Navigation – Plan du site

Corpus Paulinum. L’exégèse grecque et latine des Épîtres au premier millénaire

Corpus Paulinum. The Greek and Latin Exegesis of the Epistles during the first Millennium
Pierre Boucaud
p. 299-332

Résumés

Le corpus des épîtres pauliniennes a été maintes fois commenté par les exégètes grecs et latins du iiie au xe siècle. Il est vrai que la matière des quatorze lettres, authentique ou non, a exercé une influence considérable sur la pensée chrétienne dans ses dimensions théologique, ecclésiologique et disciplinaire. L’article consiste en une présentation synthétique de cette production strictement exégétique et de la bibliographie essentielle qui lui est associée. Il désigne également les principales sources permettant de connaître l’Apôtre et d’expliquer sa correspondance durant le haut Moyen Âge.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La présente synthèse est le fruit du remaniement d’un chapitre de ma thèse préparée sous la directi (...)
  • 2 Voir sur ce point Christophe Senft, Jésus de Nazareth et Paul de Tarse, Genève, 1983 (réédité en 20 (...)
  • 3 Simon Claude Mimouni, Le Judéo-Christianisme ancien, Paris, 1998 ; Id., Les chrétiens d’origine jui (...)
  • 4 L. Padovese, « L’antipaulinisme chrétien au iie siècle », Recherches de Science Religieuse, 90/3 (2 (...)
  • 5 Alain Badiou, Saint Paul. La fondation de l’universalisme, Paris, 1998 ; Michel Quesnel, Paul et le (...)

1Le sujet pourrait faire l’objet d’une ample monographie, tant la matière est abondante. De nombreux exégètes de l’Antiquité et du haut Moyen Âge ont en effet commenté ces livres authentiques ou pseudonymiques et disserté sur la place de Paul dans la tradition chrétienne1. Les Épîtres figurent parmi les témoins majeurs de la prédication aux Juifs et aux païens et le paulinisme a profondément influencé la religion naissante, même s’il n’est plus question aujourd’hui de considérer l’Apôtre comme l’« inventeur du christianisme »2. Les études accumulées révèlent en effet la diversité des premières communautés, dans lesquelles le courant hellénique coexiste notamment avec des traditions judéo-chrétiennes bien vivantes jusqu’au viie siècle en Orient3. Le premier christianisme, pour reprendre les termes de Luigi Padovese, est bien « un phénomène complexe et différencié »4. Toutefois, on ne saurait pour autant sous-estimer l’impact de la pensée de l’« Apôtre des Gentils » sur les développements doctrinaux, ecclésiologiques et moraux du premier millénaire chrétien5.

Des épîtres (ou lettres) apostoliques ?

  • 6 La distinction entre lettres et épîtres, justifiée d’un point de vue littéraire, a été soulignée pa (...)
  • 7 Délibératif, judiciaire et démonstratif ou épidictique.
  • 8 Aristote, Ars rhetorica, I, 3, §1358b.
  • 9 A. Vanhoye, La Structure littéraire de l’épître aux Hébreux, Bruges-Paris, 1976.
  • 10 Ce nom d’« épîtres pastorales » leur a été donné en 1726 par l’exégète Paul Anton (1661-1730), un p (...)
  • 11 R. Burnet, Épîtres et lettres, p. 227. Sur le sens de cette pseudépigraphie, voir Michael Gese, Das (...)
  • 12 Sur cette Épître aux Laodicéens, voir notamment Marie-Émile Boismard, La lettre de saint Paul aux L (...)
  • 13 Les abréviations par lesquelles les épîtres sont ici désignées sont celles de la Bible de Jérusalem
  • 14 Voir Michel Quesnel, « Le deutéro-paulinisme », dans Ayoub Chehwan et Antoine Kassis (éd.), Études (...)

2Dès le xixe siècle, la réflexion sur les épîtres de Paul a mis en doute la pertinence des termes « lettres » et « épîtres » appliqués à ces écrits ; elle permet finalement l’emploi des deux mots6. Le corpus – parfois une même épître – intègre les trois modes d’argumentation distingués par la rhétorique gréco-romaine7, en particulier par l’Ars rhetorica d’Aristote8. La structure principale des épîtres comprend le praescriptum (mention de l’expéditeur et du destinataire et salutation initiale), le corps de la lettre et la salutatio finale. Dix épîtres sont adressées à des communautés : Romains, 1-2 Corinthiens, Galates, Éphésiens, Philippiens, Colossiens, 1-2 Thessaloniciens, Hébreux, les quatre autres à des particuliers : 1-2 Timothée, Tite, Philémon. Toutes ne sont pas de Paul. L’une d’elles, en particulier, doit d’emblée faire l’objet d’une parenthèse critique : il s’agit de l’Épître aux Hébreux, anonyme. L’Antiquité et le haut Moyen Âge ont perçu les singularités thématiques et stylistiques de ce texte et parfois contesté son authenticité. Des exégètes contemporains ont d’autre part refusé à ce livre le statut épistolaire, préférant l’assimiler à une sorte d’homélie, bien que la conclusion apparente quand même Hébreux à une lettre. L’exclusion de cette épître du corpus paulinien authentique est acquise depuis les conclusions d’Albert Vanhoye, d’après lesquelles ce sermon n’a en fait même pas été adressé aux « Hébreux »9. Les partisans de l’attribution paulinienne ont toutefois longtemps imposé leur point de vue, si bien qu’Hébreux a été commentée parmi les autres épîtres après le vie siècle. Il en va de même pour les épîtres pastorales (1-2 Timothée et Tite)10, Colossiens, Éphésiens et 2 Thessaloniciens. Passant pour avoir été inspirées par Paul, Colossiens et Éphésiens inaugurent en outre, selon R. Burnet, un « processus d’exaltation de l’Apôtre »11. Enfin, une Épître aux Laodicéens, rédigée entre le iie et le ive siècle, a longtemps été transmise dans les témoins de la Vulgate12. Son authenticité paulinienne est refusée par saint Jérôme et condamnée par le concile de Nicée II (787), mais son exclusion définitive du corpus n’est pas entérinée avant le concile
de Florence (1442). Elle est donc présente dans des bibles médiévales. Par ailleurs, certaines épîtres authentiques ont été interpolées. Les discussions portent en particulier sur Rm 9-11, 1 Co 13 et 14, 34-35, 2 Co 6, 14-7, 1, 1 Th 2, 13-16 et 5, 1-1113. Cependant, le deutéropaulinisme14 fait partie intégrante de cet ensemble, qu’il s’inscrive dans la ligne théologique de l’Apôtre ou s’en écarte, parfois jusqu’à la contradiction, comme dans 1 Co 14, 34-35.

Écrits proto- et deutéropauliniens

(attribution certaine et pseudépigraphie)

Épîtres protopauliniennes (sauf interpolations), dans l’ordre chronologique déterminé par la datation majoritaire et avec mention du lieu de rédaction

Épîtres deutéropauliniennes, lieu de rédaction (si connu ou présumé) et datation approximative

1 Thessaloniciens : Corinthe (?), 50-51

Colossiens : Laodicée (?), ca. 70

Galates : Éphèse (?), 54-55

2 Thessaloniciens : si authentique, Corinthe, ca. 51-52 / si pseudonymique, lieu inconnu, ca. 80 ?

Philippiens : Éphèse, ca. 56, ou Césarée, ca. 58-60, ou bien encore Rome, ca. 61-63

Éphésiens : après Colossiens, Asie Mineure, entre 70 et 90

Philémon : Éphèse, ca. 55, ou Césarée, ca. 58-60 (peu probable), ou bien encore Rome, ca. 61-63

Les trois épîtres dites “Pastorales” :

1 Timothée : lieu inconnu, ca. 100

2 Timothée : Rome (?), ca. 100

Tite : lieu inconnu, ca. 100

1 Corinthiens : Éphèse, fin 56-début 57

Hébreux : Rome ? Asie Mineure ? ca. 80

2 Corinthiens : Macédoine, fin de l’été ou début de l’automne 57, mais plus vraisemblablement un assemblage composite de six lettres écrites à des dates relativement proches l’une de l’autre

Romains : Cenchrées (port de Corinthe), hiver 57-58

  • 15 R. Simon, Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament depuis le commencemen (...)
  • 16 Fr. Vouga, « Chronologie paulinienne », dans Daniel Marguerat (éd.), Introduction au Nouveau Testam (...)
  • 17 R. Brown, Que sait-on du Nouveau Testament ?, p. 472.

3La datation des Épîtres et celle des principaux repères biographiques de Paul font débat. De nombreuses recherches, au cours des dernières décennies, ont amené les exégètes à se rassembler autour d’une datation traditionnelle ou d’une datation révisée. Ces chronologies concurrentes résultent de discussions critiques initiées par Richard Simon (1638-1712)15 ; elles ont été brièvement rappelées par François Vouga dans une synthèse récente16. Raymond E. Brown propose pour sa part un tableau, remanié et simplifié ci-dessous, dans lequel il met en parallèle la chronologie traditionnelle, qui rallie une majorité d’exégètes, et celle dite « révisionniste », qui s’appuie sur une comparaison entre les analyses de plusieurs savants, en particulier John Knox, Caitlin Buck, Gerd Lüdemann, Robert Jewett, Jerome Murphy-O’Connor et Karl Paul Donfried17.

Chronologie paulinienne

datation traditionnelle

datation révisée

événements,
voyages et missions

Écrits dont l’authenticité est assurée

36

30/34

conversion au Christ

39

33/37

visite à Jérusalem après l’épisode du Chemin de Damas

44-45

après 37

Cilicie

Antioche

46-49

après 37

39-41/43 ou 41-43

premier voyage missionnaire au départ et de retour à Antioche

deuxième voyage missionnaire au départ et de retour à Antioche

1 Thessaloniciens

49

47-51

Assemblée de Jérusalem

50-52

deuxième voyage missionnaire, au départ et de retour à Antioche

1 Thessaloniciens

54-58

troisième voyage missionnaire, d’Antioche à Éphèse

54-57 : séjour de trois ans en prison ?

Galates (?)

Philippiens (?)

Philémon

1 Corinthiens

été 57

57-58

après 54

Paul se rend à Corinthe par la Macédoine

retour à Jérusalem

2 Corinthiens

Galates (?)

Romains

58-60

60-61

52-55 ou 56-58

Paul est arrêté à Jérusalem et emprisonné pendant deux ans à Césarée

Paul est déféré à Rome par la mer

Philippiens (?)

61-63

l’Apôtre est prisonnier à Rome

Philippiens (?)

Philémon (?)

après l’été 64

Paul meurt à Rome sous le règne de l’empereur Néron († 68)

  • 18 Mieux vaut commencer par les introductions générales, en particulier les articles collectifs intitu (...)
  • 19 On dispose d’excellentes introductions sur ce point, notamment celles de Jürgen Becker, Paul. L’apô (...)
  • 20 R. Brown, Que sait-on du Nouveau testament ?, p. 482.
  • 21 Augustinus, De civitate Dei, XIV, 9, 2 (Corpus Christianorum, Series Latina, 48, p. 426, 36).
  • 22 Monica Natali, Epistolario tra Seneca e San Paolo, Milan, 1995.
  • 23 Sur les représentations figurées de l’apôtre Paul durant les premiers siècles, voir Pasquale Testin (...)

4Les Épîtres recèlent aussi les multiples enjeux du paulinisme et de la personnalité de l’auteur18. Il est d’ailleurs malaisé de définir le pivot de la théologie paulinienne19. Toutefois, quelques axes ou thèmes saillants peuvent être évoqués : une anthropologie marquée par l’antithèse chair-esprit, la communauté, la hiérarchie, l’eucharistie, la justification, la parousie et le salut. C’est en outre une doctrine profondément christocentrique, comme le souligne R. Brown20. Toutefois, le discours paulinien n’est pas seulement théologique. Paul est également un missionnaire et un fondateur de communautés, si bien que le paulinisme est également parénèse. Ces marqueurs justifient que Paul ait été souvent présenté comme l’archétype du docteur et du prédicateur ; c’est d’ailleurs le seul apôtre auquel saint Augustin (354-430) ait décerné le titre honorifique romain de vir optimus21. Enfin, la personnalité de Paul de Tarse marque les Épîtres d’une forte empreinte. L’importance de l’Apôtre déborde même le cadre du corpus néotestamentaire, au point qu’une correspondance apocryphe entre saint Paul et le philosophe Sénèque († 65), composée de quatorze lettres, a même été produite au ive siècle dans un but apologétique22. La figure de l’Apôtre n’a cessé de s’affirmer dans la pensée chrétienne et dans les représentations issues d’un imaginaire chrétien notamment inspiré des Acta Pauli et Theclae, un récit apocryphe antérieur à l’an 200 qui fournit une description physique de Paul. L’iconographie impose ainsi la présence de ce dernier aux côtés du Christ avec saint Pierre dans la scène de la Traditio legis23.

Les épîtres de Paul dans l’Antiquité

  • 24 Ernst Benz, « Das Paulus-Verständnis in der morgenländischen und abendländischen Kirche », Zeitschr (...)

5Les études sur l’histoire de l’exégèse paulinienne antique sont éparses et rarement bouleversées par la découverte d’œuvres jusque-là considérées comme perdues ou d’emprunts longtemps passés inaperçus24.

Les commentaires grecs du iiie au xe siècle

  • 25 Sur l’utilisation des Épîtres par l’auteur de cet écrit, voir E. C. Blackman, Marcion and his influ (...)
  • 26 Édition Henri-Irénée Marrou (Sources Chrétiennes, 33bis).
  • 27 Wilhelm Schneemelcher, « Paulus in der griechischen Kirche des zweites Jahrhunderts », Zeitschrift (...)
  • 28 Les études sur Marcion et ses partisans sont nombreuses. On consultera notamment John James Clabeau (...)
  • 29 Irenaeus Lugdunensis, Adversus haereses, III, 7, 1.
  • 30 Ibid., III, 22, 1.
  • 31 Voir Johannes Werner, Der Paulinismus des Irenaeus, Leipzig, 1889, et John Lawson, Biblical Theolog (...)
  • 32 Voir Maria Lodovica Arduini, « Alla ricerca di un Ireneo medievale », Studi Medievali, 21 (1980), p (...)
  • 33 L’utilisation d’Irénée de Lyon par Claude de Turin a d’abord été observée par Werner Affeldt dans D (...)

