Navigation – Plan du site
Dissimulation et ontologie des groupes sociaux

« Dieu vous bénisse et vous protège ! ». La correspondance secrète du chef de la mafia sicilienne Bernardo Provenzano (1993-2006)

“May God bless you and protect you !”. Sicilian Mafia Boss Bernardo Provenzano’s Secret Correspondence (1993-2006)
Deborah Puccio-Den
p. 307-326

Résumés

« Dieu vous bénisse et vous protège ! » C’est par cette formule que s’achèvent toutes les lettres envoyées par Bernardo Provenzano aux différents membres de l’association mafieuse Cosa nostra, pendant la période où il la dirigea, de 1993 à 2006. Ces textes secrets, aujourd’hui disponibles pour les chercheurs, nous incitent à poser plusieurs questions. À travers quelles stratégies cet homme sanguinaire s’est-il imposé comme le chef charismatique de la mafia sicilienne ? Quel usage de l’écriture a permis à Provenzano de devenir omniscient et omnipuissant ? Comment ce « mafieux » a-t-il manipulé les pouvoirs de l’écrit pour construire son autorité spirituelle ? À travers ce corpus épistolaire, c’est aussi le lien paradoxal entre mafia et religion que cette étude voudrait contribuer à éclairer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georg Simmel, Secret et sociétés secrètes, Strasbourg, Circé, 1996.

1Dans Secret et sociétés secrètes1, Georg Simmel s’interroge sur la transmission interpersonnelle des informations au sein de groupes sociaux – telles les « sociétés secrètes » – d’où les textes sont bannis, exclusion faite des aide-mémoires produits, justement, par l’interdiction d’écrire. Le sociologue allemand postule que c’est, précisément, cette absence de « textes objectifs » qui crée des relations étroites entre les membres de ce type de société, en reliant chacun d’entre eux à l’autorité qui émet et transmet oralement des normes morales. La force de ces relations interpersonnelles – parmi les membres ou entre chaque membre et son chef – rendrait inutile la fixation des contenus par écrit. Dans ces conditions, soutient-il, la présence de textes risquerait même de dissoudre le lien social.

  • 2 Comme l’a précisé le repenti Tommaso Buscetta : « Le mot “mafia” est une création littéraire. Les v (...)

2Les échanges de lettres, appelées pizzini, que les membres de l’association secrète de type mafieux nommée Cosa nostra2 ont entretenus avec Bernardo Provenzano, durant la période où il en assura la direction, de 1993 à 2006, suggèrent, au contraire, que la vie en clandestinité implique la nécessité de produire, de transmettre et de faire circuler secrètement des messages écrits. Il est vrai que Simmel ménage une place à part au commerce épistolaire, mais il le fait en vertu du rapport singulier que la lettre instaure entre le mandataire et le destinataire – rapport, affirme-t-il, entre deux subjectivités différenciant cette forme de communication personnelle de l’objectivité du texte. Les pratiques que nous examinerons dans cet article contredisent ce principe, car elles instaurent un usage collectif de l’écriture qui, tout en gardant son caractère secret, n’en reste pas moins objectif (au moins dans l’intention du scripteur). Elles montrent que les écrits, loin de dissoudre le lien social, sont les supports de toutes les activités et transactions qui lient les mafieux entre eux et les relient à leur chef.

  • 3 Je remercie vivement le substitut du procureur Maurizio De Lucia, magistrat ayant participé aux enq (...)
  • 4 La théorie de la performativité du langage (John Langshaw Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Se (...)

3À partir de ces documents, inédits en France3, nous nous interrogerons sur les stratégies épistolaires que celui qui fut le centre propulseur de cette correspondance a mobilisées pour fabriquer les instruments de son pouvoir et sur l’efficacité sociale de ce recours à l’écrit pour exercer une autorité de type spirituel au sein de l’association Cosa nostra. Ce sera là une manière d’éprouver, dans le cadre théorique de la performativité du langage, la place que tient l’écriture, et particulièrement l’écriture épistolaire comme un mode d’action politique4.

La mafia : une société « sans écriture » ?

4Selon la reconstruction judiciaire effectuée en 1986, à l’occasion du Maxi-processo – premier procès intenté aux membres de l’association de type mafieux Cosa nostra –, cette dernière est définie comme une société secrète dépourvue de statuts et de listes d’appartenance, disciplinée par des règles qui se transmettent oralement. Jusqu’au début des années 1990, pour les affiliés de cette organisation secrète, mettre par écrit la nature, la structure et le caractère hiérarchisé de la mafia sicilienne – comme magistrats, journalistes et législateurs ont essayé de le faire à leur corps défendant – était un acte d’agression qui méritait d’être puni par la mort. Aussi, à l’intérieur de Cosa nostra, les transgressions à l’impératif du non écrire ont-elles été sévèrement sanctionnées.

  • 5 Daniel Fabre, « Seize terrains d’écriture », in Daniel Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écri (...)
  • 6 Sur l’écriture comme élément fondamental du « grand partage » entre primitifs et civilisés, voir Gé (...)
  • 7 Sur la force performative de ce signe : Béatrice Fraenkel, La Signature. Genèse d’un signe, Paris, (...)

5Or, s’il est vrai que « la vie sociale est dans l’écriture5 », la répulsion que les « hommes d’honneur » semblaient éprouver à l’égard de l’écrit a été la pierre angulaire de la construction de la mafia en « barbarie » ou en « subculture ». Ainsi, au lieu d’être pensés dans leurs relations, Cosa nostra et l’État italien ont été renvoyés dos à dos, telles des civilisations « sans » ou « avec écriture ». La conséquence de l’application de ce « grand partage6 », conçu pour distinguer les sociétés occidentales des sociétés exotiques, à deux institutions coexistant dans le même espace, a été l’archaïsation de la mafia. Cette opération, idéologique et politique à la fois, a empêché d’apercevoir les échanges reliant des formes sociales qui, pour se combattre, ont besoin de se connaître mutuellement, parfois même de s’adapter l’une à l’autre. Ainsi, à l’opposé de l’institution judiciaire, temple de l’écrit, la mafia a-t-elle été décrite comme le sanctuaire de l’oralité, tout comme le mafieux, illettré, si ce n’est analphabète, a été opposé au magistrat, homme de cet univers lettré par excellence qu’est le droit écrit. On a donc affirmé qu’au sein de Cosa nostra, seule la parole donnée, la « parole d’honneur », engage à vie. Pourtant, le rite d’initiation mafieux est calqué sur le mythe qui confère à la signature son caractère performatif7 et sa valeur métaphysique : le pacte avec le diable. Voyons cela de plus près avant de déterminer comment la manipulation mafieuse de l’écriture s’est articulée aux modalités de communication orales pour définir une nouvelle forme de « pacte » et un nouveau statut de chef au sein de Cosa nostra.

