Navigation – Plan du site
Figures gallicanes

L'électron libre du gallicanisme : Jean de Launoy (1601-1678)

The "Free Electron" of Gallicanism: Jean de Launoy
Jacques Grès-Gayer
p. 517-543

Résumés

Longtemps considéré comme un gallican extrême, le docteur de Navarre J. de Launoy était surtout un érudit original et indépendant. L'étude de ses écrits, en particulier un recueil thématique de lettres, met en évidence une vision plus classique ; elle établit la spécificité de sa contribution aux débats ecclésiologiques et canoniques du temps. En démontrant de manière scientifique la vérité historique et théologique de la doctrine de France, il affaiblissait les perspectives tridentines et établissait un modèle d'Église apte à satisfaire les aspirations de nombreux chrétiens.

Haut de page

Texte intégral

L'Aristarque de son siècle

  • 1 Aimé-Georges Martimort, Le gallicanisme de Bossuet, Paris, 1953.
  • 2 Ibid., p. 167-168.
  • 3 En 1676. Les dernières années de Bossuet. Journal de Ledieu, éd. Ch. Urbain et E. Levesque, Bruges, (...)
  • 4 Bruno Neveu, « La vie érudite à Paris », dans Érudition et religion aux xviie et xviiie siècles, Pa (...)

1En tant que doctrine cohérente et stable, le « gallicanisme », on le sait, n'existe pas vraiment. Comme tous les termes génériques forgés au xixe siècle, le mot donne l'impression trompeuse d'un ensemble structuré et homogène, alors que n'existent que des « gallicanismes » mis en place selon les circonstances et leurs perspectives particulières par des personnages ou des groupes influents. De toute évidence, depuis 1682, les Quatre Articles de la Déclaration du Clergé représentent une référence normative, mais la manière même dont ils sont présentés et commentés confirme ce caractère essentiel de la doctrine de France : sa souplesse et même sa fluidité. La meilleure démonstration en a été fournie par Aimé-Georges Martimort, dans un travail qui fait autorité et où il exposait le développement du « gallicanisme de Bossuet » : en le replaçant de manière admirable dans son contexte historique, il a montré comment s'est mise en place une vision personnelle, qui représente la facette la plus influente de cet ensemble à géométrie variable1. Ensemble variable, car quel qu'il soit le gallicanisme est avant tout une réaction contre une vision du catholicisme perçue comme ultramontaine, c'est-à-dire faisant trop de part à la papauté tridentine, à ses représentants et surtout à ses défenseurs. Opposition dialectique, qui correspond bien à la manière dont se déroulent et parfois se résolvent les querelles théologiques, avec la complication propre à ce cas d'espèce, puisqu'il concerne non seulement le pouvoir dans l'Église (la puissance ecclésiastique) mais aussi ses rapports avec le pouvoir politique (la puissance séculière). Pour bien le comprendre, il faut donc suivre ce débat complexe au niveau même des arguments échangés par ceux qui s'y engagent. Une des meilleures démonstrations de cette dialectique se trouve dans les écrits du docteur Jean de Launoy, une figure gallicane emblématique dont la pensée est encore mal connue2. Il suffit de consulter ses ouvrages pour en comprendre la raison : une méthode cumulative par empilage de citations, un ton doctoral, c'est-à-dire sentencieux et souvent méprisant, un style élaboré et difficile (il écrit en latin) et surtout une agressivité à fleur de peau. Plus apte à l'attaque et à la riposte qu'à l'exposition sereine, Launoy est un théologien à l'ancienne, un controversiste, un disputant, un intellectuel pur, diront certains. Mis à l'abri du besoin par un éminentis-sime protecteur, il peut se permettre bien des audaces, d'où la réaction de Bossuet qui fit arrêter ses trop libres conférences du lundi où se pressait l’intelligentsia européenne3. Si c'est pour sa méthode critique que mérite d'être célébré « l'Aristarque de son siècle »4, il est aussi évident que son engagement gallican, fruit d'une telle méthode, mérite aussi une investigation. Par ses idées, mais aussi par sa manière de les exposer, il contribue aune meilleure connaissance de cet ensemble encore imprécis qui est l'objet de notre réflexion commune.

Mise en place du gallicanisme

  • 5 Joannis Launoii, Constantiensis, Parisiensis theologi, Socii Navarrœi, Opera omnia ad selectum ordi (...)
  • 6 310 opuscules disparus. Catalogus variorum opusculorum Joannis Launoii Constantiensis, theologi par (...)
  • 7 « Docteur des Libertés gallicanes », Mercure Galant, mars 1678, p. 223. « Jurium Ecclesiœ et Regis (...)
  • 8 Joannis Launoii [...]Epistolarum Pars 1a [8a], Paris, 1667-1673.
  • 9 Epistolœ omnes 8 partibus comprehensœ, nunc demum simul editœ, Cambridge, 1689 [W. Saywell, éd]. O. (...)
  • 10 « C'est même comme un miracle que nous ayons ce qu'il a fait imprimer durant sa vie pour la supério (...)
  • 11 Il fait allusion au début de nombreuses lettres à une question soulevée par son interlocuteur, ou à (...)
  • 12 Les docteurs Le Vaillant [70], Le Noir [83], Fortin [177], Breyer [335], Petitpied [322], Faure [32 (...)
  • 13 Ainsi la série sur l'indiction et la convocation des conciles [v-l à 11], ou celle sur la présidenc (...)

2Le gallicanisme de Launoy se trouve disséminé dans les dix infolios publiés en 1731-32 par l'abbé Granet5, qui représentent ses œuvres complètes ou plutôt celles qui ont survécu car, d'après le catalogue qu'il a dressé, près de la moitié des titres a disparu6. À son habitude, ce sont des études pointilleuses où l'on note cependant une continuité de propos, qui a sûrement influencé ceux à qui était destinée cette érudition. Cela ne suffirait pas pour en tirer une théorie particulière, ni même pour valider la réputation qu'il s'est acquise de défenseur des Libertés gallicanes7. Celle-ci est fondée sur un peu ordinaire recueil de Lettres dans lequel il expose plus systématiquement ses idées. Dans cette correspondance publiée entre 1667 et 16738, avant d'être réunie dans une influente édition anglaise9, il aborde les principaux points qui caractérisent sa vision personnelle. Il s'agit avant tout d'ecclésiologie avec quelques ouvertures judicieuses sur le droit canonique. Launoy, nous dit-on, avait choisi ce procédé pour éviter la censure10 ; en réalité si quelques lettres semblent correspondre à un véritable échange épistolaire11 où se distingue clairement un réseau gallican12, pour la plupart il ne s'agit que d'un subterfuge, distribuant à différentes personnes les parties successives d'une recherche thématique13 : la coloration nationale est indéniable, mais c'est surtout l'esprit critique qui domine, correspondant en cela à la méthode favorite du Docteur de Navarre.

La méthode de Launoy

  • 14 Sur le parcours universitaire dans la Faculté de Théologie de Paris. J. M. Grès-Gayer, « Tradition (...)
  • 15 En ces deux occasions, il défendit le pouvoir exclusif du Prince d'établir des empêchements diriman (...)
  • 16 « L'Aristarque de son siècle », art. cit., p. 215-211.
  • 17 J. Boileau, Traité des empêchements du mariage, dans J. de Launoy, O. o., IV :2,p. 303.
  • 18 À L. Cousin (12 mai 1677), O. o., V, Supplément-6, 826, où il cite Tertullien [Liber de velandis vi (...)
  • 19 Une seule exception : le P. Vincent Baron, o. p. (1604-1674), qui avait pris la défense de Thomas d (...)
  • 20 O. de la Brosse, le Pape et le concile : la comparaison de leur pouvoir à la veille de la Réforme, (...)
  • 21 O. o., V-l, p. 34-47, i-5, À R. Fromentin (28 juin 1664).

