Navigation – Plan du site

Voir et entendre la foi de David. Le roi musicien dans les psautiers et les livres d’heures (xiiie-xive siècles)

Seeing and hearing the faith of David. The King as a musician in the psalters and books of hours (13th-14th c.)
Martine Clouzot
p. 557-595

Résumés

Très répandue dans les psautiers et les livres d’heures (xiiie et xive siècles), la figure de David auditeur, musicien et locuteur, est contemporaine de la formation de l’université et de la prédication séculière et mendiante. Elle fait partie des formes de communication visuelles et verbales utilisées par les clercs pour l’édification morale des élites cultivées. En illustration des psaumes, les enlumineurs l’ont associée à des instruments, des gestes et d’autres figures – le jongleur et l’insipiens (le fou) – rendant perceptibles son audition divine, son harmonie et sa foi. Se fondant sur la culture du Verbe de la société médiévale et sur les innovations scientifiques de l’époque, sur le son, le mouvement, les sens, ils ont fait de cette Præfigura Christi une image exemplaire et performative.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Figurer la Parole de Dieu et l’audition de David
David, figure hyperthématique du musicien et de la proportio musicale
La harpe de David et le rythme
L’orgue du roi David et le souffle
Le jeu de cloches et la consonance
Figurer et entendre la musique de David : harmonie du monde et discordance morale
Voir David et l’harmonie universelle
Voir David et entendre la jubilation spirituelle : les commentaires psalmiques sur les instruments de musique
Le mouvement du son et de l’ouïe :la cinétique des jongleurs dans les manuscrits enluminés d’Aristote (1280‑1350)
La discordance des voix : David face à l’insensé du psaume Dixit insipiens
David et le psautier : métaphores de l’ouïe, du cœur et de la foi
L’ouïe du cœur et l’intentio de l’image de David
Le psautier de David, la compunctio cordis et la mémoire
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Dans le christianisme médiéval, la sensorialité auditive est un agent subtil de l’élévation spirituelle du croyant vers Dieu. Le propos de cet article n’est pas de le démontrer, mais d’en analyser les modes de figuration à partir du cas particulier des images du roi David musicien peintes aux xiiie et xive siècles. La grande diffusion de cette figure dans les nombreux psautiers et livres d’heures s’explique par son statut de Præfigura Christi, faisant de lui la figure d’autorité – « l’hyperthème » – de l’harmonie de la Création, mais aussi de la perception auditive de la Parole divine dans le cœur et l’âme des chrétiens. Dans les images, ce modèle prophétique fut associé au sens de l’ouïe, à la musique, à la prière et au livre. Cette association est motivée par des raisons culturelles et spirituelles qu’il convient d’analyser dans la société de l’époque.

Le contexte intellectuel aide à mieux en comprendre les procédés et les raisons. L’essor important des manuscrits peint...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Clouzot, « Voir et entendre la foi de David. Le roi musicien dans les psautiers et les livres d’heures (xiiie-xive siècles) », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2016, 557-595.

Référence électronique

Martine Clouzot, « Voir et entendre la foi de David. Le roi musicien dans les psautiers et les livres d’heures (xiiie-xive siècles) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rhr.revues.org/8641 ; DOI : 10.4000/rhr.8641

Haut de page

Auteur

Martine Clouzot

Université de Bourgogne – Franche Comté
martine.clouzot@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org