De l’initiation

  • 8 On nomme « repentis » les « hommes d’honneur » qui, reniant leur passé, collaborent avec la justice

6Ce fut au même juge, Giovanni Falcone, qui, dans la perspective de rendre intelligible la logique des actes mafieux, prit le premier au sérieux les aveux des « repentis8 », d’opérer un renversement de regard sur ce rituel dont une très vaste littérature assimilant Cosa nostra à une société « primitive » avait pointé le caractère « superstitieux » :

  • 9 Giovanni Falcone, Marcelle Padovani, Cose di Cosa nostra, Milan, Rizzoli, 1991, p. 94. Toutes les t (...)

On peut en sourire comme d’un cérémonial archaïque ou le considérer comme une véritable farce. Il s’agit, au contraire d’un fait extrêmement sérieux, qui imprègne l’initié pour toute sa vie. Entrer dans la mafia équivaut à se convertir à une religion : on ne cesse jamais d’être prêtre, ni mafieux9.

7Vérifions la pertinence de cette assertion en examinant l’initiation du repenti Antonino Calderone. La scène se déroule à Catane, en 1962. Chaque candidat est accompagné par son « parrain », personnage qui effectue les gestes rituels :

  • 10 Pino Arlacchi, Gli uomini del disonore. La mafia siciliana nella vita del grande pentito Antonino C (...)

L’oncle Peppino demanda à Calderone : – Avec quelle main tires-tu ? – et il piqua avec une épingle à nourrice l’index de la main qu’il lui avait indiquée, afin de verser quelques gouttes de son sang sur une petite image sacrée : c’était la Vierge de l’Annonciation, la patronne de Cosa nostra […]. L’oncle Peppino mit feu à l’image et Calderone dut la garder entre ses mains en conque, et dut en supporter la brûlure jusqu’à ce qu’elle fût entièrement réduite en cendres. Dans ce même temps, il prononçait son serment. Il jura d’être toujours fidèle aux “commandements” de Cosa nostra. S’il les avait trahis, il aurait brûlé comme cette image sacrée10.

  • 11 Diego Gambetta, à la fin de son ouvrage La mafia siciliana, Un’industria della protezione privata, (...)
  • 12 Alessandra Dino, La mafia devota. Chiesa, religione, Cosa nostra, Rome-Bari, Editori Laterza, 2008, (...)
  • 13 Ibid., p. 55.
  • 14 Silvia Di Lorenzo, La grande Madre Mafia. Psicoanalisi del potere mafioso, Parme, Pratiche Editrice (...)

8Arrêtons-nous sur quelques détails de ce rituel qui s’est gardé quasiment intact depuis la fin du xixe siècle11. Interprétations savantes et exégèses indigènes coïncident en assimilant ce « rite de passage » au baptême chrétien. Il est vrai que le mafieux, appelé « filleul », accède à un nouvel état par la médiation de son « parrain », état irréversible signifié par l’altération de l’image de la Vierge à laquelle l’initié est identifié. Un rapport de consanguinité spirituelle est créé par cette cérémonie, rapport qui primera désormais sur les relations de parenté biologique. Mais, à bien y regarder, le lien principal institué par ce rite n’est pas celui, vertical, entre parrain et filleul. C’est celui qui, horizontal, unit tous les initiés cumminati (« combinés ») le même jour ; associés dans le sens presque chimique de ce verbe cumminari, « combiner », qui désigne le procédé initiatique ; devenus « frères » par cette punciuta (« piqûre ») à laquelle le rituel se résume. Les paroles de l’officiant d’un rite d’initiation, décrit en 1992 par le repenti Leonardo Messina, sont explicites sur ce point : « Il me rappela aussi que, à partir de ce moment, mes frères étaient les membres de Cosa nostra, et que les intérêts de Cosa nostra étaient supérieurs même à mes propres intérêts personnels ou à ceux de ma famille charnelle12. » Et, dans certaines variantes de la combinazione, la « combinaison » prend la forme explicite d’un mélange de sang entre initiés. Un autre « rite de passage » chrétien est donc évoqué par ce pacte de sang : la communion. Elle éclaire d’un nouveau jour l’image ensanglantée de la Vierge de l’Annonciation qui, dans la théologie chrétienne, annonce déjà le mystère de la Croix. Commémoration du repas que Jésus a partagé avec ses disciples la veille de la Passion, la communion actualise le sacrifice christique que chaque mafieux s’engage à revivre sur sa propre chair : « De même que cette sainte brûle avec ces quelques gouttes de mon sang, de même je verserai tout mon sang pour la confrérie », jure l’initié. Cette formule identifie, une fois de plus, l’initié à la Vierge. Cette identification, suggérée par le rituel sicilien, est explicite pour la mafia calabraise, l’Ndrangheta, dénommée par ses membres Mamma Santissima (« Très sainte mère ») ou Santa (« Sainte ») comme abréviation de Santissima Annunziata (« Très sainte Vierge de l’Annonciation »)13 et où la même appellation, Mammasantissima, s’applique aussi aux membres de l’organisation14. Unis par le sang, ces derniers partagent aussi le même nom.

  • 15 A. Dino, La mafia devota, op. cit., p. 63.

9La prégnance de ce lien fraternel émerge aussi de la scène d’initiation racontée par l’écrivain sicilien Luigi Natoli. Son Histoire des Beati Paoli a été publiée au début du xxe siècle. Les mafieux la connaissent et s’y réfèrent comme au mythe d’origine de leur association lorsque, dans leurs discours justificatifs, ils prennent pour modèle cette secte mythique du xviiie siècle qui avait pour mission de venger les victimes, de défendre les faibles et de punir les injustices. Cette idéologie est transmise à l’occasion du rituel initiatique. Salvatore Cucuzza raconte que lors de son initiation : « On m’expliqua ce qu’était la mafia à cette période, et qu’elle avait des racines très profondes […] ; on fit même mention des anciens Beati Paoli15. »

  • 16 Rappelons que les membres des ‘Ndrine calabraises, appelés Vangelisti (« évangélistes ») sont marqu (...)
  • 17 Luigi Natoli, Le Bâtard de Palerme. Histoire des Beati Paoli, t. I (traduit de l’italien par Maruzz (...)