3En 1633, comme tout candidat à la licence en théologie, J. de Launoy soutint des thèses de Majeure et Mineure ordinaires14: on peut penser que comme beaucoup, il chercha à briller en défendant des positions originales sinon inédites, en ce cas, le pouvoir exclusif de l'État sur les empêchements au mariage15. Cet art de la provocation allait vite devenir la marque distinctive du personnage, toujours prêt à soulever une question à partir d'éléments historiques et théologiques susceptibles d'affaiblir ou même de détruire l'opinion généralement acceptée. Inévitablement, ses écrits attiraient l'attention de quelque contemporain, et s'il commettait l'erreur de lui répondre, s'ensuivait une polémique où l'on pouvait être sûr que Launoy aurait le dernier mot16. Par son érudition, bien entendu, mais aussi par sa technique, en particulier l'utilisation de l'argument ad hominem, selon le principe de Tertullien : Optimum argumenti genus quod ob adversario sumitur, c'est-à-dire de reprendre les termes mêmes d'un auteur pour les retourner contre lui17. Son but déclaré était, bien évidemment, la Vérité immuable18 : c'est en cela qu'il a été perçu comme Le Critique par excellence, appliquant avec rigueur une méthode dont il rappelle sans relâche à ses interlocuteurs les exigences et les lois. Il avait aussi des préoccupations plus concrètes, dont la résistance au « romanisme » paraît la principale. Si l'on retrouve dans ses écrits gallicans le ton critique et acerbe qui est sa marque, il est notable de constater que dans cet ensemble la polémique directe est absente, comme s'il n'avait pas trouvé d'interlocuteur à sa mesure19. Les auteurs à qui il s'oppose sont en général tous disparus, théologiens jésuites pour la plupart à qui il reproche leur mauvaise foi et leur manipulation des textes, et parmi eux, l'ennemi numéro un, Robert Bellarmin. Quelques dominicains aussi parmi ses adversaires, choisis pour leur parti pris scolastique, en particulier Thomas de Vio, cardinal Cajetan. Celui-ci, on s'en souvient, avait eu une vive polémique avec un jeune docteur de Paris, Jacques Almain, sur les pouvoirs du concile et du pape20. De toute évidence, cette dispute est pour Launoy emblématique, car c'est le sujet récurrent de son exposition gallicane21, mais il prend bien soin de le replacer dans son contexte véritable : l'Église.

L'Église

  • 22 O. o., V-l, p. 371, iii-5, À M. Le Metayer (5 août 1665) ; ibid., p. 380, 396, iii-7, À Ch. Fauveau (...)
  • 23 O. o., V-l, iv-5, p. 33, À Fr. Bon (13 juin 1664) avec la citation de Célestin I aux prêtres des Ga (...)

4Launoy partage avec tous les défenseurs des Libertés gallicanes une conception fixiste d'un âge d'or du christianisme dont seule l'Église nationale aurait gardé la mémoire et maintenu l'esprit. C'est donc au nom de cette connaissance de l'antiquité chrétienne et du déclin historique de ses valeurs qu'il va procéder dans sa critique exhaustive des nouveautés induites par les « adulateurs de la curie romaine »22 responsables, selon lui, d'un affaiblissement qu'il déplore et cherche à renverser23.

  • 24 O. o., V-2, p. 665-695, viii-13, À N. Gatin (22 juin 1673). Dans l'Écriture Ecclesia Dei est Societ (...)
  • 25 O. o., V-2, p. 684 : « Et Hœc abunde sufficiunt [...] derivatam ab Apostolis definitionem Ecclesiœ (...)
  • 26 O. o., V-2, ibid., p. 686 : André Duval, lui-même, n'admet pas cette définition et il s'en tient à (...)

5L'objet principal de la réflexion de Launoy est l'Église, « le rassemblement du peuple fidèle uni par une même foi ». S'il en présente dans son œuvre plusieurs définitions puisées dans l'Écriture et les Pères24, c'est toujours pour réfuter les « abus » de Canisius, puis de Bellarmin, qui les ont modifiées en ajoutant la soumission aux pasteurs légitimes, principalement au pape. Interpolation douteuse, juge-t-il, et regrettable source de division au sein du catholicisme25. Même les théologiens gallicans les plus favorables à la romanité n'ont eu garde de la reprendre26.

  • 27 Le moyen de rectifier les Six propositions que la Faculté de Théologie donna au Roi, l'an 1663, in (...)

6Cette définition, qui refuse l'identification de l'Église à « l'ordre sacerdotal »27 et d'une certaine manière relativise la hiérarchie, est essentielle pour Launoy : comme elle va très loin, il a dû la justifier dans un rare écrit français, qui est tout à fait explicite :

  • 28 Observations sur l'acte de Vespéries de M. Leullier, Licencié en théologie, qui a été soutenu dans (...)

Le concile [de Trente, dans son décret sur le mariage] ne prend pas le mot d'Église pour l'ordre sacerdotal seulement ou pour une assemblée de prélats, mais pour une assemblée de fidèles, comme le sens commun le fait voir et l'usage l'enseigne. [...] On ne finirait point si l'on voulait rapporter tous les endroits de ce concile où le mot d'Église est manifestement pris pour l'assemblée des fidèles, c'est-à-dire un corps composé de plusieurs membres. Lesquels, quoiqu'ils soient différents et qu'ils aient différentes fonctions, sont attribuées à ce même corps, tantôt ratione partis, tantôt ratione totius, comme parle Cajetan28.

Puissance ecclésiastique

  • 29 O. o, V-l, p. 213-242, ii-5, À A. Le Vaillant [70] (1er jan. 1665).
  • 30 Citant S. Cyprien : « Sic dates surit claves Ecclesiœ, sed eas Petrus unus accepit, ut Ecclesiœ uni (...)
  • 31 O. o, V, p. 556, iv-7, À H. Barillon (13 fév. 1666). Il défend en particulier Adrien VI diffamé par (...)
  • 32 O. o., V-l, p. 281-307, iii-3, A Th. Roulland [404] (23 mai 1665).
  • 33 Ibid., p. 309-310. Aussi O. o., V-l, p. 450, iv-2, À François Bon (15 oct. 1665) : « Ecclesia prœce (...)
  • 34 « Lex communis Ecclesiœ catholicœ, Evangelium, Apostoli, Prophétie, Canones Spiritu Dei conditi, & (...)
  • 35 Launoy donne une longue série de références des traditions du Siège apostolique, de Grégoire IX à I (...)

7C'est donc à l'Église ainsi définie que le Christ a confié sa propre autorité ou, comme on dit, sa puissance. Catholica Ecclesia est subjectum proximum Ecclesiasticœ potestatis : c'est la doctrine des Parisiens29 qui, le rappelle le docteur de Navarre, ne fait que reprendre celle de l'Église d'Afrique30. Comme l'exposent les commentaires des principaux textes, c'est au nom de l'Église et comme garant de son unité que Pierre a reçu du Christ les clefs du royaume. Cette perspective, qui dans ce contexte n'a rien d'original, a pour notre auteur deux conséquences principales. La première, sur laquelle il insiste particulièrement, est la « consti-tutionnalité » : Ecclesia canones regenda31, comme le prouvent soixante-deux passages de pontifes romains32 ou comme le recommandait à Paul III le Consilium de emendanda Ecclesia : Ecclesiam jure, non auctoritate, canone, non arbitrio proprio regendam est33. Il existe donc une Loi fondamentale de l'Église34, observée fidèlement aux premiers temps35, sur laquelle tous sont tenus de se régler.

  • 36 O. o., V-l, p. 216, ii-v, À A. le Vaillant (Ier Jan. 1665), s'appuyant sur Optat de Milève. Aussi, (...)
  • 37 O. o., V-l, p. 473-474, iv-3, À J. du Moulin (1er nov. 1665) ; V-2, p. 188, v-9, À Th Fortin (30 ao (...)

8La deuxième conséquence de cette conception de l'Église est la « conciliarité ». Si les clefs ont été confiées à l'Église, le pouvoir en est exercé par les ministres. Principalem potestatem a Christo Ecclesiœ toti collatam fuisse, quœ postea per Ecclesiœ Ministros exerceretur36. Il s'exerce principalement dans les conciles, qui sont la voie ordinaire pour régler les disputes doctrinales. On s'attendrait ici, dans la logique de sa conception de l'Église, à voir Launoy adhérer aux principes les plus extrêmes du conciliarisme, il se montre au contraire fort prudent. Son insistance sur la conciliarité est certes fondée sur la notion de représentation37, mais il n'en ressort pas que la participation en soit ouverte à d'autres que les évêques unis au pape. C'est en ce sens uniquement que l'on peut affirmer que le concile général ou œcuménique est le juge ordinaire des controverses dogmatiques, le concile présidé par le pape, qui en vertu de sa primauté exerce une fonction unique quoique circonscrite.

  • 38 Yves Congar, à propos du gallicanisme, in Catholicisme, IV, col. 1736.

9Vu le contexte général de ses écrits, particulièrement son hostilité envers les ultramontains, on s'attendrait à trouver chez Launoy des expressions fortes et des opinions radicales. Il rejette, en effet, les prérogatives revendiquées par ceux-ci, mais c'est pour proposer un schéma qui refuse systématiquement l'opposition entre « le pôle papauté et le pôle épiscopat »38, au profit d'une harmonisation positive de leurs fonctions.

