Navigation – Plan du site

Mos orandi. La législation des usages liturgiques au Moyen Âge (xiie-xve s.)

Mos orandi. The Legislation of Liturgical Uses in the Middle Ages (1100-1500)
Jean-Baptiste Lebigue
p. 349-373

Résumés

Du xiie siècle au concile de Trente, les églises locales et les ordres réguliers fixèrent avec de plus en plus de précision les usages liturgiques qui leur étaient propres. Ordinaires et bréviaires, où elles firent la synthèse des prescriptions relatives au service divin, leur servirent à promulguer, enregistrer et diffuser ces coutumes cultuelles en constante évolution. Plus que les recueils de statuts capitulaires et synodaux, ces livres peuvent être considérés comme de véritables codes juridiques des usages. La Réforme catholique et la fondation de la Sacrée Congrégation des Rites en 1588 firent peu à peu disparaître cette faculté des églises locales, en particulier des chapitres de cathédrales, d’édicter la législation de leur liturgie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1/ Identification et teneur des usages liturgiques
1.1. Fixation et évolution des propres
1.2. Échelles d’appréciation des offices
1.3. Règles de préséances entre les offices
2/ Organes et modalités de la promulgation des usages liturgiques
2.1. Législation cultuelle des églises locales
2.2. D’un ordinaire à l’autre
2.3. Diffusion des usages

Aperçu du début du texte

L’historien en quête des pratiques cultuelles du Moyen Âge est tôt ou tard confronté à la notion d’usage liturgique. Un bréviaire à l’usage de Paris diffère d’un autre à l’usage de Rouen, mais aussi d’un bréviaire romain, cistercien ou chartreux. Usages multiples, qui font varier, dans une même ville, la liturgie d’une église à l’autre. Les offices célébrés dans une cathédrale, qu’on retrouve sous une forme allégée dans les paroissiales du diocèse, ne sont pas identiques dans les collégiales, abbayes et couvents du lieu, que ces derniers soient ou non soumis à la juridiction de l’évêque. Leurs pratiques cultuelles peuvent s’associer, par exemple lors de processions collectives ou de stations dans les églises voisines ; se ressembler, par l’institution simultanée de nouvelles fêtes ou par une dévotion commune à des saints locaux ; mais elles ne coïncident pas.

Désignés dans les livres liturgiques sous le terme d’usus, consuetudines, mores, parfois ritus, ces usages fortement identitai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Lebigue, « Mos orandi. La législation des usages liturgiques au Moyen Âge (xiie-xve s.) », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2012, 349-373.

Référence électronique

Jean-Baptiste Lebigue, « Mos orandi. La législation des usages liturgiques au Moyen Âge (xiie-xve s.) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 21 avril 2014. URL : http://rhr.revues.org/7906

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Lebigue

Centre national de la Recherche Scientifique
Institut de Recherche et d’Histoire des Textes
lebigue@cnrs-orleans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org