Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sofia BOESCH GAJANO, Grégoire le Grand, Hagiographe. « Les Dialogues », traduit par Jacqueline MARTIN-BAGNAUDEZ

Paris, Les Éditions du Cerf, 2008, 23,5 cm, 244 p.
Barbara Müller
Traduction de Christian Bouchindhomme
p. 442-445
Référence(s) :

Sofia Boesch Gajano, Grégoire le Grand, Hagiographe. « Les Dialogues », traduit par Jacqueline MARTIN-BAGNAUDEZ, Paris, Les Éditions du Cerf, 2008, 23,5 cm, 244 p., (« Histoire »), 39 €

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui nous offre en condensé la somme des recherches de Sofia Boesch Gajano (SBG) sur les Dialogues de Grégoire le Grand et les thèmes hagiographiques qui s’y rapportent. Ses travaux les plus récents, qui n’avaient fait jusqu’ici l’objet que de communications, y trouvent toute leur portée, à la fois par l’actualisation d’études plus anciennes – parfois partiellement amplifiées – et par la perspective d’ensemble qu’offre le format du livre.

2L’ouvrage se compose de six chapitres, encadrés d’une préface et d’une conclusion, à quoi s’ajoute une importante annexe bibliographique compilée par Fabrizio Martello (il aurait fallu écrire, p. 218, « Registrum Epistularum » et non « Epistolarum ») ; malheureusement, un index fait défaut. Les chapitres II à VI reprenant des travaux anciens, je me bornerai avant tout à évoquer ici les éléments nouveaux apportés par SBG (chapitre I, préface et conclusion).

3Dans la préface – titrée « Un texte célèbre, une histoire controversée » – SBG nous livre une brève histoire de la réception des Dialogues. Controversée, leur histoire le fut bel et bien, et le demeure. Tant de lecteurs y virent, en effet, « une anomalie dans la production du pontife » (p. 12) que les Dialogues furent en fin de compte marginalisés – soit qu’on les tînt pour une œuvre de vulgarisation, soit qu’on contestât même que Grégoire en fût bien l’auteur. Comme le montre fort bien SBG, il faut cependant observer que, si leur authenticité fit débat à l’époque de la Réforme, ils n’avaient cessé, depuis, d’être réévalués – jusqu’en 1982, lorsque Francis Clark reprit, avec une radicalité percutante, cette question de l’authenticité pour la nier à nouveau (voir pour le détail, Francis Clark, The Pseudo-Gregorian Dialogues, 2 vol., Leyde, Brill, « Studies in the History of Christian Thoughts » n° 37 & 38, 1987). Bien que SBG renonce à s’opposer par le menu aux thèses de Clark, son ouvrage doit en être compris comme la réfutation, les Dialogues étant ici présentés, au contraire, comme un élément constitutif et indispensable de la « physionomie historique » (p. 22) de Grégoire le Grand.

4C’est surtout dans son premier chapitre programmatique, « Saints et hagiographes entre Méditerranée de l’Antiquité tardive et Occident médiéval », que cette démarche est manifeste, notamment lorsque, pages 35 à 55, elle intègre les Dialogues de Grégoire à l’ensemble de l’œuvre pour parvenir alors à ce résultat que les Moralia in Job pourraient être lus comme un « discours autour de la sainteté » (p. 36), ou que le « discours sur la sainteté » constituerait le « fil conducteur » des Homélies sur Ézéchiel (p. 41) – ce qui peut également valoir, constate-t-elle, pour les Homélies sur les Évangiles, qui, du fait de leurs exempla, se prêtent particulièrement à un rapprochement avec les Dialogues (dont la composition à partir d’exempla est une référence notoire). SBG examine également les Lettres de Grégoire dans lesquelles elle discerne, pour mieux les redessiner, les linéaments de la politique de Rome relative aux reliques (Ep.IV, 30) ; elle souligne, ce faisant, l’importance qu’elles revêtent en même temps que la manière différente que l’on a de s’y rapporter en Orient et en Occident. Un résultat comparable est également obtenu à partir du déchiffrement autobiographique des écrits de Grégoire ; de ce point de vue aussi, SBG conclut que le « discours sur la sainteté » (p. 55) constituerait un fil rouge traversant les réalisations tant du praedicator ancré dans la contemplation que du speculator prophétique.

5Les chapitres II (« Le projet hagiographique », p. 57-114), III (« Narratio et expositio », p. 115-144), IV (« Différences de niveaux culturels et médiations ecclésiastiques », p. 145-167), V (« Démons et miracles », p. 169-194) et VI (« Hagiographie et géographie », p. 195-209) ont déjà fait l’objet de publications antérieures, nous ne ferons donc que les mentionner.

