Navigation – Plan du site

Politics and Language in Early Renaissance Italy

Politique et langage dans la première Renaissance italienne
Alexander Murray
p. 253-274

Résumés

Les particularités linguistiques de l’Italie de la Renaissance s’expliquent par le caractère unique de son héritage romain. L’Empire avait développé et diffusé le latin, qui fut ensuite hérité par l’Église, contribuant à son autorité. Après le millénaire, celle-ci fut partagée par les juristes et les idéologues des cités indépendantes. Mais la suprématie du latin fut mise en cause au xiiie siècle par les communes, qui cherchaient à justifier leurs vernaculaires comme formes de latino. Cette conviction finit par stimuler la redécouverte du latin classique par les humanistes, mettant en cause l’autorité de l’Église. Quant au volgare, sa rivalité avec le latin humaniste comme langue du gouvernement et de la littérature finit par conférer au toscano de Florence un statut international qui relégua au second plan le latin d’Église.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Rome and Latin
La questione della lingua
Florence and Toscano

Aperçu du début du texte

The three principal functions of language interact, as in a trinity. The first function of a language is to articulate thought, even in an individual. But usually that is to serve a second function, the most obvious, communication. And by serving for communication it cannot help exercising a third function, external to it, which I call political. By binding together those who thus use it, language automatically excludes those who do not. It thereby adds to the countless factors which variegate societies, including in determining who has more authority, who less. In mild forms we recognize this daily when we judge people by their accents. But not all forms are mild: in the “Sicilian Vespers” of 1282, failure to pronounce a certain Sicilian word brought instant death.

This paper will address this third, political function of language at work in the early Italian Renaissance, a period to be understood as extending from the middle of the thirteenth century to just after 1500.

Politically,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexander Murray, « Politics and Language in Early Renaissance Italy », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2014, 253-274.

Référence électronique

Alexander Murray, « Politics and Language in Early Renaissance Italy », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rhr.revues.org/8248 ; DOI : 10.4000/rhr.8248

Haut de page

Auteur

Alexander Murray

University College
High St
Oxford OX1 4BH
UK
alexander.murray@history.ox.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org