6La littérature chrétienne a d’abord été rédigée en langue grecque, à commencer par les écrits du Nouveau Testament, et ce, jusque vers la fin du iie siècle, date des plus anciens témoins en langue latine, à savoir les Actes des martyrs scillitains (180) et, à partir de 197, l’œuvre de Tertullien (ca. 160-ca. 220/40). À peine reçues par les communautés, les Épîtres ont immédiatement fait l’objet de lectures diverses, parfois contradictoires, étant donnée leur réputation de difficulté que souligne dès le début du iie siècle l’auteur de 2 P 3, 16. L’impact de la pensée et des écrits de Paul est déjà perceptible dans la Première Épître aux Corinthiens – du même titre que celle de saint Paul – attribuée à l’évêque de Rome Clément et rédigée vers 80-10025. Au chapitre 24 de ce texte, notons ainsi l’influence de 1 Co 15. Implicite dans les Lettres d’Ignace d’Antioche, vers 107-110, cette influence ne s’exerce pas dans l’Apologie de Justin († 165), adressée à l’empereur Antonin vers 150, mais elle est en revanche perceptible dans l’épître À Diognète datée des environs de l’an 20026. Globalement, l’empreinte de Paul dans la pensée et les œuvres des Pères apologètes paraît assez discrète27. Une certaine méfiance a même pu se manifester à l’égard des écrits pauliniens, compte tenu du traitement hétérodoxe que leur réserve Marcion dans les années 140-16028. Ce dernier refuse en bloc l’Ancien Testament pour cette raison que des passages de ce corpus font intervenir un dieu vengeur, incompatible, selon lui, avec le Dieu de bonté de la Nouvelle Alliance, et ne reçoit, parmi les évangiles, que celui de Luc. Il opère par ailleurs un tri sévère dans les épîtres de Paul, dont il exclut Tite, 1-2 Timothée et Hébreux, et, parfois non sans une certaine suspicion critique, prétend aussi purger les Épîtres authentiques de leurs interpolations supposées, inscrivant une nette séparation, voire une opposition radicale, entre la Loi et l’évangile, sur la base, essentiellement, de 2 Co 5, 17, mais aussi de Rm 3, 20 et Ga 3, 13. Saint Irénée, deuxième évêque de Lyon (fl. 180-200), cite 1 Co 15, 50 pour défendre l’Incarnation contre les gnostiques qui méprisaient le corps29 ; l’hérésiologue s’appuie également sur Ga 4, 4 et Rm 1, 3-4 afin de réfuter les docétistes30. Historiquement, Irénée est la première autorité magistérielle à s’approprier les Épîtres pour réfuter les hétérodoxes31. Peu connu des commentateurs postérieurs, surtout au Moyen Âge, une période qui l’a quasiment ignoré32, l’Adversus haereses d’Irénée de Lyon a tout de même été exploité par Claude de Turin au début du ixe siècle dans les commentaires de Romains et Corinthiens et, à travers lui, par Haymon d’Auxerre vers 850-860 et par Atton de Verceil vers 92033.

  • 34 Karl Staab, Pauluskommentare aus der griechischen Kirche, Münster : Aschendorff, 1933 ; pour une pr (...)
  • 35 John Anthony Cramer, Catenae Graecorum Patrum in Novum Testamentum, vol. III-VI : Catenae in Sancti (...)
  • 36 Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, 6, 14, 1.
  • 37 Walther Völker, « Paulus bei Origenes », Theologische Studien und Kritiken, 102 (1930), p. 258-279.
  • 38 Caroline P. Hammond Bammel, Der Römerbriefkommentar des Origenes. Kritische Ausgabe der Übersetzung (...)
  • 39 Édition des extraits par Claude Jenkins dans Journal of Theological Studies, 9 (1908), p. 232-247, (...)
  • 40 Édition des extraits par J. A. F. Gregg dans Journal of Theological Studies, 3 (1902), p. 234-244, (...)
  • 41 Hieronymus, Epistolae, 48, 3, 2. Sur Pierios, voir Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, VII, (...)
  • 42 Édition bilingue de tout le corpus dans Patrologia Graeca (PG), tomes 60 à 62.
  • 43 PG 50, 473-514, et l’édition du texte grec présenté, traduit en français et annoté par A. Piédagnel (...)
  • 44 Voir Chrysostomus Baur, « L’entrée littéraire de S. Chrysostome dans le monde latin », Revue d’Hist (...)
  • 45 Theodore of Mopsuestia. Commentaries on the Minor Epistles of St Paul, éd. Henry B. Swete (2 vol.), (...)
  • 46 Facundus Hermianensis, Pro defensione trium capitulorum lib. XII ad Iustinianum, III, 6, éd. Jean-M (...)
  • 47 Voir Ulrich Wickert, « Die Persönlichkeit des Paulus in den Paulus-Kommentaren Theodors von Mopsues (...)
  • 48 Cyril of Alexandria, Fragments on Romans, I and II Corinthians, éd. Philip Edward Pusey, Oxford, 18 (...)

7Un examen détaillé de l’exégèse paulinienne grecque a été réalisé par Karl Staab qui a édité les fragments de nombreux commentaires transmis partiellement34, reprenant sur nouveaux frais une édition du xixe siècle due à John Antony Cramer35. Clément d’Alexandrie († ca. 215), le premier, aurait commenté Paul dans un ouvrage perdu, les Hypotyposes, selon Eusèbe de Césarée (ca. 270-339)36. Ensuite, nous trouvons l’incontournable Origène (ca. 185-254)37, auteur d’un commentaire de Romains dont l’influence a été considérable et qui bénéficia d’une traduction latine par les soins de Rufin d’Aquilée (ca. 345-410)38. Origène aurait commenté l’ensemble du corpus paulinien, sauf 1-2 Timothée, mais, en dehors de Romains, n’ont subsisté que des fragments grecs sur 1 Corinthiens39 et Éphésiens40. Quelques décennies plus tard, le prêtre Pierios, qui vivait à Alexandrie à l’époque de l’évêque Theonas (282-300), paraît avoir commenté 1 Corinthiens, puisque saint Jérôme en donne une citation dans l’une de ses lettres41. Ensuite, il faut attendre une centaine d’années avant que les Épîtres ne fassent l’objet d’un autre commentaire, celui de Jean Chrysostome (ca. 345-407), antérieur à l’élévation de ce dernier sur le siège patriarcal de Constantinople en 397. En fait, l’auteur n’a commenté intégralement que Galates, en 392, mais il a consacré de nombreuses homélies à d’autres passages des Épîtres : sur Romains la même année, puis sur 1-2 Timothée, Tite et Éphésiens en 394. L’ensemble a été traduit en latin par Mutien, un proche de Cassiodore, au milieu du vie siècle42. Du même Jean Chrysostome, signalons aussi les VII Panégyriques rédigés, pour les six premiers, entre 387 et 390, et pour le dernier, vers 39743. Très tôt, sans doute dès 418 environ, les Panégyriques ont été traduits en latin, probablement par Anien, un diacre pélagien de Campanie qui appartenait au cercle de Julien d’Éclane44. Par l’intermédiaire de cette traduction, l’éloge de l’Apôtre a été diffusé en Occident. Toujours dans la tradition littérale de l’École d’Antioche, Théodore de Mopsueste (350-428) a aussi légué des commentaires sur les petites lettres pauliniennes45. De Romains, il ne reste qu’un fragment transmis par Facundus d’Hermiane46. Corinthiens et Hébreux sont perdus et les commentaires conservés n’existent que dans une traduction latine réalisée, d’après l’éditeur, entre 544 et 562, et apparemment marquée par un caractère adoptianiste47. Nous conservons aussi des fragments de commentaires de Cyrille d’Alexandrie (ca. 380-444) sur Romains et 1-2 Corinthiens, édités par Philip Edward Pusey48. Enfin, des fragments de commentaires grecs des ive-xe siècles sur les Épîtres ont été conservés par l’intermédiaire des catenae byzantines. Le tableau suivant présente la liste de ceux qui ont été édités par K. Staab :

Auteurs

Fragments conservés

Didyme d’Alexandrie (ca. 313-398) 

Romains, 1-2 Corinthiens

Eusèbe d’Émèse († 359)

Romains, 1 Corinthiens, Galates

Acace de Césarée († ca. 366)

Romains

Apollinaire de Laodicée (ca. 310-392)

Romains

Diodore de Tarse († ca. 392)

Romains

Théodore de Mopsueste (350-428)

Longs fragments sur Romains, 1-2 Corinthiens, Hébreux

Sévérien de Gabala († post 409)

Fragments sur les 14 épîtres

Gennade de Constantinople († 491)

Romains, 1-2 Corinthiens, Galates, 2 Thessaloniciens, Hébreux

Chaîne anonyme de la fin du viiie siècle, jadis attribuée à Oecumenius scholasticus (vie s.), parfois confondu avec un évêque de Trikka (Thessalie) du xe siècle

Fragments sur les 14 épîtres

Photios de Constantinople (ca. 820-891)

Romains, 1 Corinthiens, 2 Corinthiens, Galates, Éphésiens, Philippiens, Colossiens, 1 Thessaloniciens, 2 Thessaloniciens, 1 Timothée, 2 Timothée, Philémon, Hébreux (longs fragments)

Aréthas de Césarée (ca. 860-post 932)

Romains, 1 Corinthiens, 2 Corinthiens, 2 Thessaloniciens, 1 Timothée, Hébreux (scholies)

  • 49 Aimé Puech, Un réformateur de la société chrétienne au ive siècle. St Jean Chrysostome et les mœurs (...)
  • 50 Hieronymus, Ad Galatas, Praefatio, CCSL 77A, p. 6, 34-35 : « … Origenis commentarios sum secutus ».
  • 51 Henri de Lubac, Exégèse médiévale. Les quatre sens de l’Ecriture, Paris, 1959, vol. I/1, p. 224-229
  • 52 E. Benz, Das Paulus-Verständnis, p. 291.

8Pour clore ce bref historique, il convient de signaler un commentaire de Théodore d’Héraclée, composé vers le milieu du ive siècle et dont rien ne subsiste. Parmi tous ces commentaires grecs, beaucoup portent la trace des controverses trinitaires et christologiques de la période. De manière originale, Jean Chrysostome montre pour sa part une insistance particulière sur la justice dans la vie sociale et ecclésiale49. Sans surprise, les « grandes épîtres pauliniennes », comme on qualifie Romains, Corinthiens et Galates, ont plus que toute autre polarisé l’attention des Pères grecs. À l’exception d’Origène et sans doute de Clément d’Alexandrie, dont l’œuvre est perdue, l’école antiochienne, plutôt littérale, domine le champ de l’exégèse paulinienne grecque. Il est vrai que la matière même des Épîtres, de nature doctrinale ou parénétique, se prête mal aux développements allégoriques dans lesquels excelle la typologie alexandrine, elle-même plus adaptée au contenu vétérotestamentaire. Parmi ces commentateurs, saint Jérôme recommande particulièrement la lecture d’Origène, en dépit des ambiguïtés doctrinales de l’auteur50. Les exégètes carolingiens ne se sont d’ailleurs pas privés de piller son œuvre, en particulier Romains51. Comme le souligne Ernst Benz, la lecture que l’Orient grec fit de Paul est d’autre part surtout marquée par l’influence des Corinthiens52. Les axes fondamentaux retenus par les Grecs sont plus précisément la résurrection, la déification de l’homme et la re-création. Il en va différemment des Latins, plus sensibles à la doctrine paulinienne de la justification qui, notamment au travers des lectures de Romains et Galates par saint Augustin, imprègne la théologie occidentale.

Les Pères latins et saint Paul

  • 53 Alexander Souter, The earliest Latin Commentaries on the Epistles of St. Paul, Oxford, 1927. L’aute (...)
  • 54 Eduard Riggenbach, “Historische Studien zumHebräerbrief ”. I. Teil : Die ältesten lateinischen Ko (...)
  • 55 Peter Corssen, « Zur Überlieferungsgeschichte des Römerbriefes », Zeitschrift für die neutestamentl (...)
  • 56 Karl Hermann Schelkle, Paulus - Lehrer der Väter. Die altkirchliche Auslegung von Römer 1-11, Düsse (...)
  • 57 Wilfrid Parsons, « The Influence of Romans XIII on Preaugustinian Christian Political Thought » ; I (...)
  • 58 Werner Affeldt, Die weltliche Gewalt in der Paulus-Exegese Röm. 13, 1-7. Quelques années auparavant (...)
  • 59 B. Clausi, « Letture antiche e medievali di Gal. 4, 24 », Annali di storia sull’esegesi, 8 (1991), (...)

9L’histoire des commentaires pauliniens de l’Antiquité latine a été écrite : c’est l’œuvre toujours capitale d’Alexander Souter53. D’autres recherches, diachroniques, ont porté sur des épîtres particulières, parfois sur un seul chapitre ou quelques versets. Il faut évidemment citer les études d’Eduard Riggenbach sur Hébreux54, Peter Corsenn sur Romains55, Karl Hermann Schelkle au sujet de Rm 1-1156, Wilfrid Parsons à propos de l’influence de Rm 13, 1-7 sur la pensée politique jusqu’à Hincmar57, Werner Affeldt sur Rm 13, 1-7 jusqu’au xiiie siècle58, ou bien encore celle de Benedetto Clausi sur les lectures antiques et médiévales de Ga 4, 2459.

  • 60 Maria Grazia Mara, « Il significato storico-esegetico dei commentari al corpus paolino dal IV al V (...)
  • 61 Voir Célestin Charlier, « Cassiodore, Pélage et les origines de la Vulgate Paulinienne », dans Stud (...)
  • 62 Hermann Josef Frede, Epistula ad Ephesios, Freiburg, 1962-1964, Vetus Latina, 24/1, p. 35.
  • 63 Epistula ad Corinthios I, édition par Uwe Fröhlich, Fribourg, 1998, Vetus Latina, 22/3, p. 199.

