Navigation – Plan du site

Licence poétique versus métrique sacrée (II)

La polémique entre Bèze et Génébrard au sujet de la paraphrase latine du Cantique des cantiques (1584-1586)
Poetic Licence versus Sacred Prosody (II). Beza and Génébrard's polemics over the Latin paraphrase of the Song of Solomon (1584-1586)
Max Engammare
p. 102-125

Résumés

Il s'agit de renouer avec la polémique entre Théodore de Bèze et Gilbert Génébrard au sujet des paraphrases versifiées latines des Psaumes (1579) et du Cantique des cantiques (1584) du poète huguenot. L'interprétation du second livre auquel nous nous limitons ici est similaire chez les deux controversistes, tant par la méthode allégorique utilisée que dans le sens ecclésial donné à la parabole bucolique, mettant en scène le Christ et l'Église. Le conflit n'est donc pas d'abord dogmatique, mais poétique et éthique : une seule métrique sacrée convient à la versification latine de la Bible pour le philologue hébraïsant, tandis que le poète s'autorise l'usage de nombreux mètres lyriques. Preuve en est que, toute sa vie, Bèze resta poète.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Licence poétique versus métrique sacrée. La polémique entre Bèze et Génébrard au sujet des Psaume (...)
  • 2 Cf. Frédéric Gardy, Bibliographie des œuvres théologiques, littéraires, historiques et juridiques d (...)
  • 3 Cf. Correspondance de Théodore de Bèze, recueillie par Hippolyte Aubert, publiée par Henri Meylan, (...)

1Si l'on connaît bien la poésie française protestante qui fit des Psaumes son support, on méconnaît la poésie latine du xvie siècle qui versifie les mêmes Psaumes et d'autres textes vétérotestamentaires, en particulier le Cantique des cantiques. Dans un premier article, j'avais montré les tenants de la polémique entre Théodore de Bèze et Gilbert Génébrard au sujet des paraphrases versifiées latines du poète huguenot, d'abord des Psaumes (1579), puis du Cantique des cantiques (1584)1. L'ouverture du second volet me permet d'en éclairer les aboutissants et de donner davantage la parole à l'accusé. Toute sa vie, Théodore de Bèze vécut comme un poète, retravaillant sans fin ses Poemata de 1548, les republiant jusqu'en 15972, ayant confessé dès le seuil de l’Abraham sacrifiant de 1550 :» [...] de mon naturel j'ay tousjours pris plaisir à la poésie et ne m'en puis encores repentir »3. Calvin ne s'y était pas trompé en lui demandant d'achever la mise en vers français du Psautier, il n'en demeure pas moins que les vers latins eurent toujours la préférence du poète. Les poèmes de Bèze, s'ils sont ancrés dans la Bible, adoptent parfois un genre profane (la silve), mais surtout une métrique et un lexique catulliens, ce que Génébrard a relevé et abominé.

  • 4 Cf. Gardy n° 356. Je me permets de renvoyer à ma thèse « Qu'il me baise des baisiers de sa bouche » (...)
  • 5 Cf. Gilbert Génébrard, Canticum canticorum Salomonis versibus et commentariis illustratum, Paris, G (...)

2C'est en philologue que Gilbert Génébrard avait lu et critiqué la versification latine des Psaumes puis celle du Cantique des cantiques. Il reprocha à Bèze de méconnaître les particularités de l'hébreu - ignorance entravante pour la mise en vers de textes bibliques -, de ne s'être inspiré que de la traduction latine de Moeller non du texte massorétique, et d'utiliser une métrique poétique inadaptée au donné scripturaire. Bèze avait en effet utilisé pas moins de trente-six mètres lyriques différents dans sa paraphrase latine, s'appliquant à ne jamais utiliser le même mètre dans deux psaumes consécutifs. En outre, Génébrard montrait que Bèze s'était inspiré des modèles horacien et virgilien, non du davidique. Génébrard, dès 1581, déniait une compétence d'hébraïsant à Bèze, mais il fustigea surtout, dans sa critique du Canticum canticorum Solomonis, latinis versibus exprès sum de 15844 une lecture totalement humaine du poème attribué à Salomon et une nouvelle métrique inadaptée. Bèze, cette fois, avait usé de dimètres trochaïques catalectiques, alors qu'il eût fallu privilégier l'ïambe (le rythme ïambique est ascendant, le rythme trochaïque descendant). Dans sa propre versification du Cantique des cantiques, Génébrard avait joué de dimètres ïambiques acatalectiques, les vers ïambiques convenant entre tous à la lyre sacrée. Il se déchaîna contre Bèze dans son Admonitio administros Genevenses d'octobre 1584, imprimée dans son commentaire du début 1585, qui commence par l'admonition5. C'est qu'avec la licence lascive des poètes impudiques Bèze a transformé la sainte Épouse du Christ en concubine de cour, en abusant des diminutifs catulliens profanes. La polémique n'est pas d'abord dogmatique, mais poétique et herméneutique. Dans le propre camp réformé, des amis, à l'instar du zurichois Rudolf Gwalther, avaient d'ailleurs regretté que Bèze n'accompagnât pas cette seconde versification latine de commentaires spirituels, alors que la Compagnie des pasteurs de Genève avait montré peu d'empressement à défendre Bèze dans cette polémique poétique. Après ces attaques de Génébrard, dont le premier volet de cette étude était le porte-voix, Bèze répondit par sa Defensio de 1585 puis en publiant en 1586 ses sermons de 1583-1584 sur le Cantique des cantiques. Bèze contre-attaqua de manière subtile et nous ouvrons ses livres.

  • 6 Devise notée en latin, grec, hébreu et araméen dans son exemplaire annoté et traduit de l'édition d (...)
  • 7 Cf. notice de B. Heurtebize dans le Dictionnaire de théologie catholique, tome VI/1, Paris, 1920, c (...)

3Avant de découvrir cette Defensio, Gilbert Génébrard (1537-1597) mérite quelques mots. Deo laus, honor et gloria, la devise de Génébrard6 aurait pu être celle de Théodore de Bèze, c'est que nos deux protagonistes présentent en effet quelques traits communs. Génébrard n'est pas le plus mauvais des théologiens du dernier tiers du xvie siècle7. Il est plutôt un homme brillant, érudit, lecteur royal d'hébreu l'année même où il obtint son doctorat en théologie, bon connaisseur et éditeur de commentaires rabbiniques, de Flavius Josèphe, d'Origène (1574), d'une Chronographia (1567, 1570 et ss), entre autres traités, écrivain prolixe et polémiste redoutable qui devint archevêque d'Aix-en-Provence en 1591 (par la volonté de Grégoire XIV).

  • 8 Paris, Martin Le Jeune (Juvenis), 1563, in-quarto. Sophie Kesller-Mesguisch a fait une communicatio (...)
  • 9 Une de ses premières publications n'est-elle pas un Alphabetum græcum, Genève, Robert Estienne, 155 (...)

4Gilbert Génébrard est né à Riom en Auvergne en 1537 et mort à Semur (Bourgogne) le 14 mars 1597, dans le prieuré dont il était pourvu. Il avait fait des études à Paris et obtenu son doctorat en théologie en 1563, devenant lecteur d'hébreu et publiant la même année une Isagoge ad legenda et intelligenda Rabbinorum commentaria8, un livre de métrique hébraïque, De metris hebraicis, et un Joel propheta cum Chaldœa paraphrasi, l'année suivante un alphabet hébreu, etc. C'est dire que les intérêts intellectuels majeurs de Génébrard sont fortement marqués dès la première année de son intense production livresque, que sa sensibilité à la métrique et à la littérature hébraïque est affichée et que ses principes exégétiques sont posés. Bèze, dans ses paraphrases poétiques, témoigne d'un intérêt identique pour la langue (grecque et française9) et pour la Bible, mais d'une sensibilité différente. Le conflit pouvait éclater.

  • 10 Cf. Canticum Canticorum Salomonis régis, cum commentariis trium rabbinorum, Salomonis Iarhii, Abrah (...)

5Génébrard apprécia le Cantique des cantiques toute sa vie. N'avait-il pas donné en 1570 déjà, une édition de trois commentaires rabbiniques du Shîr hashîrîm10? S'il est vrai que la première raison donnée à l'édition de ces trois commentaires est courtisane : qui est plus noble et plus savant que Salomon, si ce n'est le cardinal de Lorraine, la seconde est plus solide : le Cantique des cantiques est un chant (carmen) qui traite des liens étroits entre Dieu et l'Eglise, les membres vifs de l'Eglise. Génébrard aura donc une parole doublement autorisée en attaquant Bèze : il connaît l'hébreu et les commentateurs du texte biblique original ; il pratique le Cantique des cantiques depuis longtemps et très précisément, deux points que Bèze ne saurait mettre en avant. En 1570, Génébrard traite le texte biblique chapitre par chapitre. Il commence par traduire et annoter le Cantique avant de faire des observations. Suivent les trois commentaires sur le premier chapitre, etc. Dès la première de ses observations, en s'appuyant sur Origène, Génébrard avance :

  • 11 » Canticum canticorum, ut pulchre scribit Origenes, est nuptiale carmen castos exprimens amores, ju (...)

