Navigation – Plan du site

Érasme dans l’œuvre critique de Richard Simon

Erasmus in the Critical Works of Richard Simon
Jacques Le Brun
p. 73-88

Résumés

Érasme au xvie siècle, Richard Simon au xviie apparaissent comme les figures marquantes de la critique scripturaire à l’âge classique. Richard Simon n’a cessé de s’interroger sur les pratiques, les principes et la théologie d’Érasme ; d’un côté il était sévère envers le travail d’un traducteur qui ignorait l’hébreu et les principes de la critique, de l’autre il admirait en Érasme un lettré bon connaisseur de l’Antiquité et un homme qui avait tenté une entreprise de traduction et de paraphrase du Nouveau Testament trop haute pour lui ; Simon, comme ses contemporains, relevait surtout chez Érasme, outre la hardiesse à combattre les abus, les constantes réserves à l’égard de saint Augustin et de l’augustinisme, position théologique que l’ancien oratorien ne cessera de tenir.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Érasme au milieu du xviie siècle
Richard Simon devant Érasme interprète de l’Écriture
Devant les principes théologiques d’Érasme

Aperçu du début du texte

Henri de Lubac affirmait naguère d’Érasme : « On ne lui connaît pas de postérité définie. Son influence est demeurée diffuse ». Le jugement est particulièrement justifié dans les domaines de l’érudition patristique et de l’exégèse du Nouveau Testament : tout le monde utilise ses travaux, en reconnaît l’intérêt, mais chez personne cette influence n’apparaît comme centrale ou déterminante. Même si un Grotius le suit souvent de près, on ne peut dire qu’il est « disciple » d’Érasme. Même si Richard Simon pense sans cesse à lui lorsqu’il traduit et commente le Nouveau Testament et qu’il travaille à établir le texte de saint Jérôme, Érasme n’est pour lui ni un modèle, ni une référence exclusive.

Érasme au milieu du xviie siècle

Richard Simon en effet a lu Érasme dès ses années de formation à l’Oratoire, et il a réfléchi sur la méthode et la théologie érasmiennes. Le premier témoignage que nous ayons date d’une époque où, encore oratorien, Simon participait à des discussions qui réunissaient...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Le Brun, « Érasme dans l’œuvre critique de Richard Simon », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2017, 73-88.

Référence électronique

Jacques Le Brun, « Érasme dans l’œuvre critique de Richard Simon », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rhr.revues.org/8655 ; DOI : 10.4000/rhr.8655

Haut de page

Auteur

Jacques Le Brun

École pratique des Hautes Études, Paris
jacleb@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org