Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Adolf von Harnack, Mission et expansion du christianisme dans les trois premiers siècles, traduit par Joseph Hoffmann, préface par Michel Tardieu, postface par Pierre Maraval (coll. « Patrimoines, christianisme »)

Jean-Michel Roessli
Référence(s) :

Adolf von Harnack, Mission et expansion du christianisme dans les trois premiers siècles, traduit par Joseph Hoffmann, préface par Michel Tardieu, postface par Pierre Maraval (coll. « Patrimoines, christianisme »), Paris, Cerf, 2004, XXVI + 796 p., ISBN 2-204-07298-2, 75 €.

Texte intégral

1Avec ce nouveau livre d’Adolf von Harnack, la collection « Patrimoines, christianisme » des Éditions du Cerf met à notre disposition une autre œuvre magistrale du savant allemand. Ce volumineux ouvrage de près de huit cents pages, sans cesse remanié et complété par son auteur depuis sa première parution en 1902 jusqu’à sa quatrième et dernière édition en 1924, a servi de manuel de référence pour les historiens tout au long du xxe siècle. L’ambition de Harnack était d’offrir une vaste fresque historique couvrant les trois ou quatre premiers siècles de l’ère chrétienne. Il s’agissait pour lui de compléter le tableau brossé par Théodore Mommsen dans son Histoire romaine, restée inachevée, et qui ne prenait pas en compte la question religieuse. Harnack voulait en quelque sorte élucider les conditions ayant permis au christianisme de passer du statut de secte à peine distincte du judaïsme à une religion universelle. Parallèlement, il cherchait à comprendre comment cette religion avait pu s’établir au sein de l’Empire et de la société romaine.

2Les deux premières parties du livre sont entièrement consacrées au ier siècle de notre ère et à la naissance des premières institutions chrétiennes. Car faire l’histoire de la mission et de l’expansion du christianisme ne se borne pas à analyser le contenu de la prédication, mais aussi à étudier l’établissement des structures hiérarchiques, l’institutionnalisation des œuvres de charité, ainsi que les armes déployées pour lutter contre les cultes polythéistes de l’Antiquité. Même si la vision que l’on a aujourd’hui du ier siècle est plus complexe et nuancée, et qu’elle s’efforce de prendre en compte les marges de l’Empire, négligées par Harnack, on reste stupéfait par l’ampleur de vue de l’historien, qui utilise toutes les sources à sa disposition, depuis les écrits canoniques jusqu’à la littérature apocryphe et patristique en passant par la documentation gnostique accessible à son époque. Comme Harnack avait en outre l’habitude de lire tout ce qui paraissait sur la littérature paléochrétienne, l’histoire ancienne, l’archéologie et l’épigraphie, son ouvrage est aussi un témoin érudit de l’état des connaissances et des débats de son temps.

3La préface de Michel Tardieu, parfaitement documentée comme à son habitude, situe cet ouvrage dans son contexte historique et met en valeur les débats théologiques et scientifiques dans lesquels il prenait place. La postface de Pierre Maraval, plus concise mais tout aussi documentée, souligne l’actualité de l’œuvre, tout en relevant les points où la recherche a progressé depuis Harnack. Un index onomastique et thématique fait de ce volume un précieux instrument de travail et de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Roessli, « Adolf von Harnack, Mission et expansion du christianisme dans les trois premiers siècles, traduit par Joseph Hoffmann, préface par Michel Tardieu, postface par Pierre Maraval (coll. « Patrimoines, christianisme ») », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 15 janvier 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rhr.revues.org/6993

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Roessli

Université de Sudbury, Canada.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org