Navigation – Plan du site

Une écoute individuelle en contexte collectif. Étude de la deuxième personne dans quelques sermons d’Augustin

Private listening in a group context. A study of the second person in some sermons of Augustine
Mickaël Ribreau
p. 505-531

Résumés

Dans ses sermons, Augustin utilise souvent la seconde personne du singulier, sans que l’on puisse toujours déterminer s’il s’adresse à un individu précis. Augustin passe fréquemment de la seconde personne du pluriel à la seconde personne du singulier, et inversement, sans rupture, c’est-à-dire sans changement de locuteur présenté comme tel. Plus que d’un « tu générique » ou d’un « tu diatribique », il s’agirait ici d’une « seconde personne du singulier collective » : Augustin s’adresse à l’ensemble de son auditoire constitué d’individus, interpellés personnellement par l’évêque. Le procédé rhétorique étudié possède un arrière-plan théologique et spirituel important, car le sermon engage ce qu’il y a de plus intime chez l’homme, sa relation à Dieu, que nul ne peut connaître sinon lui-même.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Du pluriel au singulier : continuité ou rupture ?
Une interpellation collective
L’absence de rupture
L’influence du texte biblique à commenter
Un outil pédagogique
Le goût de l’exemple
Une dimension dramatique
L’objection ou les limites de l’interprétation
Parler au cœur
Un modèle de conduite à enseigner à chacun
Introspection, intimité et discours du cœur
Au cœur de la relation avec Dieu
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Sans auditoire, sans l’écoute d’un public, le travail du prédicateur serait vain. Les sermons sont inscrits dans un contexte donné et répondent à des circonstances géographiques et historiques précises, même si nous ne pouvons pas toujours les comprendre ou les connaître. Bien que nous connaissions les sermons par des traces écrites (dans le cas d’Augustin, des prises de notes relues par l’évêque d’Hippone), la prédication est avant tout orale et s’adresse à un public précis, qui n’est pas le même pour tous les sermons. Sans ce public, cette parole vivante reste morte. Ce public, Augustin l’invite fréquemment à l’écouter ou à entendre la parole biblique qu’il commente en tant qu’évêque. Il apostrophe alors l’auditoire, varié intellectuellement, et qui n’a pas toujours accès à l’écrit, par des formules collectives et plurielles comme fratres ou par un singulier collectif comme caritas uestra.

Augustin s’adresse ainsi fréquemment à son auditoire. Il utilise, de façon tout à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mickaël Ribreau, « Une écoute individuelle en contexte collectif. Étude de la deuxième personne dans quelques sermons d’Augustin », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2016, 505-531.

Référence électronique

Mickaël Ribreau, « Une écoute individuelle en contexte collectif. Étude de la deuxième personne dans quelques sermons d’Augustin », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 21 août 2017. URL : http://rhr.revues.org/8640 ; DOI : 10.4000/rhr.8640

Haut de page

Auteur

Mickaël Ribreau

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
mickael.ribreau@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org