Navigation – Plan du site

L’athéisme et le doute au Moyen Âge : un problème controversé

Atheism and Doubt in the Middle Ages: A New Approach to a Difficult Subject
Dorothea Weltecke
p. 339-361

Résumés

L’article esquisse la forme et la diffusion médiévales du phénomène que l’on appelle aujourd’hui « l’athéisme », autrement dit ne pas croire en l’existence d’un dieu. L’auteur étudie des textes pour isoler des expressions et des conceptions de ce phénomène. La traduction du terme « non-croyance/infidelitas » par « athéisme » est critiquée pour son ambiguïté. En outre, plus surprenant, l’étude des sources démontre que la non-croyance n’était ni interdite, ni poursuivie par les autorités ecclésiastiques et séculières. Le phénomène n’était guère pris au sérieux et une discussion rationnelle sur le sujet n’existait quasiment pas. La littérature spirituelle proposait au clergé de réagir à des cas de non-croyance par des exhortations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’incroyance
L’insensé se dit : Il n’y a pas de Dieu
Doutes
Concepts de doute et de reniement de Dieu
« Acedia »
« Tentation » et « blasphème de cœur »
« Murmur » et « impatientia » : Protestation et théodicée
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dès le début de l’époque moderne, tant les premiers athées eux-mêmes que leurs adversaires ont élaboré des théories divergentes quant à l’histoire de l’athéisme. Deux thèses opposées dominent ce champ. En premier lieu, certains soutiennent l’idée qu’au Moyen Âge aussi les athées étaient persécutés par l’usage de la force. En effet, le premier ouvrage athée de l’époque moderne, le Theophrastus redivivus rédigé vers 1650, narre l’histoire de l’athéisme sous la forme d’une histoire de persécutions. Il est intéressant de constater que cette narration concorde avec celle d’un fervent partisan religieux, François Garasse. Ce jésuite, bien que pour des raisons différentes, faisait aussi état dans ses histoires de la terrible fin qui a toujours foudroyé les impies. Cette théorie semble évidente de prime abord : les tribunaux de l’Inquisition avaient eu pour mission le dépistage de certains mouvements religieux déviants, qui devaient être soumis à la justice séculière ou ecclésiastique.

Cepen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dorothea Weltecke, « L’athéisme et le doute au Moyen Âge : un problème controversé », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2015, 339-361.

Référence électronique

Dorothea Weltecke, « L’athéisme et le doute au Moyen Âge : un problème controversé », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rhr.revues.org/8409 ; DOI : 10.4000/rhr.8409

Haut de page

Auteur

Dorothea Weltecke

Université de Constance (Allemagne)

dorothea.weltecke@uni-konstanz.de

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org