10Dans le roman de Natoli, le néophyte est conduit dans une caverne sous la ville de Palerme, adornée comme un sanctuaire : « “Vous vous appelez Andrea Lo Bianco ?” demande le chef. “Oui illustrissime seigneur”. “Ici, il n’y a pas d’illustrissimes ; seulement des frères” », lui rétorque l’officiant. Après cette précision et une fois pratiquée une incision en forme de croix sur le bras de l’initié16, l’initiant y trempe une plume et la lui tend, lui demandant de s’engager sur les Évangiles à garder le secret sur la « vénérable société » : « D’une main ferme, Andrea traça une grande croix au bas de la page qu’on lui montrait et dit : “Je le jure ; et que cette croix écrite avec mon sang signe ma condamnation si je me soustrais à mes obligations” ». Et le Beato Paolo de conclure : « Dieu est grand ! Dieu est grand !… Dieu a envoyé à nous cet homme pour que la justice s’accomplisse, pleine et entière17. »

  • 18 Jean-Pierre Albert, Le Sang et le Ciel. Les saintes mystiques dans le monde chrétien, Paris, Aubier (...)
  • 19 Gábor Klaniczay, Ildikó Kristóf, « Écritures saintes et pactes diaboliques. Les usages religieux de (...)
  • 20 Je cite ici la traduction du Faust de Goethe d’Henri Blaze, Paris, Charpentier, 1840, p. 66.
  • 21 Témoignage du repenti Leonardo Messina (1992), cité par A. Dino, La mafia devota, op. cit., p. 52.

11La pratique « d’écrire avec son sang un vœu ou une profession de foi » est bien attestée dans le christianisme18. Mais lorsque le sang sert au signataire comme de l’encre pour sceller son engagement, nous basculons des usages chrétiens aux pactes diaboliques19. « Il suffit du premier bout de papier qui se rencontrera ; tu signeras avec une petite goutte de sang », dit Méphistophélès au Faust de Goethe20. L’indifférence au papier utilisé pour stipuler le contrat est réaffirmée dans une des formules du rituel initiatique mafieux, qui dissocie l’image de son support : « Comme papier je te brûle, comme sainte je t’adore21. » Mais bien qu’exorcisé par son commentaire, ce geste reste iconoclaste. La dimension blasphématoire de ce rite est plus claire dans l’étrange cérémonie initiatique des Fratuzzi de Bagheria (province de Palerme) :

Le néophyte était emmené dans une grande salle, où un Christ était pendu. On lui donnait un pistolet et lui, sans trembler, devait lui tirer une balle, pour montrer que, de même qu’il avait tiré sur le Seigneur, il n’aurait pas eu de mal à tuer son frère ou son père, si la société l’avait voulu. Après quoi, le candidat était devenu un fratuzzo [petit frère].

  • 22 Les mafieux évoquent l’intensité émotionnelle à « verser ensemble le sang de la victime ». Ibid., p (...)

12De même que la Vierge de l’Annonciation annonçait le sacrifice du Christ, ce dernier préfigure ici le meurtre comme acte qui revivifie la communion mafieuse22. Les deux versions du même rituel, superposés, posent une équivalence entre signer avec son propre sang et tirer une balle – ce qui donne un nouveau sens au fait que le doigt piqué lors de l’initiation soit celui qui appuie sur la gâchette. Le premier homicide du mafieux constituera ainsi sa véritable initiation, anticipé par la présence d’armes dans la cérémonie initiatique et, parfois, décidé au cours de ce même rituel.

13Mais si la mafia sicilienne s’est appropriée, en les détournant, les symboles de l’écrit, que se passe-t-il lorsque de l’usage métaphorique elle accède à l’usage réel de l’écriture ?

Du sang à l’encre

  • 23 Cette conception est bien présente dans la tradition chrétienne, où les corps martyrisés ou stigmat (...)
  • 24 Plusieurs chansons populaires siciliennes désignent la plume comme l’arme fatale que le magistrat e (...)
  • 25

14Comme toute institution, la mafia sicilienne a besoin de transmettre, de communiquer, de faire connaître son pouvoir – et ce n’est pas l’un des moindres paradoxes de cette société secrète. Son usage symbolique des objets ou des corps objectivés d’animaux pour composer des messages intimidateurs est bien connu : un ex-voto en forme de cœur perforé avec une arme à feu, un cercueil vide, un oiseau mort, la tête tranchée d’un cheval, laissés sur le chemin de la personne à menacer, constituent une première mise en garde. S’il « ne veut pas comprendre », c’est sur son propre cadavre qu’un nouveau message sera inscrit. Le meurtrier imprime sa marque sur le corps de sa victime d’abord en le criblant de balles dont le nombre et l’emplacement ne sont jamais laissés au hasard, puis en le soumettant à un traitement métaphorique qui établit un lien entre la faute et la sanction puisant dans un répertoire codifié : on met de l’argent dans la bouche du voleur, un gros caillou entre les dents de celui qui a trop parlé, on coupe les organes génitaux à qui a déshonoré la femme d’un mafieux… Le meurtre transforme donc le corps de la victime en objet à lire et à interpréter23, balisé de signes à déchiffrer. Cet ensemble de signes se prête à plusieurs opérations cognitives : à l’intérieur de Cosa nostra, les marques du meurtre servent à mettre en garde les transgresseurs potentiels de la sanction qu’ils encourent ; à l’extérieur, elles conduisent policiers, magistrats, médecins légistes et experts à élaborer des conjectures sur les coupables. De même que ces professionnels analysent la trace déposée sur le cadavre par le tueur comme une « signature » leur permettant d’identifier l’auteur du crime, de même les mafieux sont pris dans un système de signes leur permettant, tour à tour, d’assumer la responsabilité d’un acte délictueux ou de la rejeter sur autrui à travers des procédures de contrefaçon. Si la plume du magistrat est une arme24, les armes utilisées par les hommes d’honneur « signent » les homicides. Signature individuelle qui ratifie, à chaque écoulement de sang, le pacte avec Cosa nostra ; signature collective à travers laquelle le mélange de sang du rituel initiatique aboutit à une communauté de meurtres25. Mais pour qu’ils soient efficaces, ces signes doivent être interprétés oralement. Un assassinat n’est pas un geste qu’il faut garder secret. Bien au contraire, c’est un acte dont la signification doit éclater en public. Cette publicité, qui est la condition de son efficacité, permet aussi de le justifier, de l’inclure dans une série logique, de le soustraire à l’arbitraire de la violence.

  • 26 Sur le rapport entre rumeur et autorité, voir Jean-Noël Kapferer, « Rumeurs et secret », in André P (...)
  • 27 On compte plus de mille homicides entre 1978 et 1983, époque correspondant à ce qu’on appelle la «  (...)

15Ce travail d’exégèse et de construction collective du sens s’est enrayé à l’époque où Salvatore Riina a dirigé Cosa nostra. Son avènement, au cours des années 1980, coïncide avec deux transformations qu’il convient de penser ensemble : une mutation du régime de la parole et une modification des mises à mort. D’un côté, la rumeur s’impose comme modalité privilégiée de circulation des informations, de l’autre, la lupara bianca, à savoir la disparition du cadavre, s’affirme comme procédé courant du meurtre mafieux. Aux dires de plusieurs repentis, cette parole incontrôlée est la cause de nombre de meurtres « injustifiés », commis sur la base d’un « on dit » invérifié (on dit qu’un tel a volé l’argent de l’association ; on dit qu’un tel a déshonoré l’épouse d’un homme d’honneur…). Or il ne s’agit pas là de formes verbales de contre-pouvoir26, mais d’une stratégie de pouvoir visant à semer la zizanie entre les familles mafieuses. Brouillant les pistes, rayant la victime et rendant ainsi illisible le message déposé sur son cadavre, la lupara bianca participe, à mon sens, de cette même stratégie. N’étant plus soumise à des mécanismes internes de contrôle, la violence mafieuse déferle27, le mécontentement aussi, qui provoque tant de défections au sein de Cosa nostra. C’est dans cette conjoncture historique de crise qu’il faut replacer la prise de pouvoir et le passage à l’écriture de Bernardo Provenzano.

