Navigation – Plan du site
Mémoires et fondations

L'usage gallican (1552-1771) de l'Afrique chrétienne tardo-antique : les modalités de l'unité ecclésiale

Gallican Use of Christian Africa of Late Antiquity (1552-1771): Modalities of Ecclesial Unity
Frédéric Gabriel
p. 349-374

Résumés

D'emblée, les textes gallicans s'ancrent dans les profondeurs de l'histoire, une histoire qui les conduit jusqu 'aux premiers temps chrétiens où ils puisent une théologie de la tradition qui détermine en aval un droit fidèle à ce moment inaugural. L'Église d'Afrique entre dans ce dispositif d'écriture et constitue un modèle latin et primitif alternatif à la papauté. L'autonomie locale, l'unité episcopate et la procédure d'appel retiennent particulièrement l'attention des gallicans et leur permettent d'élaborer une lecture ecclésiologique qui révoque en doute la primauté juridique du siège romain. L'Église d'Afrique est ainsi un modèle pour penser l'articulation entre épiscopats locaux et unité ecclésiale universelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Patrologia Latina, t. 50, col. 431 A, epistola iv, par Célestin Ier en 428. Pour la réinsertion des (...)
  • 2 Louis Ellies Du Pin, De Antiqua Ecclesiae disciplina dissertationes historicae, Paris, Apud Arnoldu (...)
  • 3 Cet article s'intègre dans une recherche à plus long terme sur « l'Afrique chrétienne (iiie-ve s.) (...)

1Un point commun pourrait réunir la diversité des revendications gallicanes : le recours au passé pour légitimer la résistance d'une Église locale (et des structures temporelles qui l'entourent) à l'arbitraire du pouvoir de la papauté. Mais le vocable à'Ecclesia gallicana, devenu emblématique de l'antiromanisme, est bien sûr utilisé en premier lieu de manière neutre, dans son acception géographique1. Autrement dit, il s'agit autant d'histoire que de géographie ecclésiastiques, et c'est sous cet angle que nous abordons l'usage gallican de l'Afrique chrétienne tardo-antique, plus précisément de sa province proconsulaire2. Si elle n'apparaît pas d'emblée reliée à la cause gallicane, elle constitue pourtant le fil rouge d'un véritable modèle décliné en de nombreuses références patristiques et historiques. Dans quelles conditions est-elle appréhendée, utilisée et vivifiée dans le cadre des controverses de l'époque moderne ? Comment et par quel biais s'inscrit-elle dans une théologie de la tradition et de l'Église dont se réclament les écrits gallicans ?3

Identité(s) ecclésiale(s) : le paradigme de l'unité

  • 4 Pierre Pithou, Les Libériez de l'Eglise Gallicane (1594), dans [Jacques Gillot, éd.], Traictez des (...)
  • 5 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, Les Libériez de l'Église Gallicane, prouvées et commentées sui (...)
  • 6 Le terme de loi est à entendre ici au sens large. Notons toutefois que la devise de Pithou était : (...)
  • 7 Vincent de Lérins, Contre les hérésies... par le Sr. De la Brosse, Paris, Jean de Huqueville, 1615, (...)
  • 8 [Pierre Pithou, éd.], Veterum aliquot Galliae theologorum scripta. Quorum nonnulla ex veteribus lib (...)

2Un mot d'ordre gallican qui dirige le mode de pensée, d'écriture et d'exposition de ces écrits, conclut le fameux traité de Pierre Pithou : « Ne transgrediaris terminos antiquos quos posuerunt patres tui. »4 Ces mots tirent leur autorité scripturaire des Proverbes (22, 28) et déterminent tout à la fois une norme, sa vénérable antiquité et la fondation paternelle qu'elle incarne. Rééditant en 1771 l'écrit de Pithou dans la dernière compilation gallicane de grande ampleur, Pierre-Toussaint Durand de Maillane affirme à propos de cette maxime latine : « C'est la divine Epigraphe de nos Libertés & le but général de ces articles, où l'on ne peut s'empêcher de reconnoitre un esprit de sagesse & de vérité »5. À partir d'une recomposition du psaume lxxvii (v. 3) de la Vulgate, la même idée se retrouve inscrite sur la page de titre des Traictez des Droicts et Libertez de l'Église Gallicane de 1609 : « Quantaaudivimus & cognovimus ea : Et patres nostri narraverunt nobis [...] ». Juste avant de désigner directement ce contenu de la tradition, ce dépôt, le psaume commence par invoquer dans un style exhortatif le respect dû à la loi transmise6 : « Attendite popule meus legem meam : inclinate aurem vestram in verba oris mei. » Les plus importants traités gallicans (rédigés entre 1461 et 1607) sont donc réunis sous cette bannière qui rappelle sans grand effort de mémoire le Commonitorium de Vincent de Lérins, manifeste de la théologie de la tradition qui connaît à l'époque de nombreuses éditions et traductions. Les premiers mots de son prologue martèlent : « L'Escriture nous disant par forme d'advertis-sement, Interroge tes Peres, & ils t'enseigneront ; Tes anciens, & ils te l'annonceront : Et derechef, Preste l'oreille aux paroles des Sages : Puis encore, Mon fils ne metz point en oubli ces discours, & conserve mes propos en ton cœur »7. La première citation, tirée du Deutéronome (32, 7 : « interroga patrem tuum, & annuntiabit tibi ; majores tuos, & dicent tibi »), ancre à nouveau la position gallicane dans le socle vétérotestamentaire. Ces quelques phrases déterminent profondément le credo gallican qui y puise sa légitimité et y rattache ses gestes politiques contemporains au même titre que l'édition des preuves historiques. L'attention de Pithou à Vincent de Lérins s'est d'ailleurs traduite par son insertion dans l'édition des Veterum aliquot Galliae theologorum, à côté de Phébade et Faust8.

3L'importance des impératifs ainsi soulignés ne se limite pas à l'édition de textes anciens ou à des paratextes scripturaires. Les premiers mots du traité de Pithou, considéré comme le bréviaire des gallicans, en témoignent :

  • 9 Pierre Pithou, Les Libériez de l'Église Gallicane, op. cit., p. 251.

« Ce que nos peres ont appellé Libertez de l'Église Gallicane, & dont ils ont esté si fort jalous, ne sont point passedroits, ou privileges exhorbitans, mais plustost franchises naturelles, & ingenuitez ou droits communs, quibus (comme parlent les Prélats du grand concile d'Afrique, escrivans sur pareil subjet au Pape Celestin) nulla patrum definitione derogatum est Ecclesiae Gallicanae : esquels nos ancestres se sont très-constamment maintenus, & desquels partantn'est besoin de monstrer autre tiltre, que la retenue & naturelle jouyssance d'iceus. »9

  • 10 Sur l'Écriture et la tradition comme deux armes de la foi, voir Vincent de Lérins, op. cit., p. 7.
  • 11 Johannes Dominicus Mansi, Sacrorum Conciliorum nova, et amplissima collectio... tomus quartus, Flor (...)
  • 12 Louis Servin, Actions notables, etplaidoyez... dernière edition..., Paris, Estienne Richer, 1640, p (...)
  • 13 Ibid., p. 111. Cette vérité, inscrite au sein de l'appareil législatif, est élevée au rang de serme (...)

4Transformant habilement le postulat et la revendication en description, la première preuve apportée pour justifier la naturalité des droits communs auxquels se réfèrent les libertés de l'Église gallicane est donc fournie par un concile africain. Après les références vétérotestamentaires, l'Église d'Afrique occupe le lieu de la tradition10. Mais le lien ainsi établi est bien plus étroit encore : dans le texte original cité, Y Ecclesiae en question n'est évidemment pas « Gallicanae » mais « Africanae »11. L'acribie philologique de Pithou ne peut laisser croire à une erreur, ce dernier établit au contraire une équivalence, une substitution qui montre l'assimilation du modèle. En miroir de l'idéal gallican, l'Église africaine est d'ailleurs déjà présentée comme une institution fidèle aux traditions, comme le remarquait cet autre gallican de premier plan, Louis Servin : « En l'Église d'Afrique la vraye antiquité estoit honorée, & les Peres & Pasteurs rejettoient les choses nouvelles non nécessaires »12. Chez Pithou et les autres gallicans, l'identité est définie comme simple conformité à l'antiquité des textes et des usages, une conformité dont l'original présente déjà un modèle de conservation et de transmission. Ils répondent par l'argument de la fidélité à l'attaque romaine fustigeant leur indépendance, et présentent l'Église gallicane comme une entité aussi unitaire que son modèle simplement désigné sous le vocable général d'« Église d'Afrique ». Servin s'autorise de cette conception pour écrire en 1603 : « L'escole Gallicane [...] est l'eschole de vérité »13.

  • 14 Dans la Table chronologique des actes édités par Pierre Dupuy pour légitimer en deux volumes in-fol (...)
  • 15 Luc Duquenne, Chronologie des lettres de s. Cyprien. le dossier de la persécution de Dèce, Bruxelle (...)
  • 16 Jean-Pierre Gibert, Justification des libertés de l'Église Gallicane, par le Code de l'Église unive (...)
  • 17 Bibliotheca iuris canonici veteris, in duobus tomos distributa, quorum unus canonum ecclesiasticoru (...)
  • 18 Codex canonum Ecclesiae Africanae. Christophorus Iustellus ex. mss. codicibus edidit, Graecam versi (...)
  • 19 Codex canonum Ecclesiae Africanae, p. 1. Sur le concile de Carthage, comme code des conciles d'Afri (...)
  • 20 CodexcanonumEcclesiaeuniversae.AdlustinianoImperatoreconfirmatus. Christophorus Iustellus IC. Nunc (...)
  • 21 Codex canonum Ecclesiae universae, f. 3 r°-v° : « Quamvis enim in iure communi antiquo positam esse (...)

5Cette vérité, c'est celle de l'antiquité, de la paternité légitimante, mais aussi celle des textes normatifs dont les gallicans se réclament, et la vérité de leur réception universelle : autrement dit la vérité d'une Église dans la diversité de ses manifestations mais indissociable de sa nature profonde, l'unité. En ce sens, l'appel au corpus conciliaire n'est pas anodin14. Il montre une Église conçue d'emblée comme communauté d'inspiration, de consultation, de discussion et de décision. Les Pères conciliaires sont l'une des formes par excellence de l'unité et de la paternité sur laquelle insiste la théologie de la tradition. Leur institution est la voix de la vérité, et l'Église africaine, connue pour la fréquence de ses synodes15, fut justement la première à réunir en collection ses conciles16. Christophe Justel, publie en 1615 un Codex canonum Ecclesiae Africanae, inséré en 1661 dans la Bibliotheca iuris canonici veteris17. Dédié à Jacques-Auguste de Thou, le Codex met en lumière, selon son éditeur, le « monument » d'une Église primitive pure, autrement dit des règles et des lois qui s'opposent en tout aux « abortivos aut dégénères canones, nova et barbara décréta & hominum & temporum »18. Et d'ouvrir sa préface par une citation du plus grand théologien africain : « Verissimum est quod Augustinus scripsit, conciliorum in ecclesia saluberrimam esse authoritatem (epist. 118) »19. Justel avait déjà à son actif l'édition d'un Codex Canonum Ecclesiae Universae dédié cette fois-ci à Jacques Leschassier20. Dans sa préface, il établissait un parallèle explicite entre les libertés gallicanes (et le Parlement) et l'antiquité ecclésiastique présentée par ces textes21.

