Navigation – Plan du site

Combattre « la vaine volupté de l’oreille » dans la rhétorique cistercienne

Fighting the « Vain Pleasure of the Ear » in Twelfth-Century Cistercian Rhetoric
Marie Formarier
p. 533-555

Résumés

Cet article propose une analyse stylistique et musicale des outils rhétoriques mis en œuvre par deux auteurs cisterciens souhaitant dénoncer le plaisir excessif procuré par l’écoute musicale dans certaines circonstances. Le premier texte étudié est le chapitre XXIII du livre II du Miroir de Charité d’Aelred de Rievaulx. Son examen minutieux montre l’influence indéniable de la rhétorique antique du blâme, afin de dénoncer une pratique nouvelle : la polyphonie vocale. Ensuite, l’attention se porte sur différents récits exemplaires écrits par Conrad d’Eberbach en 1190 dans le Grand Exorde. L’ensemble de ce corpus a pour objectif de remettre en cause des pratiques musicales contraires à la dévotion cistercienne, mais aussi d’affirmer, concrètement, la légitimité de la rhétorique dans le cloître.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Blâmer les mauvaises pratiques musicales dans le Miroir de Charité
Narrer les préceptes et corriger les vices : la rhétorique exemplaire du Grand Exorde
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Si l’on admet à la suite de Wim Verbaal que « ce qu’on peut retrouver chez les écrivains du xie et xiie siècle constitue en grande partie l’héritage classique dont on dispose aujourd’hui », on reconnaîtra sans peine que la tâche du philologue qui voudrait évaluer précisément l’influence au Moyen Âge de la culture antique est immense et complexe. Les travaux menés par Birger Munk Olsen sur cette question épineuse sont un outil indispensable, mais révèlent aussi les lacunes documentaires auxquelles nous sommes confrontés. Ainsi, le cas des Cisterciens, qui m’intéresse, s’avère problématique. Sur seize inventaires de bibliothèques cisterciennes, sept, parmi lesquels celui de Clairvaux, ne mentionnent pas d’œuvres classiques. Le problème se corse lorsqu’il s’agit de se pencher plus précisément sur l’héritage de la rhétorique antique. Certes, l’inventaire de la bibliothèque de Rievaulx mentionne, parmi les classiques, une Rhetorica qui pourrait bien être un manuscrit du De in...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Formarier, « Combattre « la vaine volupté de l’oreille » dans la rhétorique cistercienne », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2016, 533-555.

Référence électronique

Marie Formarier, « Combattre « la vaine volupté de l’oreille » dans la rhétorique cistercienne », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rhr.revues.org/8646 ; DOI : 10.4000/rhr.8646

Haut de page

Auteur

Marie Formarier

formariermarie@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org