Le pontife romain

  • 39 O. o., V-l, p. 153, ii-1, À R. Fromentin (24 oct. 1664) : « Id est particularibus Ecclesiis prœesse (...)
  • 40 Exemple de ce rôle supplétif du pontife romain : si un évêque ne discipline pas un pasteur propre, (...)
  • 41 Le pape est soumis aux canons des conciles et il doit les suivre dans la direction de l'Église [in (...)

10Loin de minimiser la primauté romaine, Launoy enseigne qu'elle est de droit divin, mais, pour lui, c'est une primauté de service. Il l'interprète suivant le concile de Constance approuvé par Martin V : supra particulares Ecclesias, non super Ecclesiam in synodum collectant39. Il s'agit donc d'une fonction de gardien des canons, de supervision de la doctrine et, en cas de nécessité, d'intervention supplétive, canonis in orbe christiano vindex atque executor40. Ce qui parfois peut le conduire à se placer au dessus de ces règles qu'il entend maintenir et défendre41. Launoy, c'est évident, s'efforce de détruire les privilèges revendiqués par les ultramontains, mais c'est dans le but d'intégrer et non de dénier une fonction dont il reconnaît l'importance. Ce qu'il rejette chez eux, c'est justement la tentation de séparer le pape du corps de l'Église auquel il appartient.

  • 42 Une série de lettres [vi-1 à 9] fait le point sur la question, in O. o., V-2, p. 208-309. Cf. en pa (...)
  • 43 Une série de lettres [viii-1 à 10] fait le point sur la question : O. o., p. 553-621. « Romana Eccl (...)
  • 44 O. o., V-l, p. 190-213, ii-4, À J. Boileau [590] (18 déc. 1664).
  • 45 Prononcer ex cathedra, c'est le Pape à la tête du concile général. O. o., V-l, p. 361, iii-5, À M. (...)
  • 46 Launoy fait le point sur la question, O. o., V-l, p. 370-372, iii-5, À M. Le Metayer (5 août 1665). (...)
  • 47 À ce sujet il évoque la « misérable controverse » concernant la deuxième version de la Bible Sixto- (...)
  • 48 L'exemple de Jean XXII montre que « Hic Pontifex exemplo suo, eum errare posse qui ex cathedra pron (...)
  • 49 La Faculté de Paris s'est prononcée à ce sujet lors de la censure de Jean de Monson (1387), en fais (...)

11Si le pape n'est donc pas supérieur au concile, si même, comme l'enseigne l'histoire, il n'a pas nécessairement l'initiative de son indiction42 et longtemps n'en a pas exercé la présidence43, de par son autorité apostolique il a une fonction spéciale. Comme celle de tout évêque44, son approbation est nécessaire à la confirmation qui assure l'infaillibilité promise à l'Église, elle est cependant d'une valeur particulière à cause du siège qu'il occupe. C'est le sens de l'expression ex cathedra dont les ultramontains ont détourné le sens45, elle n'assure en aucune manière une inerrance ou infaillibilité personnelle, mais signifie celle de l'Église représentée dans l'unanimité conciliaire46, exprimée, selon sa fonction, par l'évêque de Rome. D'ailleurs, tous les honnêtes historiens le savent, les pontifes eux-mêmes l'admettent, certains papes ont erré47, parfois gravement48. Fidèle en cela à la tradition gallicane, Launoy modère ses jugements historiques en distinguant la fonction et la personne, la sedes et le sedens49. Des hommes assis sur le siège de Pierre ont pu se tromper, mais l'erreur a été corrigée par leurs successeurs, qui ont illustré ainsi l'indéfectibilité du siège apostolique.

  • 50 O. o., V-l, p. 28, i-4, À Fr. Bon (13 juin 1664), p. 28. Première attestation par Léon I au concile (...)
  • 51 O. o.,V-1, ibid., p. 30.
  • 52 Titre rejeté par douze fois par Grégoire I dans le livre IV de sa 32e lettre à l'empereur Maurice, (...)
  • 53 O. o., V-l, p. 276-297, iii-2, À M. de Marolles (13 avril 1665). Aussi V-l, p. 152, ii-1, À R. From (...)
  • 54 O. o., V-l, p. 299, iii-2, À M. de Marolles (13 avril 1665) : « Titulus hic alter, Christi Vicarius (...)
  • 55 O. o., V-1, ibid., p.279.
  • 56 O. o., V-l, ibid., p.280.
  • 57 « Beati Pétri vicarius ». O. o., V-l, ibid., p. 269-278.
  • 58 O. o., V-1, ibid., v.218.

12Toujours désireux de replacer le ministère du pontife romain dans son cadre ecclésial ordinaire, Launoy fait aussi appel à l'histoire pour expliquer les titres particuliers qui lui sont attribués. Loin de représenter la revendication d'une autorité particulière, la qualité d'episcopus ecclesiœ catholicœ, prise par Pie IV dans son approbation du concile de Trente, est une ancienne expression qui met en évidence l'orthodoxie du signataire et de l'Église locale dont il a la charge50. C'est donc une erreur de l'interpréter comme si l'Église catholique était un unique diocèse et n'avait qu'un seul évêque, les autres « évêques » n'étant que ses vicaires, administrateurs d'une préfecture apostolique51. Cela est contraire aux affirmations mêmes des papes qui rejettent le titre d'évêque universel ou œcuménique52. De même, l'appellation Vicaire de Jésus-Christ n'est pas particulière au pape, les autres évêques53, et même tous les prêtres, ont la même qualité54 : ce n'est que durant le second millénaire que les papes et la curie romaine l'ont revendiquée pour le seul pontife romain afin de soutenir sa prétendue infaillibilité55. On ne la trouve dans aucun acte conciliaire (pas même à Florence)56. Les papes utilisent plus généralement le titre de « Vicaire de S. Pierre »57, c'est le titre « antiquissimus & fundatissimus »58.

Évêques

  • 59 Ils sont successeurs des Apôtres, O. o., V-2, p. 103-106, v-7, À G. Voël (30 juin 1666). Les Pontif (...)
  • 60 C'est aux évêques [assemblés en concile] à juger des matières de foi et de mœurs et non pas à l'Inq (...)
  • 61 Autorité et droits des métropolitains reconnus par les premiers conciles et confirmés par les papes (...)
  • 62 Les décisions des synodes provinciaux n'ont pas besoin de la confirmation pontificale. O. o., V-2, (...)
  • 63 Launoy intervient contre Sirmond pour Saint-Cyran. Commentarium de Launoii vita compectens, O. o., (...)
  • 64 En particulier dans ses deux lettres contre le P. V. Baron (o. p.). O. o., V-2, p. 155-161, v-9, À (...)
  • 65 Antoine Charlas, Tractatus de Libertatibus Ecclesiae gallicanes, Rome, 1720, I, p. 125 : « Joannes (...)
  • 66 Malgré la remarque à M. de Marolles, V-l, p. 278, iii-2 : « Sacerdotes esse Christi Vicarios ».
  • 67 Principalement la censure de J. Vernant(1664), V-l, p. 12,i-l, À A. Faure (1er mai 1664) ; V-2, p.  (...)
  • 68 De Scholis celebrioribus (Paris, 1672), O. o., IV-2, p. 118-132.
  • 69 O. o., V-l, p. 215, ii-5, À A. Vaillant (1er j an. 1665).

13On n'est pas étonné, selon ces perspectives, de constater l'importance que Launoy attribue au ministère des évêques. Leur autorité est plénière59 et leur responsabilité doctrinale excellemment manifestée dans l'assemblée conciliaire60. Chacun est responsable d'une portion de l'Église. On note que Launoy porte une attention particulière aux structures provinciales, mettant en évidence l'autorité des métropolitains61 et des décisions prises conciliairement à ce niveau62. Il souligne aussi l'importance du sacrement de confirmation, prérogative épiscopale63, et en maints endroits récuse l'exemption qui soustrait les ordres religieux à la juridiction de l'ordinaire64. Contrairement aux accusations portées contre lui65, on ne voit pas dans ses textes une grande disposition à défendre le « richérisme », c'est-à-dire les droits des curés, ou plus généralement du clergé du second ordre66. S'il tient à rappeler les censures anciennes portées à ce sujet par l'École de Paris67, c'est pour affirmer l'autorité doctrinale du corps68. S'il se montre disciple de l'ancien syndic de la Faculté, c'est dans sa définition de l'Église et de la puissance ecclésiastique : lue, écrit-il dans la tradition des Parisiens, Tertullien « in toto Ecclesiœ corpore sacerdotium residere dicit, et ad Ecclesiam auctoritatem revocat discrimen quod inter ordinem etplebem constituitur »69.