Le Cantique des cantiques, comme l'écrit joliment Origène, est un chant nuptial qui exprime des amours chastes et agréables, la complicité des esprits, la concorde des mœurs et des affections [...].11

  • 12 « Dubium autem est, quœnam ex sensu literœ hœc puella sit, quam Salomon loquentem facit. Nonnulli e (...)
  • 13 Cf. dom Bernard Planchette, bénédictin de Saint-Maur, La Vie du grand S. Benoist, patriarche des mo (...)

6Il est vrai que le genre littéraire est bucolique, à la manière d'églogues pastorales et qu'on ne sait, au sens littéral, de quelle jeune fille Salomon parle. Quelques-uns évoquent la fille de Pharaon, d'autres la Sulamith. Génébrard croit qu'il faut tout de suite élever ses sens : Salomon n'a pas chanté une jeune fille réelle, mais il s'agit d'une parabole de l'épouse12. Quinze ans plus tard, en 1585, Génébrard développera simplement sa conception dans son commentaire, mais il se sera échauffé l'année précédente en lisant les vers de Bèze. Génébrard n'aime pas Bèze qu'il juge hérétique bien sûr, mais il engage une forte polémique parce que son adversaire dogmatique est venu marcher sur ses terres, le Cantique des cantiques après les Psaumes. Il n'est d'ailleurs pas inutile de souligner que le travail de Génébrard sera apprécié et lu encore au cours des xviie et xviiie siècles13.

La Defensio de Bèze

  • 14 Cf.Gardy,n° 357,p. 192. La Defensio de 94 pages est très brièvement résumée dans une note prélimina (...)

7Bèze répond à l'attaque de Génébrard en 1585, ayant composé rapidement une diatribe en avril, qui ne sera finalement publiée qu'en août : Ad Gilberti Genebrardi accusationem. Theodori Bezœ defensio, Genève, Eustache Vignon, qui compte près de cent pages14. Bèze y reprend de nombreuses citations de l'attaque de Génébrard en commençant par la plus importante pour Génébrard, celle d'avoir vu dans le Cantique des poèmes bucoliques écrits par Salomon sans transférer les images du corps humain au corps mystique du Christ (p. 6). Bèze ne s'éternise pas sur ce point, car il ne lui apparaît pas essentiel au vu du second : avoir composé une paraphrase poétique et l'avoir publiée sans explication ni commentaire, en faisant de l'épouse une concubine de cour (p. 7). C'est cela que Bèze veut réfuter, en commençant par affirmer que les seize points de l'attaque de Génébrard ont été distribués de manière confuse (p. 7).

8Que dire toutefois de l'ordre de Bèze qui attaque par le septième point, un usage exagéré et peu latin de diminutifs. Était-ce vraiment le plus important ? Il est vrai que Génébrard y reprenait l'emploi de vulpeculas, les renardeaux de Ct2, 15, que Jérôme avait appelés vulpes parvulas, diminutif possible. Surtout, mais Bèze n'en dit rien ici, Génébrard avait adopté ces vulpeculas dans sa propre paraphrase (f° 35r°). La contre-attaque était donc subtile, car elle délaissait les points essentiels pour ridiculiser d'emblée la démarche de l'hébraïsant parisien. Bèze reste bien le redoutable polémiste que nous connaissons, quoique son ordre de répartie ne soit pas convaincant, le quatrième point succédant au septième - usage d'épithètes ridicules (p. 13s) -, avant de constants allers-retours.

9Sinon, Bèze nous redit que le Cantique est un épithalame, un chant d'amour entre un roi et une reine qui décrit de manière allégorique l'amour indicible entre Christ et l'Église, mais qui est d'abord écrit en termes d'amour conjugal terrestre (p. 8s). Il défend ensuite son usage du mètre trochaïque contre les iambes utilisés par Génébrard :

Quant à moi, je me suis laissé justement charmer par les trochées, j'en ai recherché le rythme modéré, trochées qui descendent légèrement et agréablement quand ils sont convenablement mesurés, comme les mots qui sont prononcés avec force par Salomon peuvent aussi en produire. A Génébrard au contraire, dont l'indignation a fait le poète, les ïambes mordants ont plu davantage, vers qui conviennent sans doute mieux à son talent (ingenium). (p. 10)

10Avec mordant, Bèze a choisi la douceur pour pourfendre. D'ailleurs, ajoute-t-il, on peut natter avec des ïambes et s'emporter avec des trochées ! La justification métrique n'est pas plus longue et à la critique de l'usage profane des trochées Bèze ne répond pas ; quant à l'usage d'un vocabulaire inspiré de Catulle, Bèze reste coi. Il préfère revenir à l'usage des diminutifs, en reprenant les nombreuses mentions de Génébrard (p. Ils). De même, avec les yeux pœti, Bèze n'ignorait pas le caractère négatif du strabisme, mais il a utilisé le mot en raison de la proximité entre l'Époux et l'Épouse, en retenant son sens d'œillade amoureuse (p. 13). Évidemment, comme Génébrard est influencé par les rabbins, le vocabulaire de Bèze lui apparaît profane (p. 13). Galéjade pour répondre à la méconnaissance de l'hébreu. De l'esprit, Bèze n'en manque pas, et il va multiplier les références à l'hébreu et aux commentaires rabbiniques (en particulier ceux que Génébrard a traduits en latin !) pour réhabiliter son aptitude hébraïque, tout en critiquant parfois violemment les obscénités et ordures (sordes) des rabbins (p. 31s) loués par son adversaire.

11Au sujet du passage le plus érotique du Cantique (Ct 5, 4), pour lequel Génébrard s'étonnait que Bèze n'ait pas profité de proférer une obscénité (f° 68r°), Bèze fait une comparaison de leurs deux traductions, pour montrer que celle de Génébrard est barbare et obscène (p. 28s). On reconnaît sans peine que la traduction de Bèze est plus élégante, mais dans les deux versions, l'Époux a quand même passé la main par le trou : « Manu foramen transiit » pour Génébrard proche de la Vulgate contre « Interim manum sera » chez Bèze. Mais là où Bèze avait « le cœur palpitant », Génébrard avait gardé « le ventre ému », copiant même la construction de Bèze : « Hinc ventre totopalpitans » remplaçant « Corde toto palpitans ». On ne peut donner la palme de l'obscénité à l'un plutôt qu'à l'autre. Peut-on en vouloir au polémiste ?

12La contre-attaque se poursuit avec une liste de « fautes et barbarismes » découverts dans la paraphrase latine de Génébrard (p. 36-39), puis par une comparaison de passages des deux versifications, prouvant que Génébrard a repris de nombreuses expressions au poète pasteur (p. 40-49). La liste n'est pas exhaustive, puisque les vulpeculas de Ct 2, 15 ne sont pas présents, alors que d'autres expressions viennent davantage du latin de la Vulgate que de Bèze. Un procédé désopilant mis en place par Génébrard copiant Bèze est l'ajout en début de vers d'un mot monosyllabique (ut, is, at, es, hind) ou un se changé en sese, pour transformer un vers trochaïque en iambique ! Les exemples sont nombreux, meilleure preuve de l'admiration sourde de Génébrard pour la lyrique latine de Bèze, lui qui ne peut parfaire le lexique ni la syntaxe de l'un des grands poètes latins du xvie siècle : en Ct 1, 6, « Exulo procul, meam [vineam] » devient « Hinc exulo procul meam [vineam] » (« [de là] exilée au loin, ma [vigne] ») ; en Ct 2, 16, « Me totus est meus » devient chez Génébrard « Ut Me totus est meus » (ut a ici le sens de comme ou car) ; en Ct 8, 1, « Oscularer teforis » devient « Deoscularer te foris » (« Je t'embrasserai dehors ») ; etc. Il faut le redire : si Génébrard a critiqué violemment Bèze, il l'a également copié effrontément, en s'inspirant de sa syntaxe et de son lexique latins.

  • 15 « Orcum ego quidem non magis in te quam in ipso Castalione approbarim. », Defensio, p. 30.
  • 16 Castellion est encore mentionné une fois dans une citation de Génébrard (p. 76), sans que Bèze ne r (...)

13Bèze attaque à son tour, reprochant ici ou là l'usage d'un vocabulaire profane. Ainsi en Ct 8, 6, la traduction de she 'ôl en Orcus, et Bèze de ne pas davantage apprécier la divinité infernale chez Génébrard que chez Castellion, traduction qui ne convient pas à l'Eglise chrétienne15. Il avait déjà repris brièvement la critique de Génébrard à son encontre au sujet de Castellion et de son usage d'un vocabulaire païen et profane (p. 26), mais Bèze ne répondra jamais au cœur de la critique16. Après les deux listes des erreurs et des comparaisons de vers, Bèze défend ses traductions de Ct 7, 10 (« Ego dilecti mei sum... » et 7, 6 (« Caput tuum super te sicut Carmelus... »), son érudition et sa connaissance de l'hébreu, ce dont pourrait témoigner le plus grand des grammairiens hébreux, Radak, David Kimhi lui-même (p. 50-54).