  • 22 Henri Grégoire, Essai historique sur les libertés de l'Église gallicane... (1818), Paris, Brissot-T (...)

6Deux siècles plus tard, l'abbé Grégoire, lecteur du Codex canonum Ecclesiae Africanae, consacre encore le troisième chapitre de son Essai historique sur les libertés de l'Église gallicane aux « Libertés de l'Église d'Afrique ». Après avoir fait remarquer que plusieurs auteurs « appellent l'attention sur la conformité de discipline entre l'Église d'Afrique et celle des Gaules, à laquelle elle servit de modèle », il insiste sur l'importance des assemblées ecclésiales : « Dans l'Église d'Afrique, tout était réglé synodalement ; il en fut de même dans l'antique Église gallicane, où le presbytère, présidé par son évêque, exerçait la plénitude de ses droits »22.

  • 23 Jean-Pierre Gibert, Justification des Libertés de l'Église Gallicane, par le Code de l'Église unive (...)
  • 24 Ibid, p. 315.
  • 25 Raoul Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique, t. V, 1953, v° « Hadriana » (qui enregistre son (...)
  • 26 Gibert, op. cit., p. 243. Cf. p. 246.

7Pourtant, le modèle africain n'est pas seulement dégagé a posteriori à l'occasion d'une rétrospective historique : déjà le cano-niste Jean-Pierre Gibert (1660-1736) avait thématisé cet usage de l'Afrique dans sa. Justification des Libertés de l'Église Gallicane. Son vingtième chapitre est entièrement dévolu au « Code de l'Église d'Afrique », dont l'autorité est d'emblée présentée comme insurpas-sable puisqu'il est « plus ancien que le Code de l'Église Universel, qui est le premier de tous les autres »23. Non seulement il est reçu à Rome et inséré par Deny s le Petit dans les collections de la papauté, mais « ce qui intéresse davantage les Français, au sujet de ce code, c'est que les anciens Conciles des Gaules se sont souvent conformés à ses Canons, quelquesfois en les citant, d'autres fois sans les citer »24. En effet, la collection Dionysio-Hadrienne qui est reçue par Charlemagne en 747 comprend les canons africains25. Gibert légitime en aval mais aussi en amont le code africain puisqu'il avait auparavant affirmé qu'en « matière de pure discipline les grandes Églises, surtout les Nationales, ont reçu de Jésus-Christ la liberté de se gouverner », à l'exception de quelques points particuliers comme la date de Pâques, la communion, la contrition et l'absolution26.

Appel transmarin et unité canonique

  • 27 Position identique dans [J. Gillot, éd.], Traictez des droicts et Libériez de l'Église Gallicane, P (...)
  • 28 Mansi, op. cit., col. 477-518. Il s'agit du vingtième concile. Pithou cite VEpistola concil. Africa (...)
  • 29 Marc de Vulson, sur lequel nous revenons plus bas, commentait déjà cet épisode dans son De la puiss (...)

8Ainsi, l'acte d'écriture de Pithou nous semble témoigner d'une véritable parenté africaine qui rattache l'Église gallicane à l'origine de la Loi en minorant, ou même en faisant l'économie de la filiation pétrinienne. S'il mentionne sans précision le « grand concile d'Afrique », son choix n'est pas laissé au hasard, puisqu'il oppose malgré tout le corps des prélats au pape « sur pareil sub-jet » : autrement dit, il y a parfaite identité de nature, de fonction et de légitimité entre les libertés africaines et les libertés gallicanes27. D'autant que l'exemple sélectionné est éloquent : Pithou se réfère au concile de Carthage en 424 à l'occasion duquel les évêques rappellent, contre Célestin Ier (422-432), leur traditionnelle autonomie territoriale et juridictionnelle28. Un acte juridique précis, que la citation inaugurale de Pithou relie dans sa lettre même aux libertés gallicanes, est au cœur du débat : la procédure d'appel à Rome, qui avait permis et permettrait à nouveau de passer au-dessus de la juridiction métropolitaine locale. C'est précisément sur l'appel et sur ce cas historique que se penche assez longuement Gibert29.

  • 30 Gibert, op. cit., p. 342. Cf. Codex canonum Ecclesiae Africanae, p. 101.
  • 31 Cf. Hamilton Hess, The Canons of the Council of Sardica A.D. 343. A Landmark in the Early Developme (...)
  • 32 Gibert, op. cit., p. 345 : « le Pape Zozime ayant envoyé en Afrique quelques Canons contraires à la (...)

9Additionnant les arguments historiques, textuels et juridiques, il conclut sans ambiguïté citant des conciles carthaginois : « Ad transmarina qui putaverit appellandum, à nullo intrà Africam ad communionem suscipiatur : Qu'on ne reçoive pas à la communion de l'Église d'Afrique celui qui interjettera un appel d'outre-mer ; Conc. 20 : Ut nullus ad transmarina audeat appellare : qu'on se garde bien d'appeler au-delà des Mers »30. Si la procédure d'appel a été codifiée par les troisième et septième canons du concile de Sardique31, ce dernier n'a jamais été reçu par l'Église d'Afrique. Même lorsqu'ils sont présentés par les émissaires romains sous couvert d'appartenir au concile de Nicée (que l'Église d'Afrique respecte), l'erreur est reconnue et condamnée32. Gibert fait alors référence au même passage que Pithou, même s'il ne cite pas ce dernier :

  • 33 Gibert, op. cit., p. 345.

« Dans la Lettre au pape Célestin, le Concile prouve que le Pape ne doit pas rétablir les Evêques excommuniés par les Conciles d'Afrique, non seulement par l'usage de l'Église d'Afrique de ne pas souffrir le recours aux tribunaux d'outre-mer ; mais encore par les décrets du Concile de Nicée qui confirment cet usage, en abandonnant au jugement des Evêques de la Province les affaires des Clercs, soit de l'ordre supérieur soit de l'ordre inférieur : Quia nullâ Patrum definitione hoc derogatum Ecclesiae Africanae, & décréta Nicaena sive inférions gradus Clericos, sive ipsos Episcopos suis Metropolitanis apertissimè commiserunt. »33

  • 34 Grégoire, op. cit., p. 46-47.
  • 35 Ibid, p. 47-48.
  • 36 Charles Pietri, Roma Christiana. Recherches sur l'Église de Rome, son organisation, sa politique, s (...)
  • 37 [Charles Faye d'Espeisses], Discours des raisons & moyens, pour lesquels Messieurs du Clergé, assem (...)
  • 38 Ibid, p. 237.

10Le même exemple joue un rôle important dans Y Essai de l'abbé Grégoire qui accentue le cas particulier auquel répond cette dispute canonique générale sur les appels transmarins34. En 417, Urbanus évêque de Sicca excommunie le prêtre Apiarius, qui fait alors appel au pape Zosime, ce dernier le réintégrant dans la communion sans prendre l'avis d'aucune autorité africaine. La présentation des faux canons de Nicée pour légitimer a posteriori l'intervention romaine exacerbe bien sûr la réaction africaine35. C'est d'ailleurs à l'occasion de cette affaire et de la controverse sur l'appel transmarin que l'Église africaine rassemble son Codex canonum, c'est dire l'importance de cet épisode36. En Afrique, l'appel ne peut être porté qu'à la connaissance d'autres évêques voisins, du métropolitain ou du concile provincial, d'autant que selon un canon nicéen intégré dans la législation canonique africaine, la cause devait être tranchée sur le lieu même où elle advenait. Ainsi, dans un écrit de 1591 recueilli dans la collection gallicane de 1609, sont défendus « l'ordre & politique universelle de l'Église en laquelle les dioceses ayans esté divisez par les Apostres, & leurs successeurs, l'ordre, l'œconomie, & les loix Ecclésiastiques portent, que chacun fasse sa charge en son Diocese, sans que les uns puissent enjamber sur les autres. »37. De fait, la France maintient « ce qu'on appelle de tout temps les libériez de l'Église Gallicane, à l'exemple de celles de l'Église Africaine »38.

  • 39 F. M. Antonii Capelli, De Appellationibus Ecclesiae Africanae ad Romanam Sedem, dissertatio, Advers (...)
  • 40 F. M. Antonii Capelli, Disputationes duae : Prior de summopontificatu B. Pétri. Posterio de success (...)
  • 41 Sur les sources du problème : Mario De' Dominicis, « Le regione suburbicariae nelPordinamento del b (...)

11Le sujet est d'importance, au point qu'un écrit du franciscain conventuel Marco Antonio Capello est publié à Paris en 1622 sous le titre : De Appellationibus Ecclesiae Africanae ad Romanam Sedem, dissertatio, Adversus Haereticos nostri temporis. Plusieurs chapitres concernent directement cet épisode et les réponses africaines aux pontifes romains39. Aucune œuvre de Capello n'avait encore été imprimée en France, mais cet auteur était intervenu peu de temps auparavant dans la querelle des régions suburbicaires40 (au sujet de l'extension juridictionnelle du pouvoir romain) qui divisait les savants parisiens, notamment le gallican Leschassier (dont sont proches Claude Saumaise et Jacques Godefroy) et le jésuite Jacques Sirmond41.

  • 42 Vincent de Lérins, op. cit., p. 13. Cette phrase est prononcée dans le contexte du donatisme. De Gi (...)
  • 43 [Pierre Dupuy], Commentaire sur le Traité des Libériez de l'Église Gallicane de Maistre Pierre Pith (...)
  • 44 Jacques Leschassier, De la Liberté Ancienne et Canonique de l'Église Gallicane, dans [Pierre Dupuy, (...)

12L'appel concentre ainsi les sujets en discussion à propos de l'unité ecclésiale : l'autonomie locale, le rôle et la juridiction de la papauté romaine, et surtout la question du danger de l'hérésie et la détermination de l'instance dogmatique qui décide l'exclusion. Le refus de l'appel transmarin ne signifie en rien une minoration de l'unité ecclésiale. Tout n'est pas « pur » dans l'Église primitive africaine, ce n'est pas une institution qui vit dans le ciel des idées, et en cela aussi elle constitue un modèle remarquable pour les gallicans. Église dans la tourmente, attaquée successivement de l'extérieur par les persécutions de Dèce et Valérien, de l'intérieur par la controverse baptismale du iiie siècle et l'hérésie donatiste, le combat pour l'unité fixe l'image d'une communauté héroïque. Cet aspect était déjà souligné par Vincent de Lérins, pour qui les chrétiens d'Afrique « laissèrent à la postérité une très belle règle, suyvant laquelle par une bonne & saincte coustume, la saine opinion de tous universellement fust préférée à la manie d'un petit nombre »42. C'est bien l'image d'une Église dans l'unité catholique que lègue l'Afrique, et commentant les premiers mots du traité de Pithou, Pierre Dupuy précise : « L'on n'a jamais dit que l'Église d'Afrique se voulust séparer de l'universelle, pour prendre le nom d'Église d'Afrique dans tous les actes de leurs Conciles, & particulièrement en ce lieu si célèbre, & qui est remarqué en ce premier article, écrivant au Pape Celestin en ces termes »43. Sans pour autant se départir de l'appartenance à l'unité fondatrice de l'institution ecclésiologique, l'usage gallican de l'Église d'Afrique permet tout à la fois de magnifier un modèle d'autonomie et d'indépendance et de se dégager de tout soupçon schismatique. C'est par une série de synonymies qui valent identité (ius commune antiquum, antiqui canones, statuta antiquorum patrum), et par les identités des Églises locales entre elles, que s'établit l'unité avec l'Église apostolique et plus généralement l'unité ecclésiale44.