14En ce sens, on peut aussi s'interroger sur la manière dont Launoy interprète la séparation des puissances chère à l'École dont il suit les principes. C'est un sujet sur lequel il intervient moins qu'on ne l'attendrait. Quelques traits cependant sont en évidence.

Gallicanisme politique

  • 70 O. o., V-2, vii-7, À Th. Roulland, p. 457-474 (13 juin 1670).
  • 71 O. o., V-2, p. 475-476, vii-8, À Ch. Presty, (Ier juil. 1670).
  • 72 O. o., V-2, p. 494-524, vii-11, À R. Fromentin, (15 juil. 1670). Ce n'est pas l'objet du pouvoir de (...)

15Launoy défend, cela ne surprend guère, la complète indépendance du pouvoir temporel. Contre Bellarmin et autres « adulateurs de la curie romaine » qui revendiquent une puissance directe ou indirecte sur la temporalité des rois, il affirme avec insistance que « la Tradition du Saint-Siège apostolique et des conciles limite au domaine spirituel l'autorité pontificale »70. Le Pontife romain ne peut déposer les princes hérétiques71, ni même délier leurs sujets du serment de fidélité72.

  • 73 Il s'appuie principalement sur la réponse de la Faculté de Théologie de Paris à Charles VIII (1397) (...)
  • 74 Regia in matrimonium Potestas seu Tractatus de jure sœcularium Principum Christianorum in sanciendi (...)
  • 75 Le moyen de rectifier les Six propositions, op. cit., in O. o., IV-2, p. 129.

16Par contre, il souligne le rôle de la puissance séculière sur des matières ecclésiastiques ; faisant appel à de nombreux précédents historiques, il montre que beaucoup de conciles, généraux ou particuliers, ont été convoqués par des empereurs, des rois, des princes73. Autre conséquence, c'est un point sur lequel il s'est fortement engagé : l'autorité des rois sur les mariages, qui leur réserve d'établir des empêchements dirimants74, « la première et la plus importante fonction d'un État séculier, soit monarchique, soit aristocratique, soit démocratique ».75

  • 76 Le moyen de rectifier les Six propositions, in O. o., IV-2, p. 129. Il rapporte les censures classi (...)

17Comme toujours chez Launoy, la vérité historique prime sur tout présupposé idéologique, aussi fondé soit-il. C'est ainsi qu'il demande de rectifier le premier article de la Déclaration de 1663, en admettant que, contrairement à ce qui est déclaré, les docteurs de Paris ont soutenu et enseigné la puissance directe ou indirecte du pape sur le temporel des rois, mais en affirmant aussi, au nom de la fidélité à l'Écriture et à la « véritable Tradition », que cet enseignement est « établi sur des faux raisonnements et contre les sentiments des anciens Pères, ou par des exemples corrompus ou mal entendus et par les historiens qui les rapportent sans les examiner ».76

  • 77 O. o., V-l, p. 261, ii-7, À N. Petitpied (1er mars 1665).

18Launoy mentionne aussi le rôle du Parlement, souvent utile dans les contestations ecclésiastiques. Plutôt que d'appeler au concile, il suggère l’appel comme d'abus. Même si en France, par principe, on se doit de maintenir le droit d'appeler au futur concile, puisqu'on croit le pape inférieur au concile et capable de se tromper sur la foi ou les mœurs, il est préférable de ne pas le faire fréquemment et sans nécessité pressante. En recevant l'appel comme d'abus le Parlement casse le jugement pontifical, ou le réduit aux normes canoniques77, ce qui dans la plupart des cas est suffisant pour régler le problème.

19Bien qu'avec des nuances significatives, on retrouve donc chez le docteur de Navarre les éléments classiques de la doctrine des Parisiens. Les choix thématiques et surtout l'approche par accumulation historique mettent en évidence certains traits, ce sont ceux qui lui tiennent le plus à cœur. On trouve aussi dans sa méthode des éléments qui font ressortir l'originalité de sa contribution.

Caractéristiques du gallicanisme de Launoy

Approche critique

  • 78 Les « crimes » de Bellarmin [crimina quibus Bellarminus sese obstrinxit] : mauvaise foi dans ses ci (...)
  • 79 J. M. Grès-Gayer, « L'Aristarque de son siècle », art. cit., p. 277-279.
  • 80 Les Lois de l'Histoire négligées par Bellarmin, O. o., V-2, vii-9, À L. Marais (20 juin 1670), p. 4 (...)
  • 81 Les Lois de la théologie exprimées par S. Thomas [S. T., P Pars, qu. I, art. vii ad 2], ne sont pas (...)
  • 82 De auctoritate negantis argumentis Dissertatio (1650), in O. o., II-1, p. 1 -43. Cf. la Préface déd (...)
  • 83 « L'état de la question consiste à savoir si le silence des auteurs contemporains et de ceux qui le (...)
  • 84 « Juxta unanimum consensum Patrum acceptus ». O. o., V-2, p. 71-72, v-6, À J. Boileau (13 avr. 1666 (...)

20En dépit de l'ordre relatif et de l'apparente progression thématique des Lettres et autres écrits de Launoy, c'est leur objectif « critique » qui en constitue l'homogénéité. En d'autres termes, dans cet ensemble toujours susceptible d'expansion ou d'approfondissement, il aborde les sujets sur lesquels il croit nécessaire de corriger les affirmations d'auteurs qu'il estime abusés ou de mauvaise foi78. C'est, on l'a déjà suggéré, le moteur essentiel de son activité intellectuelle79. Il n'y a donc pas chez lui la priorité d'un programme gallican, mais simplement la nécessité d'un rétablissement de la vérité sur des sujets qui lui tiennent à cœur, puisqu'il s'agit de l'Église à laquelle comme prêtre et docteur il a consacré son existence. Fidèle à sa méthode, il procède par des affirmations fortes appuyées par une accumulation de preuves qui s'appliquent, affirme t-il, aux disciplines qu'il suit. La théologie comme l'histoire étant des sciences exactes qui obéissent à des lois, il ne fait que les appliquer pour soulever ou soutenir les points qui lui paraissent importants. Il s'agit donc d'une véritable démonstration, où il a aussi à cœur de mettre en évidence l'illogisme des adversaires, en citant leurs positions contradictoires ainsi que leurs erreurs. Gallicanisme scientifique donc, réaction à l'ultramontanisme auquel il reproche sa non-observation des lois de l'histoire80 autant que de la théologie81. Il procède ici, comme il le fait à propos du culte des saints ou des privilèges monastiques, par accumulation de preuves et l'application de l'argument négatif82 ou argument du silence83, mais pour lui la règle essentielle est celle qui a été ordonnée par le concile de Trente et explicitée par la profession de foi de Pie IV : l'Écriture interprétée selon le consentement unanime des Pères84.

Gallicanisme abstrait

  • 85 Bernard Plongeron, « Une image de l'Église d'après les Nouvelles Ecclésiastiques (1728-1790) », Rev (...)

21De la part d'un gallican cette insistance sur la règle tridentine est astucieuse, puisque Launoy se pose en défenseur du concile qui fonde les positions qu'il entend démolir. D'autre part, l'interprétation qu'il propose des textes qu'il tente de tirer dans son sens n'a pas la rigueur qu'il exige de ses adversaires. On a déjà évoqué son exégèse de l’Ecclesia dans les décrets et canons tridentins et l'insistance à ne pas la réduire à la hiérarchie ecclésiastique, c'était une préoccupation que l'on trouve chez d'autres gallicans influents85, mais Launoy va plus loin dans sa distinction :

  • 86 O. o., 1-2, p. 1007. In actu Vesper. D. Leullieri Observationes.

Ce corps a plusieurs membres, dont les uns font une fonction et les autres en font une autre, et toutes ces fonctions quelques différentes qu'elles soient sont attribuées au même corps. Ainsi on dira que l'Église fait des empêchements de mariage, c'est-à-dire des lois civiles qui rendent les personnes inhabiles à contracter mariage, par l'entremise des princes séculiers qui font partie de cette même Église. Ainsi on dira que l'Église prive de la communion des sacrements ceux de son corps qui le méritent par l'entremise de ceux qui sont revêtus du sacerdoce et en sont la plus noble partie. Ainsi on dira que l'Église châtie les hérétiques de peines corporelles par l'entremise des Princes séculiers. Ainsi on dira que l'Eglise châtie les mêmes hérétiques de peines spirituelles, par l'entremise de ceux qui sont revêtus du sacerdoce86.

