Navigation – Plan du site

Religion, mystique et crise de la culture à la fin de la période wilhelmienne. Perspectives sur Georg Simmel

Religion, mystic and cultural crisis in late Wilhelmian Germany. Perspectives on Georg Simmel
Matthieu Amat
p. 373-396

Résumés

Nous nous proposons d’introduire à la philosophie de la religion de Georg Simmel en tant qu’effort pour dégager la « religiosité » des formes historiques et objectives de la religion. Cette entreprise participant d’une tendance puissante dans la philosophie allemande, au moins depuis Schleiermacher, nous prendrons soin de mettre en avant l’originalité de la réflexion de Simmel. À partir de ses analyses, il nous faudra montrer pourquoi la modernité, comprise comme « crise de la culture », favorise l’essor d’une religiosité de type mystique, et pourquoi elle voit au contraire reculer l’idéal classique de formation de la personnalité par la culture.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Vivacité de l’élan religieux, recul de l’idéal de culture
La religiosité selon Simmel
Le problème de la situation religieuse
De l’objet vers le sujet, de la forme à la vie
Religiosité, sentiment et vie. Le rapport à Schleiermacher
Mystique, culture et modernité
Un modèle mystique de religiosité
Mystique et « vie moderne »
Culture, religion et rejet de la forme

Aperçu du début du texte

Vivacité de l’élan religieux, recul de l’idéal de culture

Au tournant du siècle et jusque dans les premières années de la république de Weimar, l’Allemagne est le lieu de vifs débats sur l’avenir de la religion et de la culture. Le diagnostic de crise appliqué à l’état de la culture européenne est unanime, qu’on le constate, le déplore ou s’en réjouisse. Les avis divergent quant aux causes et aux remèdes, mais la description est largement partagée : différenciation, voire fragmentation de la culture et absence de vision unitaire du monde ; processus d’objectivation liés à l’essor des sciences de la nature, des techniques, et à la monétarisation de l’économie ; individualisation et affaiblissement du lien communautaire ; relativisation et nivellement des valeurs ; crise des religions historiques. Dans ce contexte, la bourgeoisie cultivée doute de l’idéal de formation et de culture qu’elle hérite de l’humanisme allemand et qui l’aide à se définir depuis un siècle.

Contrairement à ce que...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Amat, « Religion, mystique et crise de la culture à la fin de la période wilhelmienne. Perspectives sur Georg Simmel », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2015, 373-396.

Référence électronique

Matthieu Amat, « Religion, mystique et crise de la culture à la fin de la période wilhelmienne. Perspectives sur Georg Simmel », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rhr.revues.org/8412 ; DOI : 10.4000/rhr.8412

Haut de page

Auteur

Matthieu Amat

Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (EA 3562 – PhiCo)
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

matthieuamat@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org