Navigation – Plan du site
Comptes rendus

José Costa, De l’importance des textes considérés comme mineurs : l’exemple du Midrash Hallel. Traduction annotée d’un Midrash entre aggada et mystique

Paris-Louvain-Walpole, Peeters, (« Collection de la Revue des Études Juives », 54), 2013
Ron Naiweld
p. 108-109
Référence(s) :

José Costa, De l’importance des textes considérés comme mineurs : l’exemple du Midrash Hallel. Traduction annotée d’un Midrash entre aggada et mystique, Paris-Louvain-Walpole, Peeters, (« Collection de la Revue des Études Juives », 54), 2013, 24 cm, 476 p., 80 €, ISBN 978-90-429-2597-7.

Texte intégral

1L’auteur (JC) nous offre ici la traduction du Midrash Hallel (MH), une compilation des exégèses juives en hébreu sur les chapitres 113-118 du livre des Psaumes, qui composent la prière du Hallel. Ce texte a déjà fait l’objet d’une étude de JC (« Qu’est-ce que le Hallel ? L’introduction du Midrash Hallel », Revue des Études juives, 166, 2007, p. 17-58).

2Une discussion philologique ouvre la très longue introduction (p. 1-310) qui précède la traduction. La seule version manuscrite du Midrash (ms Munich 222) a été rédigée par un seul scribe dont le type d’écriture permet de situer ce dernier dans la première moitié du xvie siècle. Ce manuscrit a servi à A. Jellinek pour la première édition du texte (dans le cadre de son Bet ha-midrash, 1853-1877). JC décrit le manuscrit ainsi que les premières éditions du texte dont une (dans le recueil Osar ha-midrashim) part peut-être d’un autre témoin que le ms Munich 222. Quelques dizaines de pages présentent les différences entre les variantes du texte et la manière dont ses éditeurs ont traité les passages corrompus ou problématiques. Les variantes sont données dans la traduction française de l’auteur. Suit une présentation de la structure du Midrash (p. 43-63) et un résumé des travaux antérieurs sur MH (p. 64-80).

3L’auteur offre également une présentation analytique des thèmes du MH (p. 81-110), ainsi qu’une longue présentation des parallèles qu’il a dans la littérature rabbinique classique (p. 111-250). Une attention particulière est accordée aux parallèles avec Midrash Tehilim, une compilation midrashique sur le livre des Psaumes rédigée probablement peu avant le xie siècle. Cette partie de l’introduction se conclut par une discussion sur « la question des sources » où l’auteur critique entre autres l’affirmation de Jellinek selon laquelle le Midrash Tehilim était une des sources principales du rédacteur de MH. L’auteur conclut qu’« il n’y aurait pas de lien direct entre les deux recueils mais un lien indirect, parce qu’ils ont puisé à une source commune. Il est fort probable que cette source commune serait un recueil aggadique commentant les Psaumes et qui existait donc avant l’actuel Midrash Tehilim » (p. 275), mais il admet que cette une conclusion reste provisoire.

4L’auteur discute ensuite la question de savoir si le MH peut être considéré comme un écrit mystique (p. 277-308). Il part de l’hypothèse proposée par S. T. Lachs sur la présence des six éléments caractéristiques de ce qu’il appelle « l’école mystique de la Merkaba » (la mystique du trône, l’importance de Rabbi Aqiba, le motif de l’eau et du rocher, l’insistance sur le corps divin, la bisexualité de Dieu et l’insistance sur les noms de Dieu). JC critique la méthodologie de Lachs et certaines de ses conclusions (« Midrash Hallel and Merkabah Mysticism » dans I. D. Passow et S. T. Lachs (éd.), Gratz College Anniversary Volume, 1895-1970, Philadelphie, 1971, p. 193-203). Selon lui, MH n’est qu’indirectement et discrètement mystique, un fait qu’il propose d’expliquer par son inclusion dans certains livres de prières – les siddurim (p. 279).

5L’introduction se termine par une brève note « sur l’auteur et la date de rédaction de MH » (p. 309-310) dans laquelle JC conclut que, plus qu’un simple recueil des sources antérieures, MH est une composition travaillée « ce qui suppose un auteur et non un simple compilateur ». En règle générale il accepte les conclusions des études précédentes (notamment celles de S. T. Lachs), situant l’auteur en Palestine vers la fin du xiie ou le début du xiiie siècle.

6La traduction annotée (p. 311-419) est suivie du texte hébreu (p. 421-444) qui est celui de l’édition de Jellinek (avec quelques modifications signalées par l’auteur). Malheureusement, la traduction n’offre pas de points de repère qui permettraient de la comparer facilement avec le texte hébreu.

7Si l’on peut se féliciter de la parution de cette traduction, il faut néanmoins admettre que le lecteur reste sur sa faim quant à la promesse contenue dans le titre du volume « De l’importance des textes considérés comme mineurs : l’exemple du Midrash Hallel ». L’auteur ne cherche pas à répondre explicitement à la question, et la majeure partie de l’introduction est consacrée à des questions philologiques et thématiques qui concernent surtout le texte de MH et ses rapports avec d’autres textes juifs, surtout de la littérature rabbinique classique mais aussi de la littérature dite des Palais ou de la Merkabah.

8Un point particulièrement intéressant, que l’auteur ne traite qu’occasionnellement dans la longue introduction, est le rapport du MH avec la synagogue. En effet, la prière de Hallel est un des éléments les plus anciens de la liturgie juive. Un recueil d’exégèses d’origine plutôt rabbinique consacré à cette prière, et qui souligne dès le premier passage sa sainteté, pourrait nous fournir quelques indices sur le rapprochement entre la culture rabbinique et ce que l’auteur du volume appelle dans ses autres travaux, à la suite de S. Mimouni, « le judaïsme synagogal ». Bien que notre texte ait été rédigé probablement à une époque relativement tardive (xiie-xiiie siècles), il pourrait témoigner d’une nouvelle étape du long processus (qui commence à l’époque byzantine) du rapprochement entre les traditions rabbiniques et la culture synagogale (voir par exemple les travaux de Ra’anan Boustan, notamment « Rabbinization and the Making of Early Jewish Mysticism », The Jewish Quarterly Review, 101, 4 (2011), 482-501).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ron Naiweld, « José Costa, De l’importance des textes considérés comme mineurs : l’exemple du Midrash Hallel. Traduction annotée d’un Midrash entre aggada et mystique », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2016, 108-109.

Référence électronique

Ron Naiweld, « José Costa, De l’importance des textes considérés comme mineurs : l’exemple du Midrash Hallel. Traduction annotée d’un Midrash entre aggada et mystique », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2016, mis en ligne le 04 avril 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rhr.revues.org/8501

Haut de page

Auteur

Ron Naiweld

Centre national de la recherche scientifique, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org