  • 87 Il n'a pas vécu pour connaître la réponse de J. Leullier à ses critiques, ni les efforts de J. Gerb (...)
  • 88 Hormis la censure de l'apologie du laxisme par Amadeus Guimenius. O. o., V-l, p. 507, iv-5, À R. Fr (...)

22En d'autres termes ce « gallicanisme scientifique » n'est pas aussi détaché de la réalité qu'il le prétend. Il est vrai que Launoy s'en prend à des auteurs disparus, saint Thomas, Cajetan, Bellarmin et autres ; comme il méprise leurs disciples ou épigones, il n'est pas stimulé, comme dans d'autres circonstances, par une polémique qui l'oblige à resserrer ses arguments en tenant compte des réponses des adversaires. On peut penser que s'il avait vécu plus longtemps, il aurait distingué parmi ses contemporains des adversaires plus dignes de ses attaques87. Exclu de la Faculté de Théologie pour son refus d'adhésion à la censure d'Arnauld, il n'a pas participé aux débats qui ont produit la Déclaration de 1663 et les censures de 1664, mais ses réactions critiques montrent bien qu'il les considérait trop mesurées, donc trop faibles88.

  • 89 Mémoires de G. Hermant, III, p. 361 : « M. de Launoy, docteur de Paris qui s'est toujours maintenu (...)
  • 90 Surtout Adrien VI. O. o., V-l, p. 43-45, 1-5, À R. Fromentin (28 juin 1664) : il reconnaît que les (...)
  • 91 En plus de l'édition anglicane de ses Lettres, leur analyse détaillée par J. le Clerc, Bibliothèque (...)

23En apparence, c'est un paradoxe malgré le ton polémique qui souvent le caractérise, le gallicanisme proposé par Launoy est singulièrement modéré. On est frappé en particulier par son attitude sans passion à l'égard du pontife romain qu'il distingue systématiquement de ses sycophantes. Il ne peut s'empêcher, c'est son tempérament, d'exercer un humour souvent acide envers certains pontifes89, mais l'on perçoit son respect de la fonction et même son affection pour certains papes90. Dans le contexte du temps, sa présentation de la conciliarité est notoirement modérée, détachée, ici encore, du contexte historique immédiat. Ce qui le distingue, c'est son soutien du gallicanisme politique, c'est-à-dire le régalisme, c'est en cela qu'il était richériste comme on l'en a accusé, et c'est en cela que son gallicanisme n'a eu guère de succès dans le milieu qu'il cherchait à influencer. Le lien avec les écrits de M.-A. de Dominis, faits par plusieurs, ne pouvait manquer d'affaiblir l'autorité de ses écrits ; leur récupération par les milieux réformés achevait de les désavouer91.

  • 92 Chassé de Navarre pour avoir scandalisé les bacheliers, expulsé de la Faculté pour avoir par princi (...)

24Il reste que par ses questionnements systématiques et ses démonstrations exhaustives, cet érudit provocateur et obstiné92 a contribué solidement au mouvement gallican de son temps. Principalement en exposant les faiblesses du système des ultramontains, en démontant leurs arguments, en détruisant leurs preuves, selon un principe d'interprétation historico-théologique solide et admissible par tous les véritables savants, en mettant aussi en évidence les fondements sûrs d'une ecclésiologie authentique. Sans en tirer lui-même les conséquences, il constituait ainsi le réservoir où ont puisé pendant longtemps ceux qui cherchaient à défendre à l'intérieur ou à l'extérieur du catholicisme une autre « idée d'Église ». C'est donc à bon droit que cet « électron libre du gallicanisme » est compté comme l'un de ses meilleurs champions.

Haut de page

Notes

1 Aimé-Georges Martimort, Le gallicanisme de Bossuet, Paris, 1953.

2 Ibid., p. 167-168.

3 En 1676. Les dernières années de Bossuet. Journal de Ledieu, éd. Ch. Urbain et E. Levesque, Bruges, 1929, II, p. 297. « Où l'on peut dire qu'il se formait plus de défenseurs de nos Libertés que partout ailleurs ». Lettre d'un abbé à un prélat de la Cour de Rome sur le Décret de l'Inquisition du 7 décembre 1690, Toulouse, 1691, p. 57-58 (à propos du décret anti-janséniste d'Alexandre VIII).

4 Bruno Neveu, « La vie érudite à Paris », dans Érudition et religion aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1994, p. 69. Jacques M. Grès-Gayer, « "L'Aristarque de son siècle", le Dr Jean de Launoy (1601-1678) », dans Jean-Louis Quantin et Jean-Claude Waquet, Papes, princes et savants dans l'Europe moderne. Mélanges à la mémoire de Bruno Neveu, Genève, 2006, p. 269-285.

5 Joannis Launoii, Constantiensis, Parisiensis theologi, Socii Navarrœi, Opera omnia ad selectum ordinem revocata, éd. F. Granet, Cologne, 1731-1732 [abrégé O. o.].

6 310 opuscules disparus. Catalogus variorum opusculorum Joannis Launoii Constantiensis, theologi parisiensis, in O. o., IV-2, p. 482-491.

7 « Docteur des Libertés gallicanes », Mercure Galant, mars 1678, p. 223. « Jurium Ecclesiœ et Regis acerrimus vindex ». Bay le, Dictionnaire, remarque N.

8 Joannis Launoii [...]Epistolarum Pars 1a [8a], Paris, 1667-1673.

9 Epistolœ omnes 8 partibus comprehensœ, nunc demum simul editœ, Cambridge, 1689 [W. Saywell, éd]. O. o., V-l-2.

10 « C'est même comme un miracle que nous ayons ce qu'il a fait imprimer durant sa vie pour la supériorité des conciles et contre l'infaillibilité des papes et sur d'autres sujets de cette nature, et nous le devons à l'invention dont il s'avisa, qui fut de le donner par morceaux dans des lettres qu'il adressait aux uns et aux autres, se délivrant par ce moyen de la servitude insupportable de la censure de certains docteurs de son temps, sans l'agrément desquels nul privilège n'était expédié et qui paraissaient gagés pour arrêter tous les bons livres et faire desespérer les auteurs. » Lettre d'un abbé à un prélat de la Cour de Rome, op. cit., p. 58.

11 Il fait allusion au début de nombreuses lettres à une question soulevée par son interlocuteur, ou à une réponse reçue à une lettre précédente. Ainsi O. o., V-l, p. 93, i-9, À Ch. Fauveau (31 août 1664) : « Obsecras me, cum pro lege amicitiœ nostrœ et pro jure vetustioris in eadem Facilitate magisterii jubere possis, ut ad teperscribam, num Bellarminus [...]sincereproponat statum quœstionis ». O. o., V-l, 1-2, p. 13, À A. Faure (21 sept. 1664).

12 Les docteurs Le Vaillant [70], Le Noir [83], Fortin [177], Breyer [335], Petitpied [322], Faure [325], Marais [353], Ratouyn [351], Roulland [404], Boileau [590] sont parmi les gallicans les plus typés. J. M. Grès-Gayer, Le Gallicanisme de Sorbonne, Paris, 2002, p. 381. On note la tentative d'approche de Gerbais [385], un modéré. O. o., V-l, p. 243, ii-6 (1er jan. 1665). Le n° entre crochets renvoie au tableau des docteurs de la Faculté de théologie de Paris publié dans : Le Gallicanisme de Sorbonne, p. 467-525. Voir en annexe la liste des correspondants.

13 Ainsi la série sur l'indiction et la convocation des conciles [v-l à 11], ou celle sur la présidence des huit premiers conciles généraux [viii-1 à 10]. Dans ces lettres, il renvoie aux précédentes ou futures. Ainsi, O. o., V-l, p. 103, v-7, À G. Voël (30 juin 1666).

14 Sur le parcours universitaire dans la Faculté de Théologie de Paris. J. M. Grès-Gayer, « Tradition et modernité. La réforme des études en Sorbonne (1673-1715) », Revue d'histoire de l'Église de France, t. 88, 2002, p. 341-389.

15 En ces deux occasions, il défendit le pouvoir exclusif du Prince d'établir des empêchements dirimants du mariage, un sujet sur lequel il reviendra plusieurs fois. O.o, I, p. 635. Voir infra, n. 74.

16 « L'Aristarque de son siècle », art. cit., p. 215-211.

