Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Evangelio de Judas, versión directa del copto, estudio y comentario de José Montserrat Torrents

Madrid, Edaf, 2006, 198 p., 22 cm (« Arca de sabiduría »), 32 €.
André Gagné
p. 651-654
Référence(s) :

Evangelio de Judas, versión directa del copto, estudio y comentario de José Montserrat Torrents, Madrid, Edaf, 2006, 198 p., 22 cm (« Arca de sabiduría »), 32 €.

Texte intégral

1La réputation de José Montserrat Torrents (= JMT) en ce qui concerne l’étude du gnosticisme n’est plus à faire. Son ouvrage en deux volumes, Los gnósticos, publiés en 1983 (voir le compte rendu d’Alain Le Boulluec, publié dans cette même revue, RHR 1985-3, p. 311), a laissé son empreinte dans la recherche scientifique contemporaine. Il n’est donc pas étonnant que l’auteur ait entrepris d’écrire sur l’Évangile de Judas (EvJud), un mois après le tapage médiatique ayant entouré la découverte du codex Tchacos en avril 2006. Cet ouvrage est donc un des premiers commentaires sur l’EvJud. Signalons d’emblée que l’auteur fonde sa traduction sur l’édition du texte copte établie par R. Kasser, M. Meyer, G. Wurst et F. Gaudard, disponible sur le site Web de la National Geographic Society (= NGS) dès avril 2006. De ce fait, JMT n’avait pas accès à la nouvelle édition critique du codex Tchacos publiée par la NGS en 2007, ainsi qu’à la réédition en 2008 de l’ouvrage The Gospel of Judas paru initialement en 2006, ni à aucune autre édition récente comme celle de J. Brankaer et H.-G. Bethge, Codex Tchacos : Texte und Analysen, Berlin, Walter de Gruyter, 2007.

2Cette monographie se divise en quatre parties : (1) introduction générale ; (2) traduction de l’EvJud ; (3) commentaire de l’EvJud ; (4) essai sur la figure littéraire et historique de Judas. Dans la préface à son livre, JMT affirme que le contenu doctrinal de l’EvJud s’apparente au courant gnostique séthien.

3L’introduction générale qui, à elle seule, mérite l’achat du volume, permet au lecteur non spécialisé en littérature apocryphe et en gnosticisme de saisir les paramètres d’un tel corpus et d’apprécier les subtilités de ce courant religieux des premiers temps du christianisme. Cette introduction se divise elle-même en quatre sections.

4Premièrement, l’auteur offre des précisions sur les « écrits apocryphes chrétiens » et affirme que l’on ne peut faire de distinction entre des textes « canoniques » et « extra-canoniques ». C’est aussi avec raison qu’il réfute l’idée selon laquelle les apocryphes sont des textes « non authentiques ». Certes, il existe des textes authentiques, c’est-à-dire des textes sur l’origine desquels il y a consensus parmi les spécialistes (par exemple, les épîtres authentiques de Paul). Mais plusieurs textes chrétiens sont anonymes. Même si personne ne peut dire avec certitude qui a composé les évangiles canoniques, on ne saurait nier pour autant leur valeur pour notre connaissance des origines du christianisme. Il en est de même pour les écrits apocryphes ; ils constituent une source d’information précieuse pour l’histoire du mouvement chrétien primitif. Deuxièmement, l’auteur s’efforce de définir les concepts de « gnose » et de « gnosticisme ». Selon lui, ce dernier désigne le système religieux d’un groupe juif ou chrétien de l’antiquité. La troisième section de l’introduction générale traite des principaux thèmes gnostiques développés dans l’EvJud (le Premier Principe ; la cosmologie ; l’anthropologie). On retiendra que l’élaboration du mythe des origines est des plus réussies. L’auteur est aussi d’avis que les textes séthiens de Nag Hammadi permettent de tirer une passerelle entre la spéculation juive hellénistique et les premiers balbutiements du trinitarisme chrétien. Pour ce qui est de la cosmologie et de l’anthropologie, l’ouvrage met l’accent sur la conception gnostique du monde matériel, la sphère du démiurge et la classification tripartite de l’humanité (spirituel, psychique et terrestre). La quatrième et dernière section de l’introduction générale porte sur la description du codex Tchacos et de son contenu, ainsi que sur l’histoire de la découverte, la langue du manuscrit et la mention de l’EvJud par Irénée de Lyon (iie siècle).