10L’exégèse paulinienne en langue latine ne se développe pas avant le milieu du ive siècle, mais elle suscite alors en Occident un intérêt considérable, jusque vers le milieu du siècle suivant60. Ce sont d’abord les grands débats trinitaires qui en favorisent l’essor, en particulier la polémique sur l’arianisme au lendemain du concile de Nicée (325). Un peu plus tard, les protagonistes de l’âpre controverse pélagienne exploitent les ressources du corpus paulinien et notamment le thème de la justification développé dans Romains. Avant d’aborder en détail cette production exégétique, précisons que le texte des Épîtres avait très tôt fait l’objet de traductions du grec en latin. C’est une étape importante dans l’histoire du corpus, parce que les origines de ce que nous appelons la Vulgate ne peuvent être saisies sans une étude précise des plus anciens commentateurs latins de Paul61. Il y eut ainsi, dès les iie-iiie siècles, plusieurs recensions dites « vieilles latines ». Ont coexisté et se sont influencés mutuellement les textes dits occidental, italien, africain et espagnol de cette Vetus Latina. Des révisions en ont été faites, notamment en Italie, à Rome même ou à proximité. Là, elles ont donné lieu à deux recensions auxquelles les spécialistes ont attribué les sigles D et I. Celles-ci ont abouti à la version « vulgate », c’est-à-dire commune, qui s’est lentement substituée aux autres recensions. Le texte biblique cité par l’Ambrosiaster (fl. 366-384) appartient ainsi à la famille I62, mais il y a peu de différences notables entre le texte vulgate des Épîtres et celui de l’Ambrosiaster, d’après Uwe Fröhlich63. Encore faut-il ajouter que la Vulgate remplace la prévulgate dans la recension γ de ce commentaire, comme en témoigne Amiens, Bibl. munic. 87, copié vers l’an 800 à l’abbaye de Corbie.

  • 64 Bernhard Lohse, « Beobachtungen zum Paulus-Kommentar des Marius Victorinus und zur Wiederentdeckung (...)
  • 65 Voir Pierre Hadot, Marius Victorinus. Recherche sur sa vie et ses œuvres, Paris, 1971.
  • 66 A. Souter, The earliest Latin Commentaries, p. 8-38 ; Karl Th. Schäfer, « Marius Victorinus und die (...)
  • 67 B. Lohse, Beobachtungen, p. 358.

11D’après Bernhard Lohse, c’est à Rome, Milan et peut-être Aquilée que naît l’exégèse paulinienne latine64. Le premier à s’y intéresser, vers 362, est le philosophe néoplatonicien Marius Victorinus, converti sur le tard au christianisme65. Ce dernier commente les Épîtres de Romains à Philippiens, mais les trois premières, à savoir Romains, 1 et 2 Corinthiens, ont été rapidement perdues. Ne subsistent que Galates, Éphésiens et Philippiens66. L’arrière-plan intellectuel de ce premier commentaire latin est déterminé par les thèmes nicéens. L’auteur est lui-même très anti-arien. Son exégèse est en outre caractérisée par l’importance des digressions philosophiques, surtout dans Éphésiens67. Encore faut-il préciser que le texte ne nous a pas été transmis dans son intégralité : il manque Ga 3, 10b-19 et 5, 17b-6, 1a, Ph 1, 1-14 et Ep 6, 1-12. Il s’agit d’une exégèse très personnelle. Marius Victorinus a relativement peu recours à l’Écriture, notamment en ce qui concerne l’Ancien Testament, qu’il ne semble pas bien connaître. Jérôme, de sa plume trempée dans l’acide, le lui reproche d’ailleurs ouvertement :

  • 68 « Non quo ignorem Gaium Marium Victorinum, qui Romae me puero rhetoricam docuit, edidisse commentar (...)

« Je n’ignore pas que Gaius Marius Victorinus, qui m’a enseigné la rhétorique à Rome quand j’étais un jeune homme, a publié des commentaires sur l’Apôtre ; mais, occupé qu’il fut par l’érudition en matière de lettres séculières, il a complètement ignoré les Écritures ; or, personne ne peut, bien qu’éloquent, traiter correctement ce qu’il ignore. »68

  • 69 Nello Cipriani, « Agostino lettore dei commentari paolini di Mario Vittorino », Augustinianum, 38/2 (...)
  • 70 À propos des citations de cet auteur par Claude, voir Pascal Boulhol, Claude de Turin, un évêque ic (...)
  • 71 Léopold Delisle, Inventaire des manuscrits de la Bibliothèque nationale. Fonds de Cluny, Paris, 188 (...)
  • 72 Marius Victorinus, Adversus Arium, I, 17-28, texte établi par Paul Henry, traduit et annoté par Pie (...)

12Avant saint Augustin, Marius Victorinus développe une théologie de la prédestination et de la justification ainsi que des thèmes que nous retrouvons chez l’évêque d’Hippone dans les traités antipélagiens. Le commentaire du philosophe a influencé l’Ambrosiaster et Augustin d’Hippone69. Cette œuvre pratiquement méconnue des auteurs médiévaux a été largement exploitée au début du ixe siècle par Claude de Turin qui en a tiré de longs et nombreux excerpta presque dépouillés de leur substance philosophique70 et, à travers lui, par Haymon d’Auxerre vers 850 et Atton de Verceil aux environs de 920. La seule attestation de ce commentaire dans un inventaire de bibliothèque médiéval est offerte par le catalogue de Cluny à la fin du xie siècle71. En outre, Marius Victorinus a développé une défense de la théologie nicéenne de l’homoousios dans l’Adversus Arium en s’appuyant sur des extraits de Romains, 1-2 Corinthiens, Galates, Éphésiens, Philippiens, Colossiens et 1 Timothée72. Mais nous sommes déjà là dans le cadre du traité théologique fondé sur une exégèse du corpus paulinien, non dans celui du commentaire stricto sensu.

  • 73 Voir A. Souter, A Study of Ambrosiaster, Cambridge, 1905, ainsi que les indications données par l’é (...)
  • 74 Sur la diffusion de ce commentaire à l’époque carolingienne, voir Véronika von Büren, « Ambroise de (...)
  • 75 Voir Pierre Nautin, « La date des commentaires de Jérôme sur les épîtres pauliniennes », Revue d’Hi (...)

13On ignore encore qui se cache sous le nom d’« Ambrosiaster » donné par Érasme à l’auteur du premier commentaire latin intégral du corpus paulinien (à l’exception d’Hébreux), rédigé à l’époque du pape Damase (366-384), vraisemblablement autour de 370 : il s’agit peut-être d’un Juif converti qui, par réaction, se laisserait aller à l’antijudaïsme décelable dans ses propos. L’Ambrosiaster semble en tout cas avoir eu des liens avec l’Italie septentrionale et l’Espagne. Il produit une exégèse à dominante littérale, remarquable par sa clarté et sa concision73. Les diverses recensions de l’ouvrage correspondent peut-être à autant de phases rédactionnelles remontant à l’auteur lui-même. Elles diffèrent assez peu entre elles, sauf dans le cas du commentaire de Romains. Dans 1 Corinthiens, l’Ambrosiaster développe des préoccupations théologiques, trinitaires notamment, mais aussi ecclésiologiques ; il insiste sur l’unité contre la menace que représentent les hérésies et développe un propos au riche contenu anthropologique et juridique. Il montre aussi en matière de pastorale du mariage un certain radicalisme qui se traduit par une interprétation exigeante du privilège paulin. L’Ambrosiaster est une source importante de plusieurs commentaires médiévaux des Épîtres74. Ces commentaires de Marius Victorinus et de l’Ambrosiaster ont en particulier nourri la réflexion sur le rapport entre la grâce et la Loi. La verve exégétique de saint Jérôme s’est aussi exercée sur les Épîtres, mais le moine de Bethléem n’a commenté que Philémon, Galates, Éphésiens et Tite, en 386-387. L’ensemble est très influencé par Origène75.

  • 76 « Prends, lis ! Prends, lis ! »
  • 77 Augustin, Confessions, VIII, 12, 29 (CCSL 27, p. 131, 18-25 pour le texte latin).
  • 78 Maria Grazia Mara, « L’influsso di Paolo in Agostino », dans Julien Ries et alii (éd.), Le epistole (...)
  • 79 C. Hammond-Bammel, « Augustine, Origen and the Exegesis of St. Paul », Augustinianum, 32 (1992), p. (...)
  • 80 Les trois commentaires exégétiques ont été édités de manière critique par Johannes Divjak (CSEL 84)
  • 81 Pour une présentation générale de ce commentaire, voir C. H. Turner, « Pelagius Commentary on the P (...)
  • 82 Voir notamment Theodore de Bruyn, Pelagius’s Commentary on St Paul’s Epistle to the Romans, introdu (...)
  • 83 Voir Germain Morin, « Jean Diacre et le pseudo-Jérôme sur les épîtres de S. Paul », Revue Bénédicti (...)
  • 84 Pour le texte édité, voir Ps.-Hieronymus, Ad Romanos, éd. A. Souter, 1926.
  • 85 Ibid., p. 269-272.
  • 86 Budapest, Ungarisches Nationalmuseum, Cod. Lat. Medii Aevi 1, éd. Hermann Josef Frede, Ein neuer Pa (...)
  • 87 Th. de Bruyn, « Constantius the Tractator : Author of an Anonymous Commentary on the Pauline Epistl (...)
  • 88 Cassiodori Senatoris Institutiones, I, VIII, 9, éd. Roger Aubrey Baskerville Mynors, Oxford, 1961 ( (...)
  • 89 Voir Cassiodorus, Institutiones, I, VIII, 9, p. 30, 10-18 et André Wilmart, « Le mythe de Pierre de (...)
  • 90 Voir A. Souter, The earliest Latin Commentaries, p. 116.
  • 91 Cassiodorus, Complexiones in epistolas, PL 68, 413-686.
  • 92 A. Souter, Pelagius’s expositions, p. 325.
  • 93 Voir Paul-Irénée Fransen, « Traces de Victor de Capoue dans la chaîne exégétique d’Hélisachar », Re (...)

14Saint Paul occupe une place essentielle dans l’œuvre de saint Augustin, évêque d’Hippone (395-430). À Milan, en 386, le jeune professeur de rhétorique, captivé par la prédication de l’évêque Ambroise, entend tout près de lui une voix chanter : « Tolle ! lege ! tolle ! lege76 ! ». Il se saisit alors des Écritures et lit Rm 13, 13-14, des versets qui font immédiatement sur lui une forte impression77. Au-delà du détail historique de l’épisode, parfois discuté, la lecture de Paul a eu une certaine importance dans la conversion déjà bien amorcée d’Augustin au christianisme et a marqué de son influence les développements ultérieurs de sa pensée, en particulier le traitement du rapport entre la grâce et le libre arbitre78. C’est au début de sa carrière épiscopale qu’Augustin explique quelques lettres de Paul, guidé en cela par son devancier Origène, comme l’a démontré Caroline Hammond-Bammel, et moyennant une prise de distance vis-à-vis de sa source sur des points de doctrine dont l’orthodoxie était débattue, voire niée79. Trois écrits majeurs sont produits au cours des années 394-395 : l’Expositio quarundam propositionum ex Epistola ad Romanos, l’Ad Romanos inchoata expositio et l’Expositio Epistolae ad Galatas80. Il convient également d’évoquer, pour l’année 395, les questions 66 à 68 du De diversis quaestionibus à propos des problèmes soulevés par Rom. 7-9 et, sur ces mêmes chapitres, le De diversis quaestionibus ad Simplicianum, en 396. Durant ce bref laps de temps, certaines positions d’Augustin ont évolué, notamment en ce qui concerne le rapport entre justice divine et liberté humaine. Dans l’œuvre de l’évêque d’Hippone, les thèmes pauliniens prennent soudain une importance accrue après 410, lors des débats sur la grâce et le libre arbitre avec Pélage, et plus tard encore, après sa mort, dans le cadre de la polémique qui oppose partisans et détracteurs d’Augustin. Le traité De spiritu et littera (412) exploite ainsi très largement la matière paulinienne, en particulier Romains. Vers 406-409, le Breton Pélage rédige ses propres commentaires sur Paul, en fait plutôt des gloses très littérales qui éclairent efficacement le sens du verset en quelques mots81. Cependant, les idées pélagiennes sur la grâce y transparaissent peu82. Les manuscrits ont parfois transmis ce commentaire dans une recension due à un certain Jean Diacre, peut-être le même homme que le pape qui régna sous ce nom de 560 à 57483. Le commentaire de Pélage a également été connu sous le nom de Jérôme et la confusion dans ce dossier est d’autant plus grande que vers 439 au plus tard, un pseudo-Jérôme a interpolé le texte de Pélage84. Le commentaire de ce dernier a souvent été transmis avec ces additions. C’est notamment le cas du texte utilisé par Claude de Turin au début du ixe siècle : celui-ci appartient à la classe c, dans la recension la plus longue, irlandaise et interpolée de ce texte (H2), selon A. Souter, qui en a étudié les citations85. Dans les premières années du ve siècle, à peu près en même temps que Pélage, un bref commentaire des Épîtres a également été rédigé par un auteur qui semble avoir appartenu au cercle intellectuel de Rufin, probablement dans la région d’Aquilée. Il est conservé dans un unicum de la Bibliothèque de Budapest copié vers 800 à la demande d’Arn, évêque de Salzbourg (785-821) ; on doit à Hermann Josef Frede cette découverte ainsi que l’édition critique du texte86. Théodore de Bruyn s’est plus récemment demandé si un certain Constantius Tractator, opposé à Pélage et à Célestius, n’en serait pas l’auteur87. Du florilège augustinien plus tardif (milieu du vie siècle) de Pierre de Tripoli sur Paul, signalé par Cassiodore dans les Institutiones88, on peut suivre quelques pistes, toutes fausses, dans des manuscrits où les copistes attribuent de façon erronée à cet auteur les florilèges de Bède ou de Florus sur l’Apôtre89. Enfin, vers 550-580, semble-t-il90, la tradition des commentaires antiques latins des Épîtres s’achève avec Cassiodore, qui commente Romains dans les Complexiones in Epistolas transmises sous son nom. Sauf pour Hébreux et avec l’aide d’un continuateur qui a travaillé sur les autres épîtres, à Vivarium où l’ancien sénateur s’était retiré dans sa fondation monastique, Cassiodore corrige le commentaire de Pélage en reformulant le texte et en l’interpolant d’extraits d’œuvres de saint Augustin91. Cassiodore, à la charnière de deux mondes, est déjà par bien des aspects un auteur médiéval : il fait surtout œuvre de compilateur et n’innove guère dans son exégèse paulinienne. Sauf erreur de ma part, aucune étude approfondie n’a été consacrée à cet ouvrage dont l’influence sur les commentaires médiévaux est restée relativement discrète, signe et conséquence probables d’une tradition manuscrite réduite. Claude de Turin, Smaragde de Saint-Mihiel et Sedulius Scotus en font toutefois un usage important au ixe siècle. Dans Paris, BnF, lat. 10878, qui a transmis les commentaires de Claude sur Tite, Philémon et Hébreux, le sigle marginal ANT (?) signale les extraits tirés du commentaire de Cassiodore dont une copie de l’exemplaire de Vivarium se trouvait certainement à Lyon au ixe siècle, selon A. Souter92. L’explication d’Hébreux éditée sous le nom de Cassiodore dans la Patrologie Latine n’est pas de lui, mais d’Haymon d’Auxerre, des copistes sans doute désireux de constituer un recueil complet ayant ajouté ce commentaire aux Complexiones. Pour terminer sur ce point, il convient de mentionner Victor de Capoue († 554), auteur hypothétique d’un Collectaneum sur l’Apôtre, selon Paul-Irénée Fransen93.

