Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Enrico Montanari, Fumosae Imagines. Identità e memoria nell’aristocrazia repubblicana

Rome, Bulzoni Editore (« Mos Maiorum. Studi sulla tradizione romana », 2), 2009, 259 p., 21 cm, 19 €, ISBN 978-88-7870-423-7.
Christophe Badel
p. 499-502
Référence(s) :

Enrico Montanari, Fumosae Imagines. Identità e memoria nell’aristocrazia repubblicana, Rome, Bulzoni Editore (« Mos Maiorum. Studi sulla tradizione romana », 2), 2009, 259 p., 21 cm, 19 €, ISBN 978-88-7870-423-7.

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage peut sembler trompeur car les imagines, les masques de cire portés lors des funérailles des nobles romains, ne constituent pas véritablement le cœur de l’étude. Professeur d’histoire des religions à l’Université La Sapienza à Rome, Enrico Montanari a l’ambition de réfléchir sur l’émergence de la personne dans la Rome antique, à partir de la persona, le masque de théâtre. Dans son étude, il se place clairement dans la lignée de Marcel Mauss et de son étude sur Le « personnage » et la place de la « personne » (1950). C’est cette filiation qui l’amène à comparer l’imago et la persona, les deux masques connus dans la société romaine. Il le fait dans une perspective historico-religieuse car il défend une interprétation religieuse de l’imago, qui fait d’ailleurs débat. Afin de compléter son analyse, il s’intéresse aussi au cognomen, le surnom, qu’il considère comme un équivalent sémantique de l’imago. De manière logique, son livre s’articule donc en trois groupes de chapitres, consacrés à l’imago (chap. 1-3), à la persona (chap. 4-6) et au cognomen (chap. 7), pour se terminer sur un dernier chapitre conclusif qui revient sur l’évolution du mot persona dans la culture latine. En réalité, ces chapitres ont déjà paru, pour la plupart, sous la forme d’articles mais leur rassemblement dans un même ouvrage révèle leur homogénéité intellectuelle.

2Les trois premiers chapitres sur l’imago (p. 39-106) permettent à E. Montanari de développer sa conception religieuse et en particulier funèbre de ce masque car il se focalise sur son rôle dans les processions funéraires. Dans une culture qui n’élaborait pas de mythe, à la différence de la culture grecque, le défilé des masques des ancêtres, portés par des acteurs, exerçait la fonction d’un « mito vissuto », véhiculant les grandes valeurs de la romanité. L’auteur les compare au flamine de Jupiter qui apparaissait comme une véritable statue vivante du dieu, ce qui explique les nombreux tabous le concernant. Leur force était redoublée par l’oraison funèbre, la laudatio funebris, qui rappelait les exploits des ancêtres familiaux. De façon vraisemblable, il date l’apparition du ius imaginum – qu’il faudrait d’ailleurs appeler ius imaginis si l’on veut rester fidèle à la formulation cicéronienne – de la période suivant les lois licinio-sextiennes (367) et il rejette avec raison la théorie de Lucrezi voulant que ce droit ait été réservé au patriciat jusqu’aux Gracques.

3Les chapitres suivants consacrés à la persona s’intéressent en fait aux premiers pas du théâtre romain (p. 107-184). En réalité, la pratique du masque de théâtre était rare à Rome et réservée aux acteurs de l’atellane qui pouvaient conserver leur statut civique par ce moyen. Comme en Grèce, le théâtre romain se situait dans un contexte religieux, puisque les représentations avaient lieu lors des jeux, mais les Romains se montrèrent toujours réticents face au dionysisme, au cœur du théâtre hellénique. E. Montanari s’intéresse surtout à un genre dramatique purement romain, la fabula praetexta. Souvent composé à l’occasion des funérailles, consacré à un grand épisode de l’histoire romain, ce type de pièce exaltait généralement les grandes figures de la noblesse. Certains passages s’apparentaient à la laudatio funebris, ce qui explique le rapprochement proposé par E. Montanari avec la pompa funebris.

4L’unique mais long chapitre sur le cognomen (p. 185-220) permet de compléter le schéma explicatif de l’auteur. Pour lui, le surnom aristocratique apparaît comme une véritable transcription sémantique de l’imago dans la mesure où il rappelle souvent les traits physiques du noble, visibles sur son masque. Dans les deux cas, ils se transmettent héréditairement dans la famille. Une analyse détaillée de ces surnoms met en valeur un tournant dans les usages au ive siècle, où les surnoms « géographiques » rappelant l’origine régionale de la gens se raréfient, laissant la place à des surnoms « de dérision », forgés en général par le peuple et prouvant la reconnaissance du regard populaire par la nouvelle noblesse patricio-plébéienne.

5En guise de conclusion, un dernier chapitre (p. 221-239) revenant sur la persona opère un renversement inattendu. On considère généralement que le mot persona a d’abord qualifié le masque de théâtre avant de désigner le personnage théâtral puis la personne au sens juridique du terme. E. Montanari estime au contraire que la notion juridique existait dès le ve siècle alors que le masque théâtral ne peut être antérieur au ive siècle, date de l’apparition du théâtre à Rome. Toutefois, le terme proviendrait bien à l’origine du mot étrusque phersu, désignant un acteur intervenant lors des jeux funèbres.