1615 janvier 1993 : Cosa nostra est décapitée par l’arrestation de Salvatore Riina. Bernardo Provenzano, de la même « famille » des Corleonesi, se prépare à prendre la succession. Il vit en contumace depuis 1963. Ses besoins de communiquer sont décuplés par son isolement. Or, comment transmettre ses volontés, obtenir des renseignements, donner des ordres alors qu’on vit loin du commerce des hommes ? Autrement dit, comment concilier la nécessité de communication et l’impératif du secret ?

17Les lettres dactylographiées qu’il envoie depuis ses cachettes lui permettent de résoudre cette contradiction inhérente à l’exercice du pouvoir en clandestinité. Les méthodes employées par Riina, violentes et coûteuses en termes de consensus interne et externe à Cosa nostra, sont remplacées par de nouveaux instruments de gouvernance, dispendieux en temps, mais économiques en moyens, prisés pour leur discrétion et appelées pizzini (littéralement « petits bouts de papier ») pour leur taille, réduits en boule pour pouvoir circuler plus aisément, de main en main.

  • 28 Sur les Postes royales comme instrument du pouvoir central dont les relais établis dans toutes les (...)
  • 29 J’emprunte cette formule à D. Fabre, « Seize terrains d’écriture », art. cité, p. 6.

18La mise en place progressive d’un réseau de correspondants mafieux vise à parer au risque d’éclatement qui guette Cosa nostra au début des années 1990. Pour que cette société secrète puisse perdurer, il faut resserrer les liens entre ces « hommes d’honneur » apeurés, dispersés, perdus dans l’échiquier mouvant des alliances, rendus méfiants par une longue guerre intestine. Les messagers de Provenzano, répartis sur toute l’île, portent alors sa parole au plus loin, assurent sa diffusion et son rayonnement à travers un système de relais sans faille28. Les pizzini relaient l’autorité du chef, l’infiltrent de manière capillaire, l’intensifient au moment où le tissu de Cosa nostra, sapé par les trahisons et rongé par la perte de consensus, est en train de se dissoudre. Enserré dans le quadrillage strict du réseau postal installé par Bernardo Provenzano en Sicile, chaque chef local contrôle une parcelle de territoire et en rend compte au chef suprême de l’organisation : il faut estimer la valeur de la messa a posto, la « mise en règle », à savoir déterminer la taxe que chaque entreprise doit payer à la mafia ; il faut se prononcer sur des contentieux locaux, en établissant ce qui revient exactement à l’un ou à l’autre des contradicteurs… tout cela se fait désormais par pizzini interposés. Pourtant, ces tâches ne sont pas nouvelles au sein de Cosa nostra. Qu’est-ce qui justifie alors cette « prise de l’écriture29 » par un groupe qui avait eu jusque-là un rapport d’extrême défiance vis-à-vis de l’écrit ?

  • 30 Jean Hébrard, « La lettre représentée. Les pratiques épistolaires populaires dans les récits de vie (...)
  • 31 Norbert Élias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973. Le rapport entre ce processus (...)
  • 32 Ces processus d’euphémisation de la violence par l’écriture sont bien attestés dans l’univers catho (...)

19« La correspondance, remarque Jean Hébrard à propos de l’usage populaire de la lettre dans la France du xixe siècle, permet en effet d’éviter les affrontements directs, de policer les rapports de dépendance, d’introduire les signes extérieurs d’une civilité rudimentaire dans les conflits potentiels, peut-être même de remettre le droit de son côté30. » Est-ce à dire que l’appropriation de l’écrit participe d’un projet de « civilisation des mœurs31 » ? Certes, l’habitude de Provenzano de recopier et d’archiver chaque pizzino, autant ceux qu’il envoyait que ceux qu’il recevait, répond à la nécessité, propre à toute administration, de garder une trace écrite des affaires. Il n’empêche que cet usage préventif de l’écriture comme instrument apte à neutraliser la rumeur et à composer les conflits permet d’éviter de recourir à la violence, dès lors réservée à sanctionner l’irréparable. L’écriture surgit à l’heure où la violence de Cosa nostra s’estompe32, affirmant un nouveau principe de l’agir mafieux : avant de verser du sang, mieux vaut faire couler de l’encre…

  • 33 Sur la communication écrite avec les divinités du panthéon catholique comme « contrat », voir Marlè (...)

20Le rapport d’équivalence entre ces deux liquides s’est inversé par rapport au rite d’initiation et aux pratiques meurtrières d’antan. D’après les sources policières et judiciaires, corroborées par les révélations de plusieurs repentis, l’année 1993 marque, non seulement une inversion dans la stratégie de la violence, mais aussi une réduction drastique des rituels d’initiation traditionnels. Le « pacte » scellé avec la Vierge (ou le diable) lors du rite d’initiation mafieux a-t-il été remplacé par le pizzino, « contrat » envoyé à une puissance qui, comme on le verra par la suite, pose son autorité comme transcendante33 ?

  • 34 Pino Arlacchi, Gli uomini del disonore, op. cit., p. 26, 58.
  • 35 Adeline Herrou, « Quand les moines taoïstes “se mettent en texte” », in B. Baptandier, G. Charuty ( (...)
  • 36 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1995, p. 215. Sur l (...)

21Les procureurs chargés des enquêtes pour la capture de Bernardo Provenzano soutiennent que les correspondants du chef de la mafia sicilienne peuvent se considérer, du seul fait d’entretenir cette correspondance, comme des éléments « organiques » de l’association mafieuse. Cosa nostra, cette « chose secrète », comme l’a définie le repenti Antonino Calderone, n’est plus « l’organisation de tous ceux qui ont prêté serment34 », mais le réseau clandestin dessiné par les pizzini. Ces écrits dont la circulation a remplacé le pacte de sang instituant les mafieux en « frères » sont-ils « cette substance partagée qui leur permettrait de se constituer comme des parents35 ? ». De la communion de meurtres à la communauté d’écrits, nous sommes passés d’un contrat fondateur d’une fraternité au moins formellement égalitaire, à des lettres qui, une fois archivées, donnent au chef la faculté de revenir sur chaque affaire, d’effectuer des opérations de comparaison, de mesure, de comptage et de différenciation. Le pizzino, ce minuscule papier qui s’insinue partout, atteint tout un chacun, garde trace de toute transaction, est la matérialisation de l’« infiniment petit du pouvoir politique36 » : un pouvoir de type « disciplinaire » qui permet de garder secret le lieu à partir duquel il est émis. Secret ontologique : comme l’œil de Dieu, Provenzano n’est nulle part, il est partout.

