Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Massignon - Abd-el-Jalil : parrain et filleul, 1926-1962

Correspondance rassemblée et annotée par Françoise Jacquin ; préface par Maurice Borrmans. Paris, Le Cerf, 2007, 298 p., pl., 24 cm (« Histoire »)
Pierre Lory
p. 285-287
Référence(s) :

Massignon - Abd-el-Jalil : parrain et filleul, 1926-1962. Correspondance rassemblée et annotée par Françoise Jacquin ; préface par Maurice Borrmans. Paris, Le Cerf, 2007, 298 p., pl., 24 cm (« Histoire »).

Texte intégral

1L'action, les écrits et la personnalité de Louis Massignon ont dès son vivant largement dépassé le cadre des études arabes et islamiques. Militant humaniste, intellectuel catholique engagé, il a en effet exercé une influence profonde sur nombre de ses contemporains. Celle-ci a déjà été l'objet de nombreuses études consacrées à la biographie de Massignon (notamment : Guy Harpigny, 1981 ; Vincent Monteil, 1987 ; Christian Destremeau et Jean Moncelon, 1994) à ses relations avec l'islam (Pierre Rocalve, 1993), avec des contemporains (Massignon, Cahiers de l'Herne, 1970 ; volumes collectifs sous la direction de Daniel Massignon, 1987 et 1996, et de Jacques Keryell, 1997 et 1999). D'importants éléments de sa correspondance ont été publiés, notamment de celle avec Claudel (1973, par Michel Malicet), Mary Kahil (1987, par J. Keryell), Charles de Foucauld (Jean-François Six, 1993). Mentionnons enfin le beau Massignon intérieur de Patrick Laude (2001), sur la pensée religieuse du grand orientaliste ; tout ceci ne représentant qu'une partie de la bibliographie à son sujet. Le recueil de lettres échangées publié sous ce titre Parrain et filleul présente toutefois un apport nouveau et d'un intérêt réel. Le correspondant de Massignon est ici une personnalité assez hors du commun. Mohammed Abd-el-Jalil, jeune marocain venu étudier à Paris en 1925, y suivit entre autres les cours de L. Massignon et de Jacques Maritain II devint catholique en 1928, Massignon étant son parrain. Il entra peu après dans l'ordre des Franciscains. Le parcours de sa conversion, si totale, ne l'a pas empêché d'effectuer des travaux d'érudition - notamment sur le mystique martyre 'Ayn al-Qudât Hamadânî, exécuté en 1131 et dont le destin et l'œuvre rappellent tant Hallâj. Jean-Mohammed Abd el-Jalil a en outre écrit des ouvrages et de nombreux articles sur la culture arabe et la spiritualité islamique pour un public plus large. Il a donné fréquemment des conférences, œuvrant toute sa vie durant pour le dialogue islamo-chrétien à une époque très tendue où cela demandait une « foi » certaine. Il quitta ce monde en 1979.

2Le volume est globalement déséquilibré en faveur de Massignon. Les lettres de Abd-el-Jalil sont malheureusement peu nombreuses (84, contre 277 de Massignon). Elles sont suffisantes cependant pour donner une idée claire de la ferveur religieuse et de l'amitié mêlée de respect réciproque et de préoccupations intellectuelles de haut niveau qui liait les deux personnes. Abd-el-Jalil vouait une admiration sensible à son aîné et professeur. Massignon, ayant renoncé à contre-cœur à la vie religieuse consacrée, voyait en Abd-el-Jalil un homme accompli dans l'engagement chrétien, une manière de modèle en quelque sorte. Quant au contenu même de la correspondance, il est de portée variable. S'agissant d'une édition intégrale des courriers conservés, l'intérêt de chaque lettre varie beaucoup en fonction des situations. De nombreux courriers font état de problèmes de documentation universitaire : les livres arabes étaient rares et bien difficiles à se procurer à cette époque. Il est souvent question de nouvelles concernant les familles (le frère de Mohammed Abd-el-Jalil était un dirigeant important du parti Istiqlal), la santé, les connaissances communes, certains problèmes précis relatifs à l'organisation de l'association islamo-chrétienne Badaliyya fondée par L. Massignon et M. Kahil, et qui intéresseront surtout les lecteurs amis de Massignon et de son école. D'autres présentent un intérêt plus large. Massignon écrivait beaucoup, et avec passion, à propos de questions religieuses fondamentales, touchant notamment les implications théologiques de la reconnaissance par l'Eglise de la valeur de la spiritualité en islam : « J'avoue moi-même ne pas arriver à me consoler de la bêtise de certains écrivains catholiques, même en l'envisageant comme une pénitence » (lettre du 7/6/1931). On trouve dans l'ouvrage de nombreuses formules fulgurantes propres à son tempérament à vif. Le ton des lettres devient aussi passionné au moment de la décolonisation, au Maroc comme en Algérie, ou bien à propos du sort des réfugiés palestiniens. Massignon s'indigne, fulmine contre le cynisme et l'aveuglement des politiciens français et de certains membres du clergé, contre l'exploitation matérielle des populations nord-africaines : « Le cardinal Tisserant oublie que le pouvoir des clés n'est pas à sens unique et que le salut éternel des juges dépend du pardon des victimes » (lettre du 12/10/1957). Paradoxalement, le ton de Abd-el-Jalil est plus modéré, même si c'est pour exprimer sa douleur et son anxiété. Ainsi exprime-t-il son désir « de réellement échapper à une atmosphère que, parfois, je trouve étouffante à Paris (...) Je me suis senti plus libre au Caire et à Téhéran, malgré les risques (et l'heureuse possibilité du martyre). Les musulmans se placent sur un autre plan, celui de la foi : ils sont sûrs d'eux-mêmes et à mon égard ils se méfient moins. Je trouve que beaucoup de chrétiens se placent uniquement sur le plan temporel (...). Ils prennent une attitude d'ennemi qui finirait par leur créer de vrais ennemis » (lettre du 12/9/1951).

3Au total, nous avons affaire ici à des témoignages humains qui ont souvent peu vieilli. On a souvent remarqué à quel point la guerre d'Algérie était peu achevée, combien les rapports avec le monde musulman restent lourds de non dits et de peurs réciproques. La ferveur des deux auteurs en présence rappelle combien nul homme digne de ce nom ne peut esquiver déchirements et douleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lory, « Massignon - Abd-el-Jalil : parrain et filleul, 1926-1962 », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2009, 285-287.

Référence électronique

Pierre Lory, « Massignon - Abd-el-Jalil : parrain et filleul, 1926-1962 », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 12 janvier 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rhr.revues.org/7416

Haut de page

Auteur

Pierre Lory

Institut français du Proche-Orient, Damas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org