Navigation – Plan du site

L’énigme d’inversion dans la littérature médiévale scandinave

Neck Riddles in Medieval Scandinavian Literature
Pierre-Brice Stahl
p. 329-342

Résumés

L’article propose une analyse de la dernière énigme du Vafþrúðnismál et de la Hervarar saga ok Heiðreks. Dans ces deux textes, Óðinn met fin au face-à-face en demandant à son adversaire ce qu’il a murmuré à l’oreille de son fils avant que ce dernier ne soit placé sur le bûcher funéraire. Cette question, dont lui seul détient la réponse, est une énigme d’inversion. Cette énigme a traditionnellement été décrite comme malhonnête et injuste par les chercheurs. À travers une analyse du genre de l’énigme d’inversion, l’article propose une nouvelle lecture de ces deux textes et montre qu’il n’y a aucune injustice, mais que l’énigme occupe une fonction bien précise : souligner la toute-puissance du savoir d’Óðinn.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’énigme d’inversion
Reconnaissance(s) de l’adversaire
Une injustice ?
L’être le plus sage

Aperçu du début du texte

« De celui qui mange est sorti ce qui se mange, et du fort est sorti le doux. »
Juges 14.14

Cette énigme proposée par Samson lors de la cérémonie de son mariage se révèle des plus difficiles si l’on ne connaît pas le récit auquel elle appartient. Or, il s’agit d’une histoire personnelle, qui n’est connue que de Samson. D’aucuns auront déjà fait le parallèle avec l’énigme de la strophe 54 du poème eddique Vafþrúðnismál (Dits de Vafþrúðnir) : « hvat mælti óðinn áþr á bál stigi siálfr í eyra syni » [Qu’a dit Óðinn avant qu’il monte sur le bûcher funéraire à l’oreille de son fils ?]. Un terme anglais, issu de l’allemand, existe pour désigner un tel type d’énigme, on parle de neck-riddle. La locution fait référence au récit du prisonnier qui parvient à sauver sa tête en soumettant une énigme à ses juges. À partir de la strophe 19, la tête est également en jeu dans le Vafþrúðnismál. Le but est de déterminer qui du dieu ou du géant est le plus sage. Or, la dernière question d’Óðinn fait appe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Brice Stahl, « L’énigme d’inversion dans la littérature médiévale scandinave », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2016, 329-342.

Référence électronique

Pierre-Brice Stahl, « L’énigme d’inversion dans la littérature médiévale scandinave », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rhr.revues.org/8570 ; DOI : 10.4000/rhr.8570

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org