  • 37 Sur la redistribution des hiérarchies produite par l’irruption de l’écriture dans des sociétés à tr (...)
  • 38 Cf. Salvo Palazzolo, Michele Prestipino, Il codice Provenzano, Rome-Bari, Editori Laterza, 2007. Le (...)

22Lorsque l’interdit cède la place à l’injonction d’écriture, cette dernière a pour effet d’opérer une reconfiguration des relations entre hommes d’honneur dont les positions respectives se redéfinissent par rapport à leur rang dans l’échange épistolaire37. Ce que ne vont pas tarder à comprendre les experts qui déchiffrent les lettres du chef en contumace, c’est que derrière le « code Provenzano38 » se cache un code social.

Le « code Provenzano »

  • 39 Sur la fonction de catégorisation du secret en URSS : Anna Krasteva, « Dit et non-dit : lequel diss (...)

23Si la découverte progressive des lettres de Provenzano a été scandée par le rythme des arrestations – car le pizzino, tel un papier d’identité, se porte sur soi –, leur déchiffrage a avancé au gré des collaborations avec la justice. Procureurs, experts et repentis se sont attachés à élucider non seulement le contenu des pizzini, mais aussi leurs techniques de dissimulation, leurs modes de circulation et leurs manipulations par les récipiendaires. Ce qui a émergé derrière la trame étroite des messagers, c’est un système social étagé, hiérarchique, discriminant, où le secret exerce une action de cloisonnement et de catégorisation39.

24Après le rite d’initiation, les hommes d’honneur étaient tenus au secret ; lorsqu’ils entrent dans le réseau épistolaire établi par Bernardo Provenzano, ils sont tenus dans le secret. La loi du silence ne fonctionne plus uniquement comme une frontière protectrice vers l’extérieur ; elle érige ses barrières à l’intérieur même de l’association. Auparavant, la cérémonie initiatique était le lieu de transmission d’un ensemble de connaissances sur la société secrète, ses règles, l’identité de ses membres. La correspondance de Provenzano est, elle, le point de réfraction d’un savoir parcellisé, tronqué, défaillant.

  • 40 Ainsi, le fonctionnement du réseau de correspondance établi par B. Provenzano reproduit les princip (...)

25Pris dans ce système, les chefs de Cosa nostra ne communiquent plus entre eux, mais sont tous rattachés verticalement à un unique principe centralisateur d’autorité40. Ces hommes d’honneur qui, autrefois, se connaissaient et se reconnaissaient entre eux, sont maintenant rendus à l’anonymat, réduits à des signes numériques dont seul leur chef – qui s’est réservé le numéro 1 – connaît le chiffre secret. Ces chiffres attribués par Bernardo Provenzano, tels les nouveaux noms assignés aux néophytes dans maintes sociétés initiatiques, sont les armoiries de l’association. Ces marqueurs identitaires, apposés comme des sceaux sur la partie visible du pizzino, sont la condition même de l’insertion de l’associé dans ce circuit clandestin, et de sa participation au grand jeu de Cosa nostra. Y adhérer signifie non seulement avoir accès à des informations, à des marchés, à des secrets, mais aussi partager un langage : la langue du chef. Le « code Provenzano » est aussi une rhétorique partagée, une langue fédératrice, la koinè de la mafia sicilienne. Que les correspondants de Bernardo Provenzano empruntent dans leurs missives les formules de Provenzano, ses tournures de phrases, et jusqu’à ses fautes de grammaire et ses mots estropiés, ses sgrammaticature (« maladresses grammaticales ») comme on les appelle, est un autre indice du tournant totalitaire pris par l’association mafieuse.

26Pourtant, rien ne laisse présager, à la lecture de ces mots si humbles, si doux, si conciliants, la violence des rapports de force qu’ils instaurent. L’assujettissement au chef est si insidieux qu’il émerge, sous la forme d’un vœu, de ceux-là même qui y sont soumis : hommes d’honneur dociles et enfantins qui ne peuvent entreprendre la moindre action sans demander conseil. Provenzano alors leur rétorque : « Pourquoi passer à travers Moi ? Moi je ne suis pas intéressé à ce que les choses passent à travers moi. Si elles doivent ou elles veulent passer à travers moi ? Comme toi, je suis né pour servir ». Ou alors, dans un autre échange de la même teneur : « Moi, avec le bon vouloir de Dieu, je veux être votre serviteur. Donnez-moi des ordres et, si possible, essayons d’avancer dans le calme et la discrétion. »

  • 41 Luigi M. Lombardi-Satriani, « Sulla cultura mafiosa e gli immediati dintorni », in Quaderni Calabre (...)

27La discrétion est le masque de l’autorité mafieuse. Il est vrai que le mafieux « ne doit pas afficher sa force, son pouvoir, qu’il doit au contraire dissimuler avec une attitude humble, mais un peu trop humble pour être vraiment telle, avec un langage modeste, mais exaspéré à un tel point qu’on ne peut pas le prendre à la lettre et que, au contraire, de ce fait, il renverse son sens41 ». Elle est aussi la principale qualité des pizzini, moteurs souterrains de l’action mafieuse. Il faut alors que la parole vienne relayer l’écrit.

  • 42 Certaines de ces réunions ont été enregistrées par la police grâce à l’installation de microphones (...)

28L’obscurité de ces textes se dissipe dès qu’on en fait une lecture à voix haute. Les écoutes policières confirment que les réunions des membres de Cosa nostra, depuis que Bernardo Provenzano préside cette organisation, sont des séances où les lettres du chef absent font l’objet de lectures collectives. C’est ainsi que démarrent ces assemblées : « On s’assoit et on lit ces pizzini pour évaluer42. » C’est à travers ce premier déchiffrage, précédant celui de la police, que les pizzini s’éclairent en s’inscrivant dans un univers de références partagées. C’est par ces pratiques discursives que les relations de pouvoir posées par écrit s’activent. Les conditions de réception de ces textes ont une conséquence sur leur statut. Les pizzini sortent du secret – échappant à leur scripteur et aux usages qu’il leur avait destinés – et deviennent un ensemble d’informations sur les affaires en cours, mobilisables comme arguments d’autorité à faire valoir dans le cadre des relations internes à la mafia sicilienne.

  • 43 Expertise policière sur la Bible trouvée dans la cachette de Provenzano, citée par A. Dino, La mafi (...)