  • 45 [Pierre Dupuy, éd.], Preuves des libériez de l'Église gallicane, s. 1., 1639, f. 2 r°.
  • 46 Epistola Cardinalium, Archiepiscoporum, et Episcoporum, Parisiis nunc agentium. Ad Cardinales, Arch (...)
  • 47 Lettre autographe de Pierre Dupuy, du 20 février 1639 : A Nosseigneurs les Illustrissimes & Reveren (...)

13Ainsi, dans l'avis au lecteur des Preuves des libertez de l'Église gallicane de 1639, utilisant une rhétorique du monument, de la conservation et de la mémoire, Dupuy se réclame du droit commun de l'Église universelle qui renvoie clairement aux sources de la légitimité, sources dont se réclame cette anthologie de « nos prédécesseurs » qui « depuis tant de siècles » se sont conservés « tres-religieusement dans l'union de l'Église »45. Et quand il se défend auprès de la réunion épiscopale qui a condamné ce recueil en le qualifiant d'œuvre hérétique et schismatique46, il dit avoir composé un « Code vénérable », à l'image de l'ancien Codex, et rappelle que « la supériorité de Rome sur les autres Églises n'est que simple privilege & une simple concession »47.

  • 48 Optati Galli,De CavendoSchismate. AdIllustrissimos acReverendissimos Ecclesiae Gallicanae Primates, (...)
  • 49 Sancti Optati Milevitani episcopi, Opera cum observationibus et notis reverendissimi D. D. Gabrieli (...)
  • 50 Les Œuvres de Sainct Cécile Cyprian, iadis evesque de Carthage, tres-victorieux martyr de Iesus Chr (...)
  • 51 Ibid. J. 2.
  • 52 Ibid, f 2 v°.
  • 53 Ibid, f 3 r°.

14Ce genre d'affirmation n'est pas sans lien avec une controverse directement liée à la compilation de 1639 publiée par Dupuy. Là encore le modèle africain a été un point de repère, comme en témoigne le nom même de la querelle de 1'« Optatus Gallus ». Sous le nom de l'évêque de Milève, auteur d'un texte fondateur dans la lutte contre le schisme donatiste, Charles Hersent combat le supposé projet de patriarcat gallican indépendant attribué à Richelieu48. Au danger du schisme s'ajoute celui de l'hérésie : quelques années auparavant, le jésuite Charles Paulin dédiait sa préface de l'édition des œuvres d'Optat par l'évêque d'Orléans, Gabriel de l'Aubespine, à Richelieu, et il établissait un lien direct entre l'Africain et l'actuelle « hydre » des calvinistes49. Quand Jean Tigeou édite Cyprien en 1574, il présente lui aussi son travail comme une réponse au danger protestant50. Après avoir mentionné deux méthodes de controverse (recourir au seul argument scripturaire, ou au contraire réfuter « les propositions contraires par raisons, disputes & conferences »), il choisit finalement de « suivre la règle » de Vincent de Lérins, « assavoir, embrasser ces trois choses, la Généralité [il rend ainsi le latin imiversitatem], l'Antiquité, & le Commun consentement »51. Mentionnant un « ancien Père Français » comme Tigeou l'appelle, il place ce défenseur de « l'union Catholique »52 dans la droite ligne de Cyprien53.

Cyprien ecclésiologue, une référence emblématique

  • 54 Louis Ellies Du Pin, De Antiqua Ecclesiae disciplina dissertationes historicae, Paris, Apud Arnoldu (...)
  • 55 Charles Sanmagne, Saint Cyprien, évêque de Carthage et » pape » d'Afrique (248-258), Contribution à (...)
  • 56 Ibid., p. 31-32. Victor Saxer, « Autonomie africaine et primauté romaine de Tertullien à Augustin » (...)

15L'autonomie que nous avons exposée est en effet souvent liée à ce dernier, l'un des pères africains les plus importants avec Tertullien et Augustin, et à son œuvre qui propose une conception d'ensemble de la hiérarchie ecclésiale. La référence au théologien et grand évêque de Carthage au iiie siècle est fréquente dès lors qu'on évoque l'Église africaine54. Dans sa préface au Codex, Justel soulignait à l'envi sa centralité dans la vie conciliaire. Mais ce n'est pas le seul homme d'action qui est estimé, on retient aussi l'auteur du célèbre De unitate Ecclesiae, rédigé vers 251 à l'occasion du schisme de Felicissimus qui s'oppose à lui notamment sur le statut baptismal de ceux qui ont failli lors de la persécution de Dèce (25 0)55. Au schisme africain répond le schisme romain de Novatien : la portée du De unitate est double56. Cyprien prône une unité ontologique de l'Église qui est la même, que celle-ci soit universelle ou locale. Cette unité repose sur un personnage principal : l'évêque. Dans des rapports d'inclusions réciproques, c'est en lui que s'identifient localité et universalité, multitude, assemblées et unité ecclésiale. À côté de l'unicité de l'évêque, la structuration hiérarchique passe par une collégialité et une concorde épiscopales qui constituent le noyau de ce qu'est l'Église à plus grande échelle : une convocatio tout autant qu'une collectio.

  • 57 Ce travers reproché par Siniscalco (Ibid., p. 115 n. 1) aux exégètes de Cyprien nous semble prendre (...)
  • 58 Discours dudit sieur Coquille des droicts Ecclésiastiques, & Libériez de l'Église Gallicane..., in (...)
  • 59 Decretum, pars prima, dist. XCIX= Decretum Gratiani..., Lyon, 1613, col. 478-479.

16La tradition y voit le premier traité de ce genre, et élabore une lecture ecclésiologique qui fait d'un écrit de circonstance un véritable traité57. La position de Cyprien fondant l'Église sur l'épisco-pat ne pouvait que séduire les gallicans, et trouver une application directe quant à latitulature et aux pouvoirs attenants. En 1591, Guy Coquille, après avoir décrit le vaste mouvement de mise en place de la hiérarchie dans sa dimension géographique, précise : « La dignité de primatie & patriarchat est une seule dignité, combien que ce soient divers noms, ainsi qu'il est dit au grand décret, in can. nulli 99 dist. & es decretales antiques »58. Ce canon Nulli Archiepiscopi est une lettre d'Anicet (onzième pape, v. 155-v. 166) aux évêques de la Gaule immédiatement suivie dans le Décret d'un texte sur le même sujet « ex concilio Africano »59. Le texte introductif général {De Primatibus) de la distinction de Gratien indique : « Primates & Patriarchae diversorum sunt nominum, sed ejusdem officij ». Cette référence à la distinction xcix est également présente dans un texte d'Antoine Hotman rédigé en 1594. Dans une discussion sur la titulature de l'évêque de Rome, il rappelle que celui-ci ne doit pas se qualifier d'« œcumenicus & universalis », se justifiant par une phrase du pape Léon : « Romana enim Ecclesia non est universalis Ecclesia, sed pars universalis Ecclesiae, prima & praecipua. Et cela est amplement déduit par Gratian. distinct. 99 ». Il profite de cette distinction qui réunit la Gaule et l'Afrique pour établir le lien entre le sixième concile de Carthage et les capitulaires de France qui utilisent la même terminologie :

  • 60 Antoine Hotman, Traicté des droicts ecclésiastiques, in [J. Gillot, éd.], Traictez des droicts et L (...)

« ce debat que quelques uns font d'appeler le Pape universel Evesque, semble estre seulement pour les paroles, & que c'est sans interest moyennant qu'il n'ait interpretation à autre effect que pour la primauté, comme il fut résolu au Concile d'Afrique, distinct. 99 suivy en propres termes au capitulaire de France : utprimae sedis Episcopus, non appel latur princeps sacerdotum, aut summus sacerdos, vel aliquid eiusmodi, sed tantum primae sedis Episcopus. Lib. 7 cap. 7. Qui est cause que quelques uns ont frémi en cette denomination que prist Leon dixiesme : Princeps Apostolorum. »60

  • 61 Peter Norton, Episcopal Elections 250-600. Hierarchy and Popular Will in Late Antiquity, Oxford, Ox (...)
  • 62 Hotman, op. cit., p. 313.
  • 63 Ce texte est d'ailleurs utilisé par le concile de Trente (sess. xxm, ch. iv) au sujet de l'origine (...)
  • 64 Hotman, op. cit., p. 315-6. En mai 1611, Servin (op. cit., p. 285) utilise la même citation dans un (...)

17Cette citation du vingt-cinquième canon du concile d'Hippone en 39361 était déjà utilisée par Hotman quelques lignes plus haut pour rappeler l'opposition des Africains à la supériorité du pape et aux appels transmarins, « disant que l'on avéra que ceste primauté n'avoit esté jugée au Concile de Nicée comme s'en vantoit le Pape Sosimus : & cette complainte des Afriquains estoit dès le temps de Tertullien »62. Pour appuyer sa deuxième citation du canon africain, Hotman commence par citer deux autorités : l'exhortation de saint Paul aux épiscopes d'Éphèse dans les Actes des Apôtres (20, 28) qui indique une égalité épiscopale d'inspiration et de gouvernement (« Attendite vobis & universo gregi in quo posuit vos Spiritus sanctus Episcopos regere Ecclesiam Dei »)63, et une citation recomposée à partir de deux phrases clefs du De unitate ecclesiae de Cyprien : « Episcopi in Ecclesia : praesidemus, ut Episcopatum quoque ipsum unum & indivisum probemus, episcopatus unus est cuius à singulis in solidum pars tenetur. »64

  • 65 Hotman, op. cit., p. 317.
  • 66 Servin, op. cit., p. 93, se penche sur la racine apostolique des sièges épisco-paux : « ceux qui mo (...)

18L'égalité de titulature (« il est notoire qu'anciennement tous les Evesques s'appeloient Papes »65) correspond à une égalité hiérarchique qui réalise l'unité, à un épiscopat qui manifeste et prouve l'indivision de l'Église. Cet épiscopat est unique (de par sa structure monarchique) et un, puisque l'office instaure un rapport d'identité, une communauté de fonction mais aussi d'essence au sein de la charge épiscopale, notamment visible dans la succession66.

  • 67 Claude Fauchet, Traicté des Libériez de l'Église Gallicane, in [ J. Gillot, éd.], op. cit., p. 164.

19La collégialité épiscopale, sur laquelle insiste Cyprien avec la première personne du pluriel, descend ainsi en droite ligne de la première communauté apostolique. Dès lors, certaines filiations gallicanes s'énoncent en toute évidence, comme cette première phrase du Traicté des Libertez de l'Église Gallicane de Claude Fauchet : « Monsieur, il y a grande apparence que les Libertez de l'Église Gallicane viennent de l'opinion que nos anciens Evesques eurent que les clefs avoient esté données à tous les Apostres »67.