Le haut Moyen Âge occidental : du relatif silence exégétique (viie-viiie siècle) au renouveau carolingien (ixe-xe siècle)

  • 94 Voir Louis Holtz, « Vers la création des bibliothèques médiévales en occident », dans Morfologie so (...)
  • 95 Bernhard Bischoff, Karolingische Handschriften. Katalog der festländischen Handschriften des neunte (...)
  • 96 Voir notamment Celia M. Chazelle, Burton Van Name Edwards (éd.), The Study of the Bible in the Caro (...)

15La production exégétique de cette époque, paulinienne ou non, suit la courbe ascensionnelle que l’on observe dans la production des manuscrits entre le vie et la fin du ixe siècle. En effet, l’on conserve six cents livres copiés entre 550 et 750 environ94 et plus de sept mille pour la période comprise entre la fin du viiie et l’aube du xe siècle95. Ce dernier chiffre traduit de manière éloquente l’impulsion efficace donnée aux études et à la production de livres dans les grands centres carolingiens à l’initiative du pouvoir politique. On constate parallèlement un renouveau de l’activité exégétique sous Charlemagne et ses successeurs jusque vers la fin du règne de Louis le Germanique dans le royaume franc oriental et de celui de Charles le Chauve en Francie occidentale96.

Gloses et commentaires continus

  • 97 Voir A. Souter, The Earliest Latin Commentaries, p. 210-212.
  • 98 Pour une synthèse sur le sujet, voir Michael Gorman, « Mario Esposito (1887-1975) and the Study of (...)
  • 99 Michael Lapidge, « An Isidorian Epitome from Early Anglo-Saxon Ireland », Romanobarbarica, 10 (1988 (...)
  • 100 Joseph F. Kelly, « A catalogue of Early Medieval Hiberno-Latin Biblical Commentaries, I-II », Tradi (...)
  • 101 Martin McNamara, « The Irish Tradition of Biblical Exegesis », dans Gerd Van Riel, Carlos Steel, Ja (...)
  • 102 Michael W. Herren, « Irish biblical commentaries before 800 », dans Jacqueline Hamesse, Roma, Magis (...)
  • 103 Joseph F. Kelly, « Pelagius, Pelagianism and the early Christian Irish », Mediaevalia, 4 (1978), p. (...)
  • 104 La collection a été étudiée et décrite par Paul-Irénée Fransen, « Description de la Collection de B (...)
  • 105 Voir Silvia Cantelli Berarducci, Hrabani Mauri opera exegetica. Repertorium fontium. III. Apparatus (...)
  • 106 Bernhard Bischoff, Michael Lapidge, Biblical commentaries from the Canterbury School of Theodose an (...)
  • 107 Voir B. Bischoff, « Wendepunkte in der Geschichte der lateinischen Exegese im Frühmittelalter », Sa (...)
  • 108 M. Gorman, « Theodor of Canterbury, Hadrian of Nisida and M. Lapidge », Scriptorium, 50 (1996), p.  (...)

16Assez peu productifs, les viie et viiie siècles n’ont cependant pas été stériles du point de vue exégétique. Ce sont surtout les milieux irlandais, puis anglo-saxons, qui apportent une contribution significative à l’exégèse paulinienne. Toutefois, le respect de la chronologie impose de signaler d’abord une compilation probablement réalisée en Espagne au vie ou viie siècle à partir des commentaires de Pélage, du Pseudo-Jérôme et de Cassiodore, transmise par Paris, BnF, lat. 653 (ca. 800), et qui couvre l’ensemble des Épîtres de Paul. Dans ce manuscrit, le bref commentaire sur He 2, 14-3, 7 est dû à un pseudo-Pélage irlandais qui l’a composé entre 650 et 800 ; le texte a également été transmis par Saint-Gall, Stiftsbibliothek 7397. Il faut mentionner ensuite la littérature dite « hiberno-latine », dont l’importance est à vrai dire controversée98. Les études de Michael Lapidge99, Joseph F. Kelly100, Martin McNamara101 et Michael Herren102 lui ont été consacrées. Les « Gloses de Würzburg » dans Würzburg, Universitätsbibliothek, M. p. th. f. 12, concernent l’ensemble du corpus paulinien jusqu’à He 7, 5103. Fort brèves, elles exploitent surtout Pélage, Origène et l’Ambrosiaster, connus de cet auteur anonyme sous les noms d’Hilaire, Jérôme et Augustin. München, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 6235 (ca. 850), f. 1v-31v, contient également un commentaire irlandais assez bref sur Romains-Hébreux, rédigé vers 750 ; son auteur utilise Pélage, Jérôme, Augustin et Eucher de Lyon. Trinity College B. 10. 5 (s. VIII1/2) a d’autre part transmis des gloses sur Paul rassemblées dans un milieu hiberno-northumbrien. Dans le domaine anglo-saxon, au viiie siècle, signalons le florilège augustinien de Bède le Vénérable (673-735) sur Paul, toujours inédit104. Hraban Maur l’a copié presque intégralement dans sa propre explication des Épîtres105. Il semble aussi que Théodore, archevêque de Canterbury (668-690), ait expliqué celles-ci106. On trouve peut-être trace de cet enseignement dans la troisième des VIII Quaestiones de Bède107. À cette exception près, il en va des commentaires sur les épîtres comme de ceux, soi-disant produits par Théodore, sur Genèse : selon Michael Gorman, leur influence sur la production exégétique ultérieure est nulle108.

  • 109 PL 100, 1007-1084, sauf Éphésiens, perdu. Sur ce commentaire d’Alcuin, voir Raffaele Savigni, « Le (...)
  • 110 P.-I. Fransen, « Fragments épars du Commentaire perdu d’Alcuin sur l’épître aux Éphésiens », Revue (...)
  • 111 PL 104, 841-912 (Galates) ; PL 134, 609-834 (Colossiens-Hébreux) ; PL 134, 911-918 (Philémon).
  • 112 P. Boucaud, « Commentaires pauliniens inédits du haut Moyen Âge dans un manuscrit du Mont-Cassin », (...)
  • 113 PL 111, 1273-1616 (Romains) ; PL 112, 9-834 (1 Corinthiens-Hébreux).
  • 114 P. Boucaud, « Raban Maur », p. 316.
  • 115 Gustav Heinrich Becker, Catalogi bibliothecarum antiqui, 1885, p. 225, n° 106. (vol. 75). : « Frecu (...)
  • 116 Voir P.-I. Fransen, « Extraits non encore repérés dans la compilation augustinienne de Florus de Ly (...)
  • 117 PL 117, 361-938. Voir P. Boucaud, « Claude de Turin († ca. 828) et Haymon d’Auxerre (fl. 850) : deu (...)
  • 118 On peut en consulter la liste donnée par Celia Chazelle et Burton Van Name Edwards sur leur site in (...)
  • 119 Célestin Charlier, « La compilation augustinienne de Florus sur l’Apôtre », Revue Bénédictine, 57 ( (...)
  • 120 Flori Lugdunensis Collectio de dictis XII Patrum, éd. P.-I. Fransen, B. Coppieters’ T Wallant, 3 vo (...)
  • 121 P.-I. Fransen, « Description de la collection hiéronymienne de Florus de Lyon sur l’Apôtre », Revue (...)
  • 122 Voir Sedulius Scottus, Collectaneum in apostolum. I. In Epistolam ad Romanos, éd. Hermann Josef Fre (...)
  • 123 Uwe Fröhlich, Epistula ad Corinthios I., t. 3. Lieferung, Fribourg, 1998, p. 205.
  • 124 A. Souter, Pelagius’s Expositions, p. 336-339.
  • 125 Expositiones Pauli epistularum ad Romanos, Galathas et Ephesios, éd. Gérard de Martel, Turnhout, 19 (...)
  • 126 Michel Huglo, « D’Hélisachar à Abbon de Fleury », Revue Bénédictine, 104 (1994), 204-230 ; P.-I. Fr (...)
  • 127 M. Gorman, « Paris lat. 12124 (Origen on Romans) and the Carolingian Commentary on Romans in Paris (...)
  • 128 PL 134, 125-834 (moins les commentaires de Claude de Turin édités sous le nom d’Atton). Voir Suzann (...)
  • 129 Ibid., p. 44 et 215, n. 10.
  • 130 Voir Friedrich Stegmüller, Repertorium biblicum medii aevi, t. 5 (1955), Auctores, n° 8267, p. 405- (...)
  • 131 Steven R. Cartwright, Kevin L. Hughes, Second Thessalonians : two early medieval apocalyptic commen (...)

17Sur le continent, le règne de Charlemagne ouvre une période particulièrement productive en matière d’exégèse paulinienne. C’est l’Anglo-Saxon Alcuin qui lui donne sa première expression vers l’an 800 avec des commentaires sur Éphésiens, Tite, Philémon et Hébreux109. Son ouvrage sur Éphésiens est perdu, mais P. I. Fransen pense en avoir retrouvé cinquante-deux fragments dans le commentaire de Hraban Maur sur le même livre biblique110. Des citations fort proches, chez Claude de Turin, donnent à penser que ce dernier, parfois, cite Alcuin plutôt que Jérôme, une source que le maître de l’école de Tours suit pour sa part de très près ; l’enquête sur ce point doit cependant être menée plus avant. Il faut également signaler un commentaire des Épîtres dans ce vademecum exégétique de Théodulfe d’Orléans († 821) qu’est Paris, BnF, lat. 15679, f. 402-464, mais celui-ci est essentiellement constitué d’emprunts au texte de Pélage interpolé par le pseudo-Jérôme. Claude de Turin, pour sa part, a commenté le corpus paulinien entre 815 environ et 821. Certains commentaires ont été édités dans la Patrologie Latine111. D’autres sont en cours d’édition critique, notamment Romains et 1-2 Corinthiens par mes soins et Éphésiens-Philippiens par ceux de Cristina Ricci-Walraff. Un doute subsiste cependant à propos des commentaires anonymes de 1-2 Thessaloniciens et de ceux de 1-2 Timothée transmis sous le nom de cet auteur dans un unicum du Mont-Cassin, le codex latin 48, copié en écriture bénéventaine dans ce même monastère, sous l’abbatiat de Théobald (1022-1035). 1 Thessaloniciens transmet en effet un matériel que je n’ai pu identifier, mais puisque le reste du commentaire est une pure compilation, ces citations pourraient provenir d’une homélie ou d’un commentaire de la fin de l’Antiquité ou du haut Moyen Âge dont nous n’aurions gardé trace par ailleurs. 1 Timothée comprend également des citations du Libellus de dignitate sacerdotali, un traité pseudo-ambrosien transmis par de nombreux témoins, dont huit du ixe siècle, dans une recension jusqu’ici inconnue, de même qu’un extrait du De abrenunciatione diaboli de Leidrade de Lyon († ca. 822), dont la tradition manuscrite est extrêmement mince. Cela montre que l’auteur avait accès à des sources rares ou encore peu exploitées, et c’est justement l’une des caractéristiques de Claude de Turin. L’application des critères de la critique interne paraît plutôt conforter, selon moi, l’attribution des quatre commentaires à cet exégète, malgré l’absence de preuve décisive à l’appui de cette hypothèse112. Pour sa part, Raban Maur commente les Épîtres entre 836 et 840 à la demande de son élève Loup, moine de Ferrières-en-Gâtinais113. La part de la rédaction personnelle y est très réduite. J’ai pu calculer, d’après un comptage approximatif, qu’elle ne dépasse pas 0,25 % dans I Corinthiens, alors qu’on atteint, bien que difficilement il est vrai, 4 % dans la même épître chez Claude de Turin114. À une date inconnue, il est possible que Fréculphe, évêque de Lisieux (ca. 823-853), ait lui aussi expliqué les Épîtres, s’il faut en croire une mention dans un catalogue de l’abbaye de Saint-Vaast d’Arras115. Philip Grierson pense d’ailleurs en avoir repéré des fragments dans le commentaire paulinien anonyme transmis par Arras, Bibl. munic. 764, en particulier celui de 1 Co 1, 1-2 et 14 aux feuillets 94-101v, où l’auteur utilise des textes rarement cités par les exégètes du haut Moyen Âge, notamment Claudien Mamert, De statu animae, Fulgence de Ruspe, Ad Trasamundum regem, Hilaire, De Trinitate, et la traduction du De sancto Spiritu de Didyme par Jérôme. Michael I. Allen n’identifie cependant pas de lien clair entre ce collectarium et l’évêque de Lisieux116. Un peu plus tard, Haymon d’Auxerre (fl. 840-870) a commenté l’ensemble du corpus paulinien, mais l’on attend toujours une étude qui permettrait d’éclaircir cette tradition manuscrite complexe et souvent interpolée117. À la même époque ou peut-être même un peu plus tôt, sous l’autorité de l’archevêque de Lyon Amolon (840-852), le diacre Florus réunit plus de quatre mille extraits des œuvres d’Augustin afin de produire un florilège sur Paul in extenso. L’ouvrage est encore inédit, malgré le succès considérable dont il a bénéficié et dont témoignent encore quatre-vingt témoins manuscrits complets ou partiels118 ; sa description rigoureuse, par les soins de Dom Célestin Charlier, a reçu des compléments par la suite119. Dom Charlier explique que l’auteur de la compilation manifeste un jugement très sûr en matière d’attribution, puisqu’un seul des textes cités est inauthentique. Florus est aussi l’auteur de la compilation dite « des Douze Pères » sur Paul120 et de deux autres encore, inédites, respectivement à partir de textes de Jérôme et de Grégoire le Grand121. Sans doute vers 860, Sedulius Scottus est l’auteur d’un Collectaneum sur l’Apôtre dont les sources très nombreuses122. L’influence irlandaise y est patente, notamment à travers le texte biblique utilisé, apparenté à celui du Livre d’Armagh123, et les citations du commentaire non interpolé de Pélage124. D’autres commentaires sont connus par un seul manuscrit. Au milieu du ixe siècle, un exégète anonyme a produit un commentaire de Romains, Galates et Éphésiens transmis par Avranches, Bibl. munic. 71 ; l’éditeur critique y discerne les traces des controverses doctrinales du moment125. Paris, BnF, lat. 11574 (ixe s.) transmet par ailleurs une compilation anonyme et inédite sur Romains, peut-être rédigée dans les années 820 ; son attribution hypothétique à Helisachar, notamment par Michel Huglo126, a été récemment mise en doute par M. Gorman127. En outre, München, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 14500 (ixe-xe s.) contient divers extraits des Pères sur l’Apôtre aux feuillets 39v-90v. La compilation n’a apparemment pas encore été décrite. En matière d’exégèse latine du corpus paulinien, le xe siècle s’illustre par deux noms seulement. Atton, évêque de Verceil (ca. 924-961), semble écrire vers 940128 ou peut-être, pour les « grandes épîtres » que sont Romains et 1-2 Corinthiens, un peu avant son accession à l’épiscopat, sous forme d’exercices scolaires, comme le suggère Suzanne F. Wemple129. Quelques années plus tard, Tietland, abbé d’Einsiedeln († 964), produit un commentaire sur Romains, 1 Corinthiens, Éphésiens, Philippiens et 1-2 Thessaloniciens130. À ma connaissance, il n’existe à ce jour aucune étude générale sur le sujet. 2 Thessaloniciens a toutefois fait l’objet d’une édition accompagnée d’une traduction anglaise, par les soins de Steven R. Cartwright et Kevin L. Hughes131.