5Les deuxième et troisième parties de l’ouvrage présentent une traduction espagnole du texte copte, ainsi qu’un commentaire suivi de l’EvJud. Après la parution de l’édition de la NGS, plusieurs spécialistes ont fait leur propre traduction de l’EvJud et du reste du codex Tchacos. Certaines traductions de Kasser, Meyer, Wurst et Gaudard ont d’ailleurs été remises en cause. De toute évidence, l’auteur ne prend pas en compte les ajustements subséquents effectués par les premiers éditeurs. Le lecteur doit être néanmoins informé de quelques problèmes de traduction relevés par les chercheurs. Il y a d’abord en EvJud 33,1, le terme gréco-copte apophasis, que JMT traduit par révélation, tout en précisant que ce mot signifie littéralement déclaration. Cette traduction repose principalement sur une référence à l’Apophasis mégalé de Simon le Mage dans la Refutatio, que certains attribuent à Hippolyte de Rome. Dans un article intitulé “A Critical Note on the Meaning of ⲁⲡⲟⲫⲁⲥⲓⲥ in Gospel of Judas 33 :1”, Laval théologique et philosophique 63.2 (2007) 377-383, l’auteur de la présente recension a tenté de démontrer que le terme apophasis signifie d’abord déni, négation, rejet ou exclusion. La traduction retenue influe nécessairement sur l’interprétation du texte. Si on comprend l’apophasis de l’EvJud comme un déni ou une exclusion, il faudrait alors traduire les premières lignes comme suit : La parole secrète du déni / de l’exclusion que Jésus a fait[e] à Judas l’Iscariote. Une telle traduction oriente la lecture du texte dans une direction différente de celle proposée par l’équipe éditoriale de la NGS. Ce que Jésus révèle à Judas, c’est avant tout son exclusion du salut. Cela expliquerait pourquoi Judas livre Jésus aux autorités juives dans la finale du texte : il se venge du maître en raison de son exclusion de la sainte génération. Une telle compréhension de la destinée et du rôle de Judas diffère de celle qu’en a JMT. Pour lui, l’Iscariote est le chef d’une nouvelle classe d’élus (les gnostiques) et bénéficie d’une révélation des mystères du Royaume en vue du salut. D’autres spécialistes, comme L. Painchaud (« À propos de la (re)découverte de l’Évangile de Judas », Laval théologique et philosophique 62.3 (2006) 553-568) et A. D. DeConick (The Thirteenth Apostle : What the Gospel of Judas Really Says. Continuum, Londres, 2007), ne partagent pas cette vision de la figure de Judas. On pourrait aussi interroger la traduction du terme daimōn par le vocable esprit en EvJud 44,21. Cette manière de rendre le copte correspond à la première traduction de l’équipe de la NGS parue en avril 2006. Depuis lors, certains chercheurs, tels Painchaud (2006), Gagné (2007) et DeConick (2007), ont préféré traduire l’expression par démon, renforçant ainsi la caractérisation négative de la figure de Judas dans l’évangile en question. Une dernière remarque s’impose quant à la traduction de JMT et de l’évaluation positive qu’il fait de l’Iscariote dans l’EvJud. Comment peut-il traduire je akporjet etgenea etemmau par : “Pues me has separado de aquella generación” (EvJud 46,17-18), s’il considère Judas Iscariote comme la représentation du parfait gnostique ? La traduction de cette phrase ne colle pas avec une évaluation positive de la figure de l’Iscariote. Même si le copte est traduit de façon convenable, l’interprétation de la figure de Judas pose problème. En réalisant qu’il n’accédera pas au lieu de la sainte génération, l’Iscariote fait état de sa déception et demande pourquoi il en a été écarté. Si Judas est l’emblème du gnostique accompli, pourquoi exprime-t-il son regret et pourquoi est-il séparé de la sainte génération ? En 2006, les éditeurs de l’EvJud avaient traduit : “For you have separated me for that generation”. La traduction française de R. Kasser dans l’édition critique de la NGS (2007) de même que la réédition anglaise du volume The Gospel of Judas (2008) ont corrigé comme suit : « … dans le fait que tu m’aies séparé de cette génération-là » (“… for you have separated me from that generation”).

6Dans la troisième partie de l’ouvrage, l’auteur explique le sens de l’EvJud en mettant en rapport des thèmes analogues trouvés dans les textes gnostiques et chez les Pères de l’Église. Ces renvois à la littérature gnostique et patristique sont d’une utilité certaine, mais passent parfois à côté de l’interprétation du texte lui-même. Il importe, certes, de déceler le cadre doctrinal de l’EvJud, mais cette opération doit suivre l’analyse littéraire plutôt que la précéder, sinon il y a risque d’appliquer une grille d’interprétation ne correspondant pas aux visées du texte. Ainsi, une étude plus pointue de la caractérisation de la figure de Judas aurait pu conduire à d’autres conclusions.

7La quatrième et dernière partie de l’ouvrage est consacrée à l’examen de la figure littéraire et historique de Judas. L’auteur s’intéresse à la manière dont l’Iscariote est dépeint dans les évangiles canoniques et conclut que l’EvJud ne dit rien d’« historique » sur le personnage en question. Cet évangile apocryphe s’attarde plutôt sur les conflits théologiques opposant les premières communautés chrétiennes.

8Malgré les petits bémols mentionnés ci-dessus, JMT fait preuve d’une connaissance approfondie du gnosticisme et des écrits se réclamant de ce courant religieux. Tout lecteur qui souhaite acquérir une meilleure connaissance du milieu de production des textes gnostiques, tels que l’EvJud, sera généreusement servi par cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Gagné, « Evangelio de Judas, versión directa del copto, estudio y comentario de José Montserrat Torrents », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2009, 651-654.

Référence électronique

André Gagné, « Evangelio de Judas, versión directa del copto, estudio y comentario de José Montserrat Torrents », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rhr.revues.org/7548

Haut de page

Auteur

André Gagné

Concordia University, Montreal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org