  • 68 Les théologiens romains surveillent l'affaire, et outre la correspondance du nonce citée par J. Grè (...)

20En avril 1665, la résistance de Cyprien à Rome est encore l'emblème gallican de la thèse défendue à la Sorbonne par Charles-Maurice Le Tellier, fils du ministre et futur archevêque de Reims68 ; et au xviiie siècle, la vulgate gallicane ne semble pas changer, César Chesneau Du Marsais affirmant :

  • 69 César Chesneau Du Marsais, Exposition de la doctrine de l'Église gallicane, par rapport aux prétent (...)

« Le Pape n'a la Primauté que parce qu'il est successeur de S. Pierre ; ainsi les Evêques doivent avoir le même droit qu'avoient les autres Apôtres, puisqu'ils sont leurs successeurs. Saint Cyprien dit, que les autres Apôtres étaient ce que Saint Pierre était lui-même, participans avec lui aux mêmes honneurs & à la même puissance. Hoc erant utique coeteri Apostoli quod Petrus pari consortio praediti honoris & potestatis. Cyprianus de unitate Ecclesiae. Et il conclut que les Evêques n'ont entr'eux qu'un même Episcopat, qu'ils possèdent chacun solidairement & par indivis : Unitatem firmiter tenere & vindicare debemus maxime Episcopi qui in Ecclesiis praesidemus, ut Episcopatum quoque ipsum unum atque indivisum probemus.... Episcopatus unus est, cujus à singulis insolidum pars tenetur. C'est cette unité d'Episcopat qui fait celle de l'Église : Ecclesia quoque una est. S. Cyprian, de unitate Ecclesiae. »69

  • 70 Jean-Paul Brisson, Autonomie et christianisme dans l'Afrique romaine de Septime Sévère à l'invasion (...)

21Unité de l'épiscopat, unité de l'Église sont indissociables et raccordées à une source unique. Unité ne rime pas avec primauté : si le texte de Cyprien utilise bien les termes de cathedra Pétri et de primatus, il a été abondamment montré qu'il ne les lie en rien à une supériorité des pouvoirs du pape, même si par la suite, la papauté a utilisé ce vocabulaire en le réorientant70. En effet, pour Cyprien la primauté ne désigne que l'ordre chronologique dans lequel a été fondée et déléguée l'institution. Le Tu es Petrus matthéen qui irrigue les controverses de l'époque moderne sur le pouvoir pontifical n'a aucune autre signification. L'unité fondamentale et originelle de l'épiscopat ne permet pas de monarchie pétrinienne.

  • 71 Commentarius ad edictum Henrici secundi contra parvas Datas & abusus curiae Romanae, & in antiqua e (...)
  • 72 La vie de Maistre Charles du Molin, advocat au Parlement de Paris, tirée des titres de sa maison, d (...)
  • 73 Du Moulin conclut : « il est donc très clair que le Pape ou Primat universel a esté reprouvé & cond (...)
  • 74 Ibid., col. 659 : « saint Cyprian, tres-saint Docteur de l'Église, Evesque de Carthage, & Martyr, a (...)
  • 75 Ibid, col. 660.
  • 76 Cf. Ibid., col. 660, § 120, après avoir rappelé l'unité et unicité de l'épisco-pat, Charles du Moul (...)
  • 77 Ibid., col. 659-660, § 118, et p. 660, § 119 : « Quand plusieurs procureurs ou comissaires sont com (...)

22À l'origine de cette insistance sur l'égalité substantielle des épis-copats (qui ne sont qu'un) se trouve l'un des écrits antiromains phares du xvie siècle, le commentaire de Charles du Moulin sur les petites dates71. De cet ouvrage retentissant publié en 1552, Julien Brodeau, biographe du juriste, affirme qu'il a été rédigé pour la défense des libertés gallicanes72. On y trouve le même enchaînement de références que chez Hotman : après avoir rappelé les canons africains, cité la quatre-vingt dix-neuvième distinction de Gratien et l'interdit concernant le titre de « Prince des Prestres » ou « souverain Prestre »73, il apporte pour preuve les mêmes maximes de Cyprien que nous venons de citer, qu'il tire du même lieu de Gratien qu'Hotman74, insistant sur cet enregistrement décrétiste qui fait autorité. L'unité de l'épiscopat (« un et indivis »75) fait de chaque évêque un vicaire du Christ, sans la médiation du successeur de Pierre. Le titre du paragraphe 116 est sans ambiguïté : « Tous les Apostres estaient égaux en honneur & puissance. Et tous Evesques ont l'administration d'un mesme Evesché, sous un seul vray & souverain Evesque Christ »76. Le commentaire de Vin solidum de Cyprien ne dit rien d'autre77. Le modèle ecclésial tiré de son œuvre est pour du Moulin indubitable :

  • 78 Ibid., col. 666, § 140. Le De unitate est aussi connu sous le titre De simplicitate praelatorum. Pl (...)

« Aussi est-il clair que l'union de l'Église ne consiste pas en l'unité d'un Chef universel, mortel, ou ministerial, ny en l'unité d'un Monsieur le Pape ou Primat universel, mais en l'unité d'un chef immortel, éternel Iesus-Christ, & en l'unité d'une mesme & unique foy & doctrine, comme clairement enseignent ledit saint Ignace, & Cyprian, mesmes ledit Cyprian audit traicté de la simplicité des Clercs, autrement de l'unité de l'Église, & en ses epistres livre 3 epistre 4 & 5 »78.

Sources et modèles communs antithétiques

  • 79 Donald R. Kelley, François Hotman, a Revolutionary's Orcfea/, Princeton, Princeton University Press (...)
  • 80 Louis Moreri, Le Grand Dictionnaire historique, t. V, Paris, 1759, p. 368.
  • 81 Raimundus Rufus, In Molinaeum pro Pontifice maximo, Cardinalibus, Episcopis, totoque ordine sacro: (...)
  • 82 Ibid, p. 17.
  • 83 Ibid., p. 83 sqq.
  • 84 Ibid., p. 88, 90-91. Mêmes expressions chez « Bellarminus 1. II de Rom. Pont. cap. 16. Unius igitur (...)
  • 85 Ibid,p. 101-102.

23Pour autant, Cyprien est-il une référence des seuls gallicans ? Le commentaire sur les petites dates est central dans la mesure où il permet d'expliquer en partie les lectures opposées de l'évêque africain. Cet ouvrage fut écrit à la requête d'Henri II, alors en conflit avec la chancellerie pontificale, mais son auteur a été instrumentalisé par le souverain et se voit contraint de fuir en Suisse79. Dès l'année de son édition originale, le Commentarius a d'ailleurs connu une édition bâloise, et il fut plus tard sélectionné par Johann Adam Scherzer, auteur d'un Anti-Bellarmin, pour figurer dans sa Bibliotheca Pontificia (Leipzig, 1677). La controverse qui suit la parution en 1552 ne fait que renforcer les oppositions en présence, et transformer en modèle protestant une lecture élaborée dans une perspective plutôt gallicane. Raymond Le Roux -que Moreri considère comme un pseudonyme de Pierre Grégoire, fameux juriste mussipontain80 - publie en 1553 un In Molinaeum pro Pontifice maximo qui prend la défense de la primauté comme centre et moteur de l'unité et du gouvernement ecclésial81 : « Est ergo Primatus summa vetustas & antiquitas, vel summus honor, veneratio, cultus & observantia, & tertio loco summa potestas »82. Il ne manque pas de consacrer plusieurs pages à la réfutation de la lecture de Cyprien par du Moulin83. S'appuyant sur les mêmes textes, il dresse le portrait strictement romain d'un auteur qui fait dépendre l'unité de Pierre. L'apôtre en est la base, le fondement et la tête84. Le Roux ne voit aucune contradiction avec Vin solidum : « Partes autem primas & summa huius Episcopatus, Christus Petro dédit, totum gregem ei committens »85.

  • 86 Francisci Vilierii, De Statu primitivae Ecclesiae ejusque Sacerdotijs..., Hierapoli [ = Genève], ap (...)
  • 87 Calvin utilise notamment le De unitate de Cyprien dans VInstitutionis christianae religionis, Genèv (...)
  • 88 Ulrich Wickert, Sacramentum Unitatis : Ein Beitrag zum Verstàndnis der Kirche bei Cyprian, Berlin, (...)
  • 89 Nous utilisons l'édition : Francisci Vilierii, De statuprimitivae Ecclesiae eiusque Sacerdotijs. Ad (...)
  • 90 Ibid., f. 148 v° : « Sed expectemus universi indicium Domini nostri Iesu Christi, qui unus & solus (...)
  • 91 Ibid.J. 155 r°.
  • 92 Duplicatio in paronum Molinaei, pro Pontifice Maximo, Cardinalibus, Episcopis, totoque ordine sacro (...)
  • 93 Ibid, f. 44 v°-45 r°.
  • 94 Ibid.J. 67 v°.

24La même année, François Hotman, chez qui du Moulin est réfugié à Lausanne, fait paraître une réponse à Le Roux, sous pseudonyme : De statu primitivae Ecclesiae eiusque Sacerdotijs86. Les arguments de l'ancien gallican acquièrent sous sa plume une tonalité calviniste87, mais sans beaucoup d'efforts, tant la Réforme s'est identifiée aux communautés des premiers temps88. Hotman défend le lien entre l'unité ecclésiale et l'autonomie juridique de l'Église d'Afrique89, de même qu'entre la filiation christique, le gouvernement de l'Église et l'unité épiscopale90. L'universalité de l'Église rime avec singularité, et 1'« ego mitto vos » christique est pour Hotman le manifeste de l'unité dans la communauté épiscopale91. Le Christ est seul source de l'unité, et ainsi, Pierre et les apôtres furent investis des mêmes honneurs et des mêmes pouvoirs. Le Roux répond à nouveau avec une Duplicatio in patronum Molinaei dans laquelle Cyprien faire encore partie des arguments92. Il l'utilise pour insister sur une conception de l'Église comme matrice et mère, l'épiscopat n'étant un que dans sa conjonction avec la tête romaine. L'Église ne peut être « catholique » que dans cette connexion des évêques à la « cathedra Pétri »93, seule origine de l'unité94. L'égalité entre Pierre et les apôtres est donc impossible.

  • 95 Matthias Flacius Illyricus,//wton'a certaminum interRomanosEpiscopos, & sextain Carthaginem synodum (...)
  • 96 Catalogus testium veritatis, qui ante nostram aetatem reclamarunt Papae..., Bâle, per Joannem Opori (...)
  • 97 Les positions d'Henry Dodwell (auteur des fameuses Dissertationes Cyprianicae, [Oxford, s. n., 1682 (...)

25Ce double usage de Cyprien, et plus largement du modèle africain, va nourrir durablement les controverses, d'autant que des auteurs radicaux s'en sont saisis, comme le plus fameux des centuriateurs, Matthias Flacius Illyricus. Après avoir consacré tout un volume à YHistoria certaminum inter Romanos Episcopos, & sextant Carthaginem synodum, Africanasque Ecclesias, de primatu potestate Papae95, il publie un ouvrage particulièrement important, le Catalogus testium veritatis, dont un chapitre consacré au texte de Cyprien rappelle bien sûr l'égalité épiscopale96. De leur côté, les anglicans ont fait un large usage de l'évêque de Carthage97.

