Navigation – Plan du site

Un maître « bien enlangagié en latin et en franchois » ?

Pierre d’Ailly et les limites de la curiositas
A Master “bien enlangagié en latin et en franchois” ? Pierre d’Ailly and the limits of curiositas
Olivier Ribordy
p. 175-222

Résumés

La contribution se propose de dresser un panorama général des quelque 30 documents, actuellement recensés, composant l’œuvre en français du cardinal Pierre d’Ailly et d’en esquisser les principaux genres textuels concernés (sermons, poèmes, lettres ou minutes, documents diplomatiques), afin d’identifier certains des critères ayant pu motiver son recours à la langue vulgaire. En réservant assez largement le latin pour les traités scientifiques et les clercs, et a contrario le français pour les laïcs, le cardinal tend à observer les usages langagiers courants au Moyen Âge tardif, et à considérer les critères de destinataires et de matières.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Sermons
Poèmes
Lettres ou minutes
Documents officiels, discours et autres textes
Maniement de la langue et de l’ironie
Remarques conclusives

Aperçu du début du texte

Le cardinal Pierre d’Ailly (1350-1420) est à l’origine d’une œuvre prolixe, répertoriant pas moins de 174 titres. Cet imposant corpus, principalement rédigé en latin, avait suscité les commentaires les plus contrastés : pour les uns il était l’œuvre d’un esprit universel, inlassable défenseur de la vérité et qui méritait la plus vive admiration, pour d’autres ses écrits ne constituaient que de pâles compilations. La partie en langue vulgaire n’est pas en reste et a, elle aussi, été source des interprétations les plus contradictoires : en effet, selon le mot peu élogieux de Pierre Bayle dans son Dictionnaire historique et critique, Pierre d’Ailly « se mêla même de rimailler en langue vulgaire », alors qu’au contraire Froissart dans ses Chroniques avait dépeint le cardinal de Cambrai comme un penseur « sur tous bien enlangagié en latin et en franchois ». Comment, au vu de jugements si divergents, comprendre le recours par Pierre d’Ailly à la langue vulgaire ?

Le cardinal use-t-il de la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Ribordy, « Un maître « bien enlangagié en latin et en franchois » ? », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2014, 175-222.

Référence électronique

Olivier Ribordy, « Un maître « bien enlangagié en latin et en franchois » ? », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://rhr.revues.org/8245 ; DOI : 10.4000/rhr.8245

Haut de page

Auteur

Olivier Ribordy

Université de Fribourg
Département de Philosophie
Avenue de l’Europe 20
CH-1700 Fribourg
olivier.ribordy@unifr.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org