Navigation – Plan du site

Le mythe du déluge de l’Inde ancienne et les théories des origines entre 1829 et 1872

The flood myth of Ancient India and theories concerning the origins of humanity between 1829 and 1872
Guillaume Ducœur
p. 389-418

Résumés

Si le mythe du déluge de langue sanskrite fut connu des savants européens dès le xviie siècle, il fallut attendre 1829 puis 1849 pour en connaître respectivement les versions épique et védique. Ces nouvelles lectures publiées par F. Bopp et A. Weber donnèrent à repenser l’histoire de la tradition rédactionnelle indo-ārya du mythe du déluge mise en regard avec les récits diluviens génésiaque et chaldéen, telle que l’avait initiée E. Burnouf. Mais elles offrirent également l’opportunité de déceler quelque indice de l’origine des Indo-ārya, voire même de leur antique chemin migratoire comme le supposèrent un temps A. Weber et J. Muir. Cet article se propose de revenir sur les premières analyses des indianistes et plus largement sur les re-constructions de l’histoire de l’humanité à partir des traditions diluviennes indiennes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Les indianistes européens et la tradition diluvienne sanskrite
À la recherche de l’antique chemin migratoire des Indo-ārya

Aperçu du début du texte

Introduction

Tout au long des siècles, la pluralité des mythes du déluge a eu la particularité d’avoir donné à repenser continuellement l’histoire de l’humanité. En son temps déjà, Platon affirmait par la bouche de Critias comment les prêtres d’Égypte auraient reproché à Solon d’avoir oublié ses plus anciennes traditions et de ne plus connaître qu’un seul déluge : « D’abord, vous ne faites mémoire que d’un seul cataclysme de la terre, alors qu’il s’en produisit plusieurs auparavant ». Platon exposa alors par l’intermédiaire de Timée, le plus savant des astronomes et le plus versé dans la science de la nature, quelles avaient été la naissance de l’univers (τῆς τοῦ κόσμου γενέσεως) et la nature des hommes (ἀνθρώπων φύσιν). Cette préoccupation de l’origine des choses et plus encore de l’origine des hommes, à savoir, en l’occurrence, des Athéniens, montre combien les Grecs eurent à cœur d’établir les circonstances de leurs propres apparitions et organisation sociale. Or, ceci ne fut null...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Ducœur, « Le mythe du déluge de l’Inde ancienne et les théories des origines entre 1829 et 1872 », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2016, 389-418.

Référence électronique

Guillaume Ducœur, « Le mythe du déluge de l’Inde ancienne et les théories des origines entre 1829 et 1872 », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rhr.revues.org/8575 ; DOI : 10.4000/rhr.8575

Haut de page

Auteur

Guillaume Ducœur

Université de Strasbourg
gducoeur@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org