  • 17 Cf. Correspondance de Bèze XXVII, n° 1806, p. 23. Dans une autre lettre d'août 1586, Bèze annoncera (...)
  • 18 C'est ce que Bèze confie dans sa lettre-préface en tête du Novum Testamentum imprimé par Robert Est (...)

14Alors que dans l'ajout de la préface à Lord Huntingdon de 1581, Bèze avait remis la critique de l'hébreu dans des mains plus savantes que les siennes, qu'en mars 1586 il avouera encore à Piscator qu'il n'était pas la bonne personne pour juger sa grammaire hébraïque17, la Defensio de 1585 se réfère constamment à l'hébreu. Pour asseoir son savoir hébreu, Bèze a consulté le Thesaurus linguœ sanctœ de Pagnini, le commentaire de Jean Mercier sur les livres de Salomon qu'Eustache Vignon avait publié en 1573 - Bèze précise même que Mercier, grand connaisseur de l'hébreu, a été le maître de Génébrard (p. 52) -, mais il a surtout bénéficié de l'aide de l'hébraïsant local, Corneille Bertram, comme il avait bénéficié de l'aide de son collègue hébraïsant dans les années 1550, Antoine Chevalier, pour bien comprendre et rendre les hébraïsmes néotestamentaires dans sa première édition du Novum Testamentum de 1556 avec ses annotationes majores18. Bèze a toujours eu besoin d'un hébraïsant, c'est indéniable.

  • 19 Chronographia que connaît Bèze, non seulement en raison de la lettre de Dudith, mais également pour (...)
  • 20 « Poeticam prœfationem in Psalmum quiquagesimum primum scribens paulo liberius, ut nonnullis visum (...)
  • 21 « Sed illa inquis, etiampost assumption ministerium verbipublicasti. Deus bone ! quanta hæc est cal (...)
  • 22 Ibid. Il ajoute également « ... in altéra Psalterii mei editione expunxi ».
  • 23 « ... amores fœdos Candides etAudeberti cecinit, etpublicavit etiampost ministerium Verbi assumptum(...)

15Pour contrer l'accusation de tournures profanes, Bèze relève encore des emplois de mythes païens chez Génébrard, dont celui de Pyrame et Thisbé raconté par Ovide (p. 57) tout en forçant le trait du zoïle : évidemment, à Genève, tant dans l'enseignement public que privé on lit et on explique les poètes les plus obscènes et les plus immondes (obscœnissimi et spurcissimi, p. 59). Bèze se doit toutefois de défendre sa « préface poétique » au Psaume 50/51, attaquée par Génébrard dès sa Chronographia19, non dans l’Admonitio ad ministros : il s'agit bien évidemment de la fameuse prœfatiopoetica du Ps 50/51 qui reproduit la silve IV amendée des Juvenilia de 1548. Dans cette prœfatio, reconnaît Bèze, il a décrit un peu librement la beauté de Bethsabée, mais celle-ci aurait dû se montrer un peu plus pudique et ne pas consentir à l'adultère20. La défense est faible, mais elle se fait virulente quand Bèze reprend l'assertion de Génébrard, selon laquelle « Bèze a publié cette silve après être devenu pasteur »21. Quel désir effréné de calomnier ! s'écrit Bèze, qui rappelle que cette Prœfatio poetica était bien dans l'édition de 1548, mais que sur le conseil d'amis tant pieux que savants il l'a beaucoup amendée (« et in eorum locum non pauca substitui »22) dans l'édition suivante (de 1569, p. 61-73). En fait, Génébrard ne condamnait là que les « honteuses amours de Candida et Audebert », non la Prœfatio poetica, tout en ajoutant que Bèze avait publié les vers amoureux après qu'il était devenu ministre de Dieu23.

  • 24 Cf. Defensio, p. 63. Référence implicite à Romains 12, 3-6 (cf. Calvin, IRC, Epître au roi ; IV, xv (...)
  • 25 Cf. treizième critique de l’Admonitio, f° 12r° ; Defensio, p. 69s. Dans son attaque, Génébrard mont (...)
  • 26 Cf. Defensio, p. 73s. Evidemment, Bèze s'est opposé à la polygamie, mais a aussi défendu le remaria (...)
  • 27 Cf. Defensio, p. 74s.
  • 28 Cf. Defensio, p. 78 [indiquée 81, la page 79 étant marquée 78]-82. Les coquilles sont d'ailleurs no (...)

16Bèze en vient à une critique fondamentale, celle de l'autorité des Anciens, et il cite Origène et Jérôme, dans la lecture de la Bible. Il fonde surtout cette critique sur la règle de l'analogie de la foi, règle paulinienne d'interpréter la Bible selon l'analogie des articles de foi, un élément de la foi chrétienne ne pouvant contredire cette foi24. Il profite de cette défense pour évoquer brièvement la virulente préface du commentaire de Génébrard au Psautier (p. 65), avant de condamner la méthode allégorique que Génébrard applique à toute l'Ecriture, fidèle disciple d'Origène (p. 66s), et de combattre quelques attaques dogmatiques contre la prédestination, le baptême des enfants, les sacrements25 et, plus loin, le mariage26. Pour se défendre d'une « tache simoniaque » idiote dont l'accuse Génébrard, Bèze retrouve sa verve satirique27, demandant à l'adversaire d'ajouter un parricide au juste motif, puisque Bèze fut déshérité par un père aimé, alors qu'il aurait été expulsé de Lausanne en raison d'un adultère ; il suffit que Génébrard lise le « carmélite décapuchonné », Bolsec bien sûr, dont les vies de Calvin et Bèze avaient paru en 1577. Quant à l'accusation de vivre comme un pape, Bèze y répond longuement en expliquant le système presbytéro-synodal des Églises réformées28. Ultime pique contre la Vulgate et ultime défense de sa connaissance de l'hébreu, avec une dernière attaque contre le piètre poète qu'est Génébrard.

  • 29 Extrait de son testament de 1595, quand cette première femme est morte depuis sept ans. Cf. ma cont (...)

17La polémique est rarement sereine, truisme qui force à relativiser les traits les plus outrés de la controverse pour dégager constantes et différences. Nos deux protagonistes sont d'excellents polémistes, connaissant chacun plusieurs œuvres de l'autre, sachant relever erreurs, approximations et faiblesses, mettant le doigt aux endroits sensibles. Génébrard attaque parfois, il est vrai, sous la ceinture morale, mais Bèze a une garde trop haute, porte aux nues la vénusté callipyge de Bethsabée, bronche sur la gorge grégaire de la Sulamith, encense Candida, chérit sa « bien aymée premiere femme Claude d'Esnoz »29, Claudine Denosse : en un mot, il n'est pas insensible aux jolies femmes.

18On ne peut débusquer des attitudes voluptueuses chez Génébrard. Leur interprétation du Cantique des cantiques est pourtant proche, tant par la méthode interprétative allégorique utilisée que dans le sens spirituel ecclésial donné au poème, mettant en scène le Christ et l'Eglise. Génébrard et Bèze reconnaissent le bien fondé de consulter les grammairiens hébreux, mais celui-là le fait par profession, celui-ci avec l'aide d'amis et de « maîtres muets ». Quand il est seul en chaire, puis dans son museum, Bèze ne discute aucun point philologique du texte du Cantique des cantiques, ce que l'on regrette dans les sept cents pages de ses sermons de 1583-1584, texte que j'ouvre maintenant pour achever mon propos.

Les sermons sur le Cantique des cantiques

  • 30 Cf. Tadataka Maruyama, The Ecclesiology of Theodore Beza. The Reform of the True Church (THR 166), (...)
  • 31 Cf. Michel Delval, La Doctrine du salut dans l'œuvre homilétique de Théodore de Bèze, diplôme de l' (...)

19En 1586, paraissent les Sermons sur les trois premiers chapitres du Cantique des Cantiques de Salomon, chez Jehan Le Preux. Les études sur l'ecclésiologie de Bèze n'ont pas jugé utile de se référer longuement aux sermons sur le Cantique des cantiques30, alors que celles sur l'homilétique du Réformateur ont peu consulté ces sermons31.

  • 32 Editée maintenant dans Correspondance de Bèze XXVII, annexe VI, p. 238-241.
  • 33 Sur l'interprétation du Cantique des cantiques au XVIe siècle, nous nous permettons de renvoyer à n (...)