  • 132 Pierre-Patrick Verbraken, « La collection de sermons de saint Augustin “De verbis Domini et Apostol (...)
  • 133 Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Mannon de Saint-Oyan », Revue d’Histoire des Textes, 29 (1999), p. 169 (...)
  • 134 Réginald Grégoire, « Les homéliaires du Moyen Âge : inventaire et analyse des manuscrits », Rerum E (...)
  • 135 Homiliae Venerabilis Bedae in D. Pauli Epistolas et alias Veteris et Novi Testamenti lectiones tam (...)
  • 136 Smaragdus, Collectiones in Epistolas et Evangelia, PL 102, col. 9-552.
  • 137 Henri Barré, Les homéliaires carolingiens de l’école d’Auxerre : authenticité - inventaire - tablea (...)

18Ce panorama sur un millénaire de commentaires pauliniens s’en tient à la production exégétique grecque et latine. Je ne m’attarderai guère sur les collections homilétiques de l’Occident médiolatin des vie-xe siècle, aujourd’hui bien décrites, puisqu’elles relèvent d’un genre littéraire distinct, sauf pour souligner le lien organique entre exégèse, liturgie et prédication aux yeux des commentateurs médiévaux. Dans cet esprit, un recueil de sermons de saint Augustin destiné à commenter les péricopes a été confectionné vers le début du viiie siècle, en Gaule plutôt qu’en Italie du Nord, et a été exploité par certains exégètes médiévaux, notamment Claude de Turin : il s’agit de la Collectio de verbis Domini et Apostoli, connue par deux recensions, la plus brève ayant pour titre Collectio de verbis Apostoli132. Une version remaniée de cette collection est attestée à Lyon au temps de Florus, qui en est l’auteur133. L’insistance du pouvoir carolingien sur la prédication est l’un des principaux facteurs de l’essor de la production d’homéliaires à cette époque. Ces recueils réunissent, de manière pratique, les sermons sur les épîtres et les péricopes évangéliques lus au cours de la liturgie, dans l’ordre et parfois pour toute l’année liturgique (per circulum anni)134. On ne peut donc taire l’existence de ces amples compilations que sont par exemple l’homéliaire du Pseudo-Bède, rédigé vers 800-812135, celui de Smaragde, composé en 819136, ou encore les homéliaires de l’École d’Auxerre137. Il convient aussi d’évoquer les excerpta rassemblés sous forme de commentaires de quelques versets pauliniens comme support d’une prédication thématique. C’est le cas, semble-t-il, de Paris, BnF, lat. 2846 (xe s.), f. 159v-166v, où l’on trouve une sélection de commentaires dont le caractère principal réside dans le fait qu’ils transmettent une morale individuelle et familiale ainsi que quelques instructions sur les exigences de la vocation religieuse. Aux f. 159v-161v, des versets d’1 Corinthiens ont été isolés par le compilateur et expliqués au moyen d’extraits du commentaire de Pélage, cité ici sous le nom de Jérôme. L’ensemble a pour titre : « In epistole (sic) Pauli ad Corinteos in explanatione hieronimi de coniugibus non separandis. » Enfin, une exégèse à dominante scolaire s’applique parfois directement dans les marges ou les interlignes du texte biblique central, comme l’atteste Orléans, Bibl. munic. 82 (79), copié à Fleury au début du xe siècle par le scribe Rahingus qui distribue de manière hétérogène des commentaires et des sentences sur les Épîtres tirés de sources patristiques diverses.

Connaissance et perception de l’Apôtre et du Corpus Paulinum à l’époque carolingienne

  • 138 Pierre-Maurice Bogaert, « Les particularités éditoriales des Bibles comme exégèse implicite ou prop (...)
  • 139 Donatien de Bruyne, Préfaces de la Bible latine, Namur, 1920, p. 213-214.
  • 140 Ibid., p. 213-214.
  • 141 Je remercie monsieur Régis Burnet pour cette précision.
  • 142 D. de Bruyne, Préfaces de la Bible, p. 218-219 : p. 219.
  • 143 Ce matériel a été reproduit dans l’édition de la Vulgate proposée par John Wordsworth et Henry Juli (...)

19La figure de l’Apôtre est d’abord connue du commentateur par le biais des prologues, sommaires (capitula) et concordances thématiques, autrement dit les parties rajoutées en tête des livres bibliques138. Ces pièces ont été éditées par Dom Donatien de Bruyne139. Parmi elles, le prologue Primum quaeritur offre un condensé des généralités que l’exégète devait connaître sur les épîtres de Paul140. L’auteur explique que l’on conserve quatorze lettres, parce que la Providence a voulu additionner le chiffre parfait du Décalogue – dix lettres sont adressées aux Églises ou à un groupe précis – et celui des évangiles – quatre épîtres ont pour destinataires des particuliers. Paul, poursuit-il, a rédigé cette correspondance à cause des hérésies naissantes, sachant toutefois qu’il y a déjà tout dans les évangiles. Évidemment, l’auteur ne doute pas que ceux-ci soient antérieurs aux Épîtres, ce qui, nous le savons aujourd’hui, n’est pas le cas. On peut toutefois douter, affirme-t-il encore, qu’Hébreux soit de Paul ; incapable de proposer une solution alternative en fait d’attribution, il s’empresse toutefois d’ajouter que si Paul n’a pas écrit cette épître, autant maintenir l’identification, puisque nous demeurons dans l’ignorance sur ce point ! Il précise d’autre part qu’on y trouve un exposé doctrinal tellement profond qu’on est en droit d’attribuer ce dernier à l’Apôtre. On peut certes penser, dit-il au surplus, que l’épître est de Barnabé, conformément à l’opinion de Tertullien, ou bien de Luc, comme le croit l’évêque de Rome Clément à la fin du ier siècle. Inspiré en cela par Clément d’Alexandrie, d’après le témoignage d’Eusèbe de Césarée141, l’auteur du prologue anonyme Paulus apostolus scripsit avance quant à lui une autre explication sur ce point : Paul s’adresse aux Hébreux dans le langage et selon la logique des Juifs et, ensuite, il traduit son texte en grec, ce qui explique les différences notables entre cette épître et celles qui ont été adressées aux Églises d’Asie Mineure ou de Rome ainsi qu’aux particuliers. Enfin, l’auteur du prologue Primum quaeritur commente l’ordre des Épîtres, notamment le fait que Romains soit placée en tête du corpus. Certains, rapporte-t-il, prétendent que cet ordre est déterminé par l’idée de perfection graduelle, les Romains, comparés aux destinataires des autres épîtres, étant « si grossiers et si éloignés de la vérité qu’ils attribuaient leur salut à leurs mérites, non à la grâce ». Il ajoute qu’il est cependant préférable de considérer que cette position traduit une forme de prééminence calquée sur celle, politique, de Rome, alors capitale de l’Empire. Un prologue de saint Jérôme fournit en outre quelques indications biographiques sur l’Apôtre, précisant que ce dernier est mort la quatorzième année du règne de Néron, le même jour que Pierre, et la trente-sixième après la Passion142. À travers les parties rajoutées de sa Bible, l’exégète du corpus paulinien disposait donc d’une présentation des thèmes et de la structure du corpus143. En témoigne une Bible de la fin du ixe ou du xe siècle : Basel, Öffentliche Bibliothek der Universität B. I. 6. Pour les seules épîtres aux Romains et aux Corinthiens, copiées dans la version vulgate, l’organisation du contenu est le suivant :

  • f. 3r-v : prologue Primum quaeritur, sur toutes les Épîtres (de Bruyne, n° 1, p. 213-215)

  • f. 3v-4r : prologue de Romains : Romani ex iudaeis gentibusque crediderant (de Bruyne, n° 2, p. 215-217)

  • f. 4r : prologue de Damase : Iam dudum saulus procerum precepta secutus (de Bruyne, n° 13, p. 234)

  • f. 4r-5r : Incipit capitulatio de omnibus epistolis (= “concordia epistolarum” : de Bruyne, n° 10, p. 220-223)

  • f. 5r : prologue Romani sunt in partibus Italiae (de Bruyne, n° 15, p. 235)

  • f. 5r-v : capitulation en 50 titres

  • f. 6r-11v : texte de Romains

  • f. 11v-12r : argumentum pseudopélagien Corinthus metropolis civitatis achaiae (de Bruyne, n° 16, p. 235-236)

  • f. 12r : prologue Corinthii sunt Achaiae (de Bruyne, n° 15, p. 235)

  • f. 12r-14r : capitulation en 73 titres

  • f. 14r-18v : Ad Corinthios Ia

  • f. 18v : prologue Post acceptam penitentiam (de Bruyne, n° 15, p. 235-236)

  • f. 18v-19r : capitulation en 28 titres

  • f. 19r-22v : Ad Corinthios IIa

20Dans les préfaces de leurs commentaires, les exégètes reprennent les informations transmises par ces parties rajoutées. C’est le cas de Hraban Maur sur Romains et Corinthiens. D’autres prélèvent ces éléments dans des commentaires patristiques et les fondent parfois en une seule composition, comme Claude de Turin sur Corinthiens. Ce dernier innove dans sa préface du commentaire sur Romains en produisant un simple éloge de saint Augustin, l’une de ses sources principales avec Origène.

21L’exégèse de Paul est réputée difficile ; pour cette raison, ce sont souvent des hommes d’âge mûr qui s’y attellent : Alcuin produit ses commentaires à plus de soixante-cinq ans, Hraban Maur a environ cinquante-cinq ans lorsqu’il entreprend, après une lectio orale des Épîtres, son commentaire sur le corpus (836), Sedulius Scotus et Haymon, vers 850-860, ayant eux-mêmes atteint l’âge mûr, tout comme Atton de Verceil vers 920/40. La matière nécessite en effet d’avoir assimilé les grands traités doctrinaux des Pères. L’auteur des Pauca problesmata, un manuel d’exégèse composé dans les milieux irlandais vers 750, range le propos des écrits pauliniens dans cette catégorie spéculative qu’est la simplex doctrina :

  • 144 « De simplici doctrina : D[iscipulus]. Que est simplex doctrina ? M[agister]. Qua de fide uel de mo (...)

« La simple doctrine. Le disciple : Qu’est-ce que la simple doctrine ? Le maître : celle par laquelle nous sommes instruits simplement en matière de foi ou de mœurs dans le siècle présent. »144.

  • 145 Voir sur ce point Andrew D. Clarke, « “Be Imitators of me” : Paul’s model of leadership », Tyndale (...)
  • 146 « Éminent prédicateur, homme divin » : Atto Vercellensis, Ad Corinthios Ia, PL 134, col. 314A.
  • 147 Voir Yves Congar, L’ecclésiologie du haut Moyen Âge. De saint Grégoire le Grand à la désunion entre (...)
  • 148 Voir Michel Rouche, « De l’Orient à l’Occident : les origines de la tripartition fonctionnelle et l (...)
  • 149 J’emprunte ce terme utilisé par Paul Zumthor dans Langue et techniques poétiques à l’époque romane (...)

22C’est l’énoncé de la doctrine de l’Église dans ses grandes lignes théologiques et morales. Paul en livre les fondements et celle-ci fait ensuite l’objet d’une explicitation progressive. L’exégète a pour cela recours aux développements doctrinaux étayés par l’Écriture, accessibles dans la tradition des conciles et des Pères. Lors des débats christologiques et trinitaires du ixe siècle, en particulier, les lettrés puisent une part non négligeable de leurs arguments scripturaires dans le matériel paulinien et considèrent que l’exégèse cumulative du corpus, celle qui peut se prévaloir de l’autorité, est elle-même inspirée. La législation carolingienne en matière de discipline ecclésiastique y recourt aussi largement, surtout lorsqu’il s’agit de rappeler les exigences de la prédication. Paul, archétype du persécuteur, mais aussi et surtout du converti, apôtre des Gentils, modèle du prédicateur verbis et exemplis145, du docteur et, finalement, du témoignage rendu au Christ par le martyre, comme en témoignent les épîtres dites « de la captivité » (Colossiens, Éphésiens, Philippiens et Philémon), cumule les fonctions du pasteur idéal et les qualités personnelles exigées des clercs. Atton de Verceil n’hésite pas à qualifier saint Paul d’« egregius praedicator, vir divinus »146. Les enjeux de l’exégèse paulinienne sont donc importants : les Épîtres, en effet, fournissent une matière abondante à l’anthropologie, à l’ecclésiologie, à la doctrine, à la réflexion sur la société et à l’idéologie chrétienne du pouvoir en ces siècles de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge147. Un exemple illustre l’importance de telles implications : en s’inspirant du commentaire de Claude de Turin sur Rm 13, 7, Haymon d’Auxerre christianise la tripartition fonctionnelle romaine d’origine indo-européenne transmise par Isidore de Séville148. Les commentaires des épîtres, sous quelque forme que ce soit, recèlent donc un discours théologique, politique et social constamment lu, étudié et mémorisé. Il revient à l’historien d’en montrer la structure et la pertinence, comme il sied à ces monuments149.

  • 150 Voir D. Iogna-Prat et alii, L’école carolingienne d’Auxerre, p. 209-210 et n. 34.

