Navigation – Plan du site

Langue et autorité théologique à la fin du Moyen Âge

Avant-propos
Isabel Iribarren
p. 171-174

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Dans l’histoire culturelle et intellectuelle du Moyen Âge, l’autorité cléricale définit les rapports au savoir en contrôlant l’accès à la vérité, sa mise en forme, les méthodes d’enseignement universitaire et l’usage de la langue. La prévalence du latin comme langue sapientielle va de pair avec l’hégémonie culturelle des clercs, seuls détenteurs du savoir en latin. Depuis de nombreuses années, l’on compte avec une quantité non négligeable d’études sur les intellectuels au Moyen Âge, les plus récentes (je songe aux excellents ouvrages d’Elsa Marmursztejn et de Catherine König-Pralong) consacrées plus précisément à la question de l’autorité des maîtres et à la valeur normative de leur réflexion en matière doctrinale. À quelques exceptions près, et pour des raisons éminemment justifiables, ces travaux privilégient le paysage intellectuel parisien du xiiie siècle. Tout en restant tributaire des réflexions qui l’ont précédé, le présent volume entend repousser les frontières chronologique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Iribarren, « Langue et autorité théologique à la fin du Moyen Âge », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2014, 171-174.

Référence électronique

Isabel Iribarren, « Langue et autorité théologique à la fin du Moyen Âge », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://rhr.revues.org/8243

Haut de page

Auteur

Isabel Iribarren

Université de Strasbourg
iribar@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org