20Dans sa préface « Aux fidelles serviteurs de Dieu et ministres de son sainct Evangile en la ville et territoire de Geneve », datée du 20 août 158632, Bèze précise que jamais encore le Cantique des cantiques n'avait été exposé en l'Eglise de Genève (f° Aii r°) et qu'il a été exhorté à le faire. Il se devait bien de répondre à Génébrard, mais le nom de l'hébraïsant parisien n'apparaît jamais ni dans les pages liminaires ni dans les trente et un sermons. Il recense trois points délicats : « la grande obscurité de ce saint poësme du tout allégorique ». La deuxième difficulté découle de la première, puisque « l'exposition des allegories est hazardeuse et mesme dangereuse, si on n'y apporte un esprit tres religieux, et bien fondé et versé és Escritures ». La troisième décline le contenu obscur et rappelle les mauvaises interprétations des « mignardises de plusieurs propos tenus entre cest Espoux et ceste Espouse » qui ont conduit certains à condamner le poème - et Bèze ne peut pas ne pas penser à Castellion -, d'autres à « suspendre leur jugement et d'estimer, quoy qu'il en soit, n'estre expedient de le lire et exposer pour le moins en public » - et l'on peut considérer que Bèze évoque ici Calvin qui n'en a quasi dit mot, au contraire de Luther33.

21« Mignardises de plusieurs propos » ! Bèze reste fidèle à la lettre du Cantique, bien qu'il la spiritualise immédiatement. Ainsi, en commentant « noire, mais belle (nigra sum, sed formosa) », dans le sixième sermon (Ct 1, 5), Bèze redit que ce propos est « entièrement allégorique, comme aussi tout ce cantique » (s. 6, §7, p. 125). Cette noirceur n'est cependant pas celle du péché, mais du « miserable estat auquel souventesfois l'Eglise est réduite en deux diverses sortes ». La première sorte est relative à sa « naifve beauté propre » de l'Épouse, la seconde, « aux diverses adversitez de ceste vie ». La beauté propre vient de la splendeur de la vérité, c'est une beauté intérieure. Pas de comparaison avec un silène d'Alcibiade. La partie extérieure est le ministère du service de Dieu (§7, p. 126s). Le propos de Bèze est long et un peu filandreux : quoi de plus normal devant un passage « entièrement allégorique » ! Les adversités sont les diverses persécutions qu'a subies l'Eglise. On attendrait une actualisation de ses persécutions et une identification à l'Eglise de Genève, qui se produit régulièrement. Nenni ! Le dernier paragraphe parle des « vrayes marques de l'Eglise », sans polémique (p. 138s).

22L’allegoria in factis de Bèze se fonde sur l’allegoria in verbis du Cantique lui-même, et l'on trouve constamment des remarques comparables à celle-ci : « L'Espouse donc parlant à ceux-ci [les élus] leur propose premièrement une description allégorique du lict magnifique de ce roy » (Ct 3,7). Bèze allegorise : « Par ce lict donc nous entendons généralement et en premier lieu tout le païs de Chanaan, où il plaisoit lors à Dieu de faire comme sa residence » (s. 26, §10, p. 542s). Plus de vers trochaïques entre un époux et une épouse, mais une lettre sensuelle immédiatement allégorisée. On découvre pourtant quelques rares « amorisations » du texte biblique dans les sept cents pages des sermons.

  • 34 Cf. lettre n° 1365, in Correspondance de Bèze XX, 1998, p. 168 et note 4 ; pseudonyme utilisé dans (...)
  • 35 « Baise m'encor, rebaise moy et baise », sonnet XVIII, Louise Labbé, Œuvres complètes, édition crit (...)
  • 36 « Maistresse, embrasse moy, baize moi, serre moy,/.../ Baize et rebaize moy », Ronsard, Sonnets pou (...)
  • 37 Autre attaque contre « ces fraizeries, ces gros vilains ventres crevés, ces plus que villaines faço (...)
  • 38 Cf. Correspondance de Bèze XXVII, p. 238-241, ici p. 239.

23La première arrive même vite, puisqu'il s'agit déjà du verset 2 du premier chapitre. L'épouse, selon Bèze, poussée par une « sainte hardiesse », « demande d'estre baisee et rebaisee » (p. 32). Je dépasse la facile allitération sur le patronyme du pasteur, que Bèze ne pouvait pas ne pas avoir remarquée puisqu'il s'amusa à publier un livre sous le pseudonyme de Nesekius34, pour retenir une expression qu'on trouve chez Louise Labé35, mais que Bèze n'a pu lire chez Ronsard36. Qu'un mot du texte source soit rendu par deux mots dans le texte-cible, ou que deux mots du premier deviennent un seul, sont des phénomènes constants qui excèdent les questions de traduction à la Renaissance. Le vocabulaire amoureux déborde toutefois la seule occurrence du verbe nâshaq (baiser). Plus loin, au douzième sermon, au sujet de la bien aimée de Ct 1, 9 (s. 12, §7, p. 257), Bèze glose « Ma bien aimée, ou comme nous disons en commun langage Mamie ». L'explication qui suit, comme celle du redoublement du baiser, est spirituelle. Jésus Christ nous ayant aimé le premier, que cette apostrophe « resonne tousjours en noz aureilles et en noz coeurs par le Saint Esprit » (p. 258), mais le vocabulaire amoureux du quotidien est facilement sur les lèvres de Bèze en chaire. Bèze a encore remarqué que les femmes allemandes « estoyent parées de robes de diverses couleurs » (s. 13, §3, p. 267), mais il ne peut « excuser les tresses et tortillemens de cheveux, le fard et aultres semblables ordures » (s. 13, §4, p. 268)37. Attention, toutefois, quand l'image est trop explicite - ainsi en Ct 1, 13 : « Mon bien aimé est un fascelet de mirrhe : il est logé en mon sein » -, elle n'est pas commentée (s. 14). Dès sa dédicace aux pasteurs de Genève, Bèze avait précisé que ce texte contenait de « saintes délicatesses et, par manière de dire, mignardises de plusieurs propos tenus entre ces Espoux et ceste Espouse »38, il ne l'oubliera jamais.

  • 39 Cf. Master Bezaes sermons upon the three first chapters of the Canticle of Canticles, Oxford, Josep (...)
  • 40 Il parle de Bèze dans son introduction en termes filiaux et en auditeur fidèle de ses sermons: “a m (...)

24Dans cette dédicace offerte aux pasteurs, pour les remercier, peut-être, de leur prompt soutien l'année précédente, Bèze précise encore que son interprétation touche « le vray Jésus Christ et la vraye Eglise », avant de s'étendre sur le contexte de son homilétique, en affirmer le sérieux et l'inspiration. Il se dit encore prêt à poursuivre, si cela est utile et requis. En effet, l'édition s'achève avec un trente et unième sermon sur le verset 11 du chapitre 3. Il semble bien que Bèze ait véritablement songé à poursuivre l'entreprise, puisque John Harmar, le traducteur de la version anglaise qui parut dès 1587, confirme l'intention tout en évoquant le conflit contre Génébrard39, totalement absent de l'édition française des sermons sur le Cantique des cantiques, je l'ai dit. Harmar avait d'ailleurs fait un séjour à Genève et avait goûté l'enseignement de Bèze40. Nous savons toutefois qu'il n'y aura pas de suite à ces trente et un sermons. S'imposait-elle après sept cents pages, d'un in-octavo il est vrai ? Bèze n'est pas le premier à ne pas commenter tout le Cantique, Origène ou Guillaume de Saint-Thierry sont des modèles anciens, tout comme Bernard de Clairvaux, un Bernard que Bèze pratiquait, j'aurai l'occasion de le redire.

  • 41 C'est ce que Bèze écrivait à Peter Monau le 26 août 1584, en anticipant les critiques que suscitera (...)
  • 42 « Neque Us assentiri possum qui épithalamion esse putant, id est, nuptiale carmen Solomonis et fili (...)
  • 43 Cf. p. e. La Bible qui est toute la saincte Escriture, Genève, Zacharie Durant, 1566, f°201v°.
  • 44 Cf. Les Pseaumes mis en rime françoise par Clement Marot et Theodore de Beze, Genève, Michel Blanch (...)

25C'est à la lumière du psaume 44/45, « qui est le sommaire de ce livre » (p. 6), que Bèze, à la suite de Calvin, lit le Cantique des cantiques41. Corrigeant une interprétation qui avait eu cours à Genève pendant des décennies, Bèze affirme qu'il « n'y a point d'apparence de le prendre comme pour un chant nuptial de Salomon et de la fille de Pharao » (f° Aiiii v°), ce qu'il avait déjà précisé dans l'argument de la version longue des psaumes latins versifiés42. Sans considérer tous les commentaires du Cantique qui avaient fait ce rapprochement, on peut simplement noter qu'Olivétan avait traduit la shègal du verset 10 du Ps 44/45 (« femme » ou « concubine ») « la Royne » en glosant en marge : « Asçavoir, la fille de Pharaoh » (f° CLVIIIv0), puis des bibles genevoises avaient introduit cette fille de Pharaon dans le sommaire du psaume : « C'est le chant nuptial de Christ et son Eglise, sous la figure de la magnificence de Salomon et sa principale femme, fille de Pharao »43. Le psautier de Genève avait même introduit une glose marginale à ce psaume traduit par Clément Marot : « C'est le chant nuptial de Jésus Christ et de son Eglise, sous la figure de Salomon et de sa principale femme, fille de Pharaon »44. En refusant maintenant cette interprétation historique de manière forte - « il se voit mesmes qu'un tel mariage est condamné, et à bon droit, par le Saint Esprit, 1 Rois 11 » - Bèze place immédiatement son interprétation selon le seul sens spirituel :

26« un traitté excellent et du tout divin... de l'alliance très estroitte et spirituelle qui est entre Jésus Christ et son Eglise ». Mais les mots sont très sensuels. D'une manière alambiquée au possible, Bèze évoque ce lexique amoureux : « le tout estant ici poursuivi et continué sous des façons de parler empruntées de la manière de parler qu'on tiendrait à traitter des conditions d'un mariage naturel entre personnes de haute qualité ». Si les fiançailles précèdent le mariage chez les humains, Christ s'est d'abord fiancé à son Eglise, et il en est maintenant le mari et vrai roi. L'Eglise est la « vraie Eglise catholique », et la première fois que Bèze utilise l'adjectif, il explicite « c'est à dire universelle », sans une seule allusion polémique à la dégénérescence de l'Eglise catholique romaine. Régulièrement dans ces sermons, l'Épouse est également « l'ame fidelle » (s. 4, §1), c'est dire que l'Épouse est tout autant la communauté des croyants que chaque fidèle pris individuellement.

