Navigation – Plan du site

« Noé » dans les sources mésopotamiennes

“Noah” in Mesopotamian sources
Jean-Jacques Glassner
p. 487-498

Résumés

Dans les sources mésopotamiennes, le survivant du déluge, précurseur du Noé biblique, s’appelait Ziusudra, Atrahasîs ou Ûta-napishtî. Le premier nom signifiait « Vie de jours prolongés », le second « Le Supersage », le troisième « J’ai trouvé ma vie ». Ce qui le distinguait de tous les autres êtres humains, c’était le destin d’être immortel qui lui était réservé au sortir de l’épreuve. Le franchissement du déluge était une forme d’épreuve. La Mésopotamie connaissait deux héros civilisateurs, Sargon et Ziusudra/Atrahasîs/Ûta-napishtî. Leurs expositions respectives n’eurent pas même signification. L’un était élu avant l’épreuve, l’autre après. Pour le premier, on a affaire à un rite de probation ; pour le second on est en présence d’un rite d’institution, mais qui diffère des rites de passage.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Différents déluges
Un seul héros, mais plusieurs noms. Ses qualités
Le souvenir de rites sociaux ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les lettres mésopotamiennes connaissent le déluge. Le mot qui le désigne est amaru en sumérien, abûbu en akkadien. Quatre sources, principalement, le documentent : le mythe d’Atrahasîs, connu principalement par une copie paléo-babylonienne du xviie siècle, de la main du scribe Ipiq-Aya ; d’autres copies plus tardives viennent en compléter certaines lacunes ; le mythe tel qu’il est conté dans la tablette XI de l’Épopée de Gilgamesh, dans la version de Ninive (viie siècle) ; le récit sumérien du déluge, documenté par une copie unique, apparemment du xvie siècle, mais dont la langue est défaillante au point qu’elle fait penser à une traduction effectuée à cette même époque de l’akkadien en mauvais sumérien ; le récit de Bérose, en grec, à l’usage d’un public grec, et qui date de l’époque hellénistique.

Différents déluges

Le déluge est un motif tardif et peu exploité dans la littérature sumérienne. Le mot apparaît au xxie siècle avant notre ère. amaru signale alors un phénomène météorolog...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Glassner, « « Noé » dans les sources mésopotamiennes », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2015, 487-498.

Référence électronique

Jean-Jacques Glassner, « « Noé » dans les sources mésopotamiennes », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rhr.revues.org/8460 ; DOI : 10.4000/rhr.8460

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Glassner

Archéologie et Sciences de l’Antiquité (ArScAn), Paris
jjglassner@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org