Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Augustin au xviie siècle. Actes du colloque organisé par Carlo Ossola au Collège de France les 30 septembre et 1er octobre 2004, textes réunis par Laurence Devillairs

Florence, Leo S. Olschki, 2007, XVIII-300 p., 24 cm, 34 € (« Biblioteca della Rivista di Storia e Letteratura religiosa, Studi », 19)
François Trémolières
p. 656-657
Référence(s) :

Augustin au xviie siècle. Actes du colloque organisé par Carlo Ossola au Collège de France les 30 septembre et 1er octobre 2004, textes réunis par Laurence Devillairs. Florence, Leo S. Olschki, 2007, XVIII-300 p., 24 cm, 34 € (« Biblioteca della Rivista di Storia e Letteratura religiosa, Studi », 19).

Texte intégral

1Prenant la suite du remarquable colloque de Wolfenbüttel : Augustinus in der Neuzeit (1996, actes publiés chez Brepols en 1998 par Dominique de Courcelles et Kurt Flasch), ce volume réunit les actes d’un colloque international organisé par la chaire « Littératures modernes de l’Europe néolatine » du Collège de France, avec le soutien des Archives de France, à l’occasion des 1750 ans de la naissance d’Augustin (354), rassemblant historiens, philosophes et littéraires (manquent les textes des communications de Goulven Madec, Jean Mesnard et Jean-Luc Marion). Toutes les contributions sont en français. Après un bref avant-propos du maître d’œuvre, le Pr Ossola (auteur aussi d’une méditation savante qui clôt le livre : « Augustinus sine tempore traditus »), le recueil s’ouvre par les allocutions du Cardinal Lustiger, de Mme de Boisdeffre et de Mgr Tessier.

2L’étude inaugurale, celle de Jean-Louis Quantin, offre une synthèse magistrale sur la question décisive du corpus augustinien au xviie siècle. Quels Augustins, en effet, ont lu ou pu lire Descartes, Arnauld, Fénelon, Jansénius, Pascal ? De quelles éditions disposaient-ils et dans quels contextes les ont-ils reçus ? Il s’agit de la construction d’un « canon », où la dimension critique et philologique n’est pas séparable d’enjeux théologiques, amplifiés dans les querelles autour de l’Augustinus.

3D’autres contributions s’attachent à l’influence des œuvres majeures : la Cité de Dieu (Gérard Ferreyrolles) et les Confessions (C. Ossola pour la France et l’Italie, via l’exemple des Plus tendres sentiments d’un cœur envers Dieu ; Brian Stock pour le domaine anglais) ; à la portée philosophique d’Augustin, chez ceux qui s’en réclament (Fénelon) ou s’y opposent – Descartes, dont « l’innéisme » est étudié par Emanuela Scribano, à rebours du commentaire classique de Gilson, comme un « anti-augustinisme ». Plus paradoxal encore, Vincent Carraud s’attache à démontrer « l’anti-augustinisme de Pascal », reprenant les conclusions de son Pascal et la philosophie (1992) sur la méconnaissance en réalité qu’aurait Pascal notamment de la Cité de Dieu (lue à travers Montaigne) et des cogito augustiniens – méconnaissance qui relève selon lui d’une divergence de fond, que d’évidentes dettes par ailleurs (voir le Pascal et saint Augustin de Philippe Sellier, 2e éd. 1995) ne sauraient dissimuler.

4Martine Pécharman reprend elle aussi une question très rebattue : « l’analyse augustinienne du langage » dans la Grammaire et la Logique dites de Port-Royal, qu’elle renouvelle par le recours précis aux textes. Au lieu que l’étude du P. Armogathe explore un aspect au contraire quasi occulté : celui de la physique, et la contribution d’Augustin à l’émergence de nouvelles « théories de la lumière », chez Malebranche en particulier.

5Dans la spiritualité française du xviie siècle, l’importance de la volonté (L. Devillairs) et du « cœur » (Hélène Michon) est rapportée ici à ses sources augustiniennes. Signalons enfin la belle étude de Benedetta Papasogli, « Abscondita memoriae » ; elle conclut à une présence paradoxale du thème augustinien de la mémoire : associé à des anthropologies qui lui sont étrangères, le voici exhibé sans être compris, « comme l’on porte avec amour des bijoux de famille dont on ne comprend pas la valeur » – sorte de trésor que la recherche paraît exhumer, et qui survivrait ainsi, ou revivrait, dans la psychologie moderne de l’inconscient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Trémolières, « Augustin au xviie siècle. Actes du colloque organisé par Carlo Ossola au Collège de France les 30 septembre et 1er octobre 2004, textes réunis par Laurence Devillairs », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2009, 656-657.

Référence électronique

François Trémolières, « Augustin au xviie siècle. Actes du colloque organisé par Carlo Ossola au Collège de France les 30 septembre et 1er octobre 2004, textes réunis par Laurence Devillairs », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 21 juin 2017. URL : http://rhr.revues.org/7306

Haut de page

Auteur

François Trémolières

Université de Paris Ouest – Nanterre La Défense.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org