27Ces trente et un sermons n'ont pas été notés par un tachygraphe précis, la charge de scribe au pied de la chaire avait disparu à la mort de Calvin, mais il s'agit d'une réécriture de Bèze dans son bureau, son museum, comme il l'appelle parfois. Ces sermons n'offrent donc pas une mise au propre de notes prises par Bèze, ce que reconnaît le prédicateur qui avoue avoir fait œuvre de mémorisation : « revoir et rédiger par escrit ce que j'auroys dit en chaire, aultant que ma mémoire le pourrait porter ». A l'instar de Calvin, Bèze devait prêcher sans note.

28Chaque sermon est précédé d'un sommaire des différents points (« matières ») qui sont traités. Le texte du Cantique est donc immédiatement mis sur la table doctrinale ecclésiastique. Cet accent va de pair avec une totale absence de discussion philologique du texte hébreu, des différences avec la Septante ou la Vulgate, de difficultés syntaxiques ou lexicales. Tant Luther, Calvin, Bullinger que bien d'autres ne manquaient jamais de discuter la lettre du texte biblique en chaire ; la pratique est rare chez Bèze, et seulement pour des questions lexicales.

29En Ct 1, 7, « celle qui se couvre ou se cache », Bèze tire un parallèle avec Gn 38, 15, et Thamar, laissant entendre que l'Épouse ne voulait pas être prise pour une paillarde (s. 10, §17, p. 218-221). Bèze enregistre une seconde leçon, ceux qui « exposent ce mot, comme une qui se destourne du chemin... une errante et vagabonde », (ainsi dans la Bible de 1588, « comme une femme errante »), mais il opte pour une troisième lecture, elle se cache pour ne pas voir des choses détestables en si mauvaise compagnie. Ici encore, Bèze fait un parallèle avec le juste Loth, mais ne dit pas un mot de l'hébreu.

  • 45 Il ne faut pas oublier que cette nouvelle traduction était déjà prête au début 1585, mais que le pr (...)
  • 46 En plusieurs occasions, une variante marginale de 1588 passe dans le texte de Bèze. Ainsi, en Ct 1, (...)
  • 47 Bèze revient au cours du sermon 18 (p. 355s) sur les « boucals » ou « barils », récipients que les (...)
  • 48 Dans le corps du sermon 20, Bèze parle du « temps de la musique des oiselets » (§10, p. 409).

30La traduction de Bèze ne manque pas de trouvailles lexicales, d'arrangements syntaxiques, mais bien souvent, trop souvent, Bèze puise son inspiration dans la traduction de l'Ancien Testament que Corneille Bertram, en premier lieu, avait reprise et amendée pour la Bible de 158845. On trouve ainsi le poétique et original « muguet des vallées » en Ct 2, 1 ; le nigra sum sedformosa de Ct 1, 5, rendu dans les deux textes « je suis brune, mais de bonne grace » ; etc46. En revanche, les pigeons de Ct 1,15, n' appartiennent pas au vocabulaire des Professeurs et Pasteurs de 1588, comme les « boucals »47 de Ct 2, 5, que Bèze invente, tout en précisant dans son sermon qu'il s'agit « du vin de ces boucals » (s. 18, §3, p. 355), ainsi que quelques autres expressions et mots originaux, car Bèze ne copie pas de manière servile. Si, en Ct 2, 12, « le temps des chansonnets (des oiseaux) » peut être une coquille48 pour « le temps des chansonnettes » de 1588, le second hémistiche, original, est repris de cette traduction des Professeurs et Pasteurs : « la voix de la tourterelle a esté desja ouïe dans nostre contrée », Bèze se limitant à supprimer le « desja » absent de l'hébreu.

31L'interprétation allégorique ecclésiale est permanente chez Bèze et personne ne s'étonnera donc que les renardeaux qui gâtent les vignes de la fin du chapitre 2 (Ct 2, 15) soient considérés comme de « cauteleux renards », des hérétiques, « les uns assaillans la divinité, les aultres l'humanité du Seigneur de ceste vigne... les aultres entremeslans parmi la vérité de la religion chrestienne un million d'erreurs, non seulement tresfaux, mais aussi du tout monstrueux » (s. 22, §2). Bèze actualise l'identité de ces hérétiques avec les anabaptistes et les « libertins de plusieurs sortes » (§4). Hérétiques que doivent d'abord corriger les pasteurs (§5), avant de passer le témoin de la répression à « d'autres veneurs », les magistrats (s. 22, §6) :

  • 49 Cf. sermon 22, §6, p. 449.

Les magistrats, tant souverains qu'autres, appelles aussi serviteurs de Dieu, establis en authorité et ceints du baudrier (Job 12, 18 ; Rom 13, 1), afin non seulement de maintenir l'honnesteté de vie opposée à toute violence et dissolution, mais aussi afin que Dieu soit cognu et obéi par l'establissement et entretenement du vray service de Dieu, qui s'appelle pieté (1 Tim 2, 2).49

32On aura reconnu une conception ecclésiale propre à Calvin et à Bèze, demandant aux autorités politiques de punir les hérétiques, Castellion au premier chef, car ces dernières sont responsables de l'établissement et du maintien du véritable culte dans la Cité.

  • 50 « Par quoy, toutesfois et quantes [ = toutes les fois] que nous oyons la trompette du Seigneur, je (...)

33Genève est mentionnée, elle est le lieu de résidence privilégié de l'Épouse. L'Eglise est d'ailleurs louée dans sa petitesse : « Nous sommes petite compagnie voirement, mais belle et bonne », à propos de « les droituriers t'aiment » (s. 6, §1, p. 120), et « nos adversaires opposent leur grand nombre à nostre petitesse... tant s'en fault », rétorque Bèze « que la multitude soit une vraye marque de l'Eglise de Dieu » (s. 6, §2, p. 121) ; le pasteur va même jusqu'à ajouter que « le grand nombre nous doit estre plustost suspect » (p. 122). Bèze serait-il donatiste ? Certes non, bien au contraire, et il préfère un gouvernement aristocratique de l'Eglise, on le sait, mais il retrouve là des accents à la Calvin. D'ailleurs, le seul petit nombre ne fait pas la vraie Eglise se dépêche d'ajouter Bèze (s. 6, §3, p. 122). Pourtant l'association des donatistes et des anabaptistes détermine un souci constant de Bèze, celui de rappeler que l'Eglise chrétienne n'est pas faite de fidèles purs « où il n'y ait que redire » (p. 226) : son appréciation des femmes lui faisait connaître dans sa chair, jusqu'en chaire, qu'il était loin d'être parfait et pur esprit. Les Genevois devraient d'ailleurs courir au sermon, dès qu'ils entendent la cloche50.

  • 51 Cf. les paragraphes 1 à 10 du sermon 30, p. 624-640 (le sermon courant des pages 624 à 644).

34En définitive, les trente et un sermons de Bèze sur le Cantique des cantiques forment un « divertissement doctrinal », si j'ose le qualifier de tel ou, en filant la métaphore musicale, des « variations sur un thème divin pérenne », l'amour de Dieu pour son Eglise. Ce que dit Bèze dans ses sermons n'a pas besoin du Cantique des cantiques pour être exprimé : il n'y trouve que ce qu'il y amène, parfois jusqu'à cent citations bibliques déversées sur un seul verset du shîr hashîrîm, ailleurs un développement sur les dix commandements, ainsi au cours du trentième sermon commentant Ct 3, 11, la contemplation de Salomon par les filles de Sion51. Mais Bèze ne reprend pas ici la polémique avec Génébrard, ayant prononcé ses sermons en 1583-1584 et ayant répondu dans la Defensio de 1585.

Pour conclure

  • 52 Cf. Antoine La Faye, De vita et obitu clariss.[imi] viri, D. TheodoriBezœ Vezelii, Genève, Jacques (...)
  • 53 Cité par Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Erasme, Paris, Les Belles Lettres, 1981, to (...)

