Navigation – Plan du site

Les œuvres et la foi : une querelle poétique autour de la prédestination dans le Maroc du xixe siècle

Works and Faith: A Poetical Dispute over Predestination in 19th-C Morocco
Youcef Djedi
p. 49-69

Résumés

La doctrine du qadar est le plus souvent examinée sous sa forme de prédétermination. Elle est moins connue sous sa forme de double décret, en vertu duquel Allah a de toute éternité décidé la « félicité » de quelques-uns et la « réprobation » du reste du genre humain. Ce problème, indissociable de celui de la « foi » et des « œuvres », resurgissait assez régulièrement dans l’histoire islamique, et peut-être plus souvent encore au Maghreb, en raison de son passé almohade. Se pose aussi la question de la certitude du salut – ou de la réprobation –, ce dont nous fait également écho la poésie « populaire », ou melhoun.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Sa‘āda et chaqā’ ou le double décret de la prédestination : l’héritage almohade
La foi sans les œuvres ?
Le problème de la certitude : salut ou dépravation ?
En guise de conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Il y a dans la littérature dite improprement « populaire » du Maghreb un fonds très peu exploité par les sciences sociales et humaines. Improprement disons-nous, parce que le melhoun – c’est en effet le nom le plus communément admis – n’a de populaire que la structure dialectale de sa langue par rapport à une langue arabe académique productrice d’adab et de « sciences religieuses ». Pourtant le registre du melhoun aussi est incontestablement savant, et de bien grands esprits, qu’ils fussent artisans, hommes de plume ou de sabre, s’y étaient exercés, voire des princes et des sultans. Certains d’entre ces poètes avaient même bravé parfois le paradoxe, pour ainsi dire, en faisant du melhoun en arabe littéral. Ainsi Saïd ben Abdallah el-Mendassi (xviie s.), par exemple, ou Mohammed Benmsayeb (xviie/xviiie s.) ou même Abdelaziz el-Meghrawi (xvie/xviie s.). Mais c’était surtout le cas du grand poète et chevalier de l’Ouest algérien, le saint de Mzila, Lakhdar Benkhlouf (xviie ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Youcef Djedi, « Les œuvres et la foi : une querelle poétique autour de la prédestination dans le Maroc du xixe siècle », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2016, 49-69.

Référence électronique

Youcef Djedi, « Les œuvres et la foi : une querelle poétique autour de la prédestination dans le Maroc du xixe siècle », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rhr.revues.org/8484 ; DOI : 10.4000/rhr.8484

Haut de page

Auteur

Youcef Djedi

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
youcef.djedi@uvsq.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org