Navigation – Plan du site

La première traduction coréenne du Sūtra du Lotus (1463)

The first Korean Translation of the Lotus Sūtra (1463)
Kyong-Kon Kim
p. 425-465

Résumés

Le document coréen Myobŏb ryŏnhhwa’gyŏng, qui contient la première traduction coréenne intégrale du célèbre Miaofalianhuajing de Kumārajīva (344-413) et celle du Miaofalianhuajing yaojie, commentaire du moine Chan chinois Jiehuan (?-1129?), a vu le jour sous le règne du roi Sejo (règ. 1456-1468) de la dynastie Chosŏn, dans l’intention de revitaliser le bouddhisme et d’affaiblir ainsi ses opposants politiques néoconfucéens. Ce document inconnu à l’extérieur de la Corée reflète, cependant, des aspects fondamentaux du bouddhisme coréen du xve siècle, qui perdurent jusqu’à nos jours, notamment la réception quasi systématique de la terminologie bouddhique chinoise, la prédominance de l’esprit œcuménique et la primauté de la voie du Sŏn/Zen.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le Sūtra du Lotus dans les contextes indien, chinois et coréen
Le Saddharmapuṇḍarīkasūtra dans le saṃgha indien
Le Fahuajing dans le bouddhisme chinois
Le Bŏphwa’gyŏng dans la péninsule coréenne
Les particularités du Myobŏb ryŏnhhwa’gyŏng
Réception des terminologies bouddhiques chinoises
Addenda explicatifs des notions étrangères
Tendances syncrétique et œcuménique
Primauté de l’herméneutique chan/sǒn
Pour conclure

Aperçu du début du texte

Rares sont des textes religieux qui portent le nom d’une fleur, et le texte bouddhique connu sous le titre abrégé « Le Sūtra du Lotus » en fait partie. Or, ce dernier a souvent été considéré comme l’un des sūtra les plus répandus et les plus lus. Plus précisément, le Miaofalianhuajing 妙法蓮華經 (Sūtra du lotus de la loi merveilleuse, T 262, vol. 9), traduction chinoise réalisée sous la direction du moine centrasiatique Kumārajīva (344-413) en 406 à partir d’une version sanskrite du Saddharmapuṇḍarīkasūtra (Sūtra du lotus blanc de la vraie doctrine), a rencontré un succès incontestable auprès des lecteurs bouddhistes asiatiques, notamment grâce à sa qualité littéraire, à travers laquelle l’enseignement du Sūtra du Lotus fut exposé dans une beauté stylistique à la fois remarquable et accessible.

Bien qu’il n’y ait guère d’informations sur le texte original indien du Saddharmapuṇḍarīkasūtra en raison de l’absence des matériaux textuels, nous savons qu’en Chine, le Miaofalianhuajing fut le t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kyong-Kon Kim, « La première traduction coréenne du Sūtra du Lotus (1463) », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2014, 425-465.

Référence électronique

Kyong-Kon Kim, « La première traduction coréenne du Sūtra du Lotus (1463) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 03 novembre 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rhr.revues.org/8261 ; DOI : 10.4000/rhr.8261

Haut de page

Auteur

Kyong-Kon Kim

Université de Strasbourg
kk.kim@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org