35Bèze est d'abord un poète, sa première œuvre publiée est une collection de poèmes, alors que Calvin était entré sur la scène livresque avec un commentaire du De dementia de Sénèque, Génébrard avec une Isagoge rabbinica, et il le resta toute sa vie. On ne peut oublier qu'il republiera ses Poemata en 1569 avant une ultime édition en 1597, dont nous conservons même deux exemplaires corrigés de cette main tremblante qu'Henri Estienne avait de la peine à déchiffrer. Antoine La Faye ne s'y était pas trompé dans sa Vita Bezce de décembre 1605, en précisant qu'il aimait tant les poètes, en particulier Catulle et Ovide52. Entre ces deux éditions, Bèze composera ses paraphrases poétiques du Psautier (1579) et du Cantique des cantiques (1584) tout d'abord livrés au public sans aucun argument spirituel et même, pour le premier, avec une simple indication de métrique latine en guise d'introduction. Gwalther, l'ami zurichois, ne s'y était pas davantage trompé en demandant l'ajout d'une annotation spirituelle. Poète, adhérait-il au jugement d'Erasme qui considérait que la poésie est un mélange de toutes les sciences53 ?

36Chanter sa Candide n'est pas grave en soi. Ce n'est pas tant la poésie érotique qui gêne - le xvie siècle n'est pas aussi pudibond qu'on le croit, sans que chacun ait écrit des « sonnets luxurieux » -, que l'occasion donnée de s'en prendre au « chef » de l'Eglise calviniste. Bien des cardinaux ont fait pire, surtout avant Trente il est vrai, mais les Poemata restent une épine dans le pied latin de Bèze, sans que jamais celui-ci n'ait posé en Spinario.

  • 54 Cf. Antoine La Faye, De vita etobitu..., op. cit., on aurait attendu quelque chose aux pages 50-52, (...)
  • 55 Cf. mon Répertoire bibliographique, in Qu'il me baise..., op. cit., C 522, p. *136.

37Bèze et Génébrard (Admonitio, f° lv°) sont grosso modo d'accord sur l'interprétation du Cantique des cantiques. Il s'agit pour eux d'une parabole bucolique, sous laquelle Salomon a voulu prophétiser l'amour du Christ pour l'Eglise et, en réponse, l'amour de l'Eglise pour le Christ. Ils sont encore d'accord sur la consultation attentive et critique des commentaires rabbiniques pour comprendre les mots et expressions du texte original hébreu, quoique Bèze ne la mît pas en pratique dans ses versifications des Psaumes et du Cantique des cantiques ni dans les sermons sur le second, à peine dans sa Defensio de 1585. Ils sont encore capables de composer un dialogue en vers latins pour se divertir et leurs lecteurs avec eux. Ils sont à la fois proches et distants, pas seulement par la confession. Génébrard est d'abord Alttestamentler, hébraïsant et exégète, Bèze avant tout Neutestamentler, helléniste et poète, et le conflit est avant tout lié à la métrique et au lexique latins appliqués à la Bible. Génébrard attaqua à nouveau Bèze en 1590 dans son De justa reipub.[licœ] christianœ in rrges [sic = reges] impios et hœreticos authoritate (Paris, Guillaume Bichon, 1590) ; c'est que Génébrard était devenu ligueur et s'opposait violemment à la reconnaissance d'Henri IV comme roi de France. Bèze ne répliqua pas et, même, supprima l'attaque contre Génébrard de la réédition de la traduction française de sa versification latine des Psaumes (1597), alors que La Faye dans sa Vita Bezce ne dit rien du conflit54, n'incluant pas même la Defensio dans la liste des œuvres de Bèze ! Génébrard avait aboyé, Bèze était resté le grand poète latin que nous connaissons encore. En cette même année 1590, le pasteur Pierre Bioley publia à Genève chez Jacob Stoer une Poetica paraphrasis du Cantique des cantiques55, dédiée à Frédéric IV, le nouvel électeur palatin. Il ne faisait aucune allusion ni à Génébrard ni à Bèze, mais il précisait d'emblée que les protagonistes étaient l'Eglise, le Christ et le chœur des Israelites.

  • 56 Sur ce texte, cf. ma contribution offerte à Pierre Pidoux, « ‘ Chantez en plaisans sons ce Cantique (...)

38Un quart de siècle avant Pierre Bioley, Pierre de Courcelles avait publié en 1564, à Paris chez Robert II Estienne, une versification française du Cantique des cantiques avec la musique56. Quadrins, sixtains et huitains se succèdent pour chanter les amours du Christ et de l'Eglise. Courcelles avait même pu ajouter des épi-thètes pour atténuer des images trop fortes : « Des chastes baisers de ta bouche,/ Adonc je te pri, baise moy... » ou « la chaste et pudicq' tourterelle ». Courcelles fait également usage de quelques diminutifs, « femmelettes de Sion », « brunette », « chambrette », « chevrettes », « bicheteau », « verdellettes », certains induits par l'hébreu ; il composa également des images suggestives, « entre mes tetins rondelets ». Aucun Génébrard ne s'était levé en 1564 ou 1565 pour attaquer cette mise en vers et en musique, car elle est commandée par une interprétation spirituelle. Mieux, un pasteur connu a offert un double sonnet en pièce liminaire. Le second sonnet offre une belle mise en garde :

  • 57 Texte reproduit dans la Correspondance de Bèze III, pièce annexe XI, p. 295s.

... Mais toy qui es poète bien appris,
Cognoissant bien les poétiques esprits
Estre subjects aux flammes amoureuses :
Pour éviter les traicts de Cupidon,
As arresté ton lyrique fredon
Sur les amours celestes et heureuses.
Or pleust à Dieu que tous ces amoureux,
Qui sont ainsi pâlies et langoureux,
Fussent espris d'affections pareilles :
Tant de propos corrompus et mauvais,
Et de chansons impudiques, jamais
N'offenseroyent les chrestiennes oreilles57.

39Au début 1562, Théodore de Bèze offrait ces vers au peu connu Pierre de Courcelles. Il était bien placé pour savoir que les « poétiques esprits [sont] subjects aux flammes amoureuses » !

Haut de page

Notes

1 « Licence poétique versus métrique sacrée. La polémique entre Bèze et Génébrard au sujet des Psaumes et du Cantique des cantiques (1579-1586) », in Théodore de Bèze (1519-1605). Actes du Colloque de Genève (septembre 2005) publiés par l'Institut d'Histoire de la Réformation sous la direction d'Irena Backus, Genève, Droz, 2007, p. 479-499.

2 Cf. Frédéric Gardy, Bibliographie des œuvres théologiques, littéraires, historiques et juridiques de Théodore de Bèze, publiée avec la collaboration d'Alain Dufour (THR41), Genève, 1960 (ci-après Gardy, Bibliographie), n° 1-11, p. 1-11.

3 Cf. Correspondance de Théodore de Bèze, recueillie par Hippolyte Aubert, publiée par Henri Meylan, puis Alain Dufour et alii (Travaux d'Humanisme et Renaissance), Genève, Droz, 1960ss, tome I, annexe n° VI, p. 200. Cf. Théodore de Bèze, Abraham sacrifiant, édition critique avec introduction et notes par Keith Cameron, Kathleen M. Hall, Francis Higman (TLF 135), Genève, 1967, p. 44.

4 Cf. Gardy n° 356. Je me permets de renvoyer à ma thèse « Qu'il me baise des baisiers de sa bouche ». Le Cantique des cantiques à la Renaissance. Étude et bibliographie (Travaux d'Humanisme et Renaisance 277), Genève, Droz, 1993, p. 132-139.

5 Cf. Gilbert Génébrard, Canticum canticorum Salomonis versibus et commentariis illustratum, Paris, Gilles Gorbin, 1585 (ci-après Génébrard, Commentaire), f° lr°-16v°.

6 Devise notée en latin, grec, hébreu et araméen dans son exemplaire annoté et traduit de l'édition de Jean Mercier de la Chaldeœ interpretatio Proverbiorum Salomonis, Paris, Guillaume Morel, 1561, p. 43 (ex. de Paris, BNF). Cf. Lyse Schwarzfuchs, Le Livre hébreu à Paris au XVIe siècle. Inventaire chronologique, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2004, notice 268, p. 169s et ill. 28.

7 Cf. notice de B. Heurtebize dans le Dictionnaire de théologie catholique, tome VI/1, Paris, 1920, col. 1183-1185. Comme le remarque Jean Letrouit, les études sur Génébrard sont indigentes ; cf. son « Agathius Guidacerus et Gilbert Genebrard à travers deux autographes des archives du Collège de France », in Documents oubliés sur l'alchimie, la kabbale et Guillaume Postel offerts à François Secret, Études réunies par Sylvain Matton (THR 353), 1999, p. 179-190. Rappelons que Génébrard, ligueur, refusa de reconnaître Henri IV en 1593. Il ne se rallia que le 15 novembre 1595, trop tard, car le 26 janvier 1596, le parlement de Provence le déclara coupable de lèse-majesté et le bannit. Génébrard obtint toutefois le droit de résider dans son prieuré de Semur, où il s'éteignit en mars de l'année suivante.

