Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Monique Cottret et Caroline Galland (dir.), Croire ou ne pas croire

Paris, Kimé, 2013
Jean-Pierre Chantin
p. 104-105
Référence(s) :

Monique Cottret et Caroline Galland (dir.), Croire ou ne pas croire, Paris, Kimé, 2013, 377 p., 21 cm, 29 €, ISBN 978-2-84174-624-8.

Texte intégral

1L’ouvrage contient les travaux qui ont été proposés pendant trois ans lors du séminaire « Qu’est-ce que croire ? » de Monique Cottret à Nanterre. Autour de cette notion, les multiples facettes de la question ont été envisagées afin d’en cerner les modalités, non seulement religieuses, mais aussi scientifiques, politiques et économiques.

2Il s’agit, selon une heureuse formule, de « dénouer les fils de la croyance », selon ses degrés d’adhésion (jusqu’au « refus de croire »), de l’Antiquité au xixe siècle, à hauteur d’homme (par exemple « Saint-Just politique ou mystique ? Le problème de la croyance en la République dans la pensée du Conventionnel », de P.-Y. Glasser et Anne Quennedey), d’un groupe (« Croire en la Révolution en milieu rural, 1789-1795 », Laurent Brassart), d’un siècle (« Les dynamiques du croire. L’exemple de la magie à Paris au xviiie siècle », Ulrike Krampl). Il est vain de vouloir résumer toutes les très intéressantes contributions, comme d’en distinguer certaines. On doit signaler l’introduction de Monique Cottret qui pose bien ce qu’ont été les enjeux des rencontres et en quoi le thème vaut réflexion ; elle est habilement complétée par la conclusion de Caroline Galland qui ouvre la réflexion sur le travail de l’historien.

3La difficulté, qui n’est pas occultée, bien au contraire, est de rendre compte dans chacune des contributions de ce qui était alors en jeu, en s’affranchissant d’a priori contemporains. Ainsi peuvent être appréhendés le cas des « charlatans » (François Zanetti qui présente ces « antihéros de la médecine des Lumières ») ou des croyances médicales de marge (Philip Rieder, « croyances et santé » à Genève entre « erreurs populaires » et « superstitions romaines » ; Nicole Edelmann sur le magnétisme animal et le somnambulisme magnétique). En économie, la confiance accordée pour le crédit dépend de l’appartenance à un groupe et/ou un réseau (cas des juifs à Marseille au xive siècle, par Juliette Sibon, du forain à la foire de Francfort au xviie siècle, pour Vincent Demont, ou d’un marchand-drapier d’Orléans au xviiie siècle présenté par Gaël Rideau). En politique, c’est la parole qui est digne de foi si ceux qui la diffusent ont une autorité reconnue, comme lors de la diffusion de la nouvelle de l’assassinat d’Henri IV qui ne suscite finalement que peu de troubles (Michel Cassan). Dans le domaine des croyances religieuses, celles que l’on attendait de prime abord (Sylvie Barnay, « Croire aux visions mariales » au Moyen Âge ; « La christianité » dans l’Antiquité tardive par Ariane Bodin, « la foi des montagnards » au xviie siècle, par Serge Brunet) mais qui bénéficient de cette ouverture du sujet, on navigue entre fabrique d’une orthodoxie (« les évolutions liturgiques sous le règne d’Henri VIII », Aude Mézerac-Zanetti ; Fabienne Henryot à propos des bibliothèques ecclésiastiques du xvie au xviiie siècle) ou avanie d’une contestation qui conduit à l’exclusion ou à la réintégration (les questionnements d’un pasteur réformé du xviie siècle, Baptiste Loy ; le parcours d’une sœur convulsionnaire de Paris par Françoise de Noirfontaine).

4Ce travail est exemplaire par la méthode employée, de la réflexion préalable jusqu’au risque de la remise en cause par l’ouverture disciplinaire. De fait, et grâce à ces travaux, on vérifie que la croyance est multiple, parfois datée, qu’elle est inséparable du doute et fournit donc matière à polémique ou débat car elle interroge la raison. On ne peut que souhaiter que cet ouvrage devienne une référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chantin, « Monique Cottret et Caroline Galland (dir.), Croire ou ne pas croire », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2016, 104-105.

Référence électronique

Jean-Pierre Chantin, « Monique Cottret et Caroline Galland (dir.), Croire ou ne pas croire », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 05 avril 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rhr.revues.org/8496

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chantin

Religions, Sociétés et Acculturation
Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes, Lyon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org