6Passionnante, appuyée sur une documentation très riche, la thèse de l’auteur n’en pose pas moins des problèmes, dans ses prémisses comme dans ses articulations. Le caractère religieux, plus particulièrement funèbre, des imagines se révèle plus postulée que démontrée. Leur présence dans la procession funèbre ne suffit pas à l’établir et de nombreux indices vont dans le sens contraire. Les masques ne suivaient pas le défunt au tombeau et se trouvaient rangés dans des armoires situées dans l’atrium de la maison. Ils n’y faisaient l’objet d’aucun culte. De manière très fine, Florence Dupont a fait remarquer qu’ils étaient du côté de la vie, non de la mort, et que le qualificatif de « funèbre » s’avère totalement erroné. Parce que les ancêtres (maiores), dont les imagines conservaient le souvenir, faisaient l’objet d’un culte annuel, E. Montanari en déduit le caractère religieux des masques. Mais ces cérémonies familiales avaient lieu sur le lieu du tombeau, non devant les imagines.

7Le rapprochement des imagines avec les personae apparaît tout aussi problématique. Sur ce sujet encore, Florence Dupont a émis des propositions très pertinentes et il est dommage que cette auteure soit absente de la bibliographie. L’imago conserve le souvenir d’un magistrat détenteur d’une dignitas, une dignité à la fois sociale et morale, alors que l’acteur, très méprisé, n’en possède aucune. Sous la forme de l’éloquence, le magistrat va énoncer un discours dont il est l’auteur alors que l’acteur n’est que le porte-voix d’un autre. Fait gênant, les acteurs des pièces prétextes, centrales dans la réflexion d’E. Montanari, ne portaient pas de masque. Enfin, de manière paradoxale, sa reconstitution de l’évolution des significations du mot latin persona, où le masque perd son caractère fondateur, nous semble affaiblir la théorie de Montanari.

8Pareillement, l’articulation entre l’imago et le cognomen apparaît trop rigide, même si elle contient une grande part de vérité. Assurément, le surnom comme le masque concourent à l’élaboration de l’identité familiale mais on ne peut considérer que l’un soit le reflet de l’autre. Comme le montre E. Montanari lui-même, les cognomina nobiliaires font référence à bien d’autres éléments que les seuls caractères physiques. D’autre part, ils sont utilisés dès le ve siècle alors que les imagines n’émergent que dans la deuxième moitié du ive siècle, aux dires de l’auteur lui-même.

9Toutefois, ces réserves face au schéma global de l’ouvrage ne doivent pas faire oublier les analyses très éclairantes qu’il contient sur les diverses expressions de l’identité nobiliaire à la période républicaine. En particulier, il montre très bien comment, par la conjonction des masques, des oraisons funèbres, des surnoms et des pièces prétextes, les grandes familles mettent en valeur une vertu qui résume leur identité à leurs yeux comme à ceux du peuple. Elles procèdent ainsi à une véritable « tippizzazione », la réduction de leur essence à un type de vertu. Le rôle des fabulae praetextae dans cette stratégie a été rarement montré avec autant de finesse et d’originalité. Ce processus aboutit à la création d’une tradition familiale – nommée « continuité verticale » par l’auteur – qui s’impose aux membres du groupe. À propos des Junii, E. Montanari indique comment la valorisation du modèle de Brutus, le tombeur de la royauté, dès le iiie siècle, a lourdement pesé sur l’attitude du « Libérateur » en 44.

10De la même façon, le décryptage de l’usage des surnoms aboutit à des conclusions fortes sur la logique de leur formation comme sur l’impact des lois licinio-sextiennes et l’intégration des plébéiens dans la classe dirigeante. À propos de Scipion l’Africain, premier sénateur à porter un surnom triomphal, Tite-Live rappelle que les surnoms pouvaient être conférés par l’armée, le peuple ou la famille (30, 45). Fort de cette référence, E. Montanari peut ainsi moduler les interprétations des cognomina. Dans son analyse du tournant du ive siècle, il montre comment l’apparition des surnoms de « dérision » n’est que le reflet de la formation de la nobilitas. Les patriciens modérés et les nouveaux nobles plébéiens acceptèrent que le peuple intervienne dans la formation de leurs surnoms, chose que le patriciat traditionnel n’avait jamais acceptée.

11Telle est la richesse de cet ouvrage : il permet au lecteur d’opérer une véritable « plongée » dans les mentalités nobiliaires de la République romaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Badel, « Enrico Montanari, Fumosae Imagines. Identità e memoria nell’aristocrazia repubblicana », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2014, 499-502.

Référence électronique

Christophe Badel, « Enrico Montanari, Fumosae Imagines. Identità e memoria nell’aristocrazia repubblicana », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 03 novembre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rhr.revues.org/8272

Haut de page

Auteur

Christophe Badel

Université de Haute-Bretagne – Rennes II.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org