  • 98 F. M. Antonii Capelli, Disputationes duae..., op. cit., caput v : Sanctum Cyprianum quern sibi alle (...)
  • 99 Ibid., p. 28: « Ecclesiam unam, Episcopatum unum, & Cathedram unam in universa Ecclesia Cyprianus e (...)
  • 100 Ibid, p. 29.

26À partir d'une même source, certaines convergences doctrinales existent donc entre des orientations protestantes et gallicanes, quand les partisans de Rome parviennent à des conclusions radicalement opposées à partir des mêmes textes. Dans sa première Disputatio de 1620, Capello, qualificateur du Saint-Office, insiste comme Le Roux sur la « Cathedra Pétri » comme « matrix & radix » de toutes les Églises. Le Christ a bien institué une seule chaire, et non pas douze « Cathedrae Apostolicae »98. L'Église désigne un « genus », une famille, là est l'unité99. Du premier épiscopat pétrinien, les évêques sont comme « procréés » par la tête, source de tous les autres épiscopats100. Toutes les chaires se réfèrent à leur origine, et en découlent.

  • 101 De la puissance du Pape : et Des Libertés de l'Église Gallicane : Par Marc de Vulson, Conseiller du (...)
  • 102 Ibid., première partie p. 170-171 ; deuxième partie, p. 40
  • 103 Ibid., deuxième partie, p. 40.
  • 104 Ibid., deuxième partie, p. 43.
  • 105 Inscription en faux, par Me s sire Gabriel Martin Abbé de Clausone : Contre le livre intitulé, De l (...)

27Si l'opposition à la lecture gallicane est si ferme, on ne peut en effet manquer de rappeler que Pierre Pithou est un protestant passé au catholicisme après la Saint-Barthélémy, quand Justel, l'éditeur du Codex africain, est resté protestant et signe son épître dédicatoire à Jacques-Auguste de Thou avec le locatif Sedani. Mieux encore, Marc de Vulson, conseiller du roi en la cour de parlement du Dauphiné, publie à Genève en 1635 un De la puissance du Pape et des Libertés de l'Église Gallicane. Les topiques qui concernent l'Église d'Afrique sont cités de manière exhaustive : corpus conciliaire africain, appels transmarins, épisode des faux canons attribués à Nicée, titulature, autonomie judiciaire101, textes africains dans Gratien102, égalité apostolique et unité de l'épiscopat par un in solidum christique103, primauté simplement chronologique104. La position protestante de l'auteur et la nature gallicane des thèses se confondent totalement. Une réponse d'orientation romaine présente bien sûr une image inverse et conclut : « Celui des Peres qui a esté plus outrageusement déchiré par l'adversaire de la vérité est sainct Cyprien »105.

  • 106 Considerations tirées de S. Cyprien : et rapportées en la conférence tenue aux Augustins par Louis (...)
  • 107 Ibid., p. 8. Sur les centuriateurs, cf. p. 26 et 31. Du Laurens veut ainsi montrer que si ce n'est (...)

28Pierre de touche, Cyprien et l'Église d'Afrique le sont au point que Louis Du Laurens, ancien ministre de l'Église réformée de Montpellier, après avoir abjuré et être entré au service de Richelieu pour convertir les protestants, publie des Considerations tirées de S. Cyprien. Logé à même le palais du cardinal, il devait préparer la matière pour des controverses antiprotestantes, et participait ainsi aux « conférences de gens de lettres tenues aux Augustins soubs la direction de Messieurs les Prélats »106. La recherche des sources est orientée contre les centuriateurs, et il doit prendre en charge Cyprien pour montrer « l'unanime consentement & l'uniformité accordante de la foy & de la discipline de l'Église Romaine & de la primitive »107.

  • 108 [Baptiste du Mesnil], Instruction envoyée au Pape pour le Roy, concernant les Privileges de l'Églis (...)

29Un même but, l'unité, et un seul corpus permettent des lectures convergentes et antithétiques qui élaborent autant de modèles. Pour les gallicans, la distance temporelle et géographique du modèle et de la référence est minimisée, si ce n'est annulée (comme en témoigne le texte de Pithou), par la nature même de l'objet dont il est question : l'Église et son unité, l'Église comme unité. En effet, si elle a participé à la délimitation des thématiques antiromaines des textes gallicans, l'Église africaine n'est pourtant pas seulement un matériau de controverse. Si la monarchie est reconnue comme premier acteur de l'histoire sainte gallicane, avec un souverain appelé « fils aîné de l'Église », il n'en reste pas moins qu'il existe une méfiance bien réelle des gallicans face aux entreprises du roi. L'Église d'Afrique permet d'utiliser un modèle qui ne doit rien à l'histoire nationale. Au sein des références gallicanes à l'Église primitive108, elle établit un continuum aussi bien apostolique, ecclésiologique, que juridique. Héritage spirituel et dogmatique, autonomie géographique et compétence juridique constituent les trois plans interdépendants mis en avant par le biais d'une théologie de la tradition qui se transmet d'Église locale à Église locale, valorisant ainsi les marges de la romanité. L'intensité du rôle joué par l'implantation et la spécificité géographiques est décisive dans le vecteur identitaire que l'Église africaine légitime. Son importance n'est pas seulement historique comme témoin d'une Église latinophone prépontificale qui parle d'égal à égal avec Rome, mais elle est plus profondément doctrinale et spirituelle quant à la nature et à la construction ecclésiologiques. Bien plus que la simple détermination d'événements qui scandent une histoire et établissent une tradition, l'Église africaine permet de discuter des fondements mêmes de l'institution ecclésiale et de sa hiérarchie. L'unité est un rapport d'identité qui trouve en elle sa source, sa pratique engagée, et sa réussite par le modèle qu'elle est devenue comme par sa vie dans l'Église gallicane.

Haut de page

Notes

1 Patrologia Latina, t. 50, col. 431 A, epistola iv, par Célestin Ier en 428. Pour la réinsertion des témoins textuels de l'expression au ive-ve siècle dans le discours gallican, voir Jacques Leschassier, De la Liberté Ancienne et Canonique de l'Église Gallicane, dans [Pierre Dupuy, éd.], Traitez des droits et libériez de l'Église gallicane, s. l. [Paris], 1639, p. 501 ; et [Pierre Dupuy], Commentaire sur le Traité des Libériez de l'Église Gallicane de Maistre Pierre Pithou..., Paris, Sébastien et Gabriel Cramoisy, 1652, p. 9-10.

2 Louis Ellies Du Pin, De Antiqua Ecclesiae disciplina dissertationes historicae, Paris, Apud Arnoldus Seneuse, 1686, p. 24.

3 Cet article s'intègre dans une recherche à plus long terme sur « l'Afrique chrétienne (iiie-ve s.) dans les controverses de l'Europe moderne ». L'ampleur du sujet nous contraint à n'en pouvoir donner ici qu'un rapide aperçu, et les pistes simplement mentionnées bénéficieront de développements ultérieurs.

4 Pierre Pithou, Les Libériez de l'Eglise Gallicane (1594), dans [Jacques Gillot, éd.], Traictez des Droicts et Libériez de l'Église Gallicane, Paris, Olivier de Varennes, 1609, p. 269 ; [Pierre Dupuy, éd.], Traitez des droits et libériez de l'Église gallicane, s. 1. [Paris], 1639,p. 122 ; [Pierre Dupuy, éd.], Traitez des droits et Libériez de l'Église gallicane, [Rouen, Jean Viret et Jacques Cailloué], 1651, p. 12 ; Laurent Bouchel, La Bibliothèque ou Trésor du droit français, t. II, Paris, Jean Girin, Barthélémy Riviere, 1671, p. 547.

5 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, Les Libériez de l'Église Gallicane, prouvées et commentées suivant l'Ordre & la Disposition des Articles dressés par M. Pierre Pithou, et sur les Recueils de M. Pierre Dupuy..., V t., Lyon, Pierre Bruyset Ponthus, 1771, t. I, p. 29. Cette maxime est utilisée avec le même rôle argumentatif dans les actes du concile d'Éphèse de 431 : Giuseppe Alberigo (dir.), Les Conciles œcuméniques, t. II-l, Paris, Cerf, 1994, p. 170-171.

6 Le terme de loi est à entendre ici au sens large. Notons toutefois que la devise de Pithou était : « Obéissez aux Loix ». (v. Menagiana ou les bons mots et remarques critiques, historiques, morales & d'érudition de Monsieur Ménage, t. II, Paris, Florentin Delaulne, 1715, p. 44).

7 Vincent de Lérins, Contre les hérésies... par le Sr. De la Brosse, Paris, Jean de Huqueville, 1615, p. 1. Dans le chapitre xxvn (p. 100), c'est le corpus paulinien avec la fameuse adresse à Timothée qui est utilisé pour exhorter à la conservation du dépôt.

8 [Pierre Pithou, éd.], Veterum aliquot Galliae theologorum scripta. Quorum nonnulla ex veteribus libris emendatius, aliqua nunc primum eduntur..., Paris, apud Sebastianum Nivellium, 1586.

9 Pierre Pithou, Les Libériez de l'Église Gallicane, op. cit., p. 251.

10 Sur l'Écriture et la tradition comme deux armes de la foi, voir Vincent de Lérins, op. cit., p. 7.

11 Johannes Dominicus Mansi, Sacrorum Conciliorum nova, et amplissima collectio... tomus quartus, Florence, Expensis Antonii Zatta, 1760, col. 516A.

12 Louis Servin, Actions notables, etplaidoyez... dernière edition..., Paris, Estienne Richer, 1640, p. 13.

13 Ibid., p. 111. Cette vérité, inscrite au sein de l'appareil législatif, est élevée au rang de serment : « Et nous qui sommes instruits en la belle eschole des Parlemens & principalement de cestuy-cy qui est l'œil de la Justice & de la vérité Françoise, où se voyent les decisions beaucoup plus belles que celles des Docteurs ultramontains dont le serment est Placebo Domino Papae, au lieu que celuy de nos Gaulois & François est Placebo veritatis. »

14 Dans la Table chronologique des actes édités par Pierre Dupuy pour légitimer en deux volumes in-folio les quelques pages du traité de Pithou, les plus anciens témoignages sont tirés des conciles du vie siècle. [Pierre Dupuy, éd.], Preuves des libériez de l'Église Gallicane. Seconde edition, reveuë & augmentée d'un grand nombre d'Actes, & illustrée de plusieurs nouvelles observations, Paris, Sébastien et Gabriel Cramoisy, 1651,1.1, n. p.

15 Luc Duquenne, Chronologie des lettres de s. Cyprien. le dossier de la persécution de Dèce, Bruxelles, Société des Bollandistes (« Subsidia Hagiographica », 54), 1972, p. 24.

16 Jean-Pierre Gibert, Justification des libertés de l'Église Gallicane, par le Code de l'Église universelle et par le Code des Églises particulières, dans Durand de Maillane, op. cit., t. V, p. 240.