8 Paris, Martin Le Jeune (Juvenis), 1563, in-quarto. Sophie Kesller-Mesguisch a fait une communication sur ce texte à un colloque ayant eu lieu à Jérusalem au cours de l'été 2005 (à paraître).

9 Une de ses premières publications n'est-elle pas un Alphabetum græcum, Genève, Robert Estienne, 1554 (Gardy, n° 75 ) ? Plus tard, Bèze donnera également une grammaire grecque (Grœcœ grammatices, 1568), un traité de prononciation du grec (De germana prommtiatione) et un autre du français (De francicœ linguœ recta prommtiatione tractatus, 1584).

10 Cf. Canticum Canticorum Salomonis régis, cum commentariis trium rabbinorum, Salomonis Iarhii, Abrahami Abben Ezrœ, et Innominati cuiusdam, G. Genebrardo... interprète, Paris, Martin Lejeune, 1570 (cf. mon « Qu'il me baise des baisiers de sa bouche », op. cit., n° C 414). Dédicace au cardinal de Lorraine. Dans sa préface, Génébrard précise que Claude de Sainctes fut son précepteur.

11 » Canticum canticorum, ut pulchre scribit Origenes, est nuptiale carmen castos exprimens amores, jucundosque complexus animorum, concordiam morum et affectum, consentaneamque spirans ad alterutrum charitatem, qua sponsafidelis ad perfectam œtatem etadannos nubiles jam pervenit, annos dico bonorum operum, non temporum, ut ad cœlestis sponsi complexus idonea judicetur. » Cf. Canticum Canticorum Salomonis régis, op. cit., f° 3v°-4r°.

12 « Dubium autem est, quœnam ex sensu literœ hœc puella sit, quam Salomon loquentem facit. Nonnulli existimant esse filiam Pharaonis Ægyptiam, alii ex capite 7, Ierosolymitanam quondam id est Sullamith, a Salem, quœ tandem Hierosolyma. Ego crediderim, cum hœc scriberet Salomon, multo altius spectasse, ac nulliuspuellœ externes respectu, Sponsœparabolam more suo atque stylo usurpasse. », Ibid., P 4r°.

13 Cf. dom Bernard Planchette, bénédictin de Saint-Maur, La Vie du grand S. Benoist, patriarche des moines de l'Occident, ses vertus, ses maximes, les excellences de sa règle, et un abbregé des grands hommes de son Ordre, Paris, chez Jean Billaine, 1652, p. 300. En revanche, Richard Simon critique Génébrard de s'être emporté contre la version de... Castellion (Histoire critique du Vieux Testament, Paris, 1680, p. 362-364, citant à deux reprises la préface à l'édition d'Origène). Cf. aussi Augustin Calmet, Commentaire littéral sur tous les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament... Les Proverbes... le Cantique des cantiques, Paris, Pierre Emery, 1713, 2e pagination, p. 158s. Calmet connaît toujours le conflit 130 ans plus tard : « Théodore de Bèze, qui avoit esté un des plus ardens adversaires de Châtillon, tomba lui-même quelque tems après dans le même défaut, en mettant en petits vers latins fort galants le Cantique des cantiques. Il y faisoit parler l'Epoux et l'Epouse d'une manière si peu sérieuse, qu'il s'attira l'indignation et le mépris de tous les honnêtes gens. Gilbert Génébrard, qui n'entendoit point raillerie sur l'article, et d'ailleurs zélé défenseur de la religion catholique, s'éleva contre cet ouvrage scandaleux de Bèze, en releva tout le ridicule, en montra les fautes, le dénonça par une longue lettre qu'il en écrivit aux Ministres calvinistes, et opposa aux vers badins et impertinens de cet auteur d'autres vers sérieux et élégans, et composa un savant commentaire sur cet ouvrage. »

14 Cf.Gardy,n° 357,p. 192. La Defensio de 94 pages est très brièvement résumée dans une note préliminaire de la Correspondance de Bèze XXVI, Annexe VII, p. 294.

15 « Orcum ego quidem non magis in te quam in ipso Castalione approbarim. », Defensio, p. 30.

16 Castellion est encore mentionné une fois dans une citation de Génébrard (p. 76), sans que Bèze ne relève le nom (Defensio, p. 76s).

17 Cf. Correspondance de Bèze XXVII, n° 1806, p. 23. Dans une autre lettre d'août 1586, Bèze annoncera même le prochain envoi de l'avis de Bertram sur l'ouvrage de Piscator (n° 1839, p. 160).

18 C'est ce que Bèze confie dans sa lettre-préface en tête du Novum Testamentum imprimé par Robert Estienne en 1556-1557 : « Hebraismos turn in singulis dictionibus, turn in sensibus integris plurimos observavi, partim doctissimorum hominum commentariis, partim quorundam amicorum et collegarum meorum, ac praesertim Antonii Cevallerii (hominis non vulgari doctrina et singulari quodam judicio praediti) diligentia, opera ac eruditione summopere adjutus. » Préface reproduite dans Correspondance de Bèze, tome II, Annexe III, p. 225-230, ici p. 228. Bèze associait déjà l'aide de ses « maîtres muets » (expression d'Olivétan et de Pierre Viret pour désigner les commentaires) à celle d'un collègue hébraï-sant.

19 Chronographia que connaît Bèze, non seulement en raison de la lettre de Dudith, mais également pour l'avoir consultée, citant les chronologiœ tuæ tabula (cf. Defensio, p. 62).

20 « Poeticam prœfationem in Psalmum quiquagesimum primum scribens paulo liberius, ut nonnullis visum est, Bersabeœ pulchritudinem descripsi, et nonnihil illi parum conveniens attribui : quam tamen verisimile est non tam facile fuisse in adulterium consensuram si tam pudica fuisset, quam esse debuit. » Cf. Defensio, p. 60. On peut relever que, de mémoire, Bèze nomme Bethsabée depuis le grec, Bersabea, non depuis l'hébreu ! En décrivant ainsi Bethsabée en 1548, on pourrait penser que Bèze critiquait indirectement, atténuait à tout le moins, la revendication de Jean Salmon Macrin à n'avoir qu'une poésie dépouillée de Vénus et prenant pour modèle David (cf. Jean Vignes dans Poétiques de la Renaissance. Le modèle italien, le monde franco-bourguignon et leur héritage en France au XVIe siècle, sous la direction de Perrine Galand-Hallyn et Fernand Hallyn (THR 348), Genève, 2001, p. 264ss). Bèze, en 1548, rappelle simplement quel amoureux retors fut le roi David ! Après sa conversion, il amende le début de sa silve IV, sans arriver à l'écarter dans sa réédition de 1569.

21 « Sed illa inquis, etiampost assumption ministerium verbipublicasti. Deus bone ! quanta hæc est calumniandi libido ? » Cf. Defensio, p. 60.

22 Ibid. Il ajoute également « ... in altéra Psalterii mei editione expunxi ».

23 « ... amores fœdos Candides etAudeberti cecinit, etpublicavit etiampost ministerium Verbi assumptum... » Cf. Admonitio, f 1 lv°, et Defensio, p. 60. Dans les pages 58-62 de sa Defensio, Bèze reprend trois éléments successifs du folio 1 lr°-v° de l’Admonitio.

24 Cf. Defensio, p. 63. Référence implicite à Romains 12, 3-6 (cf. Calvin, IRC, Epître au roi ; IV, xvi, 4 ; xvii, 32). Toute interprétation de l'Ecriture doit être mesurée à l'analogie de la foi, elle ne peut être contraire à une règle de la foi (cf. le Credo). Pour Calvin et le calvinisme, par exemple, le libre-arbitre et les œuvres méritoires sont contraires à l'analogie de la foi, ils contredisent la foi chrétienne. Cf. encore Qu'il me baise..., op. cit., p. 352-356.

25 Cf. treizième critique de l’Admonitio, f° 12r° ; Defensio, p. 69s. Dans son attaque, Génébrard montrait qu'il ne connaissait pas le pédobaptiste genevois, qu'il confondait avec l'interdiction de baptiser des enfants mourants ou morts (sous couvert de la pseudo-rémission), ce que relève Bèze un peu plus loin (p. 71).

26 Cf. Defensio, p. 73s. Evidemment, Bèze s'est opposé à la polygamie, mais a aussi défendu le remariage contre Tertullien, etc.

27 Cf. Defensio, p. 74s.

28 Cf. Defensio, p. 78 [indiquée 81, la page 79 étant marquée 78]-82. Les coquilles sont d'ailleurs nombreuses dans le texte, dépassant la liste d'errata de la page 96. Bèze fait d'ailleurs allusion aux erreurs typographiques présentes dans sa paraphrase de 1584. Malgré une mise en garde à l'imprimeur, il s'est en effet glissé plus de vingt fautes dans le texte de Bèze qu'a lu Génébrard, et Bèze profite de sa Defensio pour offrir des errata (p. 34s). C'est que depuis quelques années la main droite de Bèze tremble et qu'il écrit mal : « Norunt hic autem omnes quœ mea sit a paucis annispropter vacillantem mihi dexteram kakographia. » Cf. Defensio, p. 35.

