détournent les âmes du droit chemin et fragilisent l’ordre établi. L’archiprêtre William Harrison les accuse de profiter de la vulnérabilité des Anglaises venues sur le Continent pour y être éduquées dans la foi catholique avant de rentrer au pays ; elles les séduisent, écrit-il, et les détournent de leur projet initial pour les persuader de se joindre à elles. Selon son Informatio, les couvents de Louvain et Gravelines sont floués par les Dames anglaises, qui les privent de leurs nouvelles novices, mettant ainsi en danger la survie des monastères traditionnels. Mary Alcock souligne également que l’Institut favorise la Compagnie de Jésus aux dépens des autres Ordres, déclarant que Mary Ward et ses consœurs ne respectent que les jésuites et dénigrent tous les autres clercs47.

13Nous le voyons bien, si les séculiers prétendent qu’il est impos­sible d’envisager une Compagnie de Jésus pour femmes, ils attaquent pourtant les Dames anglaises, les « jésuitesses », comme on attaque traditionnellement les jésuites. Car même si le clergé ne reconnaît pas à l’Institut le droit d’exister, il est cependant bien là, et ses Dames anglaises s’emploient chaque jour à promouvoir l’idéal ignacien et à confier leurs adeptes aux jésuites. Les rapports de Robert Sherwood OSB et de Matthew Kellison prétendent d’ailleurs que le jésuite Roger Lee, ancien père spirituel de Mary Ward, serait le véritable fondateur de l’Institut. Pour le bénédictin, la présence des Dames anglaises en Angleterre n’a d’autre but que de préparer le terrain des jésuites, à qui elles confient la direction spirituelle de familles entières. Les disciples de Mary Ward représentent donc un double danger pour l’équilibre de l’Église, d’une part par les inno­vations qu’elles proposent et qui bafouent des siècles de tradition, d’autre part par leur dévouement total à la Compagnie de Jésus pour la promotion de laquelle elles travaillent sans relâche au détriment de tous les autres Ordres.

  • 48 Elizabeth Rapley, The Dévotes: Women and Church in Seventeenth-century France, Kingston, Ont., 1990 (...)

14L’Institut de Mary Ward sera ainsi victime de la complexité du contexte religieux dans lequel il est né. Dans l’Église post-tridentine, où l’historienne Elizabeth Rapley remarque « une dichotomie masculin-féminin de plus en plus marquée, un antiféminisme agressif, un mouvement irrésistible vers le patriarcat »48, l’Institut des Dames anglaises est condamné comme un nouvel Ordre féminin jugé inacceptable et absurde. Mais cette simple opposition, rencontrée par ailleurs par nombre de nouveaux mouvements féminins au XVIIe siècle, se double ici d’un écueil de nature plus politique : pour l’Église, déchirée par la tourmente qui oppose le clergé séculier aux jésuites, Mary Ward est un témoignage vivant de l’ascendant qu’exerce la Compagnie de Jésus sur les milieux dévots de l’époque. Outre son mépris des traditions monastiques, la mission de l’Institut donne un avantage non négligeable aux jésuites, leur confiant la direction de familles nouvellement converties. Dans le contexte des années 1620, une telle congrégation ne saurait qu’encourir la réprobation des adversaires de la Compagnie de Jésus.

  • 49 Immolata Wetter, Mary Ward, pp. 38-59.
  • 50 Bibliothèque nationale de France, Z Thoisy, 312, Pièces relatives à la suppression de l’ordre par U (...)

15C’est pourquoi, en septembre 1630, l’Église charge le nonce Pierluigi Carafa d’interroger sept des membres de l’Institut, dans leur communauté de Liège49. La transcription de l’audience est envoyée à Rome et étudiée par Francesco Ingoli, secrétaire de la Propaganda Fide, ouvertement hostile aux jésuites ; dans son rapport, il condamne l’Institut et demande que soient prises des mesures puni­tives. À l’issue des délibérations de la Congrégation le 21 novembre 1630, Urbain VIII remet l’affaire entre les mains de l’Inquisition, qui décide d’emprisonner Mary Ward en février 1631 à Munich. Le couperet tombe quelques temps plus tard, quand Urbain VIII déclare la suppression des dites « jésuitesses » dans sa Bulle Pasto­ralis Romani Pontificis. Mary Ward est déclarée hérétique, son Institut réduit au rang de secte bafouant tant la décence féminine que les prérogatives du clergé : le souverain pontife veut éradiquer « ces plantes nuisibles à l’Église de Dieu ». Il ordonne de les « arracher jusqu’aux racines, et pour les empêcher d’abonder, de s’étendre et de s’accroître, les détruire entièrement »50 car, selon lui, les Dames anglaises menacent l’ordre établi bien plus qu’elles ne le servent.