17 Bibliotheca iuris canonici veteris, in duobus tomos distributa, quorum unus canonum ecclesiasticorum codices antiquos, turn Graecos, turn Latinos complectitur... Opera & studio Gulielmi Voelli, et Henrici Justelli, Christophori F., Paris, Apud Ludovicum Billaine, 1661. Sur les collections canoniques, v. André Galland, De vetustis canonum collectionibus dissertationum sylloge ; Quibus virorum doctissimorum cura & studio elucubratis, de Juris Ecclesiastici origine atque progressu luculenter disseritur, ubi et plura turn ad antiquitatem canonicam, turn adrem litterariam illustrandam adducuntur... collegit, recensuit ac praefationem adjecit Andreas Gallandius Presbyter Congregationis Oratorii, Venise, Typis Thomas Bettinelli, 1778.

18 Codex canonum Ecclesiae Africanae. Christophorus Iustellus ex. mss. codicibus edidit, Graecam versionem adiunxit, & notis illustravit, Paris, Apud Abrahamum Pacard, 1615, épître dédicatoire f. 2. Ce code réunit les conciles de Carthage, Hippone et Milève. Surles » monuments », voirp. 16. Le terme est également utilisé pour désigner les codes conciliaires dans le Codex canonum Ecclesiae universae (cit. infra note 20) f. 3 r°, et la Bibliotheca iuris canonici veteris, p. 3.

19 Codex canonum Ecclesiae Africanae, p. 1. Sur le concile de Carthage, comme code des conciles d'Afrique, voir Mansi, op. cit., col. 477, et Cari Joseph Hefele, Histoire des conciles, trad. H. Leclercq, II-1, Hildesheim, Georg Olms Verlag, 1973, p. 201-202.

20 CodexcanonumEcclesiaeuniversae.AdlustinianoImperatoreconfirmatus. Christophorus Iustellus IC. Nunc primum restituit, ex graecis codicibus editis & mss.collegit & emendavit, latinum fecit, & notis illustravit, Paris, Apud Hadrianum Beys, 1610. L'exemplaire BnF B-5384 comporte sur la page de garde l'ex-libris manuscrit de la bibliothèque des frères Dupuy : « Ex Bibl. Putenana ».

21 Codex canonum Ecclesiae universae, f. 3 r°-v° : « Quamvis enim in iure communi antiquo positam esse libertatem Ecclesiae Gallicanae ab omni aevo Reges, episcopi, regni ordines, tota denique Gallia affirmaverit : vêtus est tamen in Senatu Parisiensi sententia à maioribus per manus édita & memoria qui prudentia & usu valent insculpta, illam libertatem maxime quatuor primis conciliis oecumenicis & iis quae ab illis confirmantur contineri, & quae contra fiunt, praecipuas appellationibus iis causas praebere, quae velut ab abusu interponuntur. »

22 Henri Grégoire, Essai historique sur les libertés de l'Église gallicane... (1818), Paris, Brissot-Thivars, 1826, respectivement : p. 47 {Codex), p. 51, 58.

23 Jean-Pierre Gibert, Justification des Libertés de l'Église Gallicane, par le Code de l'Église universelle et par le Code des Églises particulières, p. 314.

24 Ibid, p. 315.

25 Raoul Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique, t. V, 1953, v° « Hadriana » (qui enregistre son usage gallican); Lotte Kéry, Canonical Collections of the Early Middle Ages (ca. 400-1140), Washington D.C., The Catholic University of America Press, 1999, p. 13-20. Voir l'édition du Codex canonum vêtus Ecclesiae Romanae a Francisco Pithoeo ad veteres manuscriptos codices restitutus, et notis illustratus accedunt Petri Pithoei Miscellanea ecclesiastica... Ex Bibliotheca Illustrissimi D. D. Claudii le Peletier, Paris, E Typographia Regia, 1687.

26 Gibert, op. cit., p. 243. Cf. p. 246.

27 Position identique dans [J. Gillot, éd.], Traictez des droicts et Libériez de l'Église Gallicane, Paris, O. de Varenne, 1609, p. 237.

28 Mansi, op. cit., col. 477-518. Il s'agit du vingtième concile. Pithou cite VEpistola concil. Africani ad papam Celestinum urbis Romae episcopum, col. 516A. Sur l'autonomie contre le droit d'appel, v. Carl Joseph Hefele, Histoire des conciles, trad. H. Leclercq, Hildesheim, Georg Olms Verlag, 1973, II-l, p. 196-201, p. 209 sq., p. 214-215; II-2, p. 1243-1244.

29 Marc de Vulson, sur lequel nous revenons plus bas, commentait déjà cet épisode dans son De la puissance du Pape : et Des Libertés de l'Église Gallicane, Genève, par Jean de Tournes et Jacques de la Pierre, 1635, p. 166-167, 170-171.

30 Gibert, op. cit., p. 342. Cf. Codex canonum Ecclesiae Africanae, p. 101.

31 Cf. Hamilton Hess, The Canons of the Council of Sardica A.D. 343. A Landmark in the Early Development of Canon Law, Oxford, Clarendon Press, 1958, part ii, § vi. Dans le compte-rendu qu'il fait de ce livre, Stephan Kuttner remarque que les controverses au sujet de Sardique persistent jusqu'aux gallicans du xviiie siècle : The American Historical Review, vol. 64, n° 4, juillet 1959, p. 918.

32 Gibert, op. cit., p. 345 : « le Pape Zozime ayant envoyé en Afrique quelques Canons contraires à la discipline approuvée par ce Concile [i. e. Nicée], elle ne voulut pas les recevoir, quoiqu'il les eût envoyés sous le nom de ce Concile. La contrariété lui fit soupçonner l'erreur ; &, après qu'elle fut convaincue que le Pape s'était trompé, elle déclara hautement qu'elle ne prétendait pas s'écarter des règlements qu'elle avait reçu. Il y a deux Lettres qui prouvent ce fait : la première est celle que le Concile de Carthage, de 419, écrivit au Pape Boniface ; la seconde est celle du Concile d'Afrique de vers l'an 423, au Pape Célestin. » Cf. Charles Munier, « Les conciles africains (A. 345-525) "revisités" », dans I concili délia cristianità occidentale, secoli III-V, Rome, Institutum Patristicum Augustinianum (« Studia Ephemeridis Augustinianum » 78), 2002, p. 147-165, p. 164.

33 Gibert, op. cit., p. 345.

34 Grégoire, op. cit., p. 46-47.

35 Ibid, p. 47-48.

36 Charles Pietri, Roma Christiana. Recherches sur l'Église de Rome, son organisation, sa politique, son idéologie de Miltiade à Sixte III (311-440), Rome, École française de Rome, 1976, t. II, p. 1260.

37 [Charles Faye d'Espeisses], Discours des raisons & moyens, pour lesquels Messieurs du Clergé, assemblez en la ville de Chartres, ont déclaré les Bulles Monitoriales décernées par Grégoire XIIII contre les Ecclésiastiques & autres, tant de la Noblesse que du tiers Estat, qui sont demeurez en la fidélité du Roy, nulles & iniustes : Et contre les droicts & Libériez de l Église Gallicane, dans [J. Gillot, éd.], Traictez des droicts et Libériez de l Église Gallicane, Paris, O. de Varenne, 1609, p. 201.

38 Ibid, p. 237.

39 F. M. Antonii Capelli, De Appellationibus Ecclesiae Africanae ad Romanam Sedem, dissertatio, Adversus Haereticos nostri temporis, Paris, Apud Nicolaum Buon, 1622, cap. i, iv.

40 F. M. Antonii Capelli, Disputationes duae : Prior de summopontificatu B. Pétri. Posterio de successione episcopi romani in eundem Pontificatum : Adversus Anonymos duos ; Alterum, cui titulus, Papatus romanus ; Alterum de suburbicariis regionibus et ecclesiis seu De praefecturae et episcopi urbis Romae Dioecesi, Coniecturae, Cologne, Sumptibus Joannis Kinchii, 1620.

41 Sur les sources du problème : Mario De' Dominicis, « Le regione suburbicariae nelPordinamento del basso Imperio », dans Atti del V congresso internazionale di studi bizantini, t. I, Rome, Institute per l'Europa Orientale (« Studi bizantini e neoellenici », vol. 5), 1939, p. 100-121.

42 Vincent de Lérins, op. cit., p. 13. Cette phrase est prononcée dans le contexte du donatisme. De Giovanni Giovano (De schismate, sive de ecclesiasticae unitatis divisione liber unus..., Louvain, 1573 ) à Adriaan et Pieter Van Walenburch (De Unitate Ecclesiae & Schismate protestantium aliorumque, Cologne, 1656), l'époque moderne traite de l'unité à l'occasion de ce qui la fait vaciller ou la brise.

43 [Pierre Dupuy], Commentaire sur le Traité des Libériez de l'Église Gallicane de Maistre Pierre Pithou..., Paris, Sébastien et Gabriel Cramoisy, 1652, p. 9-10.

44 Jacques Leschassier, De la Liberté Ancienne et Canonique de l'Église Gallicane, dans [Pierre Dupuy, éd.], Traitez, op. cit., 1639, p. 501. Leschassier précise que Charles vu s'est dit protecteur des statuorum sanctorum antiquorumque patrum.

45 [Pierre Dupuy, éd.], Preuves des libériez de l'Église gallicane, s. 1., 1639, f. 2 r°.

46 Epistola Cardinalium, Archiepiscoporum, et Episcoporum, Parisiis nunc agentium. Ad Cardinales, Archiepiscopos & Episcoposper Gallias. De damnandis duobus voluminibus quibus praefixi sunt hi titutli : Uni, Traitté des Droicts & Libériez de l Église Gallicane. Alteri, Preuves des Libériez de l Église Gallicane, Parisiis, Antoine Vitray, 1639, s. d., p. 4-5.

47 Lettre autographe de Pierre Dupuy, du 20 février 1639 : A Nosseigneurs les Illustrissimes & Reverendissimes Prélats assemblez a Saincte Geneviève, BnF, ms. Dupuy 749, respectivement f. 62, 65 r°.

48 Optati Galli,De CavendoSchismate. AdIllustrissimos acReverendissimos Ecclesiae Gallicanae Primates, Archiepiscopos, Episcopos. Liberparaeneticus, s. L, 1640, p. 8-9. Sur l'usage de l'Optat historique, v. p. 30, 34 ; et sur la défense de l'unité, p. 31. Nicolas Rigault (éditeur des œuvres de trois africains : de Tertullien à Paris en 1634, de Minucius Félix et Cyprien à Paris en 1643, et des œuvres complètes de Cyprien à Paris en 1648), Isaac Habert, Marin Cureau de la Chambre et Michel Rabardeau répondront à Hersent. La condamnation de l'Optatus Gallus est intégrée par Dupuy à ses Preuves des Libériez de l'Église Gallicane. Seconde édition..., Paris, Sébastien et Gabriel Cramoisy, 1651, t. I, p. 377-378, et t. II, p. 1362-3. Rappelons que Pithou est l'éditeur des Gesta collationis Carthagini habitae Honori Caesaris iussu inter catholicas & donatistas..., [Heidelberg], Ex Typographeo H. Commelini, 1596, présentés en deuxième partie de l'ouvrage d'Optât, Libri sex de schismate donatistarum adversus Parmenianum.

49 Sancti Optati Milevitani episcopi, Opera cum observationibus et notis reverendissimi D. D. Gabrielis Albaspinaei Aurelianens episcopi..., Paris, Apud Claudium Somnium, 1631, préface.