23Pourquoi interrompre là cette enquête, puisque l’exégèse latine demeure essentiellement compilative jusque très tard dans le courant du Moyen Âge et que les auteurs empruntent une part de leur matière aux commentaires du premier millénaire ? Les Hussites de Bohème, au début du xve siècle, ne nourrissent-ils pas encore partiellement leur réflexion de la lecture du commentaire d’Haymon d’Auxerre sur Paul150 ? En fait, les méthodes mises en œuvre dans l’explication de la Bible à partir de la fin du xie siècle évoluent ; en outre, les exégètes du cloître, des écoles et de l’université, passées les années 1150 à 1200, élargissent l’éventail des autorités invoquées. Il n’y a certes pas discontinuité radicale, mais une autre étude s’impose en ce qui concerne cette période, d’autant que la part de l’inédit est à ce jour encore importante. Le premier millénaire a posé les fondations : elles seules m’intéressaient ici.

Haut de page

Notes

1 La présente synthèse est le fruit du remaniement d’un chapitre de ma thèse préparée sous la direction du professeur Michel Rouche, soutenue à l’Université Paris IV-Sorbonne le 4 décembre 2008 et intitulée : « Praecipiente principe. Exégèse doctrinale et théologie carolingienne (viiie-xe siècle). Présentation, édition critique du Tractatus in Epistolas ad Corinthios de Claude de Turin », thèse dactylographiée, 3 vol., 1 063 pages. J’ai l’agréable devoir d’exprimer ma gratitude au professeur Régis Burnet qui a aimablement accepté de relire cet article et de me transmettre ses observations, l’erreur éventuelle, l’imprécision ou l’omission relevant en définitive de ma seule responsabilité.

2 Voir sur ce point Christophe Senft, Jésus de Nazareth et Paul de Tarse, Genève, 1983 (réédité en 2002 sous le titre : Jésus et Paul. Qui fut l’inventeur du christianisme ?) ; Hyam Maccoby, Paul et l’invention du christianisme, Paris, 1987 ; David Wenham, Paul : Follower of Jesus or Founder of Christianity ?, Grand Rapids, 1995.

3 Simon Claude Mimouni, Le Judéo-Christianisme ancien, Paris, 1998 ; Id., Les chrétiens d’origine juive dans l’Antiquité, Paris, 2004.

4 L. Padovese, « L’antipaulinisme chrétien au iie siècle », Recherches de Science Religieuse, 90/3 (2002), p. 399-422 : p. 403.

5 Alain Badiou, Saint Paul. La fondation de l’universalisme, Paris, 1998 ; Michel Quesnel, Paul et les commencements du christianisme, Paris, 2001 (2008 pour la dernière édition).

6 La distinction entre lettres et épîtres, justifiée d’un point de vue littéraire, a été soulignée par Adolf Deissmann à la fin du xixe et au début du xxe siècle dans deux ouvrages : Bibelstudien, Marbourg, 1895, et Licht vom Osten, Tübingen, 1908 (ou en anglais : Light from the Ancient East, 2e édition, Londres, 1927). Raymond Brown, dans Que sait-on du nouveau Testament ?, Paris, 2000, p. 454 (= An introduction to the New Testament, New-York, 1997, traduit par Jacques Mignon et présenté par Pierre Debergé), rappelle l’analyse de Deissmann : « Pour lui, l’« épître » est un écrit relevant de la littérature, présentant généralement une leçon morale à un vaste public, et conçu en vue de la publication, par exemple les Epistulae Morales de Sénèque. La « lettre » est un moyen non littéraire de communiquer une information entre un rédacteur et un correspondant réel, personne physique ou morale, séparés l’un de l’autre par la distance. » On trouve une excellente synthèse de ce débat dans Régis Burnet, Épîtres et lettres (ier-iie siècle). De Paul de Tarse à Polycarpe de Smyrne, Paris, 2003, spéc. p. 21-30. Au terme de cette présentation, l’auteur conclut à l’impossibilité de construire « une théorie unifiée de l’épistolaire chrétien. » Il montre en effet que le critère retenu par Deissmann n’est pas assez discriminant et parfois même contestable, à en juger d’après quelques exemples tirés de la littérature classique, où il apparaît que certaines lettres grecques et latines présentent une structure très construite et où de véritables homélies ont été rédigées sous forme de lettres.

7 Délibératif, judiciaire et démonstratif ou épidictique.

8 Aristote, Ars rhetorica, I, 3, §1358b.

9 A. Vanhoye, La Structure littéraire de l’épître aux Hébreux, Bruges-Paris, 1976.

10 Ce nom d’« épîtres pastorales » leur a été donné en 1726 par l’exégète Paul Anton (1661-1730), un professeur de Halle, s’agissant de directives pour l’organisation des communautés, livrées à l’intention des personnes censées en devenir les pasteurs.

11 R. Burnet, Épîtres et lettres, p. 227. Sur le sens de cette pseudépigraphie, voir Michael Gese, Das Vermächtnis des Apostels, Tübingen, 1997.

12 Sur cette Épître aux Laodicéens, voir notamment Marie-Émile Boismard, La lettre de saint Paul aux Laodicéens, Paris, 1999 ; R. Burnet, Épîtres et lettres, p. 259-265.

13 Les abréviations par lesquelles les épîtres sont ici désignées sont celles de la Bible de Jérusalem.

14 Voir Michel Quesnel, « Le deutéro-paulinisme », dans Ayoub Chehwan et Antoine Kassis (éd.), Études bibliques et Proche-Orient ancien. Mélanges P. Feghali, Beyrouth, 2000, p. 209-225.

15 R. Simon, Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament depuis le commencement du christianisme jusques à nôtre tems, Rotterdam, 1693.

16 Fr. Vouga, « Chronologie paulinienne », dans Daniel Marguerat (éd.), Introduction au Nouveau Testament, Genève, 2004, p. 131-138.

17 R. Brown, Que sait-on du Nouveau Testament ?, p. 472.

18 Mieux vaut commencer par les introductions générales, en particulier les articles collectifs intitulés « Paul » du Dictionnaire de théologie catholique, t. XI/2, 1932, col. 2330-2490, du Dictionnaire de Spiritualité, t. XII/1, 1984, col. 487-522, de l’encyclopédie Catholicisme, t. 10, 1985, col. 866-913 et du Dictionnaire encyclopédique du christianisme ancien, Paris, 1990 (pour la version française), p. 1937-1944. Compléter avec les études suivantes : Maria Grazia Mara, Paolo di Tarso e il suo epistolario, L’Aquila, 1983 ; Hans Conzelmann, Andreas Lindemann, Guide pour l’étude du Nouveau Testament, Paris, 1999, traduction française, adaptée par Pierre-Yves Brandt, de eid., Arbeitsbuch zum Neuen Testament, Tübingen, 1975/1998 ; R. Brown, Que sait-on du Nouveau Testament ?, notamment la bibliographie générale sur Paul et ses écrits, p. 484-488. Les biographies de saint Paul sont nombreuses. Voir notamment Marie-Françoise Baslez, Saint Paul, Paris, 1991 ; Simon Légasse, Paul apôtre. Essai de biographie critique, Paris, 1991 (1re éd.) ; Association Catholique Française pour l’Étude de la Bible, Paul de Tarse. Congrès de l’ACFEB (Strasbourg, 1995), Paris, 1996 ; Jean-Noël Aletti, « Où en sont les études sur S. Paul ? Enjeux et propositions », Recherches de Sciences Religieuses, 90/3 (2002), p. 329-351, qui insiste en particulier sur l’importance de la judéité de Paul ; David M. Neuhaus, « À la rencontre de Paul. Connaître Paul aujourd’hui — un changement de paradigme ? », ibid., p. 353-376 ; Jerome Murphy-O’Connor, Histoire de Paul de Tarse, Paris, 2004 ; Odile Flichy, La Figure de Paul dans les Actes des Apôtres. Un phénomène de réception de la tradition paulinienne à la fin du ier siècle, Paris, 2007 ; Henri-Dominique Saffrey, Histoire de l’apôtre Paul ou Faire chrétien le monde, Paris, 2008.

19 On dispose d’excellentes introductions sur ce point, notamment celles de Jürgen Becker, Paul. L’apôtre des nations, Paris/Montréal, 1995 ; James D. Dunn, The Theology of Paul the Apostle, Edimbourg, 1998 ; Julienne Côté, Cent mots-clés de la théologie de Paul, Paris, 2000 ; Stanley E. Porter (éd.), Paul and his Theology, Leyde - Boston, 2006.

20 R. Brown, Que sait-on du Nouveau testament ?, p. 482.

21 Augustinus, De civitate Dei, XIV, 9, 2 (Corpus Christianorum, Series Latina, 48, p. 426, 36).

22 Monica Natali, Epistolario tra Seneca e San Paolo, Milan, 1995.

23 Sur les représentations figurées de l’apôtre Paul durant les premiers siècles, voir Pasquale Testini, L’apostolo Paolo nell’iconografia cristiana fino al VI secolo. Studi Paolini, Rome, 1969, p. 61-93 ; Ernst Dassmann, Paulus in frühchristlicher Frömmigkeit und Kunst, Opladen, 1982. Voir également Acta Petri, Acta Pauli, Acta Petri et Pauli, Acta Pauli et Theclae, Acta Thaddaei, éd. Richard Adelbert Lipsius, Hildesheim, 1959 ; Renate J. Pillinger, « Paratextual Literature in Early Christian Art (Acta Pauli et Theclae) », dans Philip Alexander, Armin Lange, Renate Pillinger, In the Second Degree. Paratextual Literature in Ancient Near Eastern and Ancient Mediterranean Culture and Its Reflections in Medieval Literature, Leyde, 2010, p. 239-266, contribution abondamment illustrée.

24 Ernst Benz, « Das Paulus-Verständnis in der morgenländischen und abendländischen Kirche », Zeitschrift für Religions- und Geistesgeschichte, 3 (1951), p. 289-309 ; Maurice F. Wiles, The Divine Apostle. The Interpretation of St Paul in the Early Church, Cambridge, 1967.

25 Sur l’utilisation des Épîtres par l’auteur de cet écrit, voir E. C. Blackman, Marcion and his influence, Londres, 1948 ; E. Dassmann, Der Stachel im Fleisch. Paulus in der frühchristlichen Literatur bis Irenäus, Münster, 1979, spéc. p. 78-98 et 231-236 ; Andreas Lindemann, Paulus im ältesten Christentum. Das Bild des Apostels und die Rezeption der paulinischen Theologie in der frühchristlichen Literatur bis Marcion, Tübingen, 1979, p. 72-82, 177-199, 263-272.

26 Édition Henri-Irénée Marrou (Sources Chrétiennes, 33bis).

27 Wilhelm Schneemelcher, « Paulus in der griechischen Kirche des zweites Jahrhunderts », Zeitschrift für Kirchengeschichte, 75 (1964), p. 1-20.

28 Les études sur Marcion et ses partisans sont nombreuses. On consultera notamment John James Clabeaux, A lost Edition of the Letters of Paul. A Reassessment of the Text of the Pauline Corpus Attested by Marcion, Washington DC, 1989 ; Ulrich Schmid, Marcion und sein Apostolos. Rekonstruktion und historische Einordnung der marcionitischen Paulusbriefausgabe, Berlin - New-York, 1995. Concernant les très controversés prologues dits « marcionites », en fait plus probablement pseudo-marcionites, voir J. J. Clabeaux, « Marcionit Prologues to Paul », The Anchor Bible Dictionary, New York - Londres - Toronto, 1992, vol. 4, 1992, p. 520-521. Sur l’attitude des auteurs chrétiens du iie siècle vis-à-vis des Épîtres, voir Kurt Aland, « Methodische Bemerkungen zum Corpus Paulinum bei den Kirchenvätern des zweiten Jahrhunderts », dans Adolf Martin Ritter (éd.), Kerygma und Logos. Beiträge zu den Geistesgeschichtlichen Beziehungen zwischen Antike und Christentum. Festschrift für Carl Andresen zum 70. Geburtstag, Göttingen, 1979, p. 29-48.

29 Irenaeus Lugdunensis, Adversus haereses, III, 7, 1.

30 Ibid., III, 22, 1.

31 Voir Johannes Werner, Der Paulinismus des Irenaeus, Leipzig, 1889, et John Lawson, Biblical Theology of saint Irenaeus, Londres, 1948.

32 Voir Maria Lodovica Arduini, « Alla ricerca di un Ireneo medievale », Studi Medievali, 21 (1980), p. 269-299 ; Pierre-Maurice Bogaert, « Les œuvres d’Irénée étaient-elles introuvables à Lyon vers 600 ? À propos d’une note manuscrite de Dom Célestin Charlier », Revue bénédictine, 120/2 (2010), p. 201-207.

33 L’utilisation d’Irénée de Lyon par Claude de Turin a d’abord été observée par Werner Affeldt dans Die weltliche Gewalt in der Paulus-Exegese Röm. 13,1-7 in den Römer-briefkommentaren der lateinischen Kirche bis zum Ende des 13. Jahrhunderts, Göttingen, 1969, p. 286-289. Voir également Pierre Boucaud, « Fragments de l’Adversus haereses d’Irénée de Lyon dans l’œuvre exégétique de Claude de Turin », Revue d’Histoire des Textes, nouvelle série, 3 (2008), p. 105-134.

34 Karl Staab, Pauluskommentare aus der griechischen Kirche, Münster : Aschendorff, 1933 ; pour une présentation générale, voir Cuthbert Hamilton Turner, « Greek Patristic Commentaries on the Pauline Epistles », dans James Hastings (éd.), Dictionary of the Bible, Édimbourg, 1963, p. 484-531.

35 John Anthony Cramer, Catenae Graecorum Patrum in Novum Testamentum, vol. III-VI : Catenae in Sancti Pauli Epistolas, Oxford, 1841-1844.

36 Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, 6, 14, 1.

37 Walther Völker, « Paulus bei Origenes », Theologische Studien und Kritiken, 102 (1930), p. 258-279.

38 Caroline P. Hammond Bammel, Der Römerbriefkommentar des Origenes. Kritische Ausgabe der Übersetzung Rufins, Friburg, 1990-1998, ouvrage qui avait été précédé d’une présentation par les soins du même auteur dans : « Notes on the Manuscripts and Editions of Origen’s Commentary on the Epistle to the Romans in the Latin Translation by Rufinus », Journal of Theological Studies, nouvelle série, 16 (1965), p. 338-357.

39 Édition des extraits par Claude Jenkins dans Journal of Theological Studies, 9 (1908), p. 232-247, 353-372, 500-514 et Journal of Theological Studies, 10 (1909), p. 29-51.

40 Édition des extraits par J. A. F. Gregg dans Journal of Theological Studies, 3 (1902), p. 234-244, 398-420 et 554-576.