  • 51 Voir Henriette Peters, Mary Ward, pp. 594-97.
  • 52 Je tiens à remercier Mme Sophie Houdard (Université de Paris III -Sorbonne Nouvelle) pour ses préci (...)

16Après sa libération, Mary Ward se retire en Angleterre, où elle continue à œuvrer pour la communauté récusante avec quelques-unes de ses consœurs, à titre privé ; elle meurt dans le Yorkshire en 1645. L’Institut survit pourtant grâce à l’électeur de Bavière Maximilien I (1573-1651), qui permet aux Dames anglaises installées à Munich de continuer à faire la classe, à condition bien sûr de ne plus prétendre être un Ordre religieux51. C’est donc de Munich que partira leur effort renouvelé pour obtenir l’approbation papale. Ce nouvel Institut se concentre sur l’enseignement des filles, garde le cloître et ne reven­dique pas de vocation missionnaire ; il n’a, officiellement, plus rien en commun avec celui fondé par Mary Ward et supprimé en 1631. En 1749, Benoît XIV dans sa Bulle Quamvis Justo le reconnaît sous le nom d’Institut de la Bienheureuse Vierge Marie. Ce n’est que le 7 juin 2003 (près de quatre siècles après que Mary Ward déclare avoir reçu l’ordre divin, « Take the same of the Society »), que l’Église permettra enfin à la vocation de la fondatrice d’exister telle qu’elle l’aurait souhaité, en adaptant les règles d’Ignace de Loyola pour une congrégation de femmes à qui l’on octroie enfin le droit de porter le nom de Congrégation de Jésus52.

Haut de page

Notes

1 En 1533, l’acte dit « in Restraint of Appeals to Rome » déclare que le royaume d’Angleterre est un empire indépendant de l’autorité du pape, que l’on désigne désormais sous le titre de simple évêque de Rome ; en 1534, avec l’Acte de Suprématie, nait l’Anglicana Ecclesia, dont le seul chef suprême n’est autre que le roi.

2 1581, 23 : Elis. I, c.1, Act to Retain the Queen’s Majesty’s Subjects in their Due Obedience ; et 1585, 27 : Elis. I, c.2, Act against Jesuits, Seminary Priests and such other like Disobedient Persons.

3 Voir la biographie de M.C.E. Chambers, The Life of Mary Ward, 1585­1645, 2 vols, Londres, 1882-1885 et la remarquable histoire de l’Institut écrite par Henriette Peters, Mary Ward : A World in Contemplation, traduit de l’alle­mand par Helen Butterworth, Leominster, 1994. Voir aussi Laurence Lux-Sterritt, Redefining Female Religious Life : French Ursulines and English Ladies in Seventeenth-Century Catholicism, Aldershot, 2005.

4 Archives du Bar Convent, York (ABC), B5, lettre 4 à Mgr Albergati, 1620. Le Bar Convent, couvent fondé à York par les consœurs de Mary Ward en 1686, est aujourd’hui encore actif ; c’est le plus ancien couvent du royaume. Il conserve dans ses archives des copies des documents concernant l’Institut durant la vie de Mary Ward, dont les originaux se trouvent au géné-ralat de Munich. Il préserve aussi tous les originaux ayant trait à ses propres membres et aux autres centres clandestins fondés en Angleterre pendant l’ère moderne. Traduction de l’anglais par mes soins.

5 Voir Frances Dolan, Whores of Babylon. Catholicism, Gender and Seven­teenth Century Print Culture, Ithaca, 1999 ; Peter Lake, « Anti-Popery : the Structure of a Prejudice », in Richard Cust et Ann Hughes (dir.), Conflict in Early Stuart England, Londres, 1989 ; Peter Lake et Michael Questier, The Anti­christ’s Lewd Hat : Protestants, Papists and Players in Post-Reformation England, New Haven, Conn., 2002 ; Arthur Marotti (dir.), Catholicism and Anti-Catholi­cism in Early Modern English Texts, Basingstoke, 1999, et Religious Ideology and Cultural Fantasy. Catholic and Anti-Catholic Discourses in Early Modern England, Notre Dame, Ind., 2005 ; Alison Shell, Catholicism, Controversy and the English Literary Imagination, 158-1660, Cambridge, 2006 ; Raymond Tumbleson, Catholicism in the English Protestant Imagination. Nationalism, Religion, and Literature, 1600-1745, Cambridge, 1998 et Alexandra Walsham, Church Papists : Catholicism, Conformity and Confessional Polemic in Early Modern England, Woodbridge, 1993.

