Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Marie Gueullette, Eckhart en France : la lecture des Institutions spirituelles attribuées à Tauler (1548-1699)

Grenoble, Jérôme Millon, 2012, 363 p., 24 cm, 30 €, ISBN 978-2-84137-273-7.
Stéphane-Marie Morgain
p. 513-515
Référence(s) :

Jean-Marie Gueullette, Eckhart en France : la lecture des Institutions spirituelles attribuées à Tauler (1548-1699), Grenoble, Jérôme Millon, 2012, 363 p., 24 cm, 30 €, ISBN 978-2-84137-273-7.

Texte intégral

1Les travaux scientifiques de Jean-Marie Gueullette, dominicain à Lyon et professeur à l’Institut Catholique, abordent trois domaines principaux, apparemment éloignés les uns des autres : le Père Lataste (Prêcheur de la miséricorde : de la prédication aux détenues à la fondation des Dominicaines de Béthanie, P. M. Jean-Joseph Lataste, textes présentés par Jean-Marie Gueullette, Paris, 1992 ; « Ces femmes qui étaient mes sœurs… » Vie du Père Lataste, apôtre des prisons (1832-1869), Paris, 2008), l’histoire de l’amitié en contexte chrétien (L’amitié : une épiphanie, Paris, 2004), Maître Eckart (Laisse Dieu être Dieu en toi : petit traité de la liberté intérieure, Paris, 2002).

2Le présent volume appartient au dossier présenté à l’Université Jean Moulin – Lyon III, en 2007 en vue de l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches. Curieusement, c’est l’étude du Père Lataste qui conduit l’auteur aux Institutions spirituelles. En effet, les prédications de l’aumônier des prisons comportent certaines expressions tirées de Maître Eckhart dont les œuvres ne seront publiées en français qu’en 1942. Comment Père Lataste a-t-il eu accès à ces textes ? C’est dans l’étude des Institutions spirituelles que Jean-Marie Gueullette trouve la solution en reconstituant la genèse de cet opuscule, sa diffusion et sa réception. Avec la minutie de l’horloger et l’érudition du savant, J.-M. Gueullette met fin à la tradition historiographique qui soutenait que les écrits de Maître Eckhart étaient tombés dans l’oubli après la condamnation par Jean XXII en 1329, des 27 propositions.

3L’enquête sur l’histoire de ce texte inspire à l’auteur l’hypothèse de la formation d’une « école » de spiritualité, d’une « tradition » spirituelle, d’une « constellation plus disparate par certains côtés mais bien cohérente par l’unité de l’enseignement spirituel théorique et pratique » (p. 175), organisée autour de la notion d’oraison de simple regard. Hypothèse vraiment séduisante qui relativiserait l’hégémonie généralement accordée à l’école bérullienne, au schéma thérésien de l’union mystique ou à la tradition ignacienne. Pour parvenir à cette conclusion, J.-M. Gueullette établit la généalogie de cette tradition et note « un air de famille » (p. 166) entre tous les auteurs lecteurs des Institutions, ou défenseurs de la mystique du détachement, d’origine rhénane et flamande. « Il y a là, souligne-t-il, un phénomène fascinant, en particulier par la cohérence profonde de cette fécondité avec le cœur de l’enseignement d’Eckhart » (p. 172).

4Ce résultat si suggestif est l’aboutissement d’une investigation détaillée et cohérente. À la fin du xivsiècle, dans la région de Bruxelles, G. Van Wefel, un disciple de Ruusbroeck, traduit en néerlandais et complète par de multiples interventions de sa main les Entretiens spirituels donnés par Maître Eckhart aux novices d’Erfurt en 1290. Cet ensemble de textes, qui donne naissance au Traité des Douze vertus, est diffusé dans le contexte de la Devotio moderna. Il passe au début du xvie siècle à la Chartreuse de Cologne qui l’insère dans une compilation plus conséquente appelée Institutions spirituelles. Ce texte, traduit en latin en 1548, pénètre finalement en France grâce à trois traductions françaises réalisées entre 1587 et 1658. J.-M. Gueullette démontre ainsi que les Institutions spirituelles ont constitué une source majeure de diffusion de la mystique rhénane dans les différents courants de la spiritualité des xvie et xviie siècles. Somme toute, à travers les Institutions spirituelles de Tauler, « anthologie de la spiritualité rhénane et flamande » (p. 173), ce sont les idées du Maître « pourtant réputées pour leur caractère abrupt et parfois très spéculatif » (p. 174), qui sont mises entre toutes les mains.

5La traduction latine des Institutions est une étape importante dans l’histoire de la spiritualité et la constitution de ce courant « alternatif ». Pour la première fois, ces textes de la mystique rhénane sont accessibles à toute l’Europe. « Grâce aux Opera Tauleri, ce sont des textes majeurs pour la connaissance de cette mystique de l’Être, de cette voie d’union à Dieu par le détachement, qui deviennent lisibles, d’abord par les lettrés en latin, puis, très vite, par un public très large à travers les traductions » (p. 173). Une part significative du travail de J.-M. Gueullette consiste ici à apprécier par mode de sondage, l’influence du corpus chez les différents auteurs, Martin Luther, Louis de Blois, Augustin Baker, le Père Surin…, puis chez les capucins et la mystique du Nord notamment avec Benoît de Canfield et Joseph de Paris, enfin chez les principales figures du Carmel en France, Madame Acarie (Marie de l’Incarnation) et Jean de Saint-Samson. Cette étude permet d’analyser cette école de spiritualité associant divers partenaires, ayant en commun une vision commune de la vie spirituelle. Ainsi, parlant d’Eckhart, J.-M. Gueullette affirme : « Lui qui n’a cessé de prêcher le détachement s’avère avoir eu une influence considérable sur la spiritualité occidentale de manière totalement cachée, à travers un texte qui ne lui fut jamais attribué et qui véhiculait par ailleurs des idées qui lui étaient totalement étrangères » (p. 172). La transmission et l’interprétation du texte permettent de voir comment une grande partie des Entretiens spirituels d’Eckhart a été intégrée aux Institutions spirituelles.

6Le beau livre de Jean-Marie Gueullette, au-delà même d’une preuve incontestable de la maîtrise de son sujet et du corpus étudié, montre une fois encore l’importance des notions de « tradition » et de « réception » dans le domaine de la spiritualité. L’exemple étudié ici prouve la distance entre le texte « original » et le texte reçu par la tradition, c’est-à-dire interprété et vécu par ceux à qui il s’adresse en premier : des chercheurs de Dieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane-Marie Morgain, « Jean-Marie Gueullette, Eckhart en France : la lecture des Institutions spirituelles attribuées à Tauler (1548-1699) », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2014, 513-515.

Référence électronique

Stéphane-Marie Morgain, « Jean-Marie Gueullette, Eckhart en France : la lecture des Institutions spirituelles attribuées à Tauler (1548-1699) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 03 novembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rhr.revues.org/8290

Haut de page

Auteur

Stéphane-Marie Morgain

Couvent des Carmes, Montpellier.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org