Navigation – Plan du site

Le refuge des gens d’Église catholiques à Genève (1600‑1620)

The Catholic Clergymen’s Refuge in Geneva 1600‑1620
Nicolas Fornerod
p. 9-36

Résumés

Cette étude examine les modalités concrètes à travers lesquelles s’opère le changement de foi d’ex-membres du clergé catholique réfugiés à Genève. Si la Compagnie des pasteurs se soucie étroitement de l’instruction religieuse de ces migrants, c’est à travers leur capacité à s’insérer dans l’ordre social régi par la discipline ecclésiastique et à s’y conformer qu’elle éprouve la sincérité de leur conversion. Au centre du rapport qui unit le prosélyte à l’institution intervient la question de l’attestation, qui témoigne de la qualité de la relation et en constitue un enjeu principal. L’expérience de la conversion ne peut donc être envisagée qu’une fois replacée dans le cadre d’une confrontation entre un individu et les institutions qui définissent les modèles religieux et les normes censées encadrer et contrôler tout parcours de foi.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La Compagnie des pasteurs de Genève face aux défroqués : une vision d’ensemble
Les jalons de la sélection
La « bonne foi » à l’épreuve du temps
Certifier la « vraie » conversion : les enjeux de l’attestation
Une conversion en actes

Aperçu du début du texte

« À peine de cent qui sortent des couvents, les cinq reussissent à bien. »
Pierre Du Moulin, Nouveauté du Papisme opposée à l’antiquité du vray Christianisme, Sedan, J. Jannon, 1627, p. 827.

Au moment où la controverse confessionnelle bat son plein en France sous le régime de l’édit de Nantes, la conversion d’un homme d’Église revêt une portée symbolique certaine, qui ne manque jamais de susciter dans le camp dont il vient de se séparer des réactions extrêmement virulentes : la conduite de l’apostat est stigmatisée, ses mobiles spirituels sont disqualifiés, ils sont ramenés à de simples alibis derrière lesquels se dissimulent en réalité de basses considérations purement intéressées, comme l’appât du gain, l’ambition personnelle ou, dans le cas des défroqués, l’appétit charnel. Ce qui n’implique pas pour autant que « l’agressivité entre les Églises » fasse « de tout émigrant de l’une la convoitise de l’autre ». S’ils sont systématiquement décriés par ceux qui les accusent d’avoir fait ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Fornerod, « Le refuge des gens d’Église catholiques à Genève (1600‑1620) », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2015, 9-36.

Référence électronique

Nicolas Fornerod, « Le refuge des gens d’Église catholiques à Genève (1600‑1620) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le , consulté le 27 mars 2017. URL : http://rhr.revues.org/8342 ; DOI : 10.4000/rhr.8342

Haut de page

Auteur

Nicolas Fornerod

Université de Genève
Institut d’histoire de la Réformation
nicolas.fornerod@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org