17 J. Boileau, Traité des empêchements du mariage, dans J. de Launoy, O. o., IV :2,p. 303.

18 À L. Cousin (12 mai 1677), O. o., V, Supplément-6, 826, où il cite Tertullien [Liber de velandis virginibus, ch. 1] : « Nemo Veritati prœscribere potest, non spatium temporum, non patrocinia personarum, non privilegium regionum », et l'axiome du Droit : « Cursus temporis non mutat substantiam veritatis ». « Veritatis AssertorPerpetuus », disait l'épitaphe refusée par les Minimes. Niceron, Mémoires, XXXII, p. 88.

19 Une seule exception : le P. Vincent Baron, o. p. (1604-1674), qui avait pris la défense de Thomas d'Aquin critiqué par Launoy. O. o., V-2, p. 148-208, v-9, À Th. Fortin (30 août 1666), et 319-411, vi-14, À L. Marais (1er août 1667).

20 O. de la Brosse, le Pape et le concile : la comparaison de leur pouvoir à la veille de la Réforme, Paris, 1965.

21 O. o., V-l, p. 34-47, i-5, À R. Fromentin (28 juin 1664).

22 O. o., V-l, p. 371, iii-5, À M. Le Metayer (5 août 1665) ; ibid., p. 380, 396, iii-7, À Ch. Fauveau (1er sept. 1665) ; ibid., p. 450, 452-454, iv-2, À Fr. Bon (15 oct. 1665). O. o., V-2, p. 183, v-9, À Th. Fortin (30 août 1665).

23 O. o., V-l, iv-5, p. 33, À Fr. Bon (13 juin 1664) avec la citation de Célestin I aux prêtres des Gaules, « hoc verbis quatuor, sed expressis et significantioribus déclarat : Desinat incessere novitas vetustatem. » Aussi, Sixte I à Jean d'Antioche « Nihil ultra liceat novitati, qui nihil adjici convenit vetustati », V-2, p. 218, À H. Montmorin (6 déc. 1666). Citations plusieurs fois reprises, V-2, p. 435, vii-2, À M. Girard (15 oct. 1669) et ibid., p. 685, viii-13, AN. Gatin (22 juin 1673).

24 O. o., V-2, p. 665-695, viii-13, À N. Gatin (22 juin 1673). Dans l'Écriture Ecclesia Dei est Societasfidelium, ibid., p. 667. Chez les Pères et les auteurs ecclésiastiques : « Agregatio, Collectio, Multitudo, Convocatio et surtout Congregatio fidelium ». Ce que le Catéchisme romain (1545) résume : « Fidelium congregatio, quo a Deo ad vitam œterna ordinata & electa est ». Ibid., p. 680.

25 O. o., V-2, p. 684 : « Et Hœc abunde sufficiunt [...] derivatam ab Apostolis definitionem Ecclesiœ ab illustrioribus theologis, & antiques traditionis amatoribus, & tempore Tridentini concilii, & post tempus ejusdem concilii retentam fuisse » Mais Casinius et Bellarmin ont changé cela : « Antiquam definitionem interpolarunt, aut contra bonœ definitionis, vel etiam descriptionis régulas auxerunt, et auctarium suum insigni discordia nobilitarunt. »

26 O. o., V-2, ibid., p. 686 : André Duval, lui-même, n'admet pas cette définition et il s'en tient à la définition classique : « Societasfidelium in vero Dei cultu inter se communicantium ». Il ajoute: « Huic autem aliqui adduntsub unoPastore Christi Vicario, sed hoc magis ad statum Ecclesiœ, quern in novo Testamento a Christo Domino accepit. Prœterea ad statum Ecclesiœ hujus vitœ potius, quam ad ejus essentiam ab unoquoque statu abstrahentem spectat. » IP IP, Tractatus de Fide, art. 1.

27 Le moyen de rectifier les Six propositions que la Faculté de Théologie donna au Roi, l'an 1663, in O. o., IV-2, p. 129.

28 Observations sur l'acte de Vespéries de M. Leullier, Licencié en théologie, qui a été soutenu dans les Ecoles du collège de Sorbonne l'an 1676, le 8 juin, in O. o., I, p. 1009.

29 O. o, V-l, p. 213-242, ii-5, À A. Le Vaillant [70] (1er jan. 1665).

30 Citant S. Cyprien : « Sic dates surit claves Ecclesiœ, sed eas Petrus unus accepit, ut Ecclesiœ unitatem commendaret ». Ibid., O. o., V-l, p. 216, et Optat [Lib. contra Parmenianum] : « Ecclesia corpus est, quod per ilia membra suos actus exercet. [...] Ecclesiam in persona Pétri claves accepisse. Sed ut unitatis negotium formaretur, solus Mas Petrus accepit. » Ibid., p. 217.

31 O. o, V, p. 556, iv-7, À H. Barillon (13 fév. 1666). Il défend en particulier Adrien VI diffamé par les tenants de la Curie romaine : « Nihil prius, nihil carius, nihil antiquius observatione sacrorum Canonum habuit ». Launoy donne une longue série de références, ibid., p. 556-560.

32 O. o., V-l, p. 281-307, iii-3, A Th. Roulland [404] (23 mai 1665).

33 Ibid., p. 309-310. Aussi O. o., V-l, p. 450, iv-2, À François Bon (15 oct. 1665) : « Ecclesia prœceptis Christi, documentis Apostolorum & sacris Conciliorum canonibus regitur et suis tandem limitibus circumscribitur. » Il précise bien que cette « constitutionalité » n'est en aucune manière applicable au pouvoir séculier.

34 « Lex communis Ecclesiœ catholicœ, Evangelium, Apostoli, Prophétie, Canones Spiritu Dei conditi, & totius mundi reverentia consecrata, & décréta SedisApostolicœ ab his non discordantia ». Contre J. David qui attaque S. Cyprien. O. o., II-2, Examen de la Préface et de la Réponse de M. David aux Remarques sur la Dissertation du concile pleinier, dont a parlé S. Augustin en disputant contre lesDonatistes, p. 194.

35 Launoy donne une longue série de références des traditions du Siège apostolique, de Grégoire IX à Innocent I. O. o., V-l, p. 556-560, iv-7, À H. Barillon (13 fév. 1666).

36 O. o., V-l, p. 216, ii-v, À A. le Vaillant (Ier Jan. 1665), s'appuyant sur Optat de Milève. Aussi, p. 222 : « Cyrillus, Hieronymus, Chrisostomus, Ambrosius &Basilius supra laudati loquuntur depotestateEcclesiœ [...] quatenusperprimi et secundi ordinis sacerdotes exercetur ».

37 O. o., V-l, p. 473-474, iv-3, À J. du Moulin (1er nov. 1665) ; V-2, p. 188, v-9, À Th Fortin (30 août 1666) ; V-2, p. 349, vi-14, À L. Marais (1er août 1667), sur la question au concile de Trente.

38 Yves Congar, à propos du gallicanisme, in Catholicisme, IV, col. 1736.

39 O. o., V-l, p. 153, ii-1, À R. Fromentin (24 oct. 1664) : « Id est particularibus Ecclesiis prœesse, ut eas ad sacrorum canonum observationem compellat et cum observare noluerint, ex canonum forma castiget. »

40 Exemple de ce rôle supplétif du pontife romain : si un évêque ne discipline pas un pasteur propre, qui pèche contre le canon de Latran IV [Omnis fidelis], on doit s'adresser au pontife romain, « canonis in orbe christiano vindex atque executor. » Ad explicatam Ecclesiœ traditiones Observatories, in O. o., 1-1, p. 440.

41 Le pape est soumis aux canons des conciles et il doit les suivre dans la direction de l'Église [in regenda ecclesia], il peut cependant s'en écarter [recedere] pour grande nécessité et utilité claire et certaine. Commentarium de Launii vita, IV-2, p. 374.

42 Une série de lettres [vi-1 à 9] fait le point sur la question, in O. o., V-2, p. 208-309. Cf. en particulier la réponse de la Faculté de Théologie de Paris à Charles VIII (1397) qui demandait si l'on pouvait convoquer le concile invito Romano Pontifice : O. o. V-2, p. 220-232, vi-2, à H. L. Montmorin (6 déc. 1666).