6 Voir Immolata Wetter, Mary Ward. Under the Shadow of the Inquisition, Oxford, 2006 et Laurence Lux-Sterritt, « An Analysis of the Controversy Caused by Mary Ward’s Institute in the 1620s », Recusant History 25.4 (2001), 636-47.

7 ABC, B18, Institutum, f. 19.

8 John Bossy, The English Catholic Community, 1570-1850, Londres, 1976.

9 Walsham, Church Papists, pp. 78-81.

10 L’adjectif péjoratif « papiste » est utilisé en règle générale par les protestants dénonçant, par ce sobriquet, tous les catholiques. Au contraire, le terme « récusant » est un terme légal se rapportant à toute personne refusant de se présenter au service dominical anglican. Par glissement, le terme fut employé pour définir les catholiques refusant ouvertement de se conformer. Les « récu­sants » se différencient des Church papists qui, souvent pour échapper aux sanctions, assistent à l’office bien qu’étant catholiques en privé.

11 Les documents concernant les demandes d’approbation de l’Institut sont conservés au généralat de Munich ; des copies sont consultables aux Archives du Bar Convent (ABC) de York dans la liasse B18. Ici, voir ABC, B18, Schola Beatae Mariae, item 1.

12 ABC, B18, Ratio Instituti, f. 1.

13 ABC, B18, Institutum, f. 18-9 (mes italiques).

14 ABC, B 18, Brevis Declaratio.

15 ABC, B18, Institutum, f. 22.

16 Norman Tanner (dir.), Decrees of the Ecumenical Councils, Londres, 1990, vol. 1, p. 227-73.

17 Jean-Baptiste Thiers, Traité de la clôture de religieuses, Paris, 1681, p. 254.

18 Lewis Owen, Running Register, Londres, 1626.

19 La première biographie de Mary Ward, A Briefe Relation of the Holy Life and Happy Death of our Dearest Mother, est écrite par ses consœurs Mary Poyntz et Winifred Wigmore autour de 1650. Le Bar Convent de York en conserve des photographies (liasse A11) et une transcription (liasse A12). Ici, voir A12, f. 20.

20 Archives du diocèse de Westminster (ADW), vol. 16 (1617-22), ff. 201-07, Copia Informationis de Jesuitissis.

21 ABC, C1, J3, translation of documents re. Jesuitesses. John Colleton (1548-1635), fondateur de l’Association du clergé d’Angleterre chargée des affaires du clergé séculier, sera suspendu pour avoir envenimé la dispute entre séculiers et jésuites. Voir Ethelred Taunton, The History of the Jesuits in England, Londres, 1901, pp. 256-57.

22 Voir entre autres le très célèbre plaidoyer de Christopher Bagshaw, A true relation of a faction begun at Wisbich by Fa. Edmonds, alias Weston, a Jesuite, 1595 and continued since by Fa. Walley, alias Garnet, the Provinciall of the Jesuits in England, and by Fa. Parsons in Rome, with their adherents : Against us the Secular Priests their brethren and fellow Prisoners, that disli­ked of novelties, and thought it dishonourable to the ancient Ecclesiastical Discipline of the Catholicke Church, that Secular Priests should be governed by Jesuits (presse anonyme, 1601).

23 ABC, C1, Letters against the Jesuitesses, f. 297.

24 Pour une analyse détaillée des documents écrits par Harrison, Sherwood et Kellison, voir Joseph Grisar, Die ersten Anklagen in Rom gegen das Institut Maria Wards 1622, Rome, 1959 et Ein schwieriger Rechtsfall zwischen den Englischen Fräulein und den englischen Jesuiten in Luttich 1616-1630, Rome, 1960.

25 James Wadsworth, English Spanish Pilgrim, Londres, 1629, p. 30.

26 Lettre de Muzio Vitelleschi, le 19 juillet 1623 ; copie conservée aux ABC, C1, J3.

27 ADW, vol. 16, f. 207.

28 Le texte est transcrit dans M. C. E. Chambers, The Life of Mary Ward, pp. 226-32.

29 ABC, B17, f. 2, Three Speeches of our Reverend Mother Chief Superior Made at St Omer Having Been Long Absent.

30 ABC, C1, Letters against the Jesuitesses, f. 312.

31 ABC, C18, f. 101.

32 Thomas Bell, The Anatomie of Popish Tyrannie, Londres, 1603, p. 8.

33 James Thomas, The Jesuits Downefall, Threatened against them by the Secular Priests, for their Wicked Lives, Accursed Manners, Hereticall Doctrine, and more then Machiavellian Policie, Oxford, 1612, avant-propos.

34 Parmi les publications mentionnées plus haut (note 5), voir par exem­ple Peter Lake, « Anti-Popery : the Structure of a Prejudice », in Richard Cust et Ann Hughes (dir.), Conflict in Early Stuart England ; Peter Lake et Michael Questier, The Antichrist’s Lewd Hat ; Arthur Marotti (dir.), Religious Ideology and Cultural Fantasy et Raymond Tumbleson, Catholicism in the English Protestant Imagination.

35 John Baxter, A Toile for Two-Legged Foxes, Londres, 1600, p. 37.

36 William Fennor, Pluto his Travailes, or the Devils Pilgrimage to the Colledge of Jesuits, Londres, 1612, pp. 17-18 : « her belly [was] full of young bones, which [she] afterwards confessed were of the Jesuit’s making ».

37 Anonyme, The Black Box of Roome Opened. From Whence are Revealed the Damnable Bloody Plots, practices and Behaviour of Iesuites, Priests, Papists, and Other Recusants in Generall, Londres, 1641, pp. 16-17.

38 ABC, C1, Francesco Ingoli, Compendium of the Process made by the Nuncio of Cologne against the Jesuitesses, f.312.

39 ADW, vol. 17 (1623-24), ff.59-62, Godfather’s Information about the Jesuitesses. Voir f.60, item 12 : « elles passaient pour des courtisanes et on les suspectait d’être des prostituées. »

40 Ibid., item 14, f.61.

41 Victor MacLure, She Stands Accused, Being a Series of Accounts of the Lives and Deeds of Notorious Women, Murderesses, Cheats, Cozeners, on whom Justice was Executed, and of others who, Accused of Crimes, were Acquitted at least in Law; Drawn from Authenticated Source, Londres, 1935,

p. 56.

42 Henry Compton, The Jésuites’Intrigues, with the Private Instructions of that Society to their Emissaries, Londres, 1669, pp. 35 et 38.

43 Voir entre autres John Gee, The Foot out of the Snare. With a Detec­tion of Sundry Late Practices and Impostures of the Priests and Iesuites In England, Londres, 1624 et New Shreds of the Old Snare, Londres, 1624, ainsi que Samuel Harsnett, A Declaration of Egregious Popish Impostures to With­draw the Harts of her Maiesties Subjects from their Allegeance and from the Truth of Christian Religion Professed in England, under the Pretence of Casting out Devils, Londres, 1603.

44 ABC, C1, Letters against the Jesuitesses, 1630, f. 312.

45 ABC, C1, Francesco Ingoli, Compendium of the Process made by the Nuncio of Cologne against the Jesuitesses, f. 311.

46 Laurence Lux-Sterritt, « La séduction au service de la perfidie : repré­sentations des missionnaires de la Contre-Réforme en Angleterre », à paraître.

47 ADW, vol. 17 (1623-24), ff.59-62, Godfather’s Information about the Jesuitesses, f.59, item 1.

48 Elizabeth Rapley, The Dévotes: Women and Church in Seventeenth-century France, Kingston, Ont., 1990, p. 3.

49 Immolata Wetter, Mary Ward, pp. 38-59.

50 Bibliothèque nationale de France, Z Thoisy, 312, Pièces relatives à la suppression de l’ordre par Urbain VIII en 1631. Traduction française de la bulle papale Pastoralis Romani Pontificis.

51 Voir Henriette Peters, Mary Ward, pp. 594-97.

52 Je tiens à remercier Mme Sophie Houdard (Université de Paris III -Sorbonne Nouvelle) pour ses précieuses remarques à propos de cet article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Lux-Sterritt, « Mary Ward et sa Compagnie de Jésus au féminin dans l’Angleterre de la Contre-Réforme », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2008, 393-414.

Référence électronique

Laurence Lux-Sterritt, « Mary Ward et sa Compagnie de Jésus au féminin dans l’Angleterre de la Contre-Réforme », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rhr.revues.org/6873 ; DOI : 10.4000/rhr.6873

Haut de page

Auteur

Laurence Lux-Sterritt

LERMA, Université d’Aix-Marseille I, 29 avenue Robert Schuman 13620 Aix-en-Provence cedex 1

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org