41 Hieronymus, Epistolae, 48, 3, 2. Sur Pierios, voir Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, VII, XXXII, 26 ; Hieronymus, De viris illustribus, 76. Voir également Carl de Boor, « Neue Fragmente des Papias, Hegesippus und Pierius in bisher unbekannten Excerpten aus der Kirchengeschichte des Philippus Sidetes », Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur, 5/2, Leipzig, 1888, p. 167-184 ; Lewis B. Radford, Three teachers of Alexandria, Theognostus, Pierius and Peter, Cambridge, 1908, p. 44-45.

42 Édition bilingue de tout le corpus dans Patrologia Graeca (PG), tomes 60 à 62.

43 PG 50, 473-514, et l’édition du texte grec présenté, traduit en français et annoté par A. Piédagnel, Paris, 1982 (Sources Chrétiennes, 300).

44 Voir Chrysostomus Baur, « L’entrée littéraire de S. Chrysostome dans le monde latin », Revue d’Histoire Ecclésiastique, VIII/1 (1907), p. 249-265, spéc. p. 253-254 ; Kate Cooper, « An(n)ianus of Celeda and the Latin Readers of John Chysostom », Studia Patristica, XXVII (1993), p. 249-255.

45 Theodore of Mopsuestia. Commentaries on the Minor Epistles of St Paul, éd. Henry B. Swete (2 vol.), Cambridge, 1880-1882 ; Eligius Dekkers, « Un nouveau manuscrit du commentaire de Théodore de Mopsueste aux Épîtres de S. Paul », Sacris Erudiri, 6 (1954), p. 429-433.

46 Facundus Hermianensis, Pro defensione trium capitulorum lib. XII ad Iustinianum, III, 6, éd. Jean-Marie Clément et René Vander Plaetse, p. 94, 40-65 (Corpus Christianorum, Series Latina, 90A).

47 Voir Ulrich Wickert, « Die Persönlichkeit des Paulus in den Paulus-Kommentaren Theodors von Mopsuestia », Zeitschrift für die neutestamentliche Wissenschaft und die Kunde der älteren Kirche, 53 (1962), p. 51-66.

48 Cyril of Alexandria, Fragments on Romans, I and II Corinthians, éd. Philip Edward Pusey, Oxford, 1872.

49 Aimé Puech, Un réformateur de la société chrétienne au ive siècle. St Jean Chrysostome et les mœurs de son temps, Paris, 1891 ; Augusta Merzagora, « Giovanni Crisostomo, Commentatore di S. Paolo », Didaskaleion, nouv. série, 10 (1931), p. 1-73.

50 Hieronymus, Ad Galatas, Praefatio, CCSL 77A, p. 6, 34-35 : « … Origenis commentarios sum secutus ».

51 Henri de Lubac, Exégèse médiévale. Les quatre sens de l’Ecriture, Paris, 1959, vol. I/1, p. 224-229.

52 E. Benz, Das Paulus-Verständnis, p. 291.

53 Alexander Souter, The earliest Latin Commentaries on the Epistles of St. Paul, Oxford, 1927. L’auteur présente successivement les commentaires de Marius Victorinus, Ambrosiaster, Jérôme, Augustin d’Hippone et Pélage.

54 Eduard Riggenbach, “Historische Studien zumHebräerbrief ”. I. Teil : Die ältesten lateinischen Kommentare zum “Hebräerbrief“. Ein Beitrag zur Geschichte der Exegese und zur Literaturgeschichte des Mittelalters, Leipzig, 1907.

55 Peter Corssen, « Zur Überlieferungsgeschichte des Römerbriefes », Zeitschrift für die neutestamentliche Wissentschaft, 10 (1909), p. 1-45, 97-102.

56 Karl Hermann Schelkle, Paulus - Lehrer der Väter. Die altkirchliche Auslegung von Römer 1-11, Düsseldorf, 1956.

57 Wilfrid Parsons, « The Influence of Romans XIII on Preaugustinian Christian Political Thought » ; Id., « The Influence of Romans XIII on Christian Political Thought from Augustine to Hincmar », Theological Studies, 1 (1940) et 2 (1941), respectivement p. 337-364 et p. 325-346.

58 Werner Affeldt, Die weltliche Gewalt in der Paulus-Exegese Röm. 13, 1-7. Quelques années auparavant, l’auteur avait publié une liste des manuscrits des commentaires de Romains sous le titre : « Verzeichnis der Römer-briefkommentare der lateinischen Kirche bis zu Nikolaus von Lyra », Traditio, 13 (1957), p. 369-406.

59 B. Clausi, « Letture antiche e medievali di Gal. 4, 24 », Annali di storia sull’esegesi, 8 (1991), p. 385-404.

60 Maria Grazia Mara, « Il significato storico-esegetico dei commentari al corpus paolino dal IV al V secolo », Annali di storia dell’esegesi, 1 (1984), p. 59-74.

61 Voir Célestin Charlier, « Cassiodore, Pélage et les origines de la Vulgate Paulinienne », dans Studiorum Paulinorum Congressus Internationalis Catholicus, Rome, 1961, t. 2, p. 461-470.

62 Hermann Josef Frede, Epistula ad Ephesios, Freiburg, 1962-1964, Vetus Latina, 24/1, p. 35.

63 Epistula ad Corinthios I, édition par Uwe Fröhlich, Fribourg, 1998, Vetus Latina, 22/3, p. 199.

64 Bernhard Lohse, « Beobachtungen zum Paulus-Kommentar des Marius Victorinus und zur Wiederentdeckung des Paulus in der lateinischen Theologie des vierten Jahrhunderts », dans A. M. Ritter (éd.), Kerygma und Logos, p. 351-366 : p. 353.

65 Voir Pierre Hadot, Marius Victorinus. Recherche sur sa vie et ses œuvres, Paris, 1971.

66 A. Souter, The earliest Latin Commentaries, p. 8-38 ; Karl Th. Schäfer, « Marius Victorinus und die Marcionitischen Prologe zu den Paulusbriefen », Revue Bénédictine, 80 (1970), p. 7-16 ; Wolfgang Karl Wischmeyer, « Bemerkungen zu den Paulusbriefkommentaren des G. Marius Victorinus », Zeitschrift der neutestamentlichen Wissenschaft, 63 (1972), p. 108-120.

67 B. Lohse, Beobachtungen, p. 358.

68 « Non quo ignorem Gaium Marium Victorinum, qui Romae me puero rhetoricam docuit, edidisse commentarios in Apostolum, sed quod occupatus ille eruditione saecularium litterarum Scripturas omnino ignorauerit et nemo possit, quamuis eloquens, de eo bene disputare, quod nesciat. » (Hieronymus, Ad Galatas, praefatio, éd. G. Raspanti, CCSL 77A, p. 6, 26-31).

69 Nello Cipriani, « Agostino lettore dei commentari paolini di Mario Vittorino », Augustinianum, 38/2 (1998), p. 413-428.

70 À propos des citations de cet auteur par Claude, voir Pascal Boulhol, Claude de Turin, un évêque iconoclaste dans l’Occident carolingien, Paris, 2002, p. 250 ; Johannes Heil, Kompilation oder Konstruktion ? Die Juden in den Paulus-Kommentaren des 9. Jahrhunderts, Hanovre, 1998, p. 312 ; Raymond Étaix, « Les homéliaires carolingiens de l’école d’Auxerre », dans Dominique Iogna-Prat (éd.), L’école carolingienne d’Auxerre, de Muretach à Rémy (830-908), Paris, 1991, p. 246. 

71 Léopold Delisle, Inventaire des manuscrits de la Bibliothèque nationale. Fonds de Cluny, Paris, 1884, p. 359, n. 352. Sur la datation de ce catalogue à la fin du xie siècle plutôt qu’au xiie, voir Véronika von Büren, « Le catalogue de la bibliothèque de Cluny du xie siècle reconstitué », Scriptorium, 46 (1992), p. 256-267.

72 Marius Victorinus, Adversus Arium, I, 17-28, texte établi par Paul Henry, traduit et annoté par Pierre Hadot, Paris, 1960 (Sources Chrétiennes, 68).

73 Voir A. Souter, A Study of Ambrosiaster, Cambridge, 1905, ainsi que les indications données par l’éditeur critique, Heinrich Joseph Vogels, dans l’introduction fournie par le premier volume (Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum, 81/1). Pour l’analyse du style et des tendances de ce commentaire, voir également Luigi Fatica, « L’Ambrosiaster : l’esegesi nei commentari alle Epistole ai Corinzi », Vetera Christianorum, 24 (1987), p. 269-292 ; Ambrosiaster, Commento alla prima lettera ai Corinzi, traduction, introduction et notes par L. Fatica, Rome, 1989, p. 1-21 ; Id., Commento alla seconda lettera ai Corinzi, Rome, 1989, p. 5-21 ; Michel-Yves Perrin, art. « Ambrosiaster », dans Charles Pietri, Luce Pietri (dir.), Prosopographie Chrétienne du Bas-Empire, t. 2 : Italie (313-604), vol. 1, Rome, 1999, p. 102-104.

74 Sur la diffusion de ce commentaire à l’époque carolingienne, voir Véronika von Büren, « Ambroise de Milan dans la Bibliothèque de Cluny », Scriptorium, 47/2 (1993), p. 127-165 : p. 145-146.

75 Voir Pierre Nautin, « La date des commentaires de Jérôme sur les épîtres pauliniennes », Revue d’Histoire Ecclésiastique de Louvain, 74/1 (1979), p. 5-12 ; Pierre Jay, L’exégèse de saint Jérôme et son « commentaire sur Isaïe », Paris, 1985, p. 407-409.

76 « Prends, lis ! Prends, lis ! »

77 Augustin, Confessions, VIII, 12, 29 (CCSL 27, p. 131, 18-25 pour le texte latin).

78 Maria Grazia Mara, « L’influsso di Paolo in Agostino », dans Julien Ries et alii (éd.), Le epistole paoline nei Manichei, i Donatisti e il primo Agostino, Rome, 1989, p. 125-162 ; Ead., Agostino interprete di Paolo, Milan, 1993.

79 C. Hammond-Bammel, « Augustine, Origen and the Exegesis of St. Paul », Augustinianum, 32 (1992), p. 341-368.

80 Les trois commentaires exégétiques ont été édités de manière critique par Johannes Divjak (CSEL 84).

81 Pour une présentation générale de ce commentaire, voir C. H. Turner, « Pelagius Commentary on the Pauline Epistles and its History » Journal of Theological Studies, 4 (1902-1903), p 132-141 ; A. Souter, « The Character and History of Pelagius’ Commentary on the Epistles of St. Paul », Proceedings of the British Academy, VII, Oxford, 1916, p. 1-36 et surtout id., Pelagius’s expositions of thirteen epistles of st Paul, Cambridge, 1922 ; John J. Dempsey, Pelagius’s Commentary of St Paul. A Theological Study, Rome, 1937 ; Hans Helmut Esser, « Thesen und Anmerkungen zum exegetischen Paulusverständnis des Pelagius », dans Ernst Wolf (éd.), Zwischenstation. Festschrift für Karl Kupisch zum 60. Geburtstag, Munich, 1963, p. 27-42.

82 Voir notamment Theodore de Bruyn, Pelagius’s Commentary on St Paul’s Epistle to the Romans, introduction, notes et traduction, Oxford, 1993.

83 Voir Germain Morin, « Jean Diacre et le pseudo-Jérôme sur les épîtres de S. Paul », Revue Bénédictine, 27 (1910), p. 113-117.

84 Pour le texte édité, voir Ps.-Hieronymus, Ad Romanos, éd. A. Souter, 1926.

85 Ibid., p. 269-272.

86 Budapest, Ungarisches Nationalmuseum, Cod. Lat. Medii Aevi 1, éd. Hermann Josef Frede, Ein neuer PaulusText und Kommentar, Band 1-2, Friburg, 1973-1974.

87 Th. de Bruyn, « Constantius the Tractator : Author of an Anonymous Commentary on the Pauline Epistles ? », Journal of Theological Studies, 43/1 (1992), p. 38-54.

88 Cassiodori Senatoris Institutiones, I, VIII, 9, éd. Roger Aubrey Baskerville Mynors, Oxford, 1961 (2e éd.), p. 30, 9-14.

89 Voir Cassiodorus, Institutiones, I, VIII, 9, p. 30, 10-18 et André Wilmart, « Le mythe de Pierre de Tripoli », Revue Bénédictine, 43 (1931), p. 347-352.

90 Voir A. Souter, The earliest Latin Commentaries, p. 116.

91 Cassiodorus, Complexiones in epistolas, PL 68, 413-686.

92 A. Souter, Pelagius’s expositions, p. 325.

93 Voir Paul-Irénée Fransen, « Traces de Victor de Capoue dans la chaîne exégétique d’Hélisachar », Revue Bénédictine, 106 (1996), p. 53-60.

94 Voir Louis Holtz, « Vers la création des bibliothèques médiévales en occident », dans Morfologie sociali e culturali in Europa fra tarda antichità e alto medioevo, Spolète, 1998, p. 1059-1103 : p. 1097.

95 Bernhard Bischoff, Karolingische Handschriften. Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der Wisigotischen), Teil I : Aachen - Lambach, Wiesbaden, 1998, p. VII.

96 Voir notamment Celia M. Chazelle, Burton Van Name Edwards (éd.), The Study of the Bible in the Carolingian Era, Turnhout, 2003.

97 Voir A. Souter, The Earliest Latin Commentaries, p. 210-212.

98 Pour une synthèse sur le sujet, voir Michael Gorman, « Mario Esposito (1887-1975) and the Study of the Latin Literature of Medieval Ireland », Filologia mediolatina, 5 (1998), p. 299-322 (repris dans Mario Espositio, Studies in Hiberno-Latin Literature, Londres, 2006).

99 Michael Lapidge, « An Isidorian Epitome from Early Anglo-Saxon Ireland », Romanobarbarica, 10 (1988), p. 443-483, reproduit dans Anglo-Latin Literature, 600-899, Londres - Rio Grande (Ohio), 1996, p. 183-223.

100 Joseph F. Kelly, « A catalogue of Early Medieval Hiberno-Latin Biblical Commentaries, I-II », Traditio, 44 (1989), p. 537-571 et 45 (1989), p. 393-434.

101 Martin McNamara, « The Irish Tradition of Biblical Exegesis », dans Gerd Van Riel, Carlos Steel, James McEvoy (éd.), Iohannes Scottus Eriugena. The Bible and Hermeneutics. Proceedings of the Ninth International Colloquium of the Society for the Promotion of Eriugenian Studies Held at Leuven and Louvain-La-Neuve, June 7-10, 1995, Louvain-la-Neuve, 1996, p. 25-54, spéc. p. 38-41 à propos des textes pauliniens.