43 Une série de lettres [viii-1 à 10] fait le point sur la question : O. o., p. 553-621. « Romana Ecclesia hoc in prœsidendi munere nihil sibi vindicatper Antistitum suorum traditionem, quœ a Constantini estate usque ad Caroli magni tempus decurrit. Hoc prœsidendi munus in prœteritis reliquerunt Gelasius, Vigilius, Pelagius II & alii in professionibus fidei quas ediderunt ; ubi tamen relinquendum non erat, si vere relinqui nequisset. » O. o., V-2, p. 567, viii-1, À R. Fromentin (1er fév. 1673). Ibid., p. 580, viii-3 À G. Grouyn (1er mars 1673)] : Le pape Damase n'a pas présidé le concile de Constantinople, ni même ses légats. Sur ce sujet Bellarmin mêle le vrai et le faux.

44 O. o., V-l, p. 190-213, ii-4, À J. Boileau [590] (18 déc. 1664).

45 Prononcer ex cathedra, c'est le Pape à la tête du concile général. O. o., V-l, p. 361, iii-5, À M. Le Metayer (5 août 1665). Il cite des lettres à Clément V : « His in verbis, Romanum Pontificem e cathedra pronunciare, non est seorsum a Sede sua & Concilio pronunciare, sed una cum Sancta Sede et approbante potissimum concilio pronunciare. » Même les auteurs jésuites le reconnaissent. Launoy cite le De Institutionibus theologicis, du P. Bagot, ibid., p. 516, iv-5, À R. Fromentin (13 déc. 1665) : « Summum Pontificem, ut definiat aliquid infaillibiliter, concilium aliquod seu Synodum audire oportere, nec maie dici tune, ex Sancti Pétri cathedra eum loqui, seu pronuntiare sententiam cum audito Concilio pronuntiat. »

46 Launoy fait le point sur la question, O. o., V-l, p. 370-372, iii-5, À M. Le Metayer (5 août 1665). Pour les auteurs gallicans, à partir du temps de Clément V : « Pontifex in sensu Gallicanes Ecclesiœ loquatur de Pétri cathedra, cum sacro approbante concilio loquitur et res fidei decernit. Gallicana Ecclesia credebat, indeficientis judicii privilegium nonnisi universes Ecclesiœ, cujus caput est Romanus Pontifex, et reprœsentati universam Ecclesiam Concilio datum esse. » Ibid, p. 370.

47 À ce sujet il évoque la « misérable controverse » concernant la deuxième version de la Bible Sixto-Clémentine, où les prescriptions du premier pontife ont tout simplement été supprimées par son successeur : O. o., V-l, p. 45, i-5, À R. Fromentin (28 juin 1664).

48 L'exemple de Jean XXII montre que « Hic Pontifex exemplo suo, eum errare posse qui ex cathedra pronunciat, ut ille contra Romance Ecclesiœ traditionem et fidei symbolum non semelpronunciavit, beatorum animas quamlibert purgatas, Deum ante supremum diem Judicii non esse visuras ». Point développé dans O. o., V-l, p. 11-12, i-1, À A. Faure (1er mai 1664) et ibid., p. 43-45, i-5, À R. Fromentin (28 juin 1664). Dans ce cas, « Ex cathedra loqui vel pronunciare aliud tune nihil erat quam docere, quemadmodum Joannes XXII docebat ita, ut omnes docenti assentirentur. »

49 La Faculté de Paris s'est prononcée à ce sujet lors de la censure de Jean de Monson (1387), en faisant la distinction entre sedes et sedens. O. o., V-l, p. 536, iv-6, À H. Barillon (31 jan. 1666), point développé particulièrement par Gerson, De Examination doctrinarum, ibid., p. 538. Cf. Yves Congar, L'Église de saint Augustin à l'époque moderne, Paris, 1970, p. 398.

50 O. o., V-l, p. 28, i-4, À Fr. Bon (13 juin 1664), p. 28. Première attestation par Léon I au concile de Calcédoine. Cf. Yves Congar, « Titres donnés au Pape », Concilium, 108 (1975), p. 55 : « La formule, en usage à partir du ive siècle désigne l'Église locale de Rome, et cela même au xie siècle chez les hommes de la réforme dite grégorienne. Elle n'a pas le sens d'« universel », mais celui de vraie Église. Elle est équivalente à Romanus Pontifex. [...]Au reste, on la trouve au iiie et ive siècles appliquée aux autres évêques. »

51 O. o.,V-1, ibid., p. 30.

52 Titre rejeté par douze fois par Grégoire I dans le livre IV de sa 32e lettre à l'empereur Maurice, etc. O. o., V-l, ibid., p. 30.

53 O. o., V-l, p. 276-297, iii-2, À M. de Marolles (13 avril 1665). Aussi V-l, p. 152, ii-1, À R. Fromentin (24 oct. 1664).

54 O. o., V-l, p. 299, iii-2, À M. de Marolles (13 avril 1665) : « Titulus hic alter, Christi Vicarius, antiquissimus quidem est, sed eum Hormisda Romanus Pontifex, Patres, Concilia & prœclarissimi quique theologi Sacerdotibus universis attribuunt. »

55 O. o., V-1, ibid., p.279.

56 O. o., V-l, ibid., p.280.

57 « Beati Pétri vicarius ». O. o., V-l, ibid., p. 269-278.

58 O. o., V-1, ibid., v.218.

59 Ils sont successeurs des Apôtres, O. o., V-2, p. 103-106, v-7, À G. Voël (30 juin 1666). Les Pontifes romains les appellent souvent coepiscopus. Ibid., p. 134-147, v-8, À R. Fromentin (13 août 1666).

60 C'est aux évêques [assemblés en concile] à juger des matières de foi et de mœurs et non pas à l'Inquisition romaine. O. o, V-l, p. 454, iv-3, À J. du Moulin (1er nov. 1665).

61 Autorité et droits des métropolitains reconnus par les premiers conciles et confirmés par les papes. O. o, V-2, p. 632-665, viii-12, À L. H. de Gondrin (1er juin 1673).

62 Les décisions des synodes provinciaux n'ont pas besoin de la confirmation pontificale. O. o., V-2, p. 430-440, vii-2, À M. Girard (15 oct. 1670).

63 Launoy intervient contre Sirmond pour Saint-Cyran. Commentarium de Launoii vita compectens, O. o., IV-2, p. 356, citant le Journal des Savants.

64 En particulier dans ses deux lettres contre le P. V. Baron (o. p.). O. o., V-2, p. 155-161, v-9, À Th. Fortin [177] (30 août 1668) et surtout la longue lettre contre la réponse de celui-ci, O. o., V-2, p. 319-411, vi-14, À L. Marais [353] (1er août 1667).

65 Antoine Charlas, Tractatus de Libertatibus Ecclesiae gallicanes, Rome, 1720, I, p. 125 : « Joannes Launoius Doctor Parisiensis richerianœ doctrines sectatorfuisse videtur, vir quidem eruditus, sed censor nimis subtilis. »

66 Malgré la remarque à M. de Marolles, V-l, p. 278, iii-2 : « Sacerdotes esse Christi Vicarios ».

67 Principalement la censure de J. Vernant(1664), V-l, p. 12,i-l, À A. Faure (1er mai 1664) ; V-2, p. 152-153, v-9, À Th. Fortin (30 août 1666).

68 De Scholis celebrioribus (Paris, 1672), O. o., IV-2, p. 118-132.

69 O. o., V-l, p. 215, ii-5, À A. Vaillant (1er j an. 1665).

70 O. o., V-2, vii-7, À Th. Roulland, p. 457-474 (13 juin 1670).

71 O. o., V-2, p. 475-476, vii-8, À Ch. Presty, (Ier juil. 1670).

72 O. o., V-2, p. 494-524, vii-11, À R. Fromentin, (15 juil. 1670). Ce n'est pas l'objet du pouvoir de lier et de délier, partagé d'ailleurs par les évêques et les prêtres.

73 Il s'appuie principalement sur la réponse de la Faculté de Théologie de Paris à Charles VIII (1397). O. o., V-2, p. 220-232, vi-1, À L. H. Montmorin (5 déc. 1666)] ; ibid., p. 251, vi-3, À G. Voël (23 déc. 1666) ; ibid., p. 285-292, vi-7, à L. H. Faye d'Espesse (19 jan 1667) : « Quod Facultas nostra Parisiensis Theologies Carolo Regis VIII super certa quadam universalis Concilii cogendi ratione dédit anno MCCCXCVII. » Le rois ont aussi convoqué des conciles non généraux, V-2, p. 293-295, vi-8, À J. Sainte-Beuve (1er fév. 1667). Ce qui prouve bien ce que Bellarmin met en doute, disputat, que les conciles universels et particuliers ou nationaux ont bien été convoqués par les princes. Ibid., p. 295.

