Navigation – Plan du site

La figure de Noé entre le Coran et les isrā’īliyyāt

The figure of Noah between the Qur’ān and the isrā’īliyyāt
Youssef Taharraoui
p. 645-682

Résumés

La figure de Noé, en raison du caractère elliptique de la narration coranique, a fait l’objet dans la Tradition islamique, comme d’autres figures prophétiques, d’une amplification puisant dans des matériaux extra-coraniques que l’on est convenu d’appeler isrā’īliyyāt.
Nous nous proposons d’abord d’examiner les acceptions de ce vocable, ensuite d’étudier la réélaboration des matériaux extra-coraniques dans la littérature exégétique, historiographique (Ṭabarī et Ibn Kathīr) et narrative (Tha‘labī et Kisā’ī), et de dégager enfin la manière dont ce traitement évolue avec Ibn Kathīr vers une attitude résolument hostile ayant pour but d’expurger la tradition exégétique et historiographique islamiques des matériaux exogènes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les histoires des prophètes
Le scénario coranique. éléments narratifs dans le Coran
Le scénario de Ṭabarῑ
Tha‘labī : une option résolument narrative
Kisā’ῑ, une prolifération narrative
Procédé d’appropriation : la supériorité et l’antériorité de Muḥammad
Ibn Kathῑr, hostilité aux isrā’īliyyāt
Deux narrations théologiques parallèles

Aperçu du début du texte

Noé, à l’instar des autres figures prophétiques mentionnées dans le Coran, a fait l’objet d’une amplification narrative qui puise dans des matériaux qu’on est convenu d’appeler les isrā’īliyyāt, rapportés par des transmetteurs comme Ka‘b al-Aḥbār (m. circa 655), ‘Abd Allah b. Saba’ (m. circa 670) et Wahb b. Munabbih (m. circa. 110/728). Il est fort probable que des récits bibliques et des apocryphes étaient déjà en circulation en Arabie à la période préislamique. Selon Tilman Nagel, ces matériaux ont dû être transmis aux Arabes par les juifs à Yathrib et par des missionnaires chrétiens dans les régions proches de l’Empire byzantin et de l’Empire sassanide, mais aussi sur les rives de la mer Rouge et dans l’Arabie du Sud.

La première attestation du mot isrā’īliyyāt , assez tardive, se trouve dans Murūj al-dhahab de Mas‘ūdī (m. 345/956) au sens de récits merveilleux relatifs à la cosmogonie et à l’histoire biblique dont l’authenticité est sujette à caution. Bien qu’il s’agisse d’une o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Youssef Taharraoui, « La figure de Noé entre le Coran et les isrā’īliyyāt », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2015, 645-682.

Référence électronique

Youssef Taharraoui, « La figure de Noé entre le Coran et les isrā’īliyyāt », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rhr.revues.org/8475 ; DOI : 10.4000/rhr.8475

Haut de page

Auteur

Youssef Taharraoui

Centre de Recherches Moyen-Orient Méditerranée
Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris
youssef.taharraoui@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org