29Provenzano a inauguré une modalité inédite d’exercice du pouvoir par l’écriture à laquelle ses successeurs vont tenter de se conformer. Ainsi, après son arrestation, Salvatore Lo Piccolo, un des chefs susceptibles de lui succéder, recopiait les formules les plus caractéristiques des pizzini, comme si elles pouvaient assurer le succès de sa candidature. Tout comme Bernardo Provenzano soulignait dans la Bible « certaines phrases à effet à recopier ou à réécrire afin d’impressionner ou de rendre plus puissants ou charismatiques ses propres écrits43 ».

Les conversions de l’écriture

30À l’intérieur de la Bible usée, soulignée, annotée que la police a retrouvée dans la chaumière où se cachait Provenzano, un pizzino est adressé au seul Être qui lui donne des ordres :

  • 44 Ibid.

Où que je me trouve dans le monde, à n’importe quelle Heure, je dois communiquer avec T… Avec des mots, Opinions, faits écrits. Demander à Dieu une suggestion, un guide, son existence afin que, avec son vouloir Puisse parvenir un Ordre et que je puisse l’exécuter pour lui, pour le Bien44.

  • 45 La littérature sur ce thème est immense. Actuellement, l’ouvrage de référence dans le domaine scien (...)

31Cette bribe de correspondance avec le Ciel pose le problème de la « religion des mafieux » : comment interpréter leurs professions de foi, leurs actes pieux, les objets cultuels dont ils s’entourent ? On les considère comme les signes « extérieurs » d’une croyance de façade45. Comment expliquer alors que ces signes accompagnent les hommes d’honneur jusque dans le secret de leurs cachettes ? S’il est difficile de répondre à ces questions, on peut au moins essayer de comprendre les liens que ces objets, ces gestes et ces mots entretiennent avec les autres aspects de la vie du chef de la mafia sicilienne : la justification du meurtre, la fabrique de l’autorité, la pratique de l’écriture.

  • 46 D. Fabre, « Seize terrains d’écriture », art. cité, p. 39.
  • 47 G. Charuty, « Les scènes du texte », art. cité, p. 34.
  • 48 Alain Boureau, « La norme épistolaire, une invention médiévale », in R. Chartier (dir.), La Corresp (...)

32L’incipit des lettres de Provenzano est toujours le même : « Très cher, j’espère que cette lettre vous trouve, tous, en excellente santé. Comme pour l’instant, grâce à Dieu, je peux dire pour moi. » La formule de clôture est, elle aussi, invariable : « Que Dieu vous bénisse et vous protège ! » La constance de ces énonciations permet d’identifier le scripteur de cette correspondance secrète, tenant lieu de signature. Leur fixité sert aussi à garantir la « sacralité des énoncés de pouvoir » au sein d’un langage qui est typique des régimes totalitaires46. Ces formules rituelles constituent donc, pourrait-on dire, les « conditions cérémonielles de performativité47 » des pizzini. À travers elles, ces petits bouts de papier, écrits à la machine comme des lettres administratives, assument une solennité liturgique. Hybridant sacralité et familiarité, ces missives renvoient au modèle qui a joué un rôle essentiel de légitimation de l’acte épistolaire dans l’univers catholique : les épîtres de Paul – et nous avons maintenant la certitude que Provenzano, lecteur assidu, presque compulsif de la Bible, avait en tête ces écrits. Mêmes procédés rhétoriques pour établir la communication sur un plan asymétrique, même « formules d’humilité institutionnelle » pour les compenser, même fonction jurisprudentielle déléguée aux lettres48. Textes à l’appui d’une liturgie mafieuse, les pizzini font jurisprudence lors de ces réunions où l’on procède à la lecture et à l’exégèse collective de cette parole qui vient du chef de Cosa nostra comme de la bouche du Christ.

  • 49 Ibid., p. 147.

33Encadré par des formules religieuses, le corps du texte laisse apparaître plusieurs emprunts au langage du droit, autre modèle d’authentification de l’autorité du chef de Cosa nostra : « Cherche toujours la vérité avant de te prononcer, et souviens-toi qu’il ne suffit pas d’une seule preuve pour résoudre une question. Pour être sûr d’une réponse, il faut apporter trois preuves, avec honnêteté et cohérence ». Mais encore : « Nous devons patienter pour écouter l’autre partie. Après quoi, nous saurons quoi faire. » Cette imprégnation des procédures judiciaires est due, sans doute, à la confrontation permanente, tout au long d’une vie scandée de procès, du criminel et de l’univers pénal. Mais cette position de tiers, que Provenzano revendique comme étant la sienne et qui est l’un des ressorts de l’écriture épistolaire49, il l’occupe aussi par ses renvois répétés à la « justice » comme principe inspirateur de son existence. De l’initiation à l’écriture mafieuse, c’est la même instance qui est invoquée pour justifier ses crimes comme émanation de la volonté divine. Nino Fasullo, père rédemptoriste engagé dans une révision critique de l’attitude de l’Église vis-à-vis du phénomène mafieux, ne s’en offusque pas : le soubassement de la religion des mafieux est « une théologie fondée sur l’assomption du point de vue de Dieu » et, dit-il, « un homme peut en tuer un autre parce qu’il considère que, à sa place, Dieu ferait la même chose ». De fait, poursuit-il :

  • 50 Nino Fasullo, « Una religione mafiosa », Segno, 179/1996, p. 43-44.

Le résultat de la théologie qui confère au mafieux le droit de tuer, n’est pas tant de baisser Dieu au niveau du mafieux, mais d’élever le mafieux au niveau de Dieu. Le mafieux est une divinité sur terre […]. Il entretient d’excellents rapports avec Dieu. Plus encore, il est son interprète incontestable et l’exécuteur scrupuleux de sa volonté50.

  • 51 A. Dino, La mafia devota, op. cit., p. 73.

34Les écoutes policières des conversations entre hommes d’honneur font état de la vénération de ces derniers à l’égard de Matteo Messina Denaro (surnommé lu siccu), considéré comme le chef actuel de Cosa nostra : « Nous devons adorer lu siccu », « Le Bien vient de lu siccu » ou « J’aimerais le voir, ne serait-ce qu’un instant51 ». Certains surnoms attribués à des chefs mafieux – le Pape pour Michele Greco, U Signuri (« le Seigneur ») pour Antonino Mangano, Madre Natura (« Mère Nature ») pour Giuseppe Graviano… – suggèrent la même sacralisation.

  • 52 Sur le rapport entre écriture et expiation, pour le cas des saintes mystiques : J.-P. Albert, Le Sa (...)
  • 53 Cf. le sous-chapitre : « Tenir les comptes, c’est écrire », in Delphine Gardey, Écrire, calculer, c (...)
  • 54 J.-P. Albert, Le Sang et le Ciel, op. cit., p. 379-380.
  • 55 N. Fasullo, « Una religione mafiosa », art. cité, p. 44.