74 Regia in matrimonium Potestas seu Tractatus de jure sœcularium Principum Christianorum in sanciendis impedimentis matrimonium dirimentibus, Paris, 1674, O, o., I, p. 625-882. Observations sur l'acte de VespériesdeM. Leullier, Licencié en théologie, qui a été soutenu dans les écoles du collège de Sorbonne l'an 1676, le 8juin, in O. o., I, p. 1005-1019. Polémique avec D. Galesi, sur sa réponse à Launoy, Erratorum index locupletissimus, in O. o., II, p. 886-1000. J. M. Grès-Gayer « Varieties of Gallicanism. Four Sorbonne Doctors on Diriment Impediments to Matrimony (1674-1691) », The Jurist, t.68,2008, p. 38-52.

75 Le moyen de rectifier les Six propositions, op. cit., in O. o., IV-2, p. 129.

76 Le moyen de rectifier les Six propositions, in O. o., IV-2, p. 129. Il rapporte les censures classiques de la Faculté à ce sujet. Cf. [Louis Ellies Du Pin], Censures et Conclusions de la Sacrée Faculté de Théologie de Paris touchant la souveraineté des rois, la fidélité que leur doivent leurs sujets, la sûreté de leur personne et la tranquilité de l'État, Paris, 17171, 17202.

77 O. o., V-l, p. 261, ii-7, À N. Petitpied (1er mars 1665).

78 Les « crimes » de Bellarmin [crimina quibus Bellarminus sese obstrinxit] : mauvaise foi dans ses citations de textes patristiques, « Gelasium adducit ut Scriptures explicatorem, etiamsi Scriptura, non explicet ». O. o., V-2, p. 124, v-7, À G. Voël (30 juin 1666). Sur l'infaillibilité pontificale : Bellarmin agit de mauvaise foi, au point de ne pas condamner la partialité et la grande iniquité des certains auteurs. Il dissimule l'universalité, l'ancienneté et le consensus des maîtres qui attaquent sa position. Ibid., p. 420, iii-7, À L. Marais (1er sept. 1665).

79 J. M. Grès-Gayer, « L'Aristarque de son siècle », art. cit., p. 277-279.

80 Les Lois de l'Histoire négligées par Bellarmin, O. o., V-2, vii-9, À L. Marais (20 juin 1670), p. 477-493 ; négligées par Baronius,/fa'rf., p. 456,vii-7,À J. Roulland (13 juin. 1670), ibid., p. 579-580, viii-3, À G. Grouyn (1er mars 1673). Aussi, De auctore veroprofessionisfidei, in O. o., II-2, p. 304. « L'Aristarque de son siècle », art. cit., p. 279.

81 Les Lois de la théologie exprimées par S. Thomas [S. T., P Pars, qu. I, art. vii ad 2], ne sont pas observées par le Fr. V. Baron (auteur des Libri quinque apologetici pro religione, Paris, 1666), défenseur de Cajetan contre les Parisiens, « vel qui ignorat, vel qui dissimulat ». O. o., V-2, p. 181, v-9, À Th. Fortin (30 août 1676). « Primum verœ theologies principium : Scripturœ locum adferre, quijuxta unanimum consensus Patrum acceptus. » Ibid., p. 220, vi-1, À L. H. Montmorin (5 déc. 1666), à propos de l'indiction d'un concile, par l'empereur ou le pape.

82 De auctoritate negantis argumentis Dissertatio (1650), in O. o., II-1, p. 1 -43. Cf. la Préface dédiée à César d'Estrées : « In omni quœ agitatur quœstione, statim de antiquitate ac novitate rei disceptatur ; ac si absit antiquitas, inficialia argumenta proferuntur. »

83 « L'état de la question consiste à savoir si le silence des auteurs contemporains et de ceux qui les ont suivis sur un fait est une preuve de fausseté de ce fait quand il n'est rapporté que par des auteurs qui ont vécu longtemps après et qui ne l'appuient sur l'autorité d'aucun ancien. » Louis Ellies Du Pin, Bibliothèque des Auteurs Ecclésiastiques du xviie siècle, III, p. 120.

84 « Juxta unanimum consensum Patrum acceptus ». O. o., V-2, p. 71-72, v-6, À J. Boileau (13 avr. 1666).

85 Bernard Plongeron, « Une image de l'Église d'après les Nouvelles Ecclésiastiques (1728-1790) », Revue d'Histoire de l'Eglise de France, t. 53, 1967, p 248-268. Chantai Van der Plancke, « Une conscience d'Église à travers la catéchèse janséniste aux viiie siècle », Revue d'Histoire ecclésiastique, t. 72, 1972, p. 134-175. J. M. Grès-Gayer, « Le gallicanisme de L. Ellies Du Pin », Lias, t. 18, 1991, p. 36-87 ; id. « Le gallicanisme d'A. Arnauld. Éléments d'une enquête », Chroniques de Port-Royal, t. 44, 1995, p. 31-51 ; id., « L'idée d'Église selon les Jansénistes et les Protestants », Chroniques de Port-Royal, t. 47, 1998, p. 35-56.

86 O. o., 1-2, p. 1007. In actu Vesper. D. Leullieri Observationes.

87 Il n'a pas vécu pour connaître la réponse de J. Leullier à ses critiques, ni les efforts de J. Gerbais pour présenter une position médiane sur les empêchements dirimants. J. Boileau a tenté de le défendre, tout en reconnaissant les excès de sa position. Jules Basdevant, Des rapports de l'Eglise et de l'Etat dans la législation du mariage, du Concile de Trente au Code civil, Paris, 1900. J. M. Grès-Gayer, « Varieties of Gallicanism », The Jurist, art. cit., p. 42-46.

88 Hormis la censure de l'apologie du laxisme par Amadeus Guimenius. O. o., V-l, p. 507, iv-5, À R. Fromentin (13 déc. 1665) ; ibid, V-2, p. 197, v-9, À Th. Fortin (1er sept. 1666) ; ibid., p. 330-331, vi-14, À L. Marais (1er août 1667).

89 Mémoires de G. Hermant, III, p. 361 : « M. de Launoy, docteur de Paris qui s'est toujours maintenu dans la possession de dire et d'écrire fort librement ses pensées, ne fut pas fort touché de cette constitution [Ad Sacram (1657)] qui faisait un si grand éclat dans le royaume et que le Nonce avait gardée si longtemps [...] il écrivit le 6 avril à M. de Gives, avocat du roi au présidial d'Orléans : Nous avons ici une bulle d'Alexandre VII où il y a des fautes considérables [...] Entre autres choses, il dit qu'il était in minoribus constitutus, au temps qu'il était évêque, d'où il s'ensuit que quand il appelle les évêques ses frères, il faut entendre que ce sont des frères mineurs. » Aussi sur Cum ad aures du même, O. o., IV-5, p. 512 : « Alexander VII, intelligens suis auribus, non oculis impositum esse, cum adaures, inquit, nostras pervenit, Inquisitionis decretum approbat. »

90 Surtout Adrien VI. O. o., V-l, p. 43-45, 1-5, À R. Fromentin (28 juin 1664) : il reconnaît que les papes ont erré sur la foi. Ibid., p. 544-562, iv-7, À H. Barillon (13 fév. 1666). Il le défend contre le jugement du cardinal Pallavicini [fu ecclesiastico ottimo, Pontefice in verita mediocre] « et alios aulœ sectatores qui Hadrianum ad regendam Sedem Apostolicam minus idoneum fuisse calumniantur. » Ibid., p. 544. Adrien VI n'a fait que mettre en pratique ce qu'il enseignait à Louvain.

91 En plus de l'édition anglicane de ses Lettres, leur analyse détaillée par J. le Clerc, Bibliothèque universelle et historique, (1690), p. 237-287, lui a fait beaucoup de tort. Cf. BnF, ms. fr. 22850, f 77, Launoii Encomia ab Hœreticis.

92 Chassé de Navarre pour avoir scandalisé les bacheliers, expulsé de la Faculté pour avoir par principe refusé de condamner Arnauld. J. M. Grès-Gayer, « L'Aristarque de son siècle », art. cit., p. 272-274.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Grès-Gayer, « L'électron libre du gallicanisme : Jean de Launoy (1601-1678) », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2009, 517-543.

Référence électronique

Jacques Grès-Gayer, « L'électron libre du gallicanisme : Jean de Launoy (1601-1678) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rhr.revues.org/7284 ; DOI : 10.4000/rhr.7284

Haut de page

Auteur

Jacques Grès-Gayer

The Catholic University of America, Washington D.C.
gresgayer@cua.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org