Navigation – Plan du site

La réception ambiguë d’une figure mystique au xviie siècle : le « cas » Marie des Vallées

The ambiguous reception of a mystical figure of the 17th century: the case of Marie des Vallées
Antoinette Gimaret
p. 375-402

Résumés

On interroge ici la réception contrastée d’une figure, Marie des Vallées (1590-1656), spirituelle normande appelée aussi « la sainte de Coutances ». Reconnue comme mystique véritable par saint Jean Eudes, elle suscite pourtant la méfiance et déclenche, de son vivant comme après sa mort, procès et libelles. L’étude de son cas permet d’éclairer plus largement la réception des figures mystiques dans la seconde moitié du xviie siècle et leur équivocité fondamentale. Après avoir montré la réalité de la polémique, on verra comment le père Eudes entreprend de légitimer en Marie un type mystique de sainteté. On verra aussi comment ses adversaires cherchent en fait, à travers elle, à faire le procès de la mystique en général.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Des procès aux libelles : l’exposé d’un « cas »
La tentative hagiographique
La nécessité d’une stratégie prudentielle
L’orthodoxie plutôt que l’extraordinaire
La suspicion portée sur l’expérience mystique : de la recherche du vraisemblable à la mise en avant du burlesque

Aperçu du début du texte

L’accueil réservé à la figure de Marie des Vallées frappe d’emblée par son caractère contrasté. À l’acceptation, par les uns, d’une dévotion extraordinaire dans ses formes les plus étranges, répond pour les autres le déclenchement de la polémique et du scandale. Il faut dire que la vie de Marie des Vallées détonne, par ses singularités, de la vita beata traditionnelle. Née en 1590 dans une famille de laboureurs pauvres, parlant patois dans son enfance, elle ne reçoit, dit-on, aucune instruction religieuse. Sa vie quotidienne reste élémentaire, rythmée par les activités de ferme. Enfant, elle ne bénéficie pas, comme d’autres spirituelles avant elle, de dialogues intimes avec le Christ, mais manifeste une grande familiarité avec les légendes et les superstitions de la campagne. Loin de constituer un modèle de piété précoce, elle évoque plutôt la figure de la sorcière, proche des croyances anciennes et ignorante de toute dévotion, partageant avec elle l’ambivalence et le potentiel scan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Gimaret, « La réception ambiguë d’une figure mystique au xviie siècle : le « cas » Marie des Vallées », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2012, 375-402.

Référence électronique

Antoinette Gimaret, « La réception ambiguë d’une figure mystique au xviie siècle : le « cas » Marie des Vallées », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 23 septembre 2014. URL : http://rhr.revues.org/7908

Haut de page

Auteur

Antoinette Gimaret

Université de Limoges
antoinettegimaret@yahoo.frantoinette.gimaret@unilim.fr
1 rue du Liban, 75020 Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org