6SBG ouvre la conclusion du livre par une citation de Gustavo Vinay (« La grandeur de Grégoire est d’avoir osé expérimenter »), qui résume parfaitement ce qu’elle pense du projet grégorien des Dialogues. L’originalité de l’œuvre et, partant, de l’effet que Grégoire écrivain sut tirer des Dialogues apparaît dans les divers éléments formels et substantiels qu’il combine d’une manière complexe, tout à fait inédite, et même avant-gardiste. C’est pour cette raison que, selon SBG, les Dialogues offrent la clé qui permet d’aborder Grégoire sous toutes ses facettes sans pour autant céder à la tentation d’introduire une cohérence et une uniformité qui, compte tenu de la polyvalence et des contradictions de Grégoire, n’existent tout simplement pas (p. 212). Mais, au-delà même de la personne de Grégoire, les Dialogues présentent également un intérêt historique exceptionnel en ce qu’ils témoignent d’un nouveau rapport à la sainteté et marquent une nouvelle étape dans l’histoire de l’hagiographie – ce qui apparaît en particulier dans l’étonnante retenue qui accompagne les jugements sur les martyrs. Ce que montre aussi SBG, dans les pages qui résument son approche, c’est l’importance de l’environnement géographique, le fait que le centre d’intérêt soit l’Italie, et donc un territoire spécifique. En enracinant les Dialogues en un lieu, Grégoire fit bien plus que de désigner une extériorité, il produisit une œuvre qui représente une étape essentielle sur le chemin conduisant à l’hagiographie médiévale, en faisant expressément de ce lieu un foyer. Selon SBG, par cette spécificité géographique, les Dialogues grégoriens signalent sans équivoque que leur champ d’action est l’ancien empire d’Occident, au sein duquel précisément la conception grégorienne de l’autorité spirituelle va trouver à s’épanouir et à s’appliquer d’une manière qui concernera la culture occidentale dans son ensemble.

7On peut se réjouir de cette publication à plusieurs égards. Tout d’abord, parce qu’elle rend désormais facilement accessibles, en un seul livre, de nombreuses contributions – et, qui plus est, sous une forme actualisée. Ensuite, parce que SBG nous offre ici, en s’appuyant sur une large connaissance du domaine hagiographique, un exposé qui va bien au-delà des Dialogues de Grégoire, tant il renferme un véritable trésor de réflexions et de matériaux divers ayant trait à l’hagiographie.

8Pour les recherches strictement grégoriennes, on trouvera intéressant le souci constant de situer les Dialogues par rapport à l’ensemble de l’œuvre, et ce d’autant plus qu’on les a fréquemment minorés, voire ignorés. Mais le principal intérêt réside sans nul doute dans cette conviction que les Dialogues peuvent être identifiés comme la clé qui donne l’accès le plus adéquat à Grégoire. Tenter de rendre justice à la diversité et même à la démarche contradictoire de Grégoire paraît d’autant plus méritoire à l’auteure de ces lignes que c’est aussi l’une de ses grandes préoccupations (cf. Barbara Müller, Führung im Denken und Handeln Gregors des Grossen, Tübingen, Mohr Siebeck, coll. « Studien und Texte zu Antike und Christentum », n° 57, 2009). Les recherches grégoriennes regorgent d’essais qui visent à contraindre Grégoire à la cohérence et à la maniabilité, en l’enfermant dans des schémas en fin de compte intenables. A contrario, la peine que prend SBG de ne comprendre Grégoire qu’à partir de lui-même nous éclaire bien plus sur l’œuvre que ces systématisations extrinsèques et, par conséquent, artificielles.

9Comme nous l’avons déjà plusieurs fois souligné, s’il est une tendance manifeste par laquelle SBG se singularise, c’est dans sa volonté de présenter absolument Grégoire comme un théoricien et un praticien de la sainteté. C’est ainsi qu’elle estime présente – et sans doute pas tout à fait à tort – la question de la sainteté dans chacune des œuvres de Grégoire. On peut dès lors se demander si, à travers cette thématique dont SBG fait de manière répétée le fil rouge de diverses œuvres de Grégoire, ne se trouve pas à nouveau induite, ne serait-ce que sous une forme ébauchée, une perspective unifiante inappropriée. Tout se passe un peu comme si SBG avait elle-même succombé au charisme de Grégoire – qui aurait, pour ainsi dire, compris comment il fallait traiter les thèmes auxquels elle est particulièrement sensible.

10Nous reviendrons, enfin, sur l’horizon géographique mis en place par SBG, qu’il conviendrait de problématiser. SBG suggère que l’on tienne Grégoire et, par conséquent, l’hagiographie qu’il a créée, pour un phénomène italien et donc occidental. Il faut cependant se demander si la séparation et les différences entre Orient et Occident étaient aussi profondes à l’époque de Grégoire que SBG nous convie à le penser. Concrètement : compte tenu non seulement du fait que Grégoire séjourna au moins cinq ans à Constantinople – dans un contexte où les questions de la sainteté étaient âprement débattues –, mais encore qu’il demeura en permanence en contact avec l’Orient, intégrer également à l’étude globale des Dialogues les représentations orientales de la sainteté paraît une démarche riche de promesses et qui mériterait, sinon exigerait, d’être prise considération (voir par exemple Nicholas Constas, « An Apology for the Cult of Saints in Late Antiquity : Eustratius Presbyter of Constantinople, On the State of Souls after Death (CPG 7522) », Journal of Early Christian Studies, n° 10, 2002, p. 267-285).

11Il n’est pas abusif néanmoins de tenir, d’ores et déjà, cet ouvrage de SBG pour un classique des recherches grégoriennes. Quiconque s’intéresse à Grégoire le Grand, à ses Dialogues et à l’hagiographie en général, tirera le plus grand profit de son étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Müller, « Sofia BOESCH GAJANO, Grégoire le Grand, Hagiographe. « Les Dialogues », traduit par Jacqueline MARTIN-BAGNAUDEZ », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2011, 442-445.

Référence électronique

Barbara Müller, « Sofia BOESCH GAJANO, Grégoire le Grand, Hagiographe. « Les Dialogues », traduit par Jacqueline MARTIN-BAGNAUDEZ », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2011, mis en ligne le 09 décembre 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rhr.revues.org/7800

Haut de page

Auteur

Barbara Müller

Université de Hambourg

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org