35L’écriture, en l’occurrence celle des pizzini, est partie intégrante de ce mouvement d’ascension. Tout d’abord, par la perspective « panoptique » qu’elle donne : tout comme Dieu, Bernardo Provenzano est omnipuissant parce qu’il est omniscient ; d’autant plus puissant qu’il est invisible. Ensuite, parce qu’elle participe d’un projet spirituel plus vaste52 dont témoigne la retraite d’un chef qui, tel un ascète, se nourrit d’herbes amères, s’habille modestement, s’abrite dans des huttes de pasteur, et vit loin du monde, en secret. Enfin, parce qu’elle est un gage de cette « justesse » des calculs53 qui est le fondement de la justice humaine et divine. À travers elle, Provenzano s’identifie au Dieu de la théologie de la réparation, qui « proportionne rigoureusement ses châtiments au volume des péchés », qui « tient ses registres, il pèse, il calcule54 ». Les mots du père rédemptoriste le confirment : « Le droit mafieux de tuer est une partie intégrante d’une culture géométrique de l’ordre, de la dette et du devoir, de la précision et de la sanction, du solde et du bilan55. » Est-ce en vertu de cet exercice que le chef de Cosa nostra a été surnommé u ragiunieri, « l’expert-comptable » ? C’est dire si les régimes d’action ont changé depuis le temps où, compagnon d’armes de Toto Riina, dit la bestia, « la bête », il avait comme surnom u tratturi, « le tracteur ». Dans cette conversion, d’un pouvoir exercé par une violence machinale qui écrase tout sur son passage à une autorité qui s’impose en catimini, par de minuscules gestes de comptage, de contrôle et de mesure, les pizzini y sont bien pour quelque chose.

Haut de page

Notes

1 Georg Simmel, Secret et sociétés secrètes, Strasbourg, Circé, 1996.

2 Comme l’a précisé le repenti Tommaso Buscetta : « Le mot “mafia” est une création littéraire. Les vrais mafieux sont tout simplement appelés “hommes d’honneur”. Leur association secrète s’appelle “Cosa nostra” ». Cf. Pino Arlacchi, Addio Cosa nostra. I segreti della mafia nella confessione di Tommaso Buscetta, Milan, Biblioteca Universale Rizzoli, 1994, p. 15.

3 Je remercie vivement le substitut du procureur Maurizio De Lucia, magistrat ayant participé aux enquêtes conduisant à l’arrestation de Bernardo Provenzano (11 avril 2006), de m’avoir fourni un corpus de pizzini, sortis du secret d’instruction, permettant de fonder cet article et dont mes citations à venir sont tirées. Les nombreux entretiens qu’il m’a accordés, depuis octobre 2005, ont sensiblement enrichi mes connaissances sur la mafia sicilienne.

4 La théorie de la performativité du langage (John Langshaw Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970) a été revisitée et repensée dans son rapport à l’écriture par Béatrice Fraenkel. Parmi ses nombreux écrits, voir : « Actes d’écriture. Quand écrire c’est faire », Langage et société, 121-122/2007, p. 101-112. Sur la force performative de la lettre comme instrument du pouvoir, voir Yves Cohen : « Des lettres comme action : Staline au début des années 1930 vu depuis le fonds Kaganovič », Cahiers du monde russe, 3/1997, p. 307-345.

5 Daniel Fabre, « Seize terrains d’écriture », in Daniel Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, p. 2 (l’italique est de l’auteur).

6 Sur l’écriture comme élément fondamental du « grand partage » entre primitifs et civilisés, voir Gérard Lenclud, « Le grand partage ou la tentation ethnologique », in Gérard Althabe, Daniel Fabre, Gérard Lenclud (dir.), Vers une ethnologie du présent, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1992, p. 15-16.

7 Sur la force performative de ce signe : Béatrice Fraenkel, La Signature. Genèse d’un signe, Paris, Gallimard, 1992.

8 On nomme « repentis » les « hommes d’honneur » qui, reniant leur passé, collaborent avec la justice.

9 Giovanni Falcone, Marcelle Padovani, Cose di Cosa nostra, Milan, Rizzoli, 1991, p. 94. Toutes les traductions de textes en italien ont été effectuées par moi-même.

10 Pino Arlacchi, Gli uomini del disonore. La mafia siciliana nella vita del grande pentito Antonino Calderone, Milan, Mondadori, 1992, p. 156-159.

11 Diego Gambetta, à la fin de son ouvrage La mafia siciliana, Un’industria della protezione privata, Turin, Einaudi, 1992, donne un florilège de descriptions dont la plus ancienne remonte à 1884. Toutes les variantes du rite initiatique citées ici sont tirées de ces annexes.

12 Alessandra Dino, La mafia devota. Chiesa, religione, Cosa nostra, Rome-Bari, Editori Laterza, 2008, p. 62.

13 Ibid., p. 55.

14 Silvia Di Lorenzo, La grande Madre Mafia. Psicoanalisi del potere mafioso, Parme, Pratiche Editrice, 1996, p. 45.

15 A. Dino, La mafia devota, op. cit., p. 63.

16 Rappelons que les membres des ‘Ndrine calabraises, appelés Vangelisti (« évangélistes ») sont marqués eux aussi par une croix incisée sur leur épaule : ibid., p. 55.

17 Luigi Natoli, Le Bâtard de Palerme. Histoire des Beati Paoli, t. I (traduit de l’italien par Maruzza Loria et Serge Quadruppani), Paris, Métailié, 2000, p. 127-129.

18 Jean-Pierre Albert, Le Sang et le Ciel. Les saintes mystiques dans le monde chrétien, Paris, Aubier, 1997, p. 387-388.

19 Gábor Klaniczay, Ildikó Kristóf, « Écritures saintes et pactes diaboliques. Les usages religieux de l’écrit (Moyen Âge et Temps modernes) », Annales. Histoire, Sciences sociales : « Pratiques d’écriture », 4-5/2001, p. 947-980.

20 Je cite ici la traduction du Faust de Goethe d’Henri Blaze, Paris, Charpentier, 1840, p. 66.

21 Témoignage du repenti Leonardo Messina (1992), cité par A. Dino, La mafia devota, op. cit., p. 52.

22 Les mafieux évoquent l’intensité émotionnelle à « verser ensemble le sang de la victime ». Ibid., p. 72.

23 Cette conception est bien présente dans la tradition chrétienne, où les corps martyrisés ou stigmatisés sont une « page écrite par le Christ » : Giordana Charuty, « Les scènes du texte », in Brigitte Baptandier, Giordana Charuty (dir.), Du corps au texte. Approches comparatives, Nanterre, Société d’ethnologie, 2008, p. 34.

24 Plusieurs chansons populaires siciliennes désignent la plume comme l’arme fatale que le magistrat empoigne contre le peuple.

25

26 Sur le rapport entre rumeur et autorité, voir Jean-Noël Kapferer, « Rumeurs et secret », in André Petitat (dir.), Secret et lien social, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 157-169.