50 Les Œuvres de Sainct Cécile Cyprian, iadis evesque de Carthage, tres-victorieux martyr de Iesus Christ : avec quelques Annotations sur aucuns lieux obscurs & difficiles. Faictes Françoise par laques Tigeou Angevain, Docteur en Théologie, Chancelier & Chanoine en VÉglise Cathédrale de Metz..., Paris, Nicolas Chesneau, 1574. Epître dédicatoire à « Loys de Lorraine, cardinal de Guyse, Evesque de Metz », f. 2 r°. De même, voir la manchette de la p. 1 col. 1C-D : « S. Cyprian dépeint au vif la nature des hérétiques, ce qu'on peult aisément veoir es hérétiques de nostre temps. »

51 Ibid. J. 2.

52 Ibid, f 2 v°.

53 Ibid, f 3 r°.

54 Louis Ellies Du Pin, De Antiqua Ecclesiae disciplina dissertationes historicae, Paris, Apud Arnoldus Seneuse, 1686, dissertatio prima, § ix, p. 24. En appendice de l'édition de Vincent de Lérins citée (p. 161-200), est éditée une « Epistre de sainct Cyprien à Donat ».

55 Charles Sanmagne, Saint Cyprien, évêque de Carthage et » pape » d'Afrique (248-258), Contribution à l'étude des « persécutions » de Dèce et de Valérien, Paris, Éditions du Cnrs, 1975. Paolo Siniscalco, « Introduction » à Cyprien de Carthage, L'Unité de l'Église, intr. par P. Siniscalco et P. Mattei, trad, par M. Poirier, Paris, Éditions du Cerf (« Sources chrétiennes », 500), 2006, chap. II.

56 Ibid., p. 31-32. Victor Saxer, « Autonomie africaine et primauté romaine de Tertullien à Augustin », dans Michèle Maccarrone (éd.), Ilprimato del vescovo diRoma nel primo millennio. Ricerche e testimonianze, Cité du Vatican, Libreria éditrice vaticana, 1991, p. 173-217, ici p. 184.

57 Ce travers reproché par Siniscalco (Ibid., p. 115 n. 1) aux exégètes de Cyprien nous semble prendre ses racines dans l'histoire même de la réception du De unitate.

58 Discours dudit sieur Coquille des droicts Ecclésiastiques, & Libériez de l'Église Gallicane..., in [Pierre Dupuy, éd.], Traitez des droits et libériez de l'Église gallicane, s. 1., 1639, p. 407.

59 Decretum, pars prima, dist. XCIX= Decretum Gratiani..., Lyon, 1613, col. 478-479.

60 Antoine Hotman, Traicté des droicts ecclésiastiques, in [J. Gillot, éd.], Traictez des droicts et Libériez de l'Église Gallicane, Paris, O. de Varenne, 1609, p. 315. Dans le même recueil, voir [Charles Faye d'Espeisses], op. cit., p. 201-202, qui allègue en 1591 « la constitution du Concile troisiesme d'Afrique, qui défend d'appeler l'Evesque du premier siege, Prince des Prestres ou souverain Prestre, laquelle constitution est insérée au grand décret (c. Primae sedis, 99. dist), où pour l'interprétation d'icelle, est nommément adjousté par Gratian, que l'Evesque de Rome mesmes, ne doit estre appelé universel. » Sur la formule, voir Pierre Batiffol, « Princeps apostolorum », Recherches de science religieuses, 1928, p. 31-59, qui note que le privilège de Pierre est mis en pleine lumière lors du concile de Sardique (p. 44).

61 Peter Norton, Episcopal Elections 250-600. Hierarchy and Popular Will in Late Antiquity, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 250. Cf. le canon 26 du troisième concile de Carthage. Le canon 25 d'Hippone se trouve dans l'édition de Justel : Codex canonum Ecclesiae Africanae, op. cit., p. 118.

62 Hotman, op. cit., p. 313.

63 Ce texte est d'ailleurs utilisé par le concile de Trente (sess. xxm, ch. iv) au sujet de l'origine apostolique de l'épiscopat.

64 Hotman, op. cit., p. 315-6. En mai 1611, Servin (op. cit., p. 285) utilise la même citation dans un contentieux au sujet du diocèse de Trêves. Hotman utilise le textus receptus, et non pas celui de la primauté. Sur la question de la double recension de ce passage du De unitate, cf. Maurice Bévenot, St. Cyprian's De unitate chap. 4 in the Light of the Manuscripts, Londres, Burns Oates & Washbourne, 1939. Maurice Bévenot, The Tradition ofManuscripts. A Study in the Transmission of St. Cyprian's Treatises, Oxford, Clarendon Press, 1961. Dans les textes que nous citons, les controverses sont surtout théologiques et éludent les problèmes philologiques.

65 Hotman, op. cit., p. 317.

66 Servin, op. cit., p. 93, se penche sur la racine apostolique des sièges épisco-paux : « ceux qui monstrent une succession graduelle justifient que leur Église est vraye & légitime par l'ordre des Evesques, mesmes quand avec ceste succession de personnes la succession de la doctrine s'y rencontre par la consanguinité de piété entre l'Archevesque & ses comprovinciaux, qui est la propre note de la saincte Église telle que l'a dépeinte Tertullian ex consanguinitate doctrinae ». Quelques pages plus loin (p. 97), Servin ajoute à cette succession locale l'autonomie d'élection synodale des métropolitains.

67 Claude Fauchet, Traicté des Libériez de l'Église Gallicane, in [ J. Gillot, éd.], op. cit., p. 164.

68 Les théologiens romains surveillent l'affaire, et outre la correspondance du nonce citée par J. Grès-Gayer, on peut mentionner une censure du P. Lavrez la concernant dans un dossier sur les gallicans de la « Stanza Storica » du Saint-Office : Archivio délia Congregazione per la Dottrina délia Fede, S. O., St. St. H2a (I), f 411. Cf. Jean Orcibal, « Les frontispices gravés de Champaigne » (1952), dans Id., Etudes d'histoire et de littérature religieuses xvie-xviiie siècles, Paris, Klincksieck, 1997, p. 274-275 ; Aimé-Georges Martimort, Le gallicanisme de Bossuet, Paris, Éditions du Cerf, 1953, p. 172,446 ; Jacques M. Grès-Gayer, Le Gallicanisme de Sorbonne. Chroniques de la Faculté de Théologie de Paris (165 7-1688), Paris, Honoré Champion, 2002, p. 184, 209, 418, 420.

69 César Chesneau Du Marsais, Exposition de la doctrine de l'Église gallicane, par rapport aux prétentions de la Cour de Rome, seconde partie, Genève, Chez les Frères Kramer, 1757, p. 13-14, cf. p. 28. Ce texte a connu une nouvelle édition parisienne : Exposition de la doctrine de l'Église gallicane par rapport aux prétentions de la cour de Rome, par Du Marsais. Libertés de l Église gallicane, par P. Pithou, avec un discours préliminaire, Paris, Duponcet, Delaunay, 1817. La première citation de Cyprien se trouve également chez Antoine Hotman {op. cit., p. 317) : « ceste primauté des Evesques de Rome n'empesche pas que chacun des autres Evesques, en leurs dioceses, ne soient autant Evesques que l'Evesque & Pape de Rome [...] dont sainct Cyprien porte tesmoignage au traicté de l'unité de l'Église en ces termes : hoc erant utique & caeteri Apostoli, quodfuit & Petrus pari consortio praediti, & honoris & potestatis. can. loquitur 24 quaest. I ». Hotman cite sans doute à dessein ce texte d'après Gratien (causa xxiv, quaest. i, cap. xvm), où figure également le célèbre passage sur l'unité de l'épiscopat.

70 Jean-Paul Brisson, Autonomie et christianisme dans l'Afrique romaine de Septime Sévère à l'invasion vandale, Paris, Éditions E. de Boccard, 1958, p. 6 ; Victor Saxer, art. cit., p. 187,214-215 ; AndréMandouze, » Encore le donatisme », L Antiquité classique, t. 29, 1960, p. 61-107, ici p. 96 n. 34.

71 Commentarius ad edictum Henrici secundi contra parvas Datas & abusus curiae Romanae, & in antiqua edicta & Senatusconsulta Franciae contra Annatarum, & id genus abusus, multas novas decisiones iuris & praxis continens, Lyon, Apud Antonium Vicentium, 1552. ClaudeFauchet {op. cit., p. 196) l'inclut dans une liste des « classiques » gallicans. La « date » est un terme de droit bénéficiai qui désigne le « temps où un acte est passé ». Il s'agit de la date des « provisions expédiées en la Chancellerie de Rome » (Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique..., Lyon, Benoît Duplain, 1770, t. II, p. 4, 7). La petite date est une date retenue (« Retenir une date, c'est demander au Pape un bénéfice », p 8). L'édit des petites dates attaquait une fraude qui consistait, de la part des résignants, à « s'assurer la possession du bénéfice résigné leur vie durant » (p. 9).

72 La vie de Maistre Charles du Molin, advocat au Parlement de Paris, tirée des titres de sa maison, de ses propres Escrits, de l'Histoire du Temps, des Registres de la Cour, & autres Monuments publics. Et sa mort chrestienne et catholique. Par M" Julien Brodeau, advocat au mesme Parlement, Paris, Jean Guignard, 1654, p. 74.

73 Du Moulin conclut : « il est donc très clair que le Pape ou Primat universel a esté reprouvé & condamné par les anciens saints Conciles, tant de l'Église primitive que depuis ». Commentaire analytique tant sur I Edict des petites Dates, que sur un ancien Arrest de la Cour touchant les reservations, preventions, annotes, exactions, usurpations & abus des Papes, dans Caroli Molinaei, Operum, tomus tertius..., Paris, Apud viduam Gervasii Alliot, & Antonium Clement, 1658, col. 658-659.

74 Ibid., col. 659 : « saint Cyprian, tres-saint Docteur de l'Église, Evesque de Carthage, & Martyr, au troisiesme traitté de la simplicité des Clercs, ou de l'unité de l'Église, colomne 2 & est mis au grand décret 24 qu. I chap, loquitur. Les autres Apostres (dit-il) estaient ce qu 'a esté Pierre, & en pareil honneur, & puissance, mais le commencement se fait à l'unité, pour démontrer une unique Église. Et peu après il dit, 77 est un Seigneur, une foy, un baptesme, un Dieu, & partant il faut que l Evesché mesme (c 'est à dire la dignité & puissance Episcopate) soit un & indivisé, & entièrement un seul & pour le tout un chacun Evesque, sous un seul vray souverain Evesque Christ, unique chef & espoux de l Église unique, tout ainsi que plusieurs rayons du Soleil sont une lumière. Ainsi s'entend ce que plus briefvement a touché ledit Cyprian en sa seconde epistre, livre 4 disant, que comme par Iesus-Christ y a l'Église unique par tout le monde, divisée en plusieurs membres, qu'aussi un unique Evesché (c'est à dire un mesme office, puissance & charge pastorale) a esté épandu, & communiqué à beaucoup d'Evesques en pluralité concorde. Tels sont les termes de S. Cyprian, lequel deux cens ans après la Passion du Seigneur a regy & enseigné l'Église, & sont au grand décret 7 qu. 1 c. Novatianus. »

75 Ibid, col. 660.

76 Cf. Ibid., col. 660, § 120, après avoir rappelé l'unité et unicité de l'épisco-pat, Charles du Moulin conclut : « S'ensuit qu'il n'y a, & ne peut avoir en l'Église, ny en ce monde, ny en l'autre, qu'un seul souverain Evesque, chef & seigneur de tous, Iesus-Christ, seul prince des pasteurs. I. Pierre 5 & que chacun Evesque & Ministre a ladite commission & puissance de luy sans moyen, & non du Pape, ou autre estably sous luy : car il l'a par la parole de Dieu, qui s'adresse à tous, appeliez audit ministère ». Sur l'évêque de Rome, v. ibid., col. 663, § 132.

