Navigation – Plan du site

Qui porte le Monde ? Christophe, Atlas, Hercule et Marie (1570‑1650)

Who Carries the World? Saint Christopher, Atlas, Hercules, and Mary (1570–1650)
Olivier Christin
p. 183-210

Résumés

Entre 1570 et 1650, les images qui associent les nouveaux savoirs cosmographiques et l’ancienne cosmologie chrétienne se multiplient. Dans les pages de titre de traités de dévotion, de recueils de cartes des cieux, d’encyclopédies de la Vierge et des saints, notamment, des combinaisons inédites voient le jour, qui montrent Marie, saint Christophe ou saint François prendre la place d’Atlas ou d’Hercule pour soutenir la voute céleste et assurer l’équilibre de l’univers. Ces images composites et savantes témoignent des controverses qui accompagnèrent la diffusion des nouvelles manières de voir et de représenter l’Univers et du travail accompli autour de la Compagnie de Jésus pour apporter une réponse au défi que jetaient les sciences de la nature à la cosmologie de la Renaissance et pour tenter de préserver des cieux christianisés. Cet article examine quelques-unes de ces images et notamment celles de l’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Pourquoi un Atlas ?
Rechristianiser les cieux
Conserver l’univers

Aperçu du début du texte

Mon intention ici est de tenter, de manière sans doute encore très superficielle et donc très provisoire, de recenser et d’expliquer certaines images déroutantes des cieux et de leur organisation qui semblent se multiplier entre 1570 et 1650 et qui ont pour caractéristiques communes de perpétuer quelques principes qui étaient ceux des cosmographies de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance (point de vue unifié ou global sur le cosmos, géocentrisme, imbrications des sphères successives), de représenter au cœur de cette conception de l’univers un personnage central emprunté à la mythologie, au récit biblique ou aux vies des saints, comme si ces choix étaient en partie équivalents ou interchangeables et enfin d’associer ce personnage à une vision positive, glorieuse et non pas tragique, du savoir cosmographique évoqué, parfois avec des intentions politiques très explicites. Pour rendre plus clair le type d’images sur lequel je souhaiterais me pencher, mais qui sortent en partie du ca...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Christin, « Qui porte le Monde ? Christophe, Atlas, Hercule et Marie (1570‑1650) », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2015, 183-210.

Référence électronique

Olivier Christin, « Qui porte le Monde ? Christophe, Atlas, Hercule et Marie (1570‑1650) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rhr.revues.org/8395 ; DOI : 10.4000/rhr.8395

Haut de page

Auteur

Olivier Christin

Université de Neuchâtel
olivier.christin@unine.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org