Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce numéro thématique cristallise les travaux d’une journée d’étude, organisée conjointement par la Revue de l’histoire des religions et l’Association des Amis de Spinoza, qui s’est tenue le 4 mars 2011 à la Faculté de théologie protestante de Paris grâce au soutien de Marianne Carbonnier-Burkard à qui nous exprimons notre gratitude.

2Dans le cadre d’une réflexion plus large sur les lois bibliques et leur réception, la journée entendait partir d’un essai de Milad Doueihi (Solitude de l’Incomparable. Augustin et Spinoza, Paris, Le Seuil, 2009) pour se focaliser sur l’élection et le don de la Loi, liés par le christianisme à la thématique de la relecture. La Bible et ses exégèses donnent à voir le statut d’une communauté marquée par l’Alliance. Pensée comme singulière et radicale, donatrice d’identité, elle distingue cette communauté de toute autre, elle scelle non seulement un pacte entre Dieu et son peuple, mais aussi une prétention exclusive à la vérité.

3Constater ou postuler l’élection d’un peuple est une manière de décrire le statut d’une communauté incomparable. Comment lire ou relire cette Alliance ? Est-elle déjà, en elle-même, une réécriture ? Quelle liberté le christianisme prend-il avec cette tradition qu’il entend expliquer, transformer, faire aboutir et universaliser ? Sa lecture permet-elle un geste de libération qui prolonge celui de Dieu vis-à-vis des enfants d’Israël en Égypte, symbolise-t-elle une autonomisation de la loi en chaque sujet ? Comment les principes de lectures tirés du texte source sont-ils retravaillés pour penser une nouvelle communauté et un passage de la Loi à la grâce ? On sait combien cette (re)lecture peut orienter radicalement la vie religieuse et politique : d’un côté, le culte protestant du Désert est une réactivation de l’Alliance, de l’autre, l’enquête sur le judaïsme par Richard Simon – comme celle des autres orientalistes européens – est essentielle aux chrétiens pour repenser leur identité. Quant à Augustin, établissant une orthodoxie médiane, renvoyant dos à dos manichéens et pélagiens, il part d’un principe théologique (sa lecture de la grâce chez Paul) pour définir ce qu’est un « Testament », avec ses contraintes historiques et anthropologiques afférentes (P. Descotes).

4Le passage de l’Alliance à la cité chrétienne, plus qu’une évolution, qu’une simple clôture, indique l’un des points soumis à la discussion : comment le modèle chrétien s’articule-t-il à l’Alliance, à l’identité d’un peuple choisi, déterminé par cette Alliance ? Que reste-t-il dans le christianisme de la distinction mosaïque sur laquelle insistent Jan Assmann (Le prix du monothéisme) et Milad Doueihi (p. 24) ? Comment le don de la Loi est-il articulé à la genèse du politique et du social ? Quelle sorte de lecture de la société le texte juridique modèle-t-il ?

5Questions d’autant plus importantes qu’elles ne se limitent pas à la compréhension de l’Église comme institution totale, avec son universalisme naturalisé appliqué au monde et au genre humain. Elle touche aussi, par-delà le parallélisme des deux cités, l’élaboration d’une société politique qui hérite, avec l’autonomisation, de certains traits de l’ambition universelle (D. Iogna-Prat).

6Si la Loi sépare radicalement une communauté singulière, marquée, le christianisme se veut incomparable par le biais d’un acte tout autre : un accomplissement du lien à Dieu qui absorbe la tradition précédente dans un mouvement d’universalisation de la communauté et de donation sans retour. La loi est pensée tout autant comme la forme que comme le socle d’une communauté, mais comment manifester ce caractère fondateur et fondamental ? Comment lire la loi à l’aune de ce qui lui préexiste, comment la recevoir et la (re)lire à l’issue d’un moment déjà marqué par la tradition ? Élaboration juridique et méthode exégétique sont proches de l’identification. Les commentaires sur le décalogue permettent de mettre en évidence ce travail de la réécriture continue, fidèle et créatrice dans le même temps, jusqu’à l’ultime et radicale transformation du moyen d’expression (F. Gabriel). L’histoire biblique, qui est aussi une histoire du sens, est ainsi réorientée par la révélation comme incarnation, comme loi viscérale (« l’élection n’est que la première articulation de la vérité divine, celle de l’Incarnation et de sa grâce », M. Doueihi, p. 41).

7Le Verbe divin ne fixe plus des frontières, il n’apporte plus un code juridique, il parle le langage universel de l’intériorité et de la conversion qui combine lecture de soi et nouvelle institution. Cette perfection comme point d’aboutissement de la première Alliance est, elle aussi, une (re)lecture qui prétend à l’authenticité et à l’absolue vérité. Le travail d’exégèse participe de l’action constitutive de la forme de la communauté, en même temps qu’il suit la logique de la grâce qui, pour Augustin, convertit (subvertit ?) l’élection. Le circonstanciel et le local du premier don de la loi sont lus en fonction d’un déplacement et d’un nouvel état qui leur donnent leur sens plein. La lecture est elle-même un travail de conversion, de contestation et d’élaboration de l’identité. Quel rôle la subjectivité du lecteur tient-elle dans ce processus qui peut aussi bien soutenir une logique communautaire ou impériale qu’une souveraine liberté de philosopher ? À cet égard, la prise de distance opérée par Spinoza dans le Traité théologico-politique est d’autant plus significative qu’elle est relue à l’aune de l’œuvre levinassienne, envisageant une distinction entre la portée éthique de la parole biblique, universalisable, et l’élection du peuple juif, dès lors minorée (D. Arbib). À côté de l’implication du lecteur, une autre question peut se poser : avec quels outils philologiques ou idéologiques lectures critiques et canons institutionnels s’opposent-ils ? Quand ceux qui se considèrent comme les fidèles lecteurs reprennent, systématisent et diffusent à nouveaux frais une pensée comme celle d’Augustin, leur travail peut aussi être l’instrument d’un durcissement orthodoxe qui procure toute son autorité à l’œuvre de départ (J. Delmulle). La diffusion façonne la doctrine et la constitution d’une tradition exemplifie ainsi la manière dont une loi se forge en se confrontant aux résistances, ou tout simplement aux exigences du temps. Ainsi, après des dizaines d’années de controverses acharnées concernant l’héritage augustinien, Richard Simon peut se livrer – en marge de sa critique biblique novatrice, mais avec les mêmes outils – à une réévaluation modérée du Père africain, qui suit plutôt la force de son propre esprit et les sens allégoriques de l’Écriture que le consensus de la tradition chrétienne de ses prédécesseurs (J. Le Brun). Toute (re)lecture peut réserver des surprises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gabriel, « Avant-propos », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2012, 163-165.

Référence électronique

Frédéric Gabriel, « Avant-propos », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://rhr.revues.org/7890

Haut de page

Auteur

Frédéric Gabriel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org