77 Ibid., col. 659-660, § 118, et p. 660, § 119 : « Quand plusieurs procureurs ou comissaires sont commis chacun seul & pour le tout, ce n'est qu'une commission, ce n'est qu'une charge, & toutefois plusieurs l'ont, chacun également, & pour le tout, & si n'y a inconvénient es choses prophanes, & encores moins es choses spirituelles & indivisées. »

78 Ibid., col. 666, § 140. Le De unitate est aussi connu sous le titre De simplicitate praelatorum. Plus largement, v. Simone Deléani, « Les titres des traités de saint Cyprien : forme et fonction », dans J.-Cl. Fredouille, M.-O. Goulet-Cazé, Ph. Hoffmann, P. Petitmengin (éd.), Titres et articulations du texte dans les œuvres antiques, Paris, Institut d'Études Augustiniennes, 1997, p. 397-425.

79 Donald R. Kelley, François Hotman, a Revolutionary's Orcfea/, Princeton, Princeton University Press, 1973, p. 64-66 ; Jean-Louis Thireau, Charles du Moulin (1500-1566) : Etude sur les sources, la méthode, les idées politiques et économiques d'un juriste de la Renaissance, Genève, Droz, 1980.

80 Louis Moreri, Le Grand Dictionnaire historique, t. V, Paris, 1759, p. 368.

81 Raimundus Rufus, In Molinaeum pro Pontifice maximo, Cardinalibus, Episcopis, totoque ordine sacro: defensio. Cum probatione sacrae Theologiae Parisiensis facultatis, & consultissimae Iuris canonici, Paris, Apud Poncetum le Preux, 1553, f. 6v°-7r°.

82 Ibid, p. 17.

83 Ibid., p. 83 sqq.

84 Ibid., p. 88, 90-91. Mêmes expressions chez « Bellarminus 1. II de Rom. Pont. cap. 16. Unius igitur magni Episcopatus ab Episcopis singulis in solidum pars tenetur, sednon aequalis, neque eodem modo. Nam Petrus & ejus successores tenent earn partem, quae est veluti caput & radix & fans : ceteri tenent alias partes, quae sunt velut rami & rivi », cité par Vin excriptum sancti Cypriani librum adnotationes, dans Vin tertium lustini Febronii tomum animadversiones romano-catholicae tribus epistolis comprehensae..., Rome, Sumptibus Venantii Monaldini, 1774, p. 265. Voir infra, note 107.

85 Ibid,p. 101-102.

86 Francisci Vilierii, De Statu primitivae Ecclesiae ejusque Sacerdotijs..., Hierapoli [ = Genève], apud J. Crispinum, 1553. François, frère du catholique Antoine, est passé à la Réforme dont il s'est fait un chantre énergique.

87 Calvin utilise notamment le De unitate de Cyprien dans VInstitutionis christianae religionis, Genève, Apud Johannem Vignon, Petrum & Jacobum Chouet, 1617, 1. iv, cap. n, § 6, f. 213 v° (« Paulum quoque sequutus Cyprianus totius Ecclesiasticae concordiae fontem ab unico Christi episcopatu ducit, postea subiicit, Ecclesia una est ») ; 1. iv, cap. vi, § 4 f. 225 v° et § 17, f. 228 r° (« Episcopatus unus est, cuius à singulis in solidum pars tenetur : & Ecclesia est una [...] »). Nous n'avons pas pu consulter le livre d'Anette Zillenbiller, Die Einheit der katholischen Kirche : Calvins Cyprianrezeption in seinen Ekklesiologischen Schriften, Mayence, Philipp von Zabern, 1993.

88 Ulrich Wickert, Sacramentum Unitatis : Ein Beitrag zum Verstàndnis der Kirche bei Cyprian, Berlin, Walter de Gruyter (BZNW, 41), 1971.

89 Nous utilisons l'édition : Francisci Vilierii, De statuprimitivae Ecclesiae eiusque Sacerdotijs. Ad Remundum Rufum defensorem Pontifias R. adversus Carolum Molinaeum iurisconsultum, dans Reginald Pole, Pro ecclesiasticae unitatis defensione, libri quatuor, in quibus conatus est maximo studio Ecclesiae RomanaePrimatumconstabilire..., [Strasbourg, excudebatWendelinusRichelius], 1555, f. 145 v°.

90 Ibid., f. 148 v° : « Sed expectemus universi indicium Domini nostri Iesu Christi, qui unus & solus habet potestatem & praeponendi nos in Ecclesiae suae gubernationem, & de actu nostro iudicandi. Haec Cyprianus. Sed ad Universalis tamen interpretationem accedamus. Ubi tandiu magister iste atque author Latinae linguae delituit : qui nos doceret universalis nomine intelligi etiam singularem. Ecclesia, inquit, dicitur universalis, id est singularis : est enim unica tantum Ecclesia, quae etiam catholica, id est universalis nominatur. »

91 Ibid.J. 155 r°.

92 Duplicatio in paronum Molinaei, pro Pontifice Maximo, Cardinalibus, Episcopis, totoque ordine sacro. Cum probatione sacrae Theologiae Parisiensis facultatis. Authore Remundo Rufo Iurium doctore & advocato in Parisiorum senatu, Paris, Apud Poncetum le Preux, 1555, f. 42 v°-45 r°, f. 63 r°-68 r°. Le Roux lance à du Moulin ou Hotman : « Nihil ergo pro te & tuis Cyprianus, sed contra acerrimè » (f. 45 v°).

93 Ibid, f. 44 v°-45 r°.

94 Ibid.J. 67 v°.

95 Matthias Flacius Illyricus,//wton'a certaminum interRomanosEpiscopos, & sextain Carthaginem synodum, Africanasque Ecclesias, de primatu seu potestate Papae, bonafide ex authenticis monumentis collecta. Quaedam vetusta monumenta, unde potissimum praedicta Historia desumpta est. Item Contra primatum seu tyrannidem Papae, Bâle, s. n., 1554.

96 Catalogus testium veritatis, qui ante nostram aetatem reclamarunt Papae..., Bâle, per Joannem Oporinum, [1556], p. 32-33.

97 Les positions d'Henry Dodwell (auteur des fameuses Dissertationes Cyprianicae, [Oxford, s. n., 1682], puis Oxford, E Theatro Sheldoniano, 1684) sont encore discutées dans Vin excriptum sancti Cypriani librum adnotationes, op. cit., p. 266-267. Plus largement, v. Jean-Louis Quantin, Church of England and Christian Antiquity. The Construction of a Confessional Identity in the 17th Century, Oxford, Oxford University Press, 2009.

98 F. M. Antonii Capelli, Disputationes duae..., op. cit., caput v : Sanctum Cyprianum quern sibi allegat Adversarius, stare pro Petri Primatu, p. 26, 28.

99 Ibid., p. 28: « Ecclesiam unam, Episcopatum unum, & Cathedram unam in universa Ecclesia Cyprianus esse contendit, eo tamen génère unitatis, quod sumitur ab origine qua : qua potissimum ratione plures homines ab eodem semine propagatos unam familiam, & unum genus appellare solemus. »

100 Ibid, p. 29.

101 De la puissance du Pape : et Des Libertés de l'Église Gallicane : Par Marc de Vulson, Conseiller du Roy en la Cour de Parlement de Dauphiné, Genève, par Jean de Tournes, & Jacques de la Pierre, 1635, première partie, chap. xi,p. 165-167, p. 170-171, deuxième partie p. 43, 50-51.

102 Ibid., première partie p. 170-171 ; deuxième partie, p. 40

103 Ibid., deuxième partie, p. 40.

104 Ibid., deuxième partie, p. 43.

105 Inscription en faux, par Me s sire Gabriel Martin Abbé de Clausone : Contre le livre intitulé, De la puissance du pape, & des libellez de l'Église Gallicane, Mis en lumière par le Sr Marc Vulson jadis Conseiller en la Chambre de l'Edict de Grenoble, Grenoble, Pierre Verdier, 1640, p. 162-163. Sur Cyprien, v. p. 149,154,162-170.

106 Considerations tirées de S. Cyprien : et rapportées en la conférence tenue aux Augustins par Louis du Laurens, ci-devantMinistre au basLanguedoc, s. 1. n. d. [Paris ?, 1624], p. 2. L'archevêque de Rouen, Harlay, s'occupe de l'organisation de ces rencontres (p. 5).

107 Ibid., p. 8. Sur les centuriateurs, cf. p. 26 et 31. Du Laurens veut ainsi montrer que si ce n'est qu'au premier concile de Nicée que l'Église d'Afrique est intégrée au patriarcat de Rome, il s'agit de l'enregistrement d'un usage déjà en vigueur : « consequemment les hérétiques sont ridicules de vouloir enfermer l'authorité de l'Église de Rome dans son Diocèse » (p. 28). Au xviiie siècle, Cyprien reste dans les termes de la controverse puisque l’In tertium Iustini Febronii tomum animadversiones romano-catholicae propose une édition intégralement commentée de son De unitate : In tertium Iustini Febronii tomum animadversiones romano-catholicae tribus epistolis comprehensae..., Rome, Sumptibus Venantii Monaldini, 1774, éd. de Cyprien p. 166-186, et l’In excriptum sancti Cypriani librum adnotationes, p. 187-295, dans lequel on peut lire (p. 195) : « Christus caput est Ecclesiae invisibile ; universae Ecclesiae visibile caput est summus Pontifex ».

108 [Baptiste du Mesnil], Instruction envoyée au Pape pour le Roy, concernant les Privileges de l'Église Gallicane, dans [J. Gillot, éd.], Traictez des droicts et Libertez de l'Église Gallicane, Paris, O. de Varenne, 1609, p. 135 ; Guy Coquille, Mémoires pour la reformation de l Estat Ecclésiastique, fait en l'année 1592 imprimez cy-devant à Paris en 1650 in quarto, dans Les Œuvres de maistre Guy Coquille sieur de Romenay, contenant plusieurs traitez touchant les Libertez de l’Église Gallicane..., Bordeaux, Claude Labottiere, 1703,1.1, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gabriel, « L'usage gallican (1552-1771) de l'Afrique chrétienne tardo-antique : les modalités de l'unité ecclésiale », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2009, 349-374.

Référence électronique

Frédéric Gabriel, « L'usage gallican (1552-1771) de l'Afrique chrétienne tardo-antique : les modalités de l'unité ecclésiale », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rhr.revues.org/7265 ; DOI : 10.4000/rhr.7265

Haut de page

Auteur

Frédéric Gabriel

Centre national de la Recherche scientifique (Institut d'histoire de la pensée classique, Lyon)
frederic.gabriel@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org