29 Extrait de son testament de 1595, quand cette première femme est morte depuis sept ans. Cf. ma contribution « L'inhumation de Calvin et des pasteurs genevois de 1540 à 1620. Un dépouillement très prophétique et une pompe funèbre protestante qui se met en place », in Les Funérailles à la Renaissance, Actes du 12e colloque international de la Société française d'études du seizième siècle, Bar-le-duc, 2-5 décembre 1999, édités par Jean Balsamo (Travaux d'Humanisme et Renaissance 356), Genève, 2002, p. 271-293, ici p. 285.

30 Cf. Tadataka Maruyama, The Ecclesiology of Theodore Beza. The Reform of the True Church (THR 166), Genève, 1978. On trouve quelques références aux sermons sur le Cantique des cantiques, lus en entier, dans la quatrième et dernière partie du livre, « Reform of the True Church ». Ces références relèvent des points dogmatiques.

31 Cf. Michel Delval, La Doctrine du salut dans l'œuvre homilétique de Théodore de Bèze, diplôme de l'École pratique des hautes études, Ve section, Sciences religieuses, Paris, 2 tomes, 1982, cf. p. XI-XIII, pour une succincte présentation de cette prédication et la lecture du premier sermon. L'auteur a encore résumé l'introduction de sa thèse dans un article de 1984, « La prédication d'un réformateur du XVIe siècle : l'activité homilétique de Théodore de Bèze », Mélanges de Science religieuse de l'Institut catholique de Lille, 1984, n° 2, p. 61-86.

32 Editée maintenant dans Correspondance de Bèze XXVII, annexe VI, p. 238-241.

33 Sur l'interprétation du Cantique des cantiques au XVIe siècle, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse Qu'il me baise des baisiers de sa bouche, op. cit.

34 Cf. lettre n° 1365, in Correspondance de Bèze XX, 1998, p. 168 et note 4 ; pseudonyme utilisé dans son Adversus sacramentariorum errorem de 1574 (cf. Gardy n° 307s). Jeu poétique que l'on peut rapprocher de La Fontaine d'amour de Charles Fontaine (Lyon, Jean de Tournes, 1545) et, chez les Italiens, d'Olimpia de Baldassarre Olimpo (Venise, Nicolo d'Aristotole detto Zoppino, 1532), sans compter la Sainte de Guillaume Des Autels ; etc.

35 « Baise m'encor, rebaise moy et baise », sonnet XVIII, Louise Labbé, Œuvres complètes, édition critique et commentée par Enzo Giudici (TLF 292), Genève, 1981, p. [158]. Voir également sur Louise Labé, Mireille Huchon, Louise Labé. Une créature de papier, Genève, 2006.

36 « Maistresse, embrasse moy, baize moi, serre moy,/.../ Baize et rebaize moy », Ronsard, Sonnets pour Hélène, publiés par Malcolm Smith (TLF 167), Genève, 1970, appendice 7, p. 206. En effet, ce sonnet et quelques autres ne sont entrés dans les Œuvres que dans l'édition de 1609.

37 Autre attaque contre « ces fraizeries, ces gros vilains ventres crevés, ces plus que villaines façons de robe de femmes, dont le seul nom monstre en quelle detestation elles debvroyent estre à toutes femmes honnestes » (s. 13, §5, p. 270). L'attaque se poursuit contre « ces vilains et puants androgynes, c'est à dire hommes femmes, avec leurs passefillons et cheveux crespés et frisés » (ibid.).

38 Cf. Correspondance de Bèze XXVII, p. 238-241, ici p. 239.

39 Cf. Master Bezaes sermons upon the three first chapters of the Canticle of Canticles, Oxford, Joseph Barnes (Gardy n° 362), f° ¶3r°: “... there is none that hath so plainely, so perfitely, so distinctly sette down and expounded it [the Canticle], as hee [Beza] hath done. Wherein let Mounsier Genebrard himselfe be judge, whether Master Beza understand this Canticle or no, and leave to accuse with such shamelesse impudencie his ignorance and impietie.”

40 Il parle de Bèze dans son introduction en termes filiaux et en auditeur fidèle de ses sermons: “a man to bee embraced and loved of all who love the Lord and embrace his truth, but in particular to bee honoured and reverenced of my selfe, who found him no lesse then a father unto me in curtesie and good will, when I lived as a stranger in Geneva, and enjoyed the benefit of hearing of him in lectures and sermons.” Cf.Master Bezaes sermons..., f° ¶3r°.

41 C'est ce que Bèze écrivait à Peter Monau le 26 août 1584, en anticipant les critiques que susciterait sa paraphrase poétique du Cantique (Correspondance de Bèze XXV, lettre n° 1695, p. 208).

42 « Neque Us assentiri possum qui épithalamion esse putant, id est, nuptiale carmen Solomonis et filiœ Pharaonis » (Psalmorum Davidis et aliorum prophetarum libri quinque, argumentis..., p. 185). « Et je ne peux approuver ceux qui pensent que c'est un épithalame, un chant célébrant les noces de Salomon et de la fille de Pharaon. »

43 Cf. p. e. La Bible qui est toute la saincte Escriture, Genève, Zacharie Durant, 1566, f°201v°.

44 Cf. Les Pseaumes mis en rime françoise par Clement Marot et Theodore de Beze, Genève, Michel Blanchier pour Antoine Vincent, 1562, p. 145 (reprint procuré par Pierre Pidoux (TLF 338), Genève, 1986).

45 Il ne faut pas oublier que cette nouvelle traduction était déjà prête au début 1585, mais que le premier tirage brûla. En février 1585, le Conseil interdit à Jérémie Des Planches de poursuivre l'impression de la Bible. Les ministres se défendirent en précisant que Bèze et Bertram revoyaient cette traduction depuis seize ans, c'est-à-dire 1569. Cf. Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève, tome V, 1583-1588, publiés par Olivier Labarthe et Micheline Tripet (THR 153), Genève, 1976, p. 58, et mon article « Cinquante ans de révision de la traduction biblique d'Olivétan : les bibles réformées genevoises en français au XVIe siècle », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, vol. 53, 1991, p. 347-377, en part. p. 364-367.

46 En plusieurs occasions, une variante marginale de 1588 passe dans le texte de Bèze. Ainsi, en Ct 1, 2, « Car tes dilections valent mieux que le vin » ; la Bible de 1588 donnait « car tes amours sont plus agréables que le vin », avec l'ajout marginal « ou, tes dilections » ; etc.

47 Bèze revient au cours du sermon 18 (p. 355s) sur les « boucals » ou « barils », récipients que les prophètes, puis les apôtres ont rempli de vieux vin, avant le vin nouveau.

48 Dans le corps du sermon 20, Bèze parle du « temps de la musique des oiselets » (§10, p. 409).

49 Cf. sermon 22, §6, p. 449.

50 « Par quoy, toutesfois et quantes [ = toutes les fois] que nous oyons la trompette du Seigneur, je di la cloche sonnant le sermon, il n'i fauldroit pas aller mais y courir, voire y voler : non pas toutefois à la volée, mais s'estant préparé... ». Cf. s. 17, §7, p. 345.

51 Cf. les paragraphes 1 à 10 du sermon 30, p. 624-640 (le sermon courant des pages 624 à 644).

52 Cf. Antoine La Faye, De vita et obitu clariss.[imi] viri, D. TheodoriBezœ Vezelii, Genève, Jacques Chouet, 1606, p. 9 : « Poëtas (quos natures quodam impulsu amabat) non legit tantum, sed imitari studuit... ». Le second volet de cette vie est composé d'Epicedia en hébreu, grec et latin de tous ses amis. On chante le poète avec des poèmes funèbres.

53 Cité par Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Erasme, Paris, Les Belles Lettres, 1981, tome 1, p. 166 et n. 64, et tome 2, p. 814 et n. 434.

54 Cf. Antoine La Faye, De vita etobitu..., op. cit., on aurait attendu quelque chose aux pages 50-52, La Faye développe surtout les dernières années où il avait connu Bèze.

55 Cf. mon Répertoire bibliographique, in Qu'il me baise..., op. cit., C 522, p. *136.

56 Sur ce texte, cf. ma contribution offerte à Pierre Pidoux, « ‘ Chantez en plaisans sons ce Cantique des cantiques ’. Cantiques réformés de Pierre de Courcelles(1564) », PiaMrae 10/11, 1995, p. 11-20.

57 Texte reproduit dans la Correspondance de Bèze III, pièce annexe XI, p. 295s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Max Engammare, « Licence poétique versus métrique sacrée (II) », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2009, 102-125.

Référence électronique

Max Engammare, « Licence poétique versus métrique sacrée (II) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rhr.revues.org/7183 ; DOI : 10.4000/rhr.7183

Haut de page

Auteur

Max Engammare

Institut d'Histoire de la Réformation, Genève
max.engammare@droz.org

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org