Navigation – Plan du site

Noé dans la tradition syriaque. Une mer de symboles

Noah in the Syriac Tradition : A sea of symbols
Muriel Debié
p. 585-622

Résumés

L’histoire de Noé et du déluge présente dans la tradition syriaque historique aussi bien qu’exégétique des similitudes avec des interprétations juives mais aussi une originalité fondamentale. Exprimée par des poèmes – une des caractéristiques de la littérature syriaque –, l’exégèse de l’histoire noachique présente la particularité unique de faire du père des nations, paradoxalement, un proto-ascète et de l’arche un type non seulement de l’Église, comme dans d’autres traditions chrétiennes, mais un prototype du bâtiment église même. Ce sont quelques-uns de ces symboles et de ces interprétations typologiques que cet article essaie de faire émerger de la mer de textes syriaques consacrés à l’histoire de Noé.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le Déluge, étape de l’histoire du monde
Le déluge biblique et les déluges des nations
La chronologie noachique
La figure de Noé
Noé le juste et le chaste
Noé nouvel Adam et type du Christ
Noé l’homme du repos
Noé, le héraut de justice
L’arche type de l’Église
Le capitaine de l’arche
L’arche type de l’église
Déluge et catastrophes naturelles ou politiques
La sortie de l’arche
Le rameau d’olivier
D’une montagne à l’autre : une nouvelle géographie post-diluvienne
Le quatrième fils de Noé
L’ivresse de Noé
Conclusion

Aperçu du début du texte

Noé occupe une place particulière dans l’histoire du salut telle qu’elle est racontée dans la Bible parce qu’il est le seul, avec sa famille, à avoir survécu au Déluge et à la disparition de l’humanité coupable. Mais il est en même temps une figure ambiguë parce que les raisons pour lesquelles il fut distingué de ses contemporains ne sont pas clairement explicitées par le texte de la Genèse qui mentionne seulement sa « justice », non pas absolue, mais « dans sa génération ». La dimension positive qu’il porte est aussi contrebalancée par son ivresse et la malédiction lancée contre Canaan, le fils de son fils Cham. Tout autant que l’événement majeur dont elle fut partie prenante, le Déluge, l’ambiguïté même de la figure de Noé ouvrit la voie aux interprétations. Parler de Noé, c’est évoquer le Déluge, mais aussi l’humanité condamnée, le petit reste de l’humanité sauvée que constituait sa famille, l’arche et les animaux qu’elle contenait, le corbeau et la colombe messagers, la nouvelle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Debié, « Noé dans la tradition syriaque. Une mer de symboles », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2015, 585-622.

Référence électronique

Muriel Debié, « Noé dans la tradition syriaque. Une mer de symboles », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rhr.revues.org/8472 ; DOI : 10.4000/rhr.8472

Haut de page

Auteur

Muriel Debié

École pratique des Hautes Études, Paris
muriel.debie@ephe.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org