27 On compte plus de mille homicides entre 1978 et 1983, époque correspondant à ce qu’on appelle la « seconde guerre mafieuse ».

28 Sur les Postes royales comme instrument du pouvoir central dont les relais établis dans toutes les provinces du royaume devaient permettre de porter partout les ordres du Prince, voir Danièle Poublan, « Affaires et passions. Des lettres parisiennes au milieu du xixe siècle », in Roger Chartier (dir.), La Correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 393-394.

29 J’emprunte cette formule à D. Fabre, « Seize terrains d’écriture », art. cité, p. 6.

30 Jean Hébrard, « La lettre représentée. Les pratiques épistolaires populaires dans les récits de vie ouvriers et paysans », in R. Chartier (dir.), La Correspondance, op. cit., p. 297.

31 Norbert Élias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973. Le rapport entre ce processus historique et l’écriture est établi par D. Fabre, « Seize terrains d’écriture », art. cité, p. 17.

32 Ces processus d’euphémisation de la violence par l’écriture sont bien attestés dans l’univers catholique : J.-P. Albert (Le Sang et le Ciel, op. cit., p. 399-400) a souligné comment les exercices d’écriture des saintes mystiques viennent remplacer leurs pratiques pénitentielles sanglantes.

33 Sur la communication écrite avec les divinités du panthéon catholique comme « contrat », voir Marlène Albert Llorca, « Le courrier du ciel », in Daniel Fabre (dir.), Écritures ordinaires. Paris, Éd. POL/BPI, 1993, p. 199. Notons qu’en sicilien, on appelle aussi pizzini les messages écrits adressés à la divinité, particulièrement à la patronne de Palerme, une sainte ermite : Deborah Puccio-Den, « Sainte Rosalie de Palerme, entre politique et religieux », Études corses, 62/2006, p. 145-160.

34 Pino Arlacchi, Gli uomini del disonore, op. cit., p. 26, 58.

35 Adeline Herrou, « Quand les moines taoïstes “se mettent en texte” », in B. Baptandier, G. Charuty (dir.), Du corps au texte, op. cit., p. 43. L’auteur développe cette hypothèse à propos de la circulation de textes religieux dans les communautés de « frères » taoïstes. La mise en commun d’écrits créé des liens de sang. Cela est confirmé par la formule « consanguinité du texte » employée par les habitants d’une ville espagnole ayant réécrit collectivement une pièce de théâtre religieux pour resserrer leurs liens après la guerre civile : Deborah Puccio-Den, Les Théâtres de « Maures et Chrétiens ». Conflits politiques et dispositifs de réconciliation, (Espagne, Sicile. xviie-xxie siècle), Turnhout, Brepols [Bibliothèque de l’École des Hautes Études, Sciences Religieuses], 2009, p. 48-52.

36 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1995, p. 215. Sur l’écriture comme instrument du « pouvoir disciplinaire » : Michel Foucault, Le Pouvoir psychiatrique, cours au Collège de France, 1973-1974, édités par Jacques Lagrange aux Éditions du Seuil/Gallimard, 2003, p. 50-53. La leçon où ce rapport est établi a fait l’objet du séminaire de Philippe Arthières : « Michel Foucault au travail », EHESS, Paris, 23 nov. 2010.

37 Sur la redistribution des hiérarchies produite par l’irruption de l’écriture dans des sociétés à tradition orale, voir Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

38 Cf. Salvo Palazzolo, Michele Prestipino, Il codice Provenzano, Rome-Bari, Editori Laterza, 2007. Le second des deux auteurs est le procureur qui a mené les enquêtes conduisant à l’arrestation de B. Provenzano.

39 Sur la fonction de catégorisation du secret en URSS : Anna Krasteva, « Dit et non-dit : lequel dissimule davantage ? », in A. Petitat (dir.), Secret et lien social, op. cit., p. 93-103.

40 Ainsi, le fonctionnement du réseau de correspondance établi par B. Provenzano reproduit les principes du « Panoptique », dispositif architectural conçu par Jeremy Bentham et assumé par M. Foucault comme modèle de la « société disciplinaire » : M. Foucault, Surveiller et punir, op. cit., p. 196-229.

41 Luigi M. Lombardi-Satriani, « Sulla cultura mafiosa e gli immediati dintorni », in Quaderni Calabresi : Le ragioni della mafia, Milan, Jaca Book, 1983, p. 70.

42 Certaines de ces réunions ont été enregistrées par la police grâce à l’installation de microphones dans les lieux de rencontre des mafieux. Ma citation est tirée du mandat d’arrêt no 2754/05, rédigé par le Ministère Public de la Division Antimafia de Palerme (G. Pignatone, M. Prestipino Giarritta, D. Gozzo, M. De Lucia, A. Di Matteo, R. Buzzolani), en juin 2006.

43 Expertise policière sur la Bible trouvée dans la cachette de Provenzano, citée par A. Dino, La mafia devota, op. cit., p. 128.

44 Ibid.

45 La littérature sur ce thème est immense. Actuellement, l’ouvrage de référence dans le domaine scientifique reste celui d’A. Dino, La mafia devota, op. cit., qui définit le rapport du mafieux avec la religion comme une « morale de l’extériorité » (p. 67).

46 D. Fabre, « Seize terrains d’écriture », art. cité, p. 39.

47 G. Charuty, « Les scènes du texte », art. cité, p. 34.

48 Alain Boureau, « La norme épistolaire, une invention médiévale », in R. Chartier (dir.), La Correspondance, op. cit., p. 131-137.

49 Ibid., p. 147.

50 Nino Fasullo, « Una religione mafiosa », Segno, 179/1996, p. 43-44.

51 A. Dino, La mafia devota, op. cit., p. 73.

52 Sur le rapport entre écriture et expiation, pour le cas des saintes mystiques : J.-P. Albert, Le Sang et le Ciel, op. cit. : voir notamment le chap. IX.

53 Cf. le sous-chapitre : « Tenir les comptes, c’est écrire », in Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, 2008, p. 224-227, et la suite du même chapitre.

54 J.-P. Albert, Le Sang et le Ciel, op. cit., p. 379-380.

55 N. Fasullo, « Una religione mafiosa », art. cité, p. 44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Deborah Puccio-Den, « « Dieu vous bénisse et vous protège ! ». La correspondance secrète du chef de la mafia sicilienne Bernardo Provenzano (1993-2006) », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2011, 307-326.

Référence électronique

Deborah Puccio-Den, « « Dieu vous bénisse et vous protège ! ». La correspondance secrète du chef de la mafia sicilienne Bernardo Provenzano (1993-2006) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://rhr.revues.org/7778 ; DOI : 10.4000/rhr.7778

Haut de page

Auteur

Deborah Puccio-Den

Centre national de la recherche scientifique (Groupe de sociologie politique et morale - Institut Marcel Mauss, UMR 8178), deborah.puccio-den@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org