102 Michael W. Herren, « Irish biblical commentaries before 800 », dans Jacqueline Hamesse, Roma, Magistra Mundi : Itineraria Culturae Medievalis. Mélanges offerts au Père L. E. Boyle à l’occasion de son 75e anniversaire, Louvain-la-Neuve, 1998, p. 391-407.

103 Joseph F. Kelly, « Pelagius, Pelagianism and the early Christian Irish », Mediaevalia, 4 (1978), p. 505-516 ; Jean-Michel Picard, « L’exégèse irlandaise des Épîtres de Paul : les gloses latines et gaëliques de Würzburg », Recherches augustiniennes, 33 (2003), p. 155-167.

104 La collection a été étudiée et décrite par Paul-Irénée Fransen, « Description de la Collection de Bède le Vénérable sur l’Apôtre », Revue Bénédictine, 71 (1961), p. 22-70.

105 Voir Silvia Cantelli Berarducci, Hrabani Mauri opera exegetica. Repertorium fontium. III. Apparatus fontium, indici, Turnhout, 2006 (Instrumenta patristica et mediaevalia, 38B), p. 1049-1191 ; P. Boucaud, « Raban Maur (ca. 780-856), commentateur de I Corinthiens », dans Philippe Depreux, Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniack (éd.), Raban Maur et son temps, Turnhout, 2010, p. 305-323.

106 Bernhard Bischoff, Michael Lapidge, Biblical commentaries from the Canterbury School of Theodose and Hadrian, Cambridge, 1994.

107 Voir B. Bischoff, « Wendepunkte in der Geschichte der lateinischen Exegese im Frühmittelalter », Sacris Erudiri, 6 (1954), p. 189-281 : p. 190-191. Ce traité en huit questions a été réattribué de manière convaincante à Bède le Vénérable, voir Michael Gorman, « Bede’s VIII Quaestiones and Carolingian Biblical Scholarship », Revue Bénédictine, 109 (1999), p. 32-74, édition critique p. 62-74.

108 M. Gorman, « Theodor of Canterbury, Hadrian of Nisida and M. Lapidge », Scriptorium, 50 (1996), p. 184-192 : p. 187-188.

109 PL 100, 1007-1084, sauf Éphésiens, perdu. Sur ce commentaire d’Alcuin, voir Raffaele Savigni, « Le commentaire d’Alcuin sur l’épître aux Hébreux et le thème du sacrifice », dans Philippe Depreux, Bruno Judic, Alcuin de York à Tours. Écriture, pouvoir et réseaux dans l’Europe du Haut Moyen Âge, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 111/3 (2004), p. 245-267.

110 P.-I. Fransen, « Fragments épars du Commentaire perdu d’Alcuin sur l’épître aux Éphésiens », Revue Bénédictine, 81 (1971), p. 30-59, spéc. p. 35-57 pour l’édition des citations.

111 PL 104, 841-912 (Galates) ; PL 134, 609-834 (Colossiens-Hébreux) ; PL 134, 911-918 (Philémon).

112 P. Boucaud, « Commentaires pauliniens inédits du haut Moyen Âge dans un manuscrit du Mont-Cassin », Revue d’Histoire des Textes, nouvelle série, 7 (2012), p. 159-219.

113 PL 111, 1273-1616 (Romains) ; PL 112, 9-834 (1 Corinthiens-Hébreux).

114 P. Boucaud, « Raban Maur », p. 316.

115 Gustav Heinrich Becker, Catalogi bibliothecarum antiqui, 1885, p. 225, n° 106. (vol. 75). : « Freculfus Lexoviensis. Item textus epistolarum Pauli. » Voir E. Riggenbach, Historische Studien, p. 40-41 ; Philip Grierson, « Les livres de l’abbé Seiwold de Bath », Revue Bénédictine, 52 (1940), p. 96-116 : p. 112, et id., « La bibliothèque de St-Vaast d’Arras au xiie siècle », Revue Bénédictine, 52 (1940), p. 117-140 : p. 133, n° 176 : « Friculfus super epistolas Pauli » ; plus généralement, sur le personnage et son activité littéraire, voir Bertha Schelle, Freculph von Lisieux. Untersuchungen zu Leben und Werk, Philosophische Dissertation, Munich, 1952 ; M. I. Allen, Freculfi Lexoviensis episcopi opera omnia, Prolegomena, Indices, Turnhout, 2002, spéc. p. 156-157 à propos de l’attribution de ce commentaire à Fréculfe.

116 Voir P.-I. Fransen, « Extraits non encore repérés dans la compilation augustinienne de Florus de Lyon sur l’Apôtre », Revue Bénédictine, 113 (2003), p. 80-89 : p. 83.

117 PL 117, 361-938. Voir P. Boucaud, « Claude de Turin († ca. 828) et Haymon d’Auxerre (fl. 850) : deux commentateurs d’I Corinthiens », dans Sumi Shimahara (éd.), Études d’exégèse carolingienne : autour d’Haymon d’Auxerre. Atelier de recherches, Centre d’Études médiévales d’Auxerre, 25-26 avril 2005, Turnhout, 2007, p. 187-236, et Johannes Heil, « Haimo’s Commentary on Paul. Sources, Methods and Theology », ibid., p. 103-121.

118 On peut en consulter la liste donnée par Celia Chazelle et Burton Van Name Edwards sur leur site internet : www.tcnj.edu/~chazelle/carindex.html.

119 Célestin Charlier, « La compilation augustinienne de Florus sur l’Apôtre », Revue Bénédictine, 57 (1947), p. 132-186 ; André Wilmart, « Sommaire de l’exposition de Florus sur les Epîtres », Revue Bénédictine, 38 (1926), p. 205-214 ; P.-I. Fransen, « Extraits non encore repérés ».

120 Flori Lugdunensis Collectio de dictis XII Patrum, éd. P.-I. Fransen, B. Coppieters’ T Wallant, 3 vol., Turnhout, 2002, 2006 et 2007 (CCCM 193-193A-193B).

121 P.-I. Fransen, « Description de la collection hiéronymienne de Florus de Lyon sur l’Apôtre », Revue Bénédictine, 94 (1984), p. 195-228 ; id., « Description de la collection grégorienne de Florus de Lyon sur l’Apôtre », Revue Bénédictine, 98 (1988), p. 278-317.

122 Voir Sedulius Scottus, Collectaneum in apostolum. I. In Epistolam ad Romanos, éd. Hermann Josef Frede, Herbert Stanjek, Fribourg, 1996 ; Sedulius Scottus, Collectaneum in apostolum. II. In epistolas ad Corinthios usque ad Hebraeos, éd. H. J. Frede, H. Stanjek, Fribourg, 1997. Voir également A. Souter, « The sources of Sedulius Scottus’ Collectaneum on the Epistles of St Paul », Journal of Theological Studies, 18 (1916/7), p. 184-228 ; H. J. Frede, Pelagius, der irische Paulustext : Sedulius Scotus, Fribourg, 1961.

123 Uwe Fröhlich, Epistula ad Corinthios I., t. 3. Lieferung, Fribourg, 1998, p. 205.

124 A. Souter, Pelagius’s Expositions, p. 336-339.

125 Expositiones Pauli epistularum ad Romanos, Galathas et Ephesios, éd. Gérard de Martel, Turnhout, 1995 (CCCM 151) ; Eligius Dekkers, « Un commentaire pseudo-augustinien sur trois épîtres pauliniennes (Rm, Gal., Eph.) », dans Philologia sacra. Biblische und patristische Studien für H. J. Frede und W. Thiele zu ihrem siebzigsten Geburtstag, Fribourg, 1993, p. 605-612 (Vetus latina 24/1-2).

126 Michel Huglo, « D’Hélisachar à Abbon de Fleury », Revue Bénédictine, 104 (1994), 204-230 ; P.-I. Fransen, « Traces de Victor de Capoue dans la chaîne exégétique d’Hélisachar », Revue Bénédictine, 106 (1996), p. 53-60 ; id., « Le dossier patristique d’Hélisachar : le manuscrit Paris, BnF, lat. 11574 et l’une de ses sources », Revue Bénédictine, 111 (2001), p. 464-482.

127 M. Gorman, « Paris lat. 12124 (Origen on Romans) and the Carolingian Commentary on Romans in Paris lat. 11574 », Revue Bénédictine, 117/1 (2007), p. 64-128 : p. 74-75.

128 PL 134, 125-834 (moins les commentaires de Claude de Turin édités sous le nom d’Atton). Voir Suzanne Fonay Wemple, Atto of Vercelli. Church, State and Christian Society in Tenth Century Italy, Rome, 1979, spéc. p. 23-26 et 30-37.

129 Ibid., p. 44 et 215, n. 10.

130 Voir Friedrich Stegmüller, Repertorium biblicum medii aevi, t. 5 (1955), Auctores, n° 8267, p. 405-409. Deux manuscrits seulement : Bamberg, Staatsbibliothek 89, B. II. 20., f. 78-123 (xie s.) et Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 38 (366), f. 1-114 (xe s.).

131 Steven R. Cartwright, Kevin L. Hughes, Second Thessalonians : two early medieval apocalyptic commentaries : Haimo of Auxerre, “Expositio in Epistolam II ad Thessalonicenses” ; Thietland of Einsiedeln, “In Epistolam II ad Thessalonicenses”, Kalamazoo, 2001.

132 Pierre-Patrick Verbraken, « La collection de sermons de saint Augustin “De verbis Domini et Apostoli” », Revue Bénédictine, 77 (1967), p. 27-46 ; id., « Les fragments conservés de sermons perdus de saint Augustin », Revue Bénédictine, 84 (1974), p. 245-270 ; Luc De Coninck, Bertrand Coppieters’T Wallant et Roland Demeulenaere, La tradition manuscrite du recueil “De verbis Domini” jusqu’au xiie siècle. Prolégomènes à une édition critique des “Sermones ad populum” d’Augustin d’Hippone sur les Évangiles (serm. 51 et sqq.), Turnhout, 2006.

133 Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Mannon de Saint-Oyan », Revue d’Histoire des Textes, 29 (1999), p. 169-243 : p. 181-187.

134 Réginald Grégoire, « Les homéliaires du Moyen Âge : inventaire et analyse des manuscrits », Rerum Ecclesiasticarum Documenta, Series Maior, Fontes, VI, Rome, 1966 ; id., Homéliaires liturgiques médiévaux : Analyse de manuscrits, Spolète, 1980 et surtout, pour une synthèse commode, Thomas N. Hall, « The Early Medieval Sermon », dans Beverly M. Kienzle (dir.), The Sermon, Turnhout, 2000, p. 203-269.

135 Homiliae Venerabilis Bedae in D. Pauli Epistolas et alias Veteris et Novi Testamenti lectiones tam de tempore quam de sanctis, ut per totum annum in templis leguntur, nunc primum excusae, Cologne, 1535.

136 Smaragdus, Collectiones in Epistolas et Evangelia, PL 102, col. 9-552.

137 Henri Barré, Les homéliaires carolingiens de l’école d’Auxerre : authenticité - inventaire - tableaux comparatifs - initia, Vatican, 1962.

138 Pierre-Maurice Bogaert, « Les particularités éditoriales des Bibles comme exégèse implicite ou proposée. Les sommaires ou capitula donatistes », dans Lectures bibliques, Bruxelles, 1982, p. 7-21.

139 Donatien de Bruyne, Préfaces de la Bible latine, Namur, 1920, p. 213-214.

140 Ibid., p. 213-214.

141 Je remercie monsieur Régis Burnet pour cette précision.

142 D. de Bruyne, Préfaces de la Bible, p. 218-219 : p. 219.

143 Ce matériel a été reproduit dans l’édition de la Vulgate proposée par John Wordsworth et Henry Julian White, Novum Testamentum Domini Nostri Iesu Christi Latine secundum editionem sancti Hieronymi : Ad Romanos, Oxford, 1913, p. 1-16.

144 « De simplici doctrina : D[iscipulus]. Que est simplex doctrina ? M[agister]. Qua de fide uel de moribus in presenti tempore simpliciter edocemur » (Pauca problesmata de enigmatibus ex tomis canonicis. Praefatio, II, 38, éd. G. MacGinty, CCCM 173, Turnhout, 2000, p. 16).

145 Voir sur ce point Andrew D. Clarke, « “Be Imitators of me” : Paul’s model of leadership », Tyndale Bulletin, 49 (1998), p. 329-360.

146 « Éminent prédicateur, homme divin » : Atto Vercellensis, Ad Corinthios Ia, PL 134, col. 314A.

147 Voir Yves Congar, L’ecclésiologie du haut Moyen Âge. De saint Grégoire le Grand à la désunion entre Byzance et Rome, Paris, 1968 ; Yves Sassier, Royauté et idéologie au Moyen Âge, (ive-xiie siècle). Bas-Empire, monde franc, France, Paris, 2002.

148 Voir Michel Rouche, « De l’Orient à l’Occident : les origines de la tripartition fonctionnelle et les causes de son adoption par l’Europe chrétienne à la fin du xe siècle », dans Orient et Occident au xe siècle. Actes du IXe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Dijon, 2-4 juin 1978), Paris, 1979, p. 31-49 et, notamment p. 44, le tableau récapitulatif associant anthropologie spirituelle et tripartition fonctionnelle ; Edmond Ortigues, « Haymon d’Auxerre, théoricien des trois ordres », dans Dominique Iogna-Prat et alii, L’école carolingienne d’Auxerre, p. 181-227 ; Giles Constable, The orders of Society. Three Studies in Medieval Religious and social Thought, Cambridge, 1995.

149 J’emprunte ce terme utilisé par Paul Zumthor dans Langue et techniques poétiques à l’époque romane (xie-xiiie s.), Paris, 1963, p. 31-34, au professeur Gilbert Dahan, qui en souligne la pertinence.

150 Voir D. Iogna-Prat et alii, L’école carolingienne d’Auxerre, p. 209-210 et n. 34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Boucaud, « Corpus Paulinum. L’exégèse grecque et latine des Épîtres au premier millénaire », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2013, 299-332.

Référence électronique

Pierre Boucaud, « Corpus Paulinum. L’exégèse grecque et latine des Épîtres au premier millénaire », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rhr.revues.org/8120 ; DOI : 10.4000/rhr.8120

Haut de page

Auteur

Pierre Boucaud

Institut Catholique de Paris
pierreboucaud@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org