Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean Rudhardt, Les dieux, le féminin, le pouvoir. Enquêtes d’un historien des religions, édité par Philippe Borgeaud et Vinciane Pirenne-Delforge

Carine van Liefferinge
p. 545-546
Référence(s) :

Jean Rudhardt, Les dieux, le féminin, le pouvoir. Enquêtes d’un historien des religions, édité par Philippe Borgeaud et Vinciane Pirenne-Delforge, Genève, Labor et Fides, 2006, 1, vol. 22, 5 x 14,5 cm, 181 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, constitué d’une série d’études inédites de Jean Rudhardt émanant de conférences dont la plus ancienne remonte à 1956 et la dernière à 1998, se veut un hommage au grand historien des religions disparu en 2003, dont la thèse, parue en Genève en 1958 sous le titre Notions fondamentales de la pensée religieuse et actes constitutifs du culte dans la Grèce classique, reste une référence majeure en la matière. Après une préface dans laquelle les deux éditeurs, Vinciane Pirenne-Delforge et Philippe Borgeaud, eux-mêmes spécialistes en histoire de la religion grecque, rappellent le parcours atypique de Jean Rudhardt depuis son séjour au sanatorium universitaire suisse de Leysin jusqu’à l’Université de Genève où il occupa pendant plus de vingt ans la chaire d’histoire des religions, sept études illustrent la méthode qui fut la sienne tout au long de ses recherches : il entendait se mettre à l’écoute des Grecs, retourner sans cesse à la source, aux textes, afin de se garder des théories des commentateurs modernes qu’il qualifie parfois sans complaisance de « fantaisistes ». Le lecteur avide d’une bibliographie abondante, inhérente aux publications récentes dont l’inflation ne fait qu’augmenter la quantité de références modernes, sera donc déçu : en notes, peu de références à des ouvrages modernes, mais de nombreux renvois aux textes des Anciens qui ont nourri la réflexion de l’auteur.

2Celle-ci se fonde sur la lecture attentive des textes mythiques et s’attache à quelques grands thèmes. Quel enseignement les mythes transmettent-ils sur le pouvoir ? Quand ils rapportent l’image d’une société divine organisée soumise à l’autorité d’un souverain, ou des histoires de héros qui luttent pour le pouvoir, il faut y lire la conception du pouvoir politique des Grecs, les conditions nécessaires à son établissement et à son exercice. Comment les mythes caractérisent-ils la féminité ? À travers l’étude de quelques figures féminines, dans laquelle il revient notamment sur l’image traditionnelle d’un Hésiode misogyne, c’est l’idée que les Grecs se font des femmes que le savant dévoile : fécondité, maternité, distance entre les sexes, ruse opposée à la brutalité masculine, parfois même révolte allant jusqu’à la cessation d’activité (illustrée par le cas de Déméter), telles sont quelques-unes des représentations de la féminité, collectées à travers une multiplicité de déesses grecques, aucune ne représentant la féminité à elle seule. Autre question : que peut bien être l’enfance d’un dieu, être caractérisé par le non-vieillissement ? Si, contrairement à ce qui se passe pour les autres dieux, les mythes s’attachent au récit de l’enfance de Zeus, d’Hermès et de Dionysos, il faut voir dans cette enfance une période difficile qui, dans le cas de Zeus, le prédestine au commandement, ou qui, dans le cas d’Hermès et de Dionysos, les place à la limite du mortel et de l’immortel.

3Les textes historiques sont également convoqués quand il s’agit de revoir les opinions traditionnellement admises sur le mode de divination de l’oracle de Dodone, ou encore sur la nature de cet acte scandaleux aux yeux des Grecs que fut la mutilation des Hermès. Aux côtés des mythes encore, les textes juridiques et les références à l’Ancien et au Nouveau Testament invitent à quelques comparaisons entre la situation des veufs et des veuves dans les mondes grec, juif et chrétien. Enfin, une rapide esquisse à travers des textes provenant de Mésopotamie, de l’Inde, de la Grèce païenne et du monde chrétien, permet de dégager les leçons que les religions de ces peuples dispensent sur la richesse. Si ces deux dernières études peuvent donner l’impression d’un exposé parfois superficiel – ce que l’auteur reconnaît d’ailleurs avec beaucoup de modestie –, il n’en reste pas moins que l’ensemble de l’ouvrage présente une indéniable qualité scientifique et offre au lecteur une leçon de méthode, dans une écriture simple et agréable, mais percutante, que certains savants modernes devraient prendre en exemple, tant il est vrai que la qualité d’une réflexion ne s’évalue pas à la complexité du langage dans lequel elle est formulée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine van Liefferinge, « Jean Rudhardt, Les dieux, le féminin, le pouvoir. Enquêtes d’un historien des religions, édité par Philippe Borgeaud et Vinciane Pirenne-Delforge », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2008, 545-546.

Référence électronique

Carine van Liefferinge, « Jean Rudhardt, Les dieux, le féminin, le pouvoir. Enquêtes d’un historien des religions, édité par Philippe Borgeaud et Vinciane Pirenne-Delforge », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://rhr.revues.org/6973

Haut de page

Auteur

Carine van